Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

435 résultats pour “ile du point némo

La ballade du calame d'Atiq RAHIMI

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Une méditation sur ce qui reste de nos vies quand on perd sa terre d’enfance."

Atiq Rahimi livre en ces pages un portrait intime de son parcours en évoquant son exil, sa vie, son errance lui qui est "né en Inde, incarné en Afghanistan et réincarné en France". Ecrivain en mal d'inspiration, il évoque la difficulté de trouver ses marques dans son exil, et la nécessité de revenir vers ses origines qui l'ont construit pour mieux appréhender le présent. 

"Quand tu te perds dans un désert, disent les sages africains, cherche plutôt la trace des pas d'où tu viens.

L'origine est un repère, et non pas le but ni la fin." p. 59

Or quand les mots font défaut, l'auteur dessine avec ce calame, fin roseau taillé en pointe dont il se servait enfant pour tracer des lettres calligraphiées. La calligraphie a une immense influence sur sa vie, cet art a bercé son enfance. Lorsqu'il était élève à Kaboul, il devait déjà recopier des lettres divines que le jeune homme se plaisait déjà à déformer. Plus tard, quand l'inspiration fuyait, quand les mots se dérobaient le dessin, la calligraphie suppléait à ce silence intérieur. Il créera ainsi des callimorphies, dessins au fusain et au calame combinant la technique calligraphique perse et la gestuelle propre à la calligraphie japonaise, représentant des corps de femmes posés sur des lettres et des lettres sur les corps.

"En Chine, la calligraphie est en soi une religion, une spiritualité, parce que l'artiste, selon le grand maître François Cheng, "cherche à rejoindre l'immense par l'infime et à donner par là une présence à l'invisible."

Ou, comme confie Fabienne Verdier dans son entretien avec le sage Charles Juliet, c'est en pratiquant la calligraphie chinoise qu'elle a appris à peindre "la non-existence des choses"." p. 117

Essai autobiographique, réflexion sur l'exil, sur l'art et la calligraphie, La Ballade du Calame nous convie dans l'univers de cet auteur touchant dans ses hésitations. 

 

Présentation de l'éditeur : Editions Iconoclaste 

Du même auteur :  Terre et cendres Syngué sabour, pierre de patience

D'autres avis : Jostein 

 

 

La ballade du Calame, Atiq Rahimi, L'iconoclaste, août 2015, 185 p., 18 euros 

 

 

La maison de la poésie à Paris propose une exposition jusqu'au 25 octobre "Atiq Rahimi - "Callimorphies"" et une performance autour de cet essai le 10 octobre 2015 à 19h  

 

Maison de la Poésie

Passage Molière
157, rue Saint-Martin - 75003 Paris
M° Rambuteau - RER Les Halles

 

Infos et réservations

tél : 01 44 54 53 00
du mardi au samedi de 15h à 18h

accueil@maisondelapoesieparis.com

Partager cet article
Repost0

Au café du rendez-vous de Ingrid WINTERBACH

Publié le par Hélène

♥ ♥

Karolina entomologiste revient dans sa ville Voorspoed en Afrique du Sud pour recenser les papillons de l'espèce Hebdomophrda crenilinea du veld. Elle arpente le veld aux côtés de Willie, rencontré par hasard au détour d'une route, et qui cherche "un peu de tout" pour concocter des remèdes. Le soir elle loge à l'hôtel et se rend dans la salle du snooker, lieu emblématique de la ville. 

"La salle du snooker était un lieu où l'on ne savait jamais à quoi s'attendre." p. 186

C'est un lieu de pulsions et de folie réprimée hanté par des hommes désoeuvrés : Pol avocat, le magistrat, homme silencieux veillant sur la salle, le lieutenant Kieliemann sergent, le capitaine Gert Els difficilement contrôlable et Jess qui médite. 

Karolina ressent à la fois attirance et répulsion pour eux, elle revient irrémadiablement en cet endroit quand elle ne va pas danser le tango. 

La nuit elle fait des rêves agités, comme si un danger latent la guettait, tapi dans l'ombre : 

"Tout peut arriver, songea Karolina. Elle pouvait être amenée à tout vivre, être exposée à n'importe quoi ; elle ne pouvait prétendre à aucune protection d'aucune nature. A aucune garantie." p. 45

A l'extérieur, le township gronde, prêt à imploser dans le silence et la chaleur poisseuse. 

"L'air était chargé de désirs indicibles, de peurs et de préjugés profondément enracinés, une hystérie latente remontait peu à pe à la surface. Elle éclaterait tôt ou tard, sous des formes différentes. Un bain de minuit, une chasse à l'homme, une séance de pillage." p. 40

Dans cette atmosphère prégnante de violence sous jacente, passion et mort s'entremêlent sensuellement.  Karolina est fascinée par un couple d'amants illicites, par ce risque, cet amour sans lendemain que la mort frôle sans cesse. Elle-même rêve de recommencer de zéro, loin des hasards de l'existence. 

 

Mes réserves : Un rythme lancinant parcourt ces pages brûlantes présentant des êtres régis par des instincts primaires. Les allusions sexuelles sont nombreuses, et quelquefois superflues, comme si l'auteur souhaitait insister lourdement sur ce point.

"Elle dansa avec le dénommé Kolyn. Il portait des tennis qui lui montaient jusqu'aux chevilles. Ses testicules étaient frais et souples." p. 153

 

Présentation de l'éditeur : Phébus 

Premières pages : Phébus 

Vous aimerez aussi : Cette vie de Karel Schoeman

 

Au café du rendez-vous, Ingrid Winterbach, traduit de l'afrikaans par Pierre-Marie Finkelstein, Phébus, août 2015, 240 p., 20 euros

 

Merci à l'éditeur.

Publié dans Littérature Afrique

Partager cet article
Repost0

Un employé modèle de Paul CLEAVE

Publié le par Hélène

Joe n'aime pas les humains. Mais il aime les chats. Et les poissons rouges. Joe aime un peu Sally. Joe ne pourrait pas vivre sans sa maman. Mais il aimerait aussi l'empoisonner. Joe ne sait plus bien comment son père est mort. Peut-être y est-il pour quelque chose. Joe veut se faire passer pour un attardé. Mais Joe est serial killer. D'une froideur et d'une intelligence telle que après avoir tué six femmes, pas un indice ne remonte à lui. Et pourtant Joe travaille comme homme de ménage au commissariat, il évolue sous les yeux des inspecteurs. Qui sont peut-être eux-mêmes des attardés, qui sait ? 

Bref, Joe est vexé parce que un meurtrier a copié son mode opératoire de serial killer super intelligent pour tuer une jeune fille à qui Joe n'avait rien à reprocher. Enfin on se demande si cela existe une jeune fille à qui il n'aurait rien à reprocher... Rapport à sa mère sans doute ultra envahissante. 

Joe enquête donc pour trouver l'usurpateur, et bien sûr, il va rapidement y parvenir, lui -rapport aux flics hyper benêts sans doute- 

Joe est antipathique disons le clairement, et comme tout le récit -ou presque- est conduit par son point  de vue interne, le roman devient antipathique. Sally, la cruche du commissariat aurait pu sauver le roman et lui apporter un côté humain, mais elle reste effacée derrière sa croix et ses remords parce que ô mon Dieu elle ne s'est pas bien occupée de son frère qui est mort par sa faute. Pauvre Sally. De sympathique elle devient pathétique.

Bref un roman antipathique et pathétique à éviter !

 

Présentation de l'éditeur Livre de Poche Sonatine 

D'autres avis : Babelio 

 

Un employé modèle, Paul Cleave, traduit de l'anglais (Nouvelle-Zélande) par Benjamin Legrand, Sonatine, 2010, 423 p., 22 euros

paru également en livre de poche 

 

Lecture commune pour Lire le Monde autour de cet auteur originaire de Nouvelle-Zélande.

Partager cet article
Repost0

Les filles de Hallows Farm de Angela HUTH

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Les filles de Hallows Farm ont été embauchées dans cette ferme du Dorset pour participer à l'effort de guerre durant l'automne 1941. Elles sont trois à se porter volontaires pour travailler dans la ferme des Lawrence : Prue qui vit à cent à l'heure, Stella plus rêveuse et Agatha, la plus posée des trois.  Elles se plient bien volontiers aux travaux de la campagne, apprennent à traire les vaches, à tracer des sillons bien droits avec le tracteur, à chasser les rats... Contre toute attente, elles se plaisent dans cet univers préservé, aidé en cela par Joe, le fils du fermier réformé pour question de santé, qui lui aussi va reprendre goût à la vie à leur contact virevoltant.

Les trois filles sont à un âge où le flirt constitue tout leur horizon, et leur rapport à l'amour est aussi bien différent : quand Prue tombe amoureuse tous les matins et se lasse tout aussi vite de ses conquêtes, Stella rêve et idéalise son premier flirt Philip, et Agatha pense de loin en loin à un jeune homme croisé un jour avec la certitude qu'il est l'homme de sa vie. 

Si ces jeunes filles et leurs idylles sont attachantes, ce qui importe davantage dans ce roman est l'impact de la guerre sur des destins individuels, l'amour souvent cristallisé par les incertitudes d'un monde chancelant. Durant cette période irréelle, tous ressentent le poids de la guerre et la nécessité d'avoir des projets solides, quitte à faire fausse route. L'urgence de vivre symbolisée par les avions qui rôdent autour de la ferme contraint les uns et les autres à accélérer des choix desquels ils pourraient se retrouver prisonniers par la suite... 

Un beau roman sur cette période de l'histoire vue du point de vue de ceux qui restent à terre ...

 

Présentation de l'éditeur : Folio 

D'autres avis : Babelio 

Du même auteur : la suite Souviens-toi de Hallows Farm

 

Les filles de Hallows Farm, Angela Huth, traduit de l'anglais par Christiane Armandet et Anne Bruneau, Folio, 2000, 560 p., 9.70 euros

 

Lu dans le cadre ud mois anglais consacré aujourd'hui à cette auteure.

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Mes coups de coeur anglais

Publié le par Hélène

Voici une petite sélection de mes coups de coeur pour le Mois anglais :

 

 A quand les bonnes nouvelles de Kate ATKINSON Un roman drôle et profond à la fois, dans lequel chacun peut trouver les réponses à certaines des questions qu'il se pose.  

 

Lady Susan de Jane AUSTEN Le portrait d'une manipulatrice hors pair 

 

Expiation de Ian McEWAN Un chef d'oeuvre appelé à devenir un classique !

 

Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? de Jeanette WINTERSON : Jeanette Winterson revient ici sur son enfance passée auprès d'une mère adoptive rigoriste obsédée par sa religion, l'Enfer, le Mal et toute leur bande... Une mère qui l'a mise à la porte parce qu'elle préférait les filles aux garçons.

 

 Sucré, salé, poivré de Mary Wesley Une satire sociale de la société anglaise des années 70 menée tambour battant. 

 

La chute du British Museum  Un roman très drôle

 

 Ma cousine Rachel de  Daphné du Maurier et  Mary Anne

 

GASKELL Elizabeth Nord Sud  Mon premier roman industriel !

 

HARDY Thomas Les forestiers ; Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy A travers de beaux portaits simples et sincères, Thomas Hardy nous mène vers une réflexion profonde sur les fondements de l'être, sur le mariage et ses vicissitudes, et sur les valeurs que l'on porte en soi.

 

 Jack Rosenblum rêve en anglais de Natasha Solomons Un véritable enchantement que ce petit roman. conte de fée loufoque et savoureux !

 

HUTH Angela Les filles de Hallows Farm  Un beau roman sur cette période de l'histoire vue du point de vue de ceux qui restent à terre ...

 

 

Ecosse :

 

http://www.akaoka.com/

 

Un bûcher sous la neige de Susan FLETCHER : un roman ensorcelant se déroulant dans l'Ecosse du XVIIèe siècel

Un monde ouvert de Kenneth WHITE : un recueil de poésie 

Dans l'oeil du faucon de Kathleen Jamie

 

BD :

 

 Le singe de Hartlepool de Wilfrid LUPANO et Jérémie MOREAU

 

POLICIERS : 

 

Les John HARVEY : De chair et de sang de John HARVEY ;  Le deuil et l’oubli de John HARVEY ; Lignes de fuite de John Harvey ;Cold in hand de John HARVEY  

Les Peter ROBINSON : Bad Boy de Peter ROBINSON ; 

WADDELL Dan Code 1879

 

 

Partager cet article
Repost0

L'étoile de Sagarmatha de Jean-Marie DEFOSSEZ

Publié le par Hélène

♥ 

Etienne est un jeune adolescent de 16 ans fasciné par une jeune fille népalaise de sa classe , la belle Thara. Petit à petit il parvient à s'approcher de la jeune fille et une relation forte naît entre eux deux. Cette relation mènera Etienne jusqu'au pied de Sagarmatha, déesse du ciel et montagne mythique plus connue sous le nom de mont Everest.

Si la première partie du roman consacrée à la mise en place de l'intrigue est un peu longue, laborieuse et frôle quelquefois la mièvrerie, la deuxième partie se déroulant au Népal est très belle. Etienne vit une expérience unique en tentant cette ascension mythique, mystique, aux dangers innombrables. Il se heurte à ses propres limites mais aussi à la force de la nature  et du hasard.

"Malgré ma fatigue et mon essoufflement croissant, le magnétisme du lieu m'a semblé extraordinaire : il y a d'abord eu la lumière, qui jouait d'une infinité de reflets sur la neige et la glace ; ensuite les parois autour de nous montant si vite et si haut qu'elles donnaient l'impression que les roches, ici, à l'image des hommes, se tenaient devout ; et enfin la force incroyable qu'ont soudain pris le vide, le silence et l'azur lorsque la pointe glacée du Lhotse a surgi tel un soleil deux kilomètres au-dessus de nos têtes." p. 124

Epaulé par son guide, il affronte les avalanches, les chutes de pierre, le froid, le mal des hauteurs dû au manque d'oxygène, et chaque pas est un effort surhumain. L'abandon n'est jamais loin, et pourtant il souhaite arriver en haut, sur le toit du monde, pour lui, mais surtout pour Thara... Parviendra-t-il à frôler les étoiles ?

Ce que j'ai moins aimé : C'est vraiment dommage que l'aventure ne commence qu'à la page 80, soit presque à la moitié du livre...

 

L'étoile de Sagarmatha, Jean-Marie Defossez, Nathan aventure, 2007, 153 p., 4.95 euros

A partir de 12 ans.

 

Conseillé par ma copine Bénédicte ! Merci !

Publié dans Jeunesse Roman

Partager cet article
Repost0

Une putain d'histoire de Bernard MINIER

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Prix Cognac du meilleur roman francophone

Henry, 17 ans, vit avec ses deux mères adoptives sur l'île de Glass Island dans l'état de Washington, lieu battu par les vents, cerné par la brumes 360 jours par an et uniquement accessible par ferry. C'est sur une de ses plages que la petite amie de Henry, Naomi, est retrouvée morte, assassinée. Les soupçons se portent immédiatement sur le jeune homme, d'autant plus que peu de temps avant sa disparition, une violente dispute a éclaté entre les deux amoureux. Accompagnés de ses amis, Charlie, Johnny, KaylaHenry décide de mener lui aussi l'enquête afin de se disculper. Commence alors une plongée dans l'univers intime des habitants de l'île, plongée fascinante tant chacun cache des secrets inavouables... 

"Nous sommes tous des menteurs. Nous déguisons, nous falsifions, nous modifions, nous comblons les vides. Nous sommes tous des mythomanes ; il n'y a que le degré de mythomanie qui change." p. 398

Sur cette île coupée du monde, balayée par les vents et par une pluie insidueuse qui s'immisce dans les esprits et dans les coeurs, les identités des uns et des autres sont fluctuantes et dans ce contexte, le coupable sera difficile à cerner...

http://alexavancouver.blogspot.fr/

Parallèlement, Henry est recherché par son vrai père qui use de tous les moyens modernes pour traquer ce fils qu'on lui a enlevé. Ainsi, sont pointés du doigt les dangers du net et la surveillance de l'état omniprésente incluant l'absence de vie privée de plus en plus prégnante, et la possibilité d'espionner qui on le souhaite, même en n'étant qu'un hacker débutant, par l'intermédiaire de nos téléphones, ordinateurs... 

"Les gens sont naïfs... La plupart évoluent dans le cyberespace comme des touristes américains qui, dans un rade mexicain, poseraient leurs portefeuilles, leurs clés de voiture et leurs cartes bancaires sur la table." p. 483

Malgré quelques invraisemblances, cette putain d'histoire au suspens haletant est difficile à lâcher !!

 

Présentation de l'éditeur : Pocket 

D'autres avis : Alex 

Du même auteur : Le cercle

Site de l'auteur http://bernard-minier.com/

 

Une putain d'histoire, Bernard Minier, Pocket,  mai 2016, 598 p., 8.20 euros

Partager cet article
Repost0

Watertown de Jean-Claude GOTTING

Publié le par Hélène

♥ ♥

Le narrateur  Philip Writing est un être pétri d'habitude : tous les matins, il achète un muffin sur le chemin du bureau en s'arrêtant à la pâtisserie de Monsieur Clarke. Il est servi par la belle Maggie Laeger qui ce lundi-là prend congé de lui en lui disant « Non... Demain je ne serai plus là. ». Effectivement, le lendemain, non seulement la jeune femme a disparu, mais, de plus, Monsieur Clarke est mort, écrasé par une étagère. Philip est intrigué par cette mort soudaine concomitante à la disparition de la jeune femme.

Deux ans plus tard il croit apercevoir Maggie dans un magasin d'antiquités à Stocbridge, et découvre qu'elle a pris un nouveau nom. La jeune femme feint de ne pas le reconnaitre. Cet homme de bureau impassible trouve alors un sens à sa vie : il s'improvise détective et sa quête de la vérité devient rapidement obsessionnelle.

Les teintes en trichromie gris, blanc, noir et jaune sont en parfaite adéquation avec la vie grisâtre de Philip, qui voit soudain l'occasion de courir après quelque chose de ténu. Sa quête résonne davantage comme une lutte contre l'ennui que comme une lutte pour la vérité... Il s'embourbe dans son enquête, interrogeant des personnes qui ne comprennent pas son intérêt soudain pour de vieilles intrigues, il se brouille avec son frère et sa belle-soeur également et fait le vide autour de lui.

Ce que j'ai moins aimé : Le ton lancinant a fini par imbiber mon esprit de cette noirceur mélancolique. L'ennui a pointé son nez et la fin n'a en rien réveillé mon intérêt.

 

Présentation de l'éditeur : Casterman

D'autres avis : Babélio  ; France Inter  ; Violette ; Laure

 

BD sélectionnée pour Le prix SNCF du POLAR 2017

 

La BD de la semaine chez Moka cette semaine !

Partager cet article
Repost0

Pour Primo Levi de Mario RIGONI STERN

Publié le par Hélène

♥ ♥

Ce court recueil rassemble trois petites nouvelles en honneur de Primo Levi et d'un autre ami cher à l'auteur : Nuto Revelli. Ils sont trois garçons d'une vingtaine d'année en 1939 avec de nombreux points communs : l'expérience de la guerre, les camps pour Primo Levi et Rigoni Stern, la libération et les pérégrinations multiples avant le retour au pays. Tous trois éprouvent aussi une attirance magique pour la montagne. Mais surtout, tous trois ont choisi de témoigner, parce que l'écriture s'est imposée à eux comme une nécessité.

Pour eux écrire signifie continuer à résister "en s'acharnant pourtant à préserver, jusqu'à la limite de ses forces, l'étincelle sans cesse remise en cause d'une incertaine espérance." (Post-face de François Maspero)

Leur témoignage résonne dans l'âme du lecteur :

"Dans la présentation de l'édition scolaire, Primo écrit : "Je serais heureux si je sais que ne serait-ce qu'un seul de mes nouveaux lecteurs a compris combien il est dangereux, le chemin qui part du fanatisme nationaliste et de l'abdication de la raison." p. 24

Les nouvelles insistent sur la force de l'amitié reliant les hommes, la solidarité, l'amour du prochain qui sauve l'âme. Les pages de Mario Rigoni Stern rendent magnifiquement hommage à ses amis de coeur, sa ferveur leur redonne vie...

Ce que j'ai moins aimé : J'avais eu ce livre en cadeau, "pour célébrer le dixième anniversaire de La Fosse aux Ours, ce livre nous été gracieusement offert pour l'achat de deux livres Fosse aux ours". Aujourd'hui il est en vente 8 euros, ce que je trouve excessif pour un petit livre qui fait 49 pages, 59 si on compte la postface !

 

Du même auteur : Les saisons de Giacomo ; Hommes, bois, abeilles 

De Primo Levi : Si c'est un homme ; La Trêve

De Benvenuto Revelli : Le monde des vaincus ; Le disparu de Marburg

 

Pour Primo Levi, Mario Rigoni Stern, Traduction et postface de François Maspero, La fosse aux ours, 2012, 8 euros

Un mois un éditeur : La Fosse aux ours

 

 

 

La bonne Nouvelle du lundi chez Martine

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Pur de Antoine CHAINAS

Publié le par Hélène

"Ce ne sont pas les races ni les religions qui nous posent problème, mais la misère."

Tout commence par une sortie de route. Patrick Martin recouvre ses esprits après un accident de voiture qui a couté la vie à sa femme. Or les circonstances de l'accident restent vagues : ont-ils subi les tirs de deux arabes avec qui ils s'étaient disputés un peu plus tôt dans le voyage sur une aire d'autoroute ? Ont-ils été tué par "le tueur de l'autoroute" qui prend pour cible habituellement des arabes ? Se sont-ils violemment disputés ce qui aurait occasionné une sortie de route ? Dans ce monde aseptisé, les politiques s'empressent de récupérer l'accident pour créer un climat insurrectionnel propre à renforcer le rôle de la police judiciaire dans la ville.

Le point de vue des personnages alterne entre Durantal, flic obèse, Alice, jeune policière arriviste, Julien, jeune homme vivant dans l'ombre d'un père tyrannique, et Patrick, qui semble cacher des éléments.

Dans cette légère dystopie, les français vivent dans des résidences sécurisées, puisque la sécurité et l'ostracisme sont devenus des sujets de préoccupation essentiels. Chacun surveille son prochain par un système pointu de vidéosurveillance sur laquelle on peut se brancher en permanence chez soi pour encourager les dénonciations de ceux qui troubleraient cet ordre quasi totalitaire.

Un roman glaçant d'un monde perdu dans ses dérives...

Ce que j'ai moins aimé :

Je l'ai trouvé relativement long, doté de personnages peu attachants, assez froids. Le manque de lumière prégnant déshumanise et les personnages et l'intrigue.

Bilan : Un roman qui colle à l'actualité et est utile dans sa dimension politique, mais reste décevant dans sa dimension policière.

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

D'autres avis : Babélio ; Télérama

 

Ce roman appartient à la sélection du Prix SNCF du polar et il est accessible ce mois-ci en ligne en format numérique sur le site de la SNCF

Voici certains des autres titres :

Catégorie Roman :

Gravesend de William BOYLE

911 de Shannon BURKE

Catégorie Courts métrages :

Ici

Catégorie BD :

L'été Diabolik de Thierry Smolderen et Alexandre Clerisse

Watertown de Jean-Claude GOTTING

Chaos debout à Kinshasa de Thierry Bellefroid et Barly BERUTI

 

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 > >>