Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1243 résultats pour “grand prix des lectrices

Participer à un jury littéraire

Publié le par Hélène

Récemment, une lectrice me demandait comment participer à des jurys littéraires. J'ai donc décidé de lister les jurys littéraires auxquels vous pouvez participer en tant que lecteurs. Je me suis référée pour ce faire aux dates d'inscription de 2018.  J'en ai sans doute oublié, n'hésitez pas à m'en signaler pour que je les rajoute.

En ce moment :

Prix Orange du Livre

https://www.lecteurs.com/article/prix-orange-du-livre-2019-les-candidatures-pour-integrer-le-jury-sont-ouvertes/2443469

20 novembre 2018 jusqu'au 13 janvier 2019

Dernier lauréat : 2018 : Joachim Schnerf, pour Cette nuit, Éditions Zulma

Prix France Télévisions

http://leclub.francetv.fr/jeu-leclub/prix-litteraires-france-televisions-2019

Roman : Le bon coeur de Michel Bernard, La Table ronde
 
 

https://prixdeslecteurs.livredepoche.com/inscription.html

  • Valérie Tong Cuong, Prix des Lecteurs Littérature française pour Par amour publié aux Editions Jean-Claude Lattès en  2017 ;
  • Yaa Gyasi, Prix des Lecteurs Littérature étrangère pour No Home publié chez Calmann-Levy en  2017 ;
  • Jane Harper, Prix des Lecteurs dans la catégorie Polar pour Canicule publié aux Editions Kero en 2017 ;
  • François Reynaert, Prix des Lecteurs dans la catégorie Documents/essais, pour La Grande histoire du monde, publié aux Editions Fayard en 2016.

FEVRIER

Jury du livre Inter

https://www.franceinter.fr/culture/faires-partie-du-jury-du-prix-du-livre-inter

Du mardi 13 février 2018 au mardi 13 mars inclus : réception des candidatures au jury. 

Dernier Lauréat : Fief de David Lopez chez Seuil

Jury Seuil Policiers

https://www.babelio.com/jury-seuil-policiers

AVRIL

Prix Roman Fnac (pour les adhérents Fnac)

Lauréate 2018 : La vraie vie de Adeline DIEUDONNE

MAI

Prix des lectrices de Elle

http://www.elle.fr/Loisirs/Livres/News/Et-si-vous-deveniez-juree-du-Grand-prix-des-Lectrices-3073399

4 mai jusqu'au 14 mai 2018

Lauréats 2018 :

Roman : Anna Hope pour La Salle de bal - Gallimard

Document : Delphine Minoui, Les passeurs de livres de Daraya: une bibliothèque secrète en Syrie - Seuil

Policier : Eva Dolan, Les Chemins de la haine - Liana Levi

Prix des lecteurs de Points et prix du meilleur polar des lecteurs de Points

http://lecerclepoints.com/page-591.htm#page

Lauréat roman : Une bouche sans personne de Gilles MARCHAND

Polar : Une enquête de Nicole Laguna et du gomaandaan Kandar Baad de Cédric Bannel

JUIN

Prix Landerneau des lecteurs

https://www.mouvement.leclerc/prix-landerneau-des-lecteurs-2018

Lancé au mois de juin. Jusqu'au 2 juillet 2018

Lauréat 2018 : Serge Joncour - Chien-Loup - Éditions Flammarion

NOVEMBRE

https://www.lecteurs.com/article/participez-au-choix-du-15e-laureat-du-prix-des-lecteurs-quais-du-polar-20-minutes/2443459

8 nov-7 dec 2018

Lauréat 2018 : Illusion tragique de Gilda Piersanti
Prix Orange du Livre

https://www.lecteurs.com/article/prix-orange-du-livre-2019-les-candidatures-pour-integrer-le-jury-sont-ouvertes/2443469

20 novembre 2018 jusqu'au 13 janvier 2019

Dernier lauréat : 2018 : Joachim Schnerf, pour Cette nuit, Éditions Zulma10

DECEMBRE

Prix des lecteurs de BFM/L'Express

https://www.lexpress.fr/culture/livre/jure-d-un-prix-litteraire-et-pourquoi-pas-vous_2051181.html

30 novembre avant 21 décembre 2018

Lauréat 2018 Wilfried N'Sondé pour Un océan, deux mers, trois continents (Actes Sud)

 

Pour connaître mon avis en tant que jurée sur certains de ces prix c'est ICI

Publié dans Prix littéraires

Partager cet article
Repost0

Participer à un jury littéraire

Publié le par Hélène

Depuis plusieurs années, je participe à des jurys littéraires, et je voulais revenir sur ces belles expériences et vous donner mes préférences :

Le Grand Prix des lectrices de Elle en 2005  :

Les plus :

- des pré-sélections intéressantes, nous recevons en moyenne trois livres par mois : un roman, un policier et un document

- une soirée fastueuse

Les moins :

Le fait que les genres soient mélangés, j'avoue ne pas être très réceptive aux documentaires, comme certains lecteurs peuvent ne pas être réceptifs aux romans policiers...

Voici les articles qui concernaient ce prix : ICI et ICI

Prix des lecteurs de l'Express 2011 :

Je n'en garde pas beaucoup de souvenirs sauf le fait que j'ai découvert le merveilleux D'acier à cette occasion !

L'année suivante, Yves m'avait invité à l'accompagner à la soirée de remise et j'avais pu rencontrer le charmant David Vann qui écrit des romans aussi glaçants que Sukkwann island !

Prix du polar SNCF :

Je participais au tout début, et j'avais aimé car il y avait aussi cette volonté de découvrir des titres. Je me rappelle de réunions assez régulières au sein de la SNCF pour discuter de nos découvertes. Le seul bémol à l'époque était que je devais me procurer les romans moi-même, entre achats et bibliothèque.

J'ai raccroché aux wagons (ahah) du prix seulement l'an dernier et le fonctionnement avait changé : les titres étaient pré-sélectionnés, mais les catégories BD et courts métrages ont fait leur apparition.

Heureuse surprise, cette année les titres sont disponibles en format numérique librement.
Par contre côté lectures, je ne m'y reconnais pas, peu de coups de coeur sauf le magnifique 911 !

A noter que la remise du prix aura lieu lundi prochain.
Mes billets : ICI pour 2018 et ICI pour 2017

Prix des lecteurs de Points en 2018 :

J'ai été globalement déçue par la pré-selection. La soirée n'a pas eu lieu, je vous en reparlerai !

Grand prix des blogueurs Littéraires 2018 :

Une sélection en accord avec mes choix (Bakhita forever) mais le prix consiste à émettre juste un vote, il y eut peu d'échanges en amont. Néanmoins la soirée était très réussie...

 

Mes préférés :

Le prix Psychologies du roman inspirant :

- une sélection originale

- une vraie délibération pendant plusieurs heures

- Une soirée très réussie

Le Bilan est ICI

Le prix Goncourt des lycéens, même si je ne fais pas partie du jury - j'ai un peu passé l'âge du lycée (si peu...) - mais j'ai accompagné deux fois les lycéens, grâce à la Fnac

Les plus :

-Une sélection très large puisqu'elle reprend les titres sélectionnés pour le Goncourt

- De vraies rencontres avec les écrivains sélectionnés

- Un jury volontaire et enthousiaste

- Des choix en adéquation avec mes propres goûts (Petit Pays et L'art de perdre ces deux dernières années)

- Une remise de prix et une soirée sympathique

J'en parle ICI notamment

En 2009 le Prix Orange du Livre :

Les plus :

- Un jury de lecteurs, libraires et auteurs

- Ce même jury crée la pré-selection

- de nombreuses réunions avec le jury pour débattre

- Des lauréats qui me plaisent (c'est à cette occasion que j'ai découvert le merveilleux David Thomas)

- Des maisons d'édition variées

- Des rencontres marquantes : Erik Orsenna, Yves, Sophie Adriansen, Aurélie, Dominique, et d'autres encore !

 

 

 

 

Globalement ce furent de belles expériences, qui m'ont permis de lire des romans vers lesquels je ne serais pas allée de moi-même, et qui m'ont fait rencontré des lecteurs passionnés et passionnants !

 Je vous encourage à tenter vous aussi votre chance pour un de ces jurys !

Partager cet article
Repost0

Prix BD Fnac

Publié le par Hélène

Plus que trois jours pour voter pour votre ouvrage coup de cœur parmi les 30 titres sélectionnés par les libraires de la Fnac, et trois jours pour essayer de remporter un des lots mis en jeu  (1 weekend pour 2 personnes à Bruxelles*, 2 lots de l’ensemble de la sélection, 5 BD dédicacées du lauréat, 1 enceinte, 1 paire d’écouteurs sport, 1 casque Audio, 2 lecteurs MP3, invitations à la soirée de remise du prix.)

Rendez-vous le 19 janvier pour connaître le lauréat de cette 4ème édition du « Prix de la BD Fnac ».

Plus de détails ici : http://www.fnac.com/prix-bd-fnac

Voici la sélection des 30 albums :

Personnellement, j'ai adoré "Le grand méchant renard"

A vos votes !

Publié dans Sélection BD

Partager cet article
Repost0

Grand Prix des blogueurs 2017

Publié le par Hélène

Cette année Agathe du blog Agathe The Book a eu l'excellente idée de lancer le premier prix des blogueurs littéraires 2017

Ce prix est un prix annuel, décerné fin décembre, cette année le 20 décembre 2017, attribué à un roman de littérature française publié durant l’année en cours, (hors polar et romans jeunesse ou young adult, et hors poche dans un premier temps) le plus apprécié et partagé par les blogueurs.

  • Pourquoi ce prix ?

Pour deux objectifs simples :

-> Récompenser un roman partagé sur la toile par des lecteurs engagés
-> Valoriser la communauté des blogueurs littéraires

  • Qui sont les blogueurs habilités à participer ?

TOUS les blogueurs, ayant un blog actif, un compte Babelio, un compte Booktube, ou bien un compte Instagram ou Facebook OUVERT dans lesquels ils chroniquent, partagent, et interagissent avec d’autres blogueurs.

Il n’y a pas de nombre minimum de followers, ni d’âge minimum requis.
Les blogs et les comptes seront vérifiés.

 

  • Pour qui votent-ils ?

L’avantage qu’ont les blogueurs sur les lecteurs, c’est qu’ils se tiennent au courant des parutions, des nouveautés, des autres prix littéraires, ils connaissent bien les maisons d’édition et ce qu’elles proposent. C’est pourquoi ce prix n’a besoin d’aucune pré-sélection, les blogueurs ne se basent que rarement sur le top ten des ventes, au contraire, ils recherchent l’exclusivité, le roman dont on a encore peu parlé.

Le fonctionnement du prix est simple : les blogueurs indiqueront directement leur choix en jetant leur dévolu sur  DEUX romans français de l’année qu’ils ont le plus aimé, le roman qui les a marqué, celui qu’ils ont adoré partager.
Les votants sont tenus de bien réfléchir avant le vote, aucun changement ne pourra être pris en compte.

  • Comment voter?

Les votes commenceront chaque année fin novembre, dès le signal de l’organisateur du Prix. (en l’occurence j’inaugure cette année le premier Prix, mais rien ni personne ne contre-indique de changer d’organisateur.) Les modalités du Prix sont modulables.
L’idée est de ne soumettre aux votants aucune influence, ils sont entièrement libres de voter pour leurs deux romans favoris, sans contrainte de lecture ni catégories.
Ainsi, en fonction des votes ressortira le roman préféré de la toile.

—> Chaque blogueur envoie confidentiellement par mail à l’adresse ci dessous:

– Le nom du roman ou des deux romans élus et de leurs auteurs 
– Le lien vers son blog et/ou le nom du compte Instagram ou Facebook

grandprixdesblogueurs@gmail.com

Les votants sont tenus de faire passer l’information au plus grand nombre de leurs codisciples, avant, pendant et après le vote. Plus le Prix des Blogueurs sera su et vu de tous, plus celui-ci deviendra fort et influent.

  • Attribution du prix

L’organisateur du Prix se charge ensuite de recenser la liste des romans prisés et leur récurrence.
Le roman ayant été nommé le plus de fois sera ainsi désigné lauréat du Grand Prix des Blogueurs Littéraires, sous contrôle d’un huissier de justice.
L’auteur, comme le blogueur, ne gagne rien, si ce n’est la joie et la fierté d’avoir été élu par un public hétéroclite de lecteurs avertis et connectés, sans délibération opaque.
La maison d’édition du lauréat sera contactée dans les plus brefs délais afin de relayer l’information et couronner le lauréat de cette nouvelle distinction.
Les lecteurs achèteront ainsi un roman qui aura su plaire à une communauté à laquelle ils peuvent s’identifier.

 

N'hésitez pas à participer, pour tout vous dire, j'ai voté pour Bakhita de Véronique OLMI et Légende d'un dormeur éveillé de Gaëlle NOHANT

 

Partager cet article
Repost0

Grand prix des lectrices de Elle

Publié le par Hélène

grand prix lectrices de elle

 

A celles qui me disent "quelle chance tu as de faire partie du jury Elle" je dis maintenant : c'est à votre tour, et c'est ici :  http://www.elle.fr/Loisirs/Livres/Prix-litteraire-des-lectrices/Devenez-juree-du-Grand-prix-des-Lectrices-de-ELLE-2014-2404468

 Bon, j'avoue, on me dit rarement ça, mais on me pose plutôt la question rituelle "Mais comment fais-tu pour lire autant de livres ?" Eh bien je vous rassure, j'ai une vie à côté, deux jobs, deux enfants, deux maris (oups), deux soeurs, deux parents, deux meilleures amies, une vie quoi !

 Alors quel est mon secret ? J'avoue : je fais comme mes élèves je ne lis pas, je regarde les adaptations ciné... "Mais si Madame je vous assure, D'Artagnan a les yeux bleus..."  Non en fait, c'est tout l'inverse : je ne regarde pas la télé. 

  Très rarement cela m'arrive (ce qui m'a permis de voir l'excellent  et glaçant "femmes du bus 678" http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=193512.html) mais je préfère passer mes soirées à lire plutôt que devant le petit écran...

 Et sinon le prix Elle ? J'ai lu tout ça :

  Romans :

Belle famille d'Arthur Dreyfus pas compris cette fascination pour le fait divers

Une seconde vie de Dermot BOLGER je ne m'en souviens même plus

Avenue des géants de Marc DUGAIN glaçant

La réparation de Colombe SCHNECK pas compris l'intérêt de réécrire sur le sujet alors que cela a été fait tant de fois et plus brillamment

Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie OTSUKA puissant malgré une écriture particulière

Arrive un vagabond de Robert GOOLRICK mon chouchou

L’amour sans le faire de Serge JONCOUR le roman français comme je le déteste

Du côté de Canaan de Sebastian BARRY pas mal mais pas révolutionnaire

L'embellie de Audur Ava OLFASDOTTIR chouchou aussi (billet cette semaine)

L'envers et lendroit de Ron RASH (pas encore lu)

 

Policiers :

Au lieu-dit Noir-Etang… de Thomas H. COOK pas mal mais des procédés d'écriture énervants

Des ombres dans la rue : une enquête de Simon Serrailler de Susan HILLabandon

L’interprétation des peurs de Wulf DORN non

Les apparences de Gillian FLYNN bien, sauf que depuis je ne regarde plus mon mari du même oeil...

La ville des serpents d'eau de Brigitte AUBERT abandon

Le voleur de morts de Tess GERRITSEN original, j'ai été conquise

Tabloid City de Pete HAMILL mal écrit

Le cercle de Bernard MINIER mon préféré (billet dans le courant de la semaine aussi)

Blanche-Neige doit mourir de Nele NEUHAUS (en cours de lecture)

 

Documents :

L’élimination de Rithy PANH avec Christophe BATAILLE 

Fukushima, récit d’un désastre de Michaël FERRIER 

Cher Gabriel de Halfdan W. FREIHOW

La tête à Toto de Sandra KOLLENDER

Réanimation de Cécile GUILBERT

Mélancolie ouvrière de Michelle PERROT

Dans le jardin de la bête de Erik LARSSON

Notre force est infinie de Leymah GBOWEE avec Carol MITHERS

Joseph Anton de Salman RUSHDIE (pas encore lu)

 

 Et parmi cette sélection, malheureusement, peu de coups de coeur : mes préférés sont Arrive un vagabond, L'embellie pour les romans, Le cercle pour les policiers, et Cher Gabriel pour les documentaires.

 Vendredi dernier nous étions conviées à rencontrer certains auteurs, je n'ai pas pu rester longtemps -parce que j'ai deux jobs, deux enfants, etc...-  mais j'ai eu le plaisir de discuter avec Bernard Minier, un homme passionné et Colombe Schneck dont j'ai aussi peu aimé la personnalité que le roman...

 Bernard -oui je l'appelle Bernard- nous a fait rêver en nous expliquant qu'il avait envoyé son premier manuscrit (Glacé) par la poste à 5 maisons d'édtion, sans l'avoir fait lire à qui que ce soit auparavant, et que suite à cela il avait eu 4 réponses positives. La 5ème maison après coup a prétexté un bug informatique pour justifier son silence...

 Dans notre for intérieur, nous nous sommes toutes dit "je vais sortir mon vieux manuscrit écrit quand j'avais 18 ans de mon tiroir..." 

 Mais il nous a fait peur aussi en précisant que sa femme se plaignait de ses voyages incessants depuis qu'il était reconnu...  - et mon manuscrit est retourné dans son tiroir, parce que quand même entre la gloire et mon mari je choisis mon mari (c'est bô l'amûur) -

 Pour revenir à Bernard, son prochain roman devrait sortir en 2014 et aura sans doute Toulouse comme décor.

 Colombe Schneck -oui je ne l'appelle pas Colombe - a eu moins de succés à notre table, et comme le silence s'installait, elle a demandé si on avait des critiques -rôoo des critiques... Elle veut des critiques... - Je lui ai dit ce que je pensais et je ne ne pense pas qu'elle ait aimé - en gros je lui ai demandé pourquoi elle avait sorti ce manuscrit de son tiroir alors que d'autres écrivains bien plus talentueux avaient déjà abordés ce thème -... Mais elle demandait des critiques non ???

 Bref, j'ai eu aussi le grand plaisir de rencontrer d'autres lectrices tout aussi passionnées, et ce fut un vrai plaisir de partager nos goûts et nos avis sur les livres lus.

 Parmi les lectrices, Akialam, blogueuse également. Il faut dire quand même qu'en pro de la vie virtuelle, nous ne nous étions même pas concertées pour savoir qui serait là, si bien que je suis passée à côté de Canel, Claire d'A propos des livres et si je n'avais pas été assise à côté de Akialam, je l'aurais loupée aussi...

 Quoi qu'il en soit, comme dans de nombreux jurys ce sont ces rencontres, avec des auteurs et des lecteurs qui sont enrichissantes. Grâce à elles j'ai rencontré par le passé des gens formidables notamment pour les auteurs :Dominique Sylvain (prix des lectrices de Elle), Erik Orsenna (prix orange du livre), David Vann (prix des lecteurs de l'Express. Et pour les autres : Yves, Sophie (prix orange du livre), Les 8 plumes (prix des lecteurs de l'Express), Fred le coureur que rien n'arrête (l'express) et d'autres, Aurélie, Dominique, Sophie Hérisson, Fabienne Happyfew...

 Pour toutes ces rencontres, je vous invite à tenter aussi votre chance en envoyant votre candidature...

 

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Grand prix des lectrices Elle 2013

Publié le par Hélène

Grand-Prix-des-Lectrices-.png

 

 

Je fais partie du jury pour cette édition 2013 du grand prix des lectrices de Elle !


Pour avoir la chance d'en faire partie, j'ai parlé de Les solidarités mystérieuses de Pascal QUIGNARD , j'ai écouté les conseils avisés de Fouad, collègue émérite, j'ai pris une photo de moi qui ne montre pas que je suis une serial killeuse en puissance, et j'ai conclu par : "Faire partie d’un jury littéraire signifie simplement pour moi faire partie de la littérature…" 

 

Maintenant il va me falloir trouver une bonne âme pour faire mon ménage (et même sous les meubles s'vous plait, nous sommes allergiques aux acariens...), mes lessives, ma vaisselle (pas de lave-vaisselle, c'est bien plus rigolo pour faire des concours de tee-shirts mouillés...), mon repassage, mes repas (pas de surgelés hein, que du frais, le marché est au coin de ma rue...), jouer avec mes enfants (le 1000 bornes vous verrez ça déchire !), séparer les enfants qui veulent s'étriper parce que je cite "elle m'a piqué mon Pokémon", faire en sorte d'ailleurs que les enfants aient un langage un peu plus soutenu :"on ne dit pas "piquer" mon chéri, mais heu... -toujours avoir un dictionnaire de synonyme sous la main-... voler...", préparer mes cours (relire Candide ou Les Misérables, hummm.., que du bonheur), corriger les dissertations de mes élèves (des copies passionnantes dans lesquelles on apprend notamment que "La lecture des oeuvres est très nourritrice pour le lecteur"), aller faire les courses en sachant qu'il faut lire TOUTES les étiquettes indiquant la composition des aliments parce que mon fils est allergique aux noisettes, aux noix de cajou, à tous les fruits à coque en fait, au kiwi, aux oeufs crus, au céleri..., gérer notre association MOYOLO et notamment le blog parce que pour l'heure nous ne sommes que  2 pour s'occuper de l'assoc..., soutenir mon mari dans ses recherches du job idéal "mais oui mon amour, spectateur professionnel de matchs de foot, c'est un job parfait pour toi, vas-y, fonce...", appeler la famille régulièrement pour prendre des nouvelles (régulièrement = tous les jours), tenir ce blog à raison d'un billet publié tous les deux jours, etc., etc... 

 parce que moi je vais avoir 28 livres à lire en quelques mois !!!!!

 

Alors, des volontaires ???

 

Pour cette aventure, je serai bien entourée : je serai aux côtés de Jostein, Nadael, A propos des livres, Théoma, Canel, ,  Anna Blume, Constance, Mimipinson, Clara..

 

A suivre !!!

Partager cet article
Repost0

Quand nous serons frère et sœur de Sophie ADRIANSEN

Publié le par Hélène

quand-nous-serons-frere-et-soeur.jpeg

♥ ♥

Un beau conte moderne

 

L’auteur :

Sophie Adriansen écrit par tous les vents depuis longtemps, du long et du court. Elle tient depuis 2009 le blog Sophielit, finaliste du Prix des Bloggeuses de ELLE 2011, et contribue à plusieurs sites littéraires. Elle est est membre de la Société des Gens de Lettres et jurée littéraire pour les Prix suivants : 2012 Prix des lecteurs de l’Express / Prix Rive Gauche à Paris / Grand Prix de l’Héroïne Madame Figaro / Prix des Lectrices Terrafemina - Livre de Poche // 2011 Prix Rive Gauche à Paris / Prix Carrefour du 1er roman (comité présél.) // 2010 Grand Prix des Lectrices de ELLE / Prix Orange du Livre / Prix du Roman FNAC / Prix Carrefour du 1er roman (comité présél.) / 2009 Prix Carrefour du Premier roman

L’histoire :

« Il n’était tout simplement pas comme elle.

Il ne serait jamais son frère, c’était aussi simple que cela.

On ne pouvait se décréter frère et sœur par volonté commune ou désir profond, ni même décision unilatérale, et encore moins parce qu’on avait reçu un bout de papier l’affirmant. »

 

Louisa, la trentaine dynamique et urbaine, n’a jamais connu son père. Par une chaude journée d’avril, elle apprend la mort de celui-ci et découvre dans la foulée qu’il lui a laissé un conséquent héritage. Mais cet argent inespéré est soumis à une condition : elle doit cohabiter un mois avec un frère dont elle ignorait jusqu’à l’existence. Ne se doutant pas qu’elle prend un aller simple pour le début du reste de sa vie, Louisa fait sa valise et débarque à Lougeac, village du centre de la France où elle n’est pas la bienvenue et où les rumeurs vont bon train.

Quand nous serons frère et sœur est une ode à l’échange et à la simplicité qui met en scène l’étonnante rencontre d’une jeune femme enlisée dans son passé, que le mystère de ses origines a rendu méfiante, avec un homme concentré sur le présent, dans un récit servi par une écriture lumineuse. (Présentation de l’éditeur)

prairie.jpg 

 

Mon avis :

Quand nous serons frère et soeur est un livre lumineux  optimiste, un bol d’air pour cette jeune femme urbaine qui découvre un nouveau mode de vie, une nouvelle façon d’aborder le monde et la vie. Elle va découvrir un autre monde, d'autres relations et va peu à peu s'épanouir dans cette nouvelle opportunité. 

Petite réserve : la dichotomie entre vie à la ville, vie parisienne stressante et vie calme à la campagne me semble un peu caricaturale, de même que les personnages le sont quelque peu.

Mais il me restera surtout en mémoire après lecture l'impression d'avoir lu un conte tendre, moderne sur l’importance de tisser des liens.

« Tisser des liens, voici ce que je n’ai jamais été capable de faire. Avec moi, ils se sont défaits rapidement. La vie, ce n’est pas ça. Je compte sur vous pour faire mieux. » (p. 204)

Premières phrases :

« Les choses avaient un sens, au-delà des lieux communs qui affirmaient que rien ne survenait jamais par hasard. Et ce sens était à déceler dans l’environnement, à lire dans les éléments, à percevoir dans les attitudes. Il ne fallait négliger ni le langage des corps, ni les métamorphoses des objets, ni les changements météorologiques. Tout cela révélait de menus indices, envoyait d’infimes signaux.»

Vous aimerez aussi :

Du même auteur :  Je vous emmène au bout de la ligne de Rodolphe MACIA et Sophie ADRIANSEN

D’autres avis :

Ici : http://www.sophieadriansen.fr/crbst_13.html

 

Quand nous serons frère et sœur, Sophie Adriansen, Myriapode, janvier 2013, 18 euros

 

Partager cet article
Repost0

La loterie de Miles HYMAN

Publié le par Hélène

♥ ♥

Dans un village de la Nouvelle-Angleterre, chaque année, a lieu la Loterie, un rituel immuable, au lot vague et imprécis... Et si il s'agissait d'un jeu où l'on a plus à perdre qu'à gagner ?

Cette Bd glaçante est l'adaptation d'une nouvelle écrite par la grand-mère de Miles Hyman, Shirley Jackson. En 1948 l'édition de cette nouvelle entraine un bouleversement énorme dans la vie de sa famille, notamment des courriers indignés de lecteurs qui pensaient que l'histoire était basée sur des faits réels. Cette vague de réactions montre que l'auteure a su toucher en eux quelque chose à la fois d'intime et de profondément effrayant.

La tension qui court et s'amplifie au cours de la lecture est parfaitement rendue par les dessins de Miles Hyman qui peint au plus près cette anodine cérémonie se transformant peu à peu.

Miles Hyman "Jackson pose sans détour cette question à laquelle nous préfèrerions ne jamais devoir répondre : nos enfants, notre époux, nos amis et voisins se retourneraient-ils contre nous si la société et ses coutumes l'exigeaient ?"

Ce que j'ai moins aimé : L'auteur a su mettre l'accent sur ce que la nouvelle avait de dérangeant, en l'amplifiant peu à peu, en creusant le vide entre les actes des protagonistes, et il a tant réussi, que ne reste que cette impression dérangeante, imprégnée dans le lecteur...

 

Présentation de l'éditeur : Casterman

 

Sélectionnée pour Le Prix SNCF du Polar

C'était ma Bd de la semaine accueillie par Moka aujourd'hui

 

Partager cet article
Repost0

Un avion sans elle de Michel BUSSI

Publié le par Hélène

avion sans elle

L'auteur :

      Après une thèse de doctorat de géographie, Michel Bussi a été recruté à l’Université de Rouen en 1993.

Il est professeur de géographie et directeur du laboratoire de modélisation et traitements graphiques en géographie.

Comme chercheur universitaire, il publie depuis une vingtaine d’années des articles et ouvrages scientifiques, principalement sur la géographie politique (dont beaucoup sur la région).
Son premier roman, Code Lupin, s'est vendu à plus de 7 000 exemplaires et a ensuite été publié en feuilleton, pendant 30 jours lors de l'été 2010 par le quotidien Paris Normandie. Son deuxième roman, Omaha crimes, a obtenu le prix Sang d'encre de la ville de Vienne en 2007, le prix littéraire du premier roman policier de la ville de Lens 2008, le prix littéraire lycéen de la ville de Caen 2008, le prix Octave-Mirbeau de la ville de Trévières 2008 et le prix des lecteurs Ancres noires 2008 de la ville du Havre, devant les meilleurs auteurs de polar de l'année.
Il publie en 2008 son troisième roman, Mourir sur Seine, qui se déroule pendant l'Armada 2008 de Rouen, et qui s'est vendu en quelques semaines à plusieurs milliers d'exemplaires. Mourir sur Seine a obtenu en 2008 le prix du Comité régional du livre de Basse-Normandie (prix Reine Mathilde). 

Il a publié en 2009 un nouveau roman, Sang famille, destiné à la fois aux adultes et aux adolescents. En 2010, il participe au recueil de nouvelles Les Couleurs de l'instant, avec une longue nouvelle, T'en souviens-tu mon Anaïs ?, qui se déroule à Veules-les-Roses et traite de la « légende » d'Anaïs Aubert.

À partir de 2010, il est publié aux Presses de la Cité. Son roman Nymphéas noirs, huis-clos qui se déroule dans le village de Giverny, sort le 20 janvier 2011. Il obtient un succès critique et populaire important, et remporte notamment le prix des lecteurs du festival Polar de Cognac, le prix du polar méditerranéen (festival de Villeneuve-lez-Avignon), le prix Michel Lebrun de la 25e heure du Mans, le prix des lecteurs du festival Sang d'Encre de la ville de Vienne (« gouttes de Sang d'encre »), le Grand prix Gustave Flaubert de la Société des écrivains normands, devenant ainsi le roman policier français le plus primé en 2011.

Salué par Gérald Collard comme le polar de l'année, Un avion sans elle est récompensé par le prix Maison de la presse 2012, le prix du roman populaire 2012 et le prix du meilleur polar francophone 2012 (Montigny-les-Cormeilles). Vendu à plus de 40 000 exemplaires

(Source : Babélio)

 L'histoire :

       Lyse-Rose ou Emilie ? Quelle est l'identité de l'unique rescapé d'un crash d'avion, un bébé de trois mois ? Deux familles, l'une riche, l'autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue  la paternité de celle que les médias ont baptisée Libellule. Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l'affaire, avant d'être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête. Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu'à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, le lecteur est entraîné dans une course haletante jusqu'à ce que les masques tombent. Hasards et coïncidences ne sont-ils que les ricochets du destin ? Ou bien quelqu'un, depuis le début, manipule-t-il tous les acteurs de ce drame ? (Source : Babélio)

 Ce que j'ai aimé :

 Ce roman est tellement un page turner tellement turner que j'ai tourné les pages plus vite que ma lecture, oui, j'avoue, je l'ai lu en diagonale.  Parce que soyons honnête dans ce roman le seul intérêt est la résolution de l'intrigue ! L’ensemble est très dilué, avec des longueurs démentielles si bien qu’il est très facile de le lire en diagonale tout en gardant le fil… 

La psychologie est un très sommaire : entre l'amoureux transi qui harcèle sa belle à coup de textos et d'appels intempestifs, la jeune femme parfaite insaisissable, la jeune psychopathe, les clichés s’accumulent.

Les idées sont tout aussi sommaires : ne vous fiez pas aux apparences, les méchants ne sont pas si méchants ni les gentils si gentils...

L'ensemble ne tient que grâce à cette intrigue démoniaque, mais malheureusement, un indice qui crève les yeux nous met rapidement sur la voie... Il n'en reste pas moins que les rebondissements s'enchaînent, que les contre la montre se mettent en place, que les personnages se dévoilent au fil des pages, et tout cela peut ferrer le lecteur. 

Qui sortira de sa lecture comme sonné, comme quand on passe un après midi devant la télé, devant des séries ou des films ineptes qui ont juste eu le mérite de nous faire passer -ou perdre selon le point de vue- notre temps... 

 Premières phrases :

 "L'Airbus 5403 Istanbul-Paris décrocha. Un plongeon de près de mille mètres en moins de dix secondes, presque à la verticale, avant de se stabiliser à nouveau. La plupart des passagers dormaient. Ils se réveillèrent brusquemnt, avec la sensation terrifiante de s'être assoupis sur le fauteuil d'un manège de foire."

 D'autres avis :

 Babélio


Un avion sans elle, Michel Bussi, Pocket, mars 2013, 7.60 euros

Partager cet article
Repost0

Le vent qui siffle dans les grues de Lidia JORGE

Publié le par Hélène

vent-qui-siffle-dans-les-grues.jpg

♥ ♥ ♥ ♥

« Le monde est une longue narration mais c’est nous qui en ourdissons l’intrigue, grande ou petite. »

 

L’auteur :

Lídia Jorge est née à Boliqueim dans l’Algarve en 1946. Diplômée en philologie romane de l’université de Lisbonne, elle se consacre très tôt à l’enseignement.

En 1970, elle part pour l’Afrique (Angola et Mozambique), où elle vit la guerre coloniale, ce qui donnera lieu, plus tard, au portrait de femme d’officier de l’armée portugaise du Rivages des murmures (Métailié, 1989).

La Couverture du soldat, 2000 a eu le Prix Jean Monnet 2000 (Cognac) Le Vent qui siffle dans les grues, 2004 a eu le Grand Prix du Roman de l’Association Portugaise des Ecrivains 2003, Premier Prix « Correntes d’escritas » 2004 (Povoa da Varzim, Portugal), Prix Albatros de la Fondation Günter Grass 2006 (Allemagne). (Présentation de l’éditeur)

 

L’histoire :

Notre monde contemporain, mû par un instinct sauvage de l'avenir, croise dans ce roman un monde plus ancien dans lequel une vieille usine abrite le destin d'une famille nombreuse récemment arrivée d'Afrique. Des mondes apparemment inconciliables que le hasard met en contact par l'intermédiaire de Milena Leandro, l'étrange jeune fille aux yeux de laquelle tout naît pour la première fois et dont la simplicité va tout bouleverser.

Dans un Algarve tragique et sauvage, Milena évolue entre une famille attachée à ses privilèges et à son image sociale et une tribu cap-verdienne vivace pour laquelle la musique irrigue la vie.

Milena nous conduit à travers la mort vers un amour impensable, un crime, une trahison et un silence à jamais scellé. Son regard toujours neuf sur la vie, le bien et le mal, sa vision de la valeur du monde constituent la matière même de ce roman.

Dans son oeuvre, Lídia Jorge fouiIle toujours au plus profond de la cruauté primaire des êtres. Ici, pour la première fois, elle nous découvre la perversité et la lâcheté qui l'accompagnent.

Cet extraordinaire roman a reçu le Prix de l'APE, l'un des prix littéraires les plus prestigieux du Portugal.

PRIX DES LECTEURS 2005 du Salon de la Littérature Européenne de Cognac 

 

Ce que j’ai aimé :

Des mots qui envoûtent le lecteur comme ils envoûtent la jeune héroïne, Milène... Cette jeune fille fragile qui aimerait trouver les mots justes pour dire le monde est touchante de vérité. Parce que les mots sont création, et qui les maîtrisent est maître du monde, proche de Dieu et des anges.

« Elle sentait à l’intérieur de sa tête un nuage en spirale, un carrousel  d’informations, de détails proches et lointains, tous pêle-mêle, dont elle n’arrivait pas à extraire l’essentiel devant ces visages plantés autour d’elle dans l’attente de ses paroles alors qu’elle  ne leur répondait pas. Elle se dit qu’elle pourrait peut-être faire vite. Elle dépassait parfois le nuage semblable à un carrousel qui tournait, un peu comme un poisson dont la vision circulaire rend tout proche et équidistant, et elle trouait le nuage pour en sortir à toute vitesse. » (p. 50)

  Deux familles antagonistes qui n’ont pas le même langage et vont même jusqu’à créer un mot qui les sépare davantage encore : le mot « vague ». Deux vagues ne peuvent pas se rencontrer, l’une efface l’autre. Et pourtant… Deux gouttes vont se frôler, ceci grâce à un personnage étrange : la grand-mère de Milène, venue mourir aux portes de la « troisième vague ». Comme si les personnes âgées se situaient déjà au-delà des mots, au-delà du monde, dans la compréhension. Milène et Antonino vont s’aimer en inventant alors leur propre langage : celui du sentiment.

Un magnifique roman sur le pouvoir créateur des mots mais aussi sur le mal qu’ils peuvent engendrer.

Le style poétique nous emporte au Portugal, le lecteur devient un personnage du roman par l’intermédiaire de cette cousine qui raconte et semble dotée de pouvoirs omniscients. Mais il n’en est rien, elle ne fut que spectatrice et restera étrangère au monde magique de Milène et Antonino, tout comme nous, lecteurs. Nous sommes seulement conscients d’avoir froler les anges et la perfection.

Un roman qui reste gravé dans nos mémoires…

 

Premières phrases :

« En ce chaud après-midi d’août, le long corps de la Vieille Fabrique était encore là, étendu dans le soleil. Pas intact à proprement parler, puisque déjà à l’époque la toiture verdâtre était gondolée comme si l’ondulation de la mer se prolongeait sur la couverture de l’édifice. »

 

Vous aimerez aussi :

Autre :  La nuit des femmes qui chantent de Lidia JORGE

 

D’autres avis :

TELERAMA, Michèle Gazier

A l'écrit comme à l'oral, il y a chez Lidia Jorge une patience et une virtuosité de brodeuse, et l'expression d'une sensualité charnelle.


LIRE, Isabelle Fiemeyer

« Prodigieux d'étrangeté, ce long roman mélodieux et sinueux [...] est à l'image de l'œuvre tout entière, labyrinthique, poétique, musical, envoûtant. » 


ELLE, Olivia De Lamberterie

"Le Vent qui siffle dans les grues" est un roman exigeant qui laisse une impression tellement durable et profonde que cela vaut vraiment la petite peine qu'on a à y entrer. On est saisi, rarement on a vu décrite si implacablement la cruauté humaine, au travers d'une conjuration minable de notables, de leur résolution à couper les ailes d'une des leurs, au nom de leur prétendue normalité. (…) Au travers de ce nœud de vipères grouillant de secrets, Lídia Jorge signe un roman somptueux, sur le pouvoir des mots et l'intranquillité de ceux qui ne les maîtrisent pas, sur la force des passions et les lâchetés auxquelles elles conduisent, sur une femme comme neuve. Son regard est plein de compassion pour son héroïne, son roman excite la terreur et la pitié. Vraiment très impressionnant. 

L'HUMANITE, Alain Nicolas

L'art de Lidia Jorge est de laisser le récit se mettre en place, de faire avancer le lecteur dans la lenteur d'une de ces journées accablantes, guidé par ce personnage auquel on s'attache avant de comprendre ce qui lui arrive. Ce très beau roman, moins baroque que la Couverture du soldat gagne en intériorité, en subtilité. L'intrigue, réfractée par la multiplicité des regards des personnages, donne au lecteur une vision à la fois intimiste et polyphonique, à l'image des bifurcations de ce récit terrible de cruauté et d'espoir.


SERVICE LITTERAIRE ; Emmanuelle de Boysson

« Anne-Marie Métailié à l’extrême bon goût de publier des chefs d’œuvres. Le Vent qui siffle dans les grues, de la Portugaise Lídia Jorge, a reçu le Prix de l’APE au Portugal. L’auteur y creuse la perversité et la lâcheté des êtres. »

 

Le vent qui siffle dans les grues, de Lidia Jorge, traduit du portugais par Geneviève Leibrich, Métailié, mars 2004, 22 euros

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>