Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

428 résultats pour “ile du point némo

LOL est aussi un palindrome de Mathilde LEVESQUE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

- Madame c'est du gâchis que vous soyez prof.
- Ah.
- Vous auriez dû être avocate ou politicienne ou chef de gang, vous savez trop embrouiller."

 

Mathilde Levesque est agrégée de lettres modernes et docteur en langue et littérature françaises. Elle enseigne en zone sensible depuis 2011. Elle a recueilli ici les meilleures répliques de ses élèves de seconde, première et BTS du lycée Voillaume d'Aulnay-sous-Bois où elle enseigne depuis trois ans.

« Au début, je voulais juste garder une trace des échanges en classe qui m’avaient fait rire. Au fil de ces trois années, je me suis donc constitué un petit recueil de citations de mes élèves. C’est mon éditrice, ancienne camarade de classe, qui m’a proposé d’en faire un livre. Je me suis dit que c’était une bonne occasion de montrer que des élèves du 93 peuvent être aussi malins et intelligents que d’autres issus d’établissements plus favorisés », a expliqué Mathilde Levesque, dans une interview accordée à L’express.fr.

Et effectivement, l'ensemble est drôle et bien vu. Les rapports de complicité entre prof et élève sont flagrants, et pourront sans doute revaloriser un métier en perte de vitesse...

Quelques exemples :

En début d'année :

"Madame, "nous serons", ça s'écrit avec un s ou avec un t ?

- ...

- Ah mince... Vous savez pas."

 

 

Les occurrences bien connues de ceux qui côtoient les jeunes de "Madame, vous êtes sérieuse ?" ou les "Avouez" ou les tchip sont nombreuses :

-"A votre avis, quel enseignement peut-on tirer de l'histoire de Narcisse ?

-Qu'il faut avoir nager !

- ...

- Avouez !"

 

"-Mais Madame, comme dit le proverbe : "La vérité prend l'escalier quand le mensonge prend l'ascenseur, mais on verra bien là-haut".

- ...

- Avouez !"

Des questions essentielles :

"Madame, mais du temps de Zola, ils avaient des amendes quand ils conduisaient le tracteur en ayant bu ?"

» Pratiquer l’ironie ou l’auto-dérision avec les élèves, c’est leur enseigner comment ils peuvent prendre de la distance avec ce qu’ils entendent, ce qu’ils voient, ce qu’ils lisent… C’est finalement être capable de rire de tout, y compris de Ronsard et de Corneille! Une compétence essentielle. Quand ils quitteront le lycée, la plupart de mes élèves n’auront plus à faire des commentaires de texte; mais cette capacité à prendre du recul, que nous avons développée ensemble, elle leur servira toute leur vie. »

 

Présentation de l'éditeur : Editions First  Points

D'autres avis : Le Monde

 

Sorti en poche en septembre 2016 chez Points

Publié dans Jeunesse Documents

Partager cet article
Repost0

Pourquoi les oiseaux meurent de Victor POUCHET

Publié le par Hélène

♥  ♥ ♥

Un phénomène étrange semble se produite en Haute Normandie : des oiseaux tombent du ciel, raides morts et s'échouent sur les plages dans l'indifférence générale. Mais le narrateur, parisien originaire de Normandie décide de se rendre sur place pour enquêter. Il choisit alors la voie de l'eau et embarque sur le Seine-Princess, un bateau de croisière qui descend la Seine.

En fait, pour résumer, c'est l'histoire d'un homme qui a "la vie sur le bout de sa langue". Ainsi il se retrouve sur une péniche à guetter des oiseaux qui tombent du ciel, morts et mène une enquête pour laquelle personne ne l'a missionné.

"Sur le bout de la langue les engagements, les choix, les aventures de l'esprit, la vie sociale et les conquêtes.J'avais l'impression de passer ma vie à ne pas articuler complètement ce qui m'arrivait et à sacrifier tout un tas de syllabes, de mots et de phrases-projets."

Il tente de mettre de l'ordre dans sa vie porté par sa quête, prétexte pour revenir vers ses origines et se réconcilier avec son père ? Prétexte surtout pour se perdre dans des circonvolutions qui évitent de penser à l'essentiel...

Avec humour et intelligence, Victor Fouchet peint le portrait d'un homme perdu qui retrouve peu à peu le chemin vers la logique et sa vie.

"Le scrabble frustre comme la vie : je pourrais faire un mot sublime là tout de suite, mais il manque toujours une lettre, un endroit où le placer. On voudrait les thésauriser, les garder au chaud pour abattre ses cartes d'un seul coup, plier le jeu, ranger ses gaules et aller se coucher avec le mot de la fin. Mais on est obligé de jouer à chaque tour. Jusqu'à ce qu'un autre mot sur le plateau offre une perspective inédite, salvatrice. Il  y a des gens compte double, des après-midi compte triple; des journées Y (dix points), de très nombreuses matinées E, A ou S (un point), il y a surtout des jours où de toutes les lettres placées devant nous on ne réussit à tirer aucun mot."

Un roman érudit pour un beau portrait d'homme.

 

Présentation de l'éditeur : Finitude

 

Pourquoi les oiseaux meurent, Victor Pouchet, Finitude,septembre 2017, 192 p., 16.50 euros

 

Merci à l'éditeur.

Partager cet article
Repost0

Cette sacrée vertu de Winifred WATSON

Publié le par Hélène

Miss Pettigrew est une vieille fille pauvre qui cherche un emploi de gouvernante. Elle est envoyée par une agence de placement chez Miss Lafosse pour s'occuper de ses enfants. Miss Pettigrew, l'incarnation même de la vertu rencontre alors une Miss Lafosse en déshabillé vaporeux. Elle apprend que la jeune chanteuse de cabaret est entretenue par Nick un homme brutal, flirte avec Phil pour être engagée dans son spectacle et apprécie bien Michel qui, lui, ne lui apporterait rien. De fait, les hommes défilent dans l'appartement, mais point d'enfants à l'horizon... Miss Pettigrew s'inquiète, mais les heures défilant, sa présence s'avère tout de même indispensable... L'alliance de cette femme moderne et de cette vieille fille vertueuse fait des étincelles, et commence alors une journée mémorable qui changera la vie des deux futures amies !

"Jamais personne ne lui avait parlé comme ces gens-là, qui ouvraient leur coeur au premier mot et qui, surtout, la regardaient, non comme une étrangère dont on se méfie, mais comme un membre du clan. Ils l’adoptaient, quoi. Ils l’adoptaient d’emblée. C’étaient des gens qui ne s’intéressaient ni à votre rang social, ni à votre famille, ni à l’importance de votre compte en banque. Ils vous voyaient : « Bonjour, comment allez-vous ? » Et ça venait du fond du coeur. On communiquait avec ces gens-là, on ne se sentait pas seul. Miss Pettigrew ne se sentait plus seule et, en même temps, elle s’apercevait qu’elle l’avait été, jusque-là, à un point qu’elle n’imaginait même pas.
Pendant des années, elle avait vécu chez des étrangers qui la toléraient tout au plus. Quelques heures seulement après être arrivée chez Miss Lafosse, elle s’y sentait comme chez elle. On l’acceptait, on lui parlait, on lui faisait des confidences. Cela lui réchauffait le coeur."

Que de fraicheur dans ce petit roman anglais datant de 1938 ! Miss Pettigrew laisse voler en éclats un à un tous ses principes, elle se détache de ses carcans qui ne l'ont menée qu'à la solitude et décide de laisser la vie la mener vers des lendemains qui chantent. Un petit régal !

 

D'autres avis : Martine

 

Cette sacrée vertu, Winifred Watson, 10-18, octobre 2016, 5.80 euros

Et voici ma première participation au mois anglais organisé par Lou et Cryssilda  !

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La vie parfaite de Silvia AVALLONE

Publié le par Hélène

♥ ♥

Adèle, 18 ans est sur le point d'accoucher. En ce jour particulier, elle est seule, le père de son enfant étant en prison, si bien que Adèle envisage de donner son enfant pour qu'il soit adopté. Elle souhaite le meilleur pour son enfant et essaie de se persuader que commencer sa vie dans un environnement dégradé auprès d'une mère adolescente n'est pas l'idéal... Parallèlement, Dora rêve de devenir mère, mais le destin s'acharne contre elle à tel point que son couple commence à en souffrir.

Alors que nous sommes à l'orée de deux nouvelles vies pour ces deux femmes, le récit revient sur leur parcours pour mieux comprendre cette heure délicate des choix essentiels pouvant déterminer la trajectoire de toute une vie. Que signifie être parents et donner la vie dans un monde tourmenté ? La question de la responsabilité et de la culpabilité des parents est au coeur du roman, sous l'égide de Dostoïevski...

"Quand tu mets quelqu'un au monde, tu dois l'aimer. Le regarder dans les yeux et lui dire : Tu es en sécurité. Sinon, tu lui donnes la vie mais tu ne lui permets pas de naitre. Tu le tues."

Adèle, Dora, Fabio souffrent mais malgré tout, quelques moments fulgurants les sauvent, au milieu du chaos : une journée à la mer, un restaurant entre mère et filles, un voyage, des instants fugaces qui justifient les aléas et permettent de tenir debout, envers et contre tout. Peuvent-ils prétendre à une vie parfaite ? Non. Seulement à une vie fragile mais éclairée ça et là par de petits miracles qui, de secondes magiques en minutes merveilleuses, créent une certaine forme de perfection...

 

Présentation de l'éditeur : Liana Levi

Du même auteur : D'acier de Silvia AVALLONE ; Le lynx ♥ ; Marina Bellezza ♥ ♥ ♥ 

 

 

La vie parfaite, Silvia AVALLONE, Liana Levi, traduit de l'italien par Françoise Brun. «Littérature étrangère» Date de parution : 05-04-2018 14 x 21 cm - 400 pages, 22 euros

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Parlez-moi d'amour de XINRAN

Publié le par Hélène

♥ ♥

"L'histoire vit avec nous et en nous. Les coutumes anciennes inspirent notre vie de tous les jours. Nous devons faire un effort pour comprendre ce qui se passe autour de nous, en observant, posant des questions, cherchant des indices, utilisant notre cerveau pour analyser ce qui est bien et ce qui est mal. De cette manière, nous pouvons trouver tout ce dont nous avons besoin pour consigner l'histoire à l'intention des générations futures."

Xinran a recueilli les témoignages de femmes sur quatre générations avec comme point de départ cette question "Parlez-moi d'amour".

L'aînée est Rouge, mariée très jeune à un homme qu'elle ne connait pas et qui, malheureusement aime une autre femme qu'il attendra toute sa vie et à qui il restera fidèle. Une belle complicité s'instaure entre les deux jeunes gens, même si à la mort de son mari, Rouge sera vierge comme au premier jour. Viennent ensuite Verte et Dafu, qui se rencontrent durant le Révolution Culturelle et seront fortement marqués par les évènements historiques, puis Grue, mariée à un homme qu'elle a choisi mais que sa famille n'a jamais accepté, et enfin la nouvelle génération, adepte des rencontres sur Internet et des amours plus légères.

"Les quatre ou cinq générations qui ont vécu pendant cette période ont des histoires très différentes à raconter en matière d'amour, leurs expériences ayant été façonnées par le chaos et les tourmentes de la guerre, l'instabilité de la situation politique, les diverses avancées technologiques, et bon nombre d'autres facteurs."

En choisissant d'aborder d'histoire de la Chine par le biais de ce thème, Xinran montre brillamment les liens ténus qui marient l'intime et le politique. Subtilement, elle met en lumière l'influence plus que prégnante que peut avoir le régime politique sur le mariage et sur les relations individuelles au point de les façonner. Observer les relations amoureuses, c'est donc décrypter la société...

Par ces beaux témoignages, Xinran dresse un portrait en profondeur de ces femmes chinoises au coeur des aléas de leur histoire...

 

Présentation de l'éditeur : Picquier

Du même auteur : Chinoises

Vous aimerez aussi : SIJIE Dai Balzac et la petite tailleuse chinoise

D'autres avis : Chinouk ;

 

Merci à l'éditeur.

Parlez-moi d'amour, Xinran, traduit de l'anglais par Françoise Nagel, Picquier, avril 2018, 448 p., 23.50 euros

Publié dans Littérature Asie

Partager cet article
Repost0

Stand by saison 1 de Bruno PELLEGRINO, Aude SEIGNE, Daniel VUATAZ

Publié le par Hélène

♥ ♥

L'idée de départ est brillante : remettre au goût du jour le feuilleton littéraire, que l'on retrouve aujourd'hui plus à la télévision qu'à l'écrit, avec un succès certain. Les éditions Zoé ont donc fait appel à trois auteurs pour rendre au feuilleton littéraire ses lettres de noblesse. Dans cet épisode pilote, un nouveau volcan entre en éruption à Naples, provoquant un nuage de cendres clouant les avions au sol et empêchant la plupart des communications. Ainsi, Alix, journaliste cinéma, est coincée à Roissy alors qu'elle s'apprêtait à s'envoler pour New-York. Eole, Pascaline, Céleste et les autres, européens qui accomplissent au Groenland leur Service climatique obligatoire. restent sur l'île sans secours. Enfin, Nora, Vasko et Virgile, trois ados en vacances au Monténégro, sont tout à coup isolés, sans adultes. Leur vie va être profondément bouleversée lors de ces premières vingt-quatre heures.

"Car c'est ça, un volcan. Plus qu'un monument naturel posé sur le paysage pour les adeptes de l'adrénaline ou de l'histoire du monde, c'est un point de contact direct avec le cosmos. Un tunnel qui relie les entrailles d'un corps planétaire à son atmosphère. Le rappel qui nous vivons sur une braise, sur sa surface extérieure, refroidie, qui peut se raviver à tout moment."

Ce que j'ai moins aimé : Malheureusement, ce premier épisode souffre de quelques maux qui sapent son intention de départ et ne parviennent pas à rendre le lecteur aussi addict qu'il pourrait l'être devant un écran. 

La mise en place est laborieuse, les auteurs mettent du temps à camper leurs personnages (peut-être trop nombreux, d'ailleurs), et ceci au détriment de l'action, primordiale pour ferrer le lecteur dans une série. De fait, le suspens est quasi absent, la fin du tome laisse effectivement planer un doute sur le sort de certains des personnages, mais pas au point de se précipiter sur le tome suivant.

Bilan : Ces défauts sont peut-être gommés au fil des épisodes suivants, il faut l'espérer. A noter que le tome 4 sort cet été pour ceux qui voudraient se lancer dans l'aventure, clôturant ainsi la première saison.

 

Le site : https://standbyzoe.ch/

Présentation de l'éditeur : Editions Zoé

Du même auteur : Chroniques de l'Occident nomade de Aude Seigne ; Les neiges de damas de Aude Seigne

 

 

Partager cet article
Repost0

Piégés dans le Yellowstone de C. J. BOX

Publié le par Hélène

♥ ♥

Cody Hoyt doit lutter à chaque minute pour ne pas replonger dans les affres de l'alcool. Enquêteur criminel auprès des services du shérif, il est surveillé de près par ses supérieurs qui redoutent ses excès. Malheureusement, ses bonnes résolutions vont voler en éclat quand son parrain aux alcooliques anonymes trouve la mort dans un incendie. Si ses chefs préfèrent ne voir qu'un accident, Cody est persuadé que cet incendie n'est guère accidentel. Il se dresse alors contre sa hiérarchie. De fil en aiguille il découvre que le tueur participe à une randonnée dans le Yellowstone à laquelle est également inscrite son fils. Il n'hésite pas et fonce envers et contre tous pour sauver son fils...

Commence alors curieusement un deuxième roman, comme si deux romans se fondaient en un seul : la première partie assez classique au sein des services de police, et la deuxième au coeur du Yellowstone, aux côtés des différents participants de cette expédition à cheval.


Ce que j'ai moins aimé :

La structure et ces deux romans en un est assez surprenante, manquant de fluidité.

Des incohérences : le fils participe comme par hasard à la même expédition que le tueur.

Des caricatures dans la psychologie des personnages dont le cliché du flic alcoolo, les soeurs dont l'une est jolie et superficielle et l'autre intelligente mais plus commune, les copains new-yorkais en goguette...

Bilan : Un page turner efficace qui donne une autre vision plus sauvage du célèbre parc, bien loin des clichés pour les touristes.

 

Présentation de l'éditeur : Points ; Seuil

D'autres avis : Jean-Marc ; Oncle Paul

 

Piégés dans le Yellowstone, C. J. Box, traduit de l'anglais (EU) par Freddy Michalski, Points, 491 p., 8 euros

Partager cet article
Repost0

Les bottes suédoises de Henning MANKELL

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Vieillir, c'est s'aventurer sur une glace de moins en moins solide." p. 200

Oui, le bandeau scande la filiation avec Les Chaussures italiennes, mais je vous rassure de suite, les deux romans peuvent se lire indépendamment l'un de l'autre.

Fredrik vit seul sur une île de la Baltique. Il se réveille un matin dans sa maison en feu. De cette maison héritée de ses grands-parents, il ne reste rien. A 70 ans Fredrik s'installe dans une caravane au confort rudimentaire et se demande comment envisager la suite de son existence. Une journaliste venue l'interroger sur le drame pourrait lui redonner le goût de vivre, mais la belle reste fuyante. De surcroit, des sous-entendus laissent penser qu'on le croit responsable de l'incendie. Fredrik noie sa mélancolie dans les paysages de son île quand l'arrivée de sa fille Louise porteuse d'un secret ravive son envie de vivre. 

Doux roman mélancolique, Les bottes suédoises prend son temps, à l'image des bottes commandées par Fredrik qui tardent à arriver au magasin. En attendant, Fredrik se promène avec deux bottes de pied gauche, claudiquant dans sa vie ravagée. Il lui faudra du temps pour se reconstruire et appréhender les êtres qui l'entourent qui bien souvent constituent un mystère pour lui.

Cette belle réflexion sur le temps qui passe et sur la vieillesse nous prend dans ses serres pour nous relâcher ensuite, apaisés, prêts à regarder aux côtés de Fredrik vers des rivages harmonieux.

 

Présentation de l'éditeur : Seuil ; Points

D'autres avis : Télérama Babelio ; Antigone

 

Les bottes suédoises, Henning Mankell, Traduit du suédois par Anna Gibson, Points, 384 p., juin 2017, 7.9 euros

 

Et merci à Isabelle pour le prêt !

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Mary Barton de Elizabeth GASKELL

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Ne rien convoiter sous les vastes cieux,

N'avoir à regretter aucune vilenie,

Non plus qu'une heure gaspillée,

Et comme une timide violette, en silence,

Exhaler vers le Ciel un suave parfum,

Pour le remercier de toutes ses bontés,

Puis ployer, satisfait sous la pluie purifiante." Elliott

Ce premier roman d'Elizabeth Gaskell peint le destin de la jeune et trop jolie Mary Barton dont le coeur oscille entre son ami d'enfance Jem Wilson et le fils du patron des filatures, Harry Carson. Jeune couturière vivant dans la pauvreté et le dénuement, si son coeur a tendance à la pousser vers Jem, ses rêves et sa coquetterie lui font espérer une vie prospère, comme une revanche sur la pauvreté actuelle, aux côtés de Harry.

En ces années 1839, la misère frappe durement les ouvriers, la faim taraudant les plus faibles et les menant aux portes de la mort. La moindre miette de pain est une bénédiction en ces périodes de disette. De plus, le contraste entre les ouvriers et ces patrons qui préfèrent ignorer les revendications des uns et des autres provoque les premières luttes syndicales. Le père de Mary Barton s'engage corps et âme dans ces luttes. Les revendications des syndicalistes veulent ouvrir une ère nouvelle : "Il était souhaitable que les ouvriers ne fussent pas seulement des ignorants se comportant comme des machines, mais des hommes éduqués, capables de discernement ; et qu'il existât entre eux et leurs patrons des liens de respect et d'affection, et pas seulement des contrats financiers ; en somme, il souhaitait que la loi gouvernant les rapports entre les deux parties fût conforme à l'esprit du Christ." p. 473

Au fil du roman, Mary mûrit et revient aux valeurs essentielles, éprise de justice, elle sera soumise à une dilemme bien plus grave que de simples hésitations sentimentales...

Vous l'aurez compris, malgré ses 600 pages, Mary Barton est un roman social prenant aux nombreuses ramifications.

« Audacieux pour son temps, accueilli avec intérêt par Dostoïevski, Mary Barton est éloigné de toute subversion, mais touche par son réalisme juste et sensible. »

Le Monde

 

Présentation de l'éditeur : Fayard, Points

D'autres avis : Télérama ; Claudia ; Kathel ;

Du même auteur : Nord Sud

 

Une lecture qui clôturera - un peu en retard- le Mois anglais pour moi

 

Mary Barton, Elizabeth Gaskell, Points, mars 2016, 595 p., 8.40 euros

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Dark Horse de Craig JOHNSON

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Invitez un bon flic chez vous une fois, et un an plus tard il sera capable de vous dire si le grille-pain est blanc ou en inox." 

Un dark horse est un participant très peu connu (comme un cheval de course) qui se fait remarquer de manière inattendue ou une personne qui se dévoile très peu. Mary Barsad est de celles qui se dévoilent peu, femme volontaire passionnée par les chevaux et pourtant dans son mariage, elle a misé sur le "mauvais cheval". Le jour où ce dernier brûle la grange dans laquelle sont enfermés ses chevaux de course, le monde de Mary bascule. Elle se retrouve sonnée, atterrée, avec à quelques mètres d'elle son mari qui a reçu six balles dans le corps... Confuse, elle s'accuse de ce crime sanglant et est emprisonnée dans les geôles de Longmire. Malgré ses dires, le shérif Walt Longmire est persuadé qu'elle n'a pas pu commettre un tel acte. Il part sr place, à Absalom dans le Wyoming pour mener sa propre enquête incognito. 

Savant mélange de nature writing et d'enquête policière palpitante, Dark Horse est la cinquième enquête des aventures de Walt Longmire. Dans une atmosphère rappelant les meilleurs westerns, les personnages évoluent dans les grands espaces sans reconnaître la terre de leurs ancêtres. 

"Je pensai à la manière dont nous labourions et cultivions la terre, dont nous y plantions des arbres, l'enfermions dans des clôtures, y construisions des maisons et faisions tout notre possible pour repousser l'éternité de la distance - tout pour donner au paysage une espèce d'échelle hmaine. Mais peu importait ce que nos faisions pour essayer de façonner l'Ouest, c'était l'Ouest qui nous façonnait inévitablement." p. 249

Les personnages bien campés apportent densité et profondeur à cette série à ne manquer sous aucun prétexte !

PS : beaucoup se demanderont pourquoi je découvre seulement maintenant cette série qui pourtant était faite pour moi. J'avoue avoir tenté l'aventure avec le premier "Little bird". J'ai commencé deux fois cette lecture et je l'ai abandonné deux fois. Raison pour laquelle j'ai finalement commencé par le 5ème de la série, pioché avec détermination en librairie, et avec succés cette fois-ci. Maintenant je vais reprendre dans l'ordre, mais sans passer par la case "Little bird"...

 

Présentation de l'éditeur : GallmeisterPoints 

 

Dark Horse, Craig Johnson, traduit de l'anglais (EU) par Sophie Aslanides, Gallmeister, 2013, 336 p., 23.60 euros 

Dark Horse, Craig Johnson, traduit de l'anglais (EU) par Sophie Aslanides, Points, 377 p., 7.95 euros

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>