Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

bande dessinee francaise

Je vais rester de Lewis TRONDHEIM

Publié le par Hélène

♥ ♥

Ces vacances à Palavas les Flots s'annoncentplutôt bien pour Fabienne et Roland. Roland a tout planifié, chaque visite, chaque restaurant. Mais le sort s'en mêle et la mort s'annonce brutalement, réduisant à néant le planning initial. Sonnée, Fabienne décide de rester et de s'en tenir au programme. Seule désormais.

La vie continue sur la plage, la vie palpite virevoltante et insouciante, sans se douter du drame qui vient de se jouer. Fabienne semble comme déconnectée de la réalité, sonnée par ce qu'elle a vécu, mais aussi réceptive à ce qui l'entoure et lui murmure de continuer. D'avancer. De rire. D'aimer.

Face à l'absurdité de la vie et à la fragilité du lien amoureux, elle choisit le présent et ses petits bonheurs...

Ce que j'ai moins aimé : J'avoue avoir été désarçonnée / choquée par la scène marquante et sa représentation pourtant relativement sobre (je suis une âme sensible)...

Bilan : Un bel album sensible et original sur le deuil.

 

Présentation de l'éditeur : Rue de Sèvres

D'autres avis : Hélène, Antigone

La Bd de la semaine est accueillie par Stephie cette semaine

 

Partager cet article
Repost0

Betty Boob de Véro CAZOT et Julie ROCHELEAU

Publié le par Hélène

♥ ♥

Prix BD Fnac 2018

Elisabeth se réveille au lendemain d'une opération avec un seul sein. L'ablation était nécessaire pour éradiquer le crabe qui la rongeait. Malheureusement cette perte va en entrainer d'autres : dans la foulée, elle perd son job et son compagnon fuit, désœuvré face à cette situation. Elisabeth se retrouve seule à devoir se reconstruire et elle apprend comment renaitre et faire de ses faiblesses une force. Grâce aux rencontres et aux hasards de la vie, Elisabeth devient l'incarnation même de la féminité, de la sexualité assumée et épanouie.

Dans cet univers onirique, hymne au burlesque à la Buster Keaton, la maladie se transforme et se sublime...

Ce que j'ai moins aimé :

- L'absence de texte que son auteure explique ici :

J'avais envie de parler d'une femme qui se réapproprie son corps, alors l'idée du cancer du sein m'est venue assez vite. Mais tous les dialogues que j'imaginais sonnaient cliché ou lourdingue. Je ne connais rien à l'hôpital, mais je ne voulais pas d'hôpital en fait! Ce que je cherchais à faire, c'était plutôt une comédie musicale dessinée.»

Bilan : Une façon très novatrice et originale de traiter un thème fort.

 

Présentation de l'éditeur : Casterman

D'autres avis : Noukette ; Leiloona ; Eva

 

BD de la semaine accueillie par Moka

 

Partager cet article
Repost0

Les beaux étés - Le repos du guerrier - tome 4 de ZIDROU et LAFEBRE

Publié le par Hélène

♥ ♥

Cet été 1980, fini le camping pour la famille Faldérault, Pierre est devenu propriétaire d'une villa livrée clé en mains dans la campagne provençale. C'est donc le coeur léger que la famille s'embarque avec en prime Jean-Manu, le petit ami de Nicole, en direction de l'eldorado tant convoité. Tous rêvent de la future cuisine équipée, des lits douillets, de la piscine ou du barbecue en pierre de la région. Malheureusement, la villa promise n'est pas tout à fait conforme à leur attente... Qu'importe, leur entrain fera fi de l'adversité !

Si ce tome est un peu plus expéditif que les autres, la famille Faldérault est tellement attachante que les minuscules défauts s'effacent, rendus caduques par leur joie de vivre communicative ! Ils savent prendre la vie du bon côté, décidés à passer un bel été, malgré les dissensions ou déceptions. Une BD rafraichissante parfaite pour ce début d'été !

 

Présentation de l'éditeur : Dargaud

Les autres tomes :  Les beaux étés ♥ ♥ ♥ ♥ (BD) ;  Les beaux étés tome 2 ♥ ♥ ♥ ♥ (BD) ;  Les beaux étés tome 3 ♥ ♥ ♥ ♥ (BD)

D'autres avis : Noukette ; Jacques ; Jérôme

ChezNoukette cette semaine !

Partager cet article
Repost0

Au pied de la falaise de ByMöko

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Aussi loin que je me souvienne, je n'ai aucun souvenir d'un jour passé sans musique. Comme si nos vies n'étaient en fait qu'une merveilleuse et complexe danse accordée au rythme du village."

Akou est un petit garçon qui vit dans un petit village en Afrique, au pied d'une grande falaise. Porté par les siens, il apprend à grandir, à mûrir. Il est le fils du chef du village et prend exemple sur son père pour prendre tous les évènements de la vie avec sagesse et intelligence. Son activité principale consiste à garder les vaches, mais même là, il apprend de ses erreurs avec philosophie. Vient l'heure de l'initiation aux côtés du terrible Sigma...

Il devient petit à petit un homme, sachant régler les conflits inhérents à la vie en société avec bienveillance : quand par exemple son voisin fait des travaux empêchant son jeune fils de dormir, Akou va le trouver non pas pour le réprimander mais pour l'aider à finir plus vite ses travaux : "Souvent, mieux vaut être avec que contre." Cette sagesse venue de ses aïeuls le porte un jour vers la falaise qui domine le village : il va devoir l'escalader pour partir à la rencontre de son destin...
 

Ce bel album nous offre un très beau conte initiatique empreint de sagesse et de douceur vantant l'entraide et la persévérance qui ouvrent les portes de la destinée...

"L'important dans la vie, c'est le cap... Pas la durée."

L'univers sonore est à découvrir ici :  https://aupieddelafalaise.bandcamp.com/releases ainsi que la visite à 306° du village : http://www.aupieddelafalaise.com/

 

Présentation de l'éditeur : Editions Soleil

D'autres avis : Sabine ; Mo

Bd du mercredi chez Noukette

 

Partager cet article
Repost0

Culottées tome 1 de Pénélope BAGIEU

Publié le par Hélène

♥ ♥

Des femmes cocasses, comme Clémentine Delait femme à barbe qui s'assume entièrement ; des combattantes comme Nzinga reine du Ndongo et du Matamba, Las Mariposas soeurs rebelles, Lozen guerrière et chamane, Leymah Gbowee travailleuse sociale (au sujet de qui vous pouvez lire aussi Notre force est infinie), Wu Zetian impératrice ; des artistes, quelquefois terrifiantes comme Margaret Hamilton ou sirènes comme Annette Kellerman, des destins qui nous semblent connus mais que l'on redécouvre comme celui de Joséphine Baker danseuse résistante et mère de famille ou encore de Tove Jansson peintre créatrice de trolls (et dont j'avais adoré Le livre de l'été), l'histoire de la première gynécologue Agnodice ; toutes sont des femmes qui ont lutté pour trouver leur place et ont fait entendre leur voix dans le brouhaha du monde masculin. "Je n'ai peut-être pas initié la révolution sexuelle, mais on peut dire que j elui ai donné un sacré coup de pied aux fesses." dira l'une d'elle, Christine Jorgensen...

Ces destins de femmes atypiques, Pénélope Bagieu nous les dépeint avec intelligence, mettant en avant certains aspects de leur vie, en occultant d'autres pour mieux nous donner envie de découvrir par d'autres biais leur histoire complète.

Une vraie réussite...

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

Du même auteur : Culottées tome 2

 

Bd de la semaine chez Moka cette semaine

 

Partager cet article
Repost0

Bâtard de Max de RADIGUES

Publié le par Hélène

Un coup exceptionnel affole les médias : l'attaque simultanée de 52 banques à la même heure ! Cette première a forcément impliqué une large équipe dont semble faire partie la jeune May, en cavale avec son fils Eugène. Mais il semblerait qu'un membre de l'équipe soit parti avec le butin, et que certains braqueurs aient été éliminés en cours de route. May et Eugène sont donc recherchés par la polie de plusieurs états, mais ils ont aussi aux trousses les anciens complices de May. Sauront-ils passer dans les mailles du filet ? Le lien mystérieux qui les unit sera-t-il assez fort pour les porter au-delà du danger ? La cavale s'avère haletante ...

Ce que j'ai moins aimé : Une tension constante règne en ces pages, n'offrant que très peu de répit à notre inquiétude. Seule cette angoisse pousse en avant, si bien qu'au final, reste un sentiment désagréable de malaise diffus et constant. Les dessins relativement simplistes n'effacent pas ce sentiment de mal-être...

 

Présentation de l'éditeur : Casterman

Blog de l'auteur : Max de Radigues

D'autres avis : Babélio

 

Bd sélectionnée pour le Prix Polar SNCF

Bd de la semaine accueillie par Moka !

Partager cet article
Repost0

Ar Men, l'enfer des enfers de Emmanuel LEPAGE

Publié le par Hélène

   

Ar Men est le nom du phare qui éclaire la nuit au large de l'île de Sein. Il est surnommé "L'enfer des enfers" car il est le phare le plus exposé et le plus difficile d’accès de Bretagne, construit sur un plateau rocheux dépassant de simplement quelques centimètres durant les grandes marées et placé dans un endroit extrêmement dangereux. Cette position le voue à assister à des centaines de naufrages, souvent très meurtriers. Germain est le gardien de ce lieu atypique, il lutte contre les éléments pour mieux recouvrir ses propres souvenirs, comme pour se noyer dans l'action. Sur les murs de son phare, sous les strates du temps, il découvre l'histoire de Moïzez...

MoIzez participera à la naissance du phare au XIXème siècle. Germain conte son histoire à sa petite fille lovée dans le phare, mais il évoque aussi d'autres récits qui participent à la légende de l'île de Sein et de la Bretagne comme le mythe de la ville d'Ys ou celui de l'Ankou.

Ce que j'ai moins aimé : Comme souvent chez Lepage, le récit est plus faible que les dessins, magnifiques. Ici, les histoires s'entremêlent de façon quelque peu artificielles, retraçant l'histoire du phare, confondant naufrages et drames au point qu'on ne sait plus bien ce qui tient de la réalité ou de la fiction... 

Bilan : Des aquarelles inoubliables pour un bel hommage rendu à ces gardiens du bout du monde qui ont vu leur métier disparaitre au profit des phares automatisés.

Présentation de l'éditeur : Futuropolis

Du même auteur :  Un printemps à Tchernobyl ♥ ♥ ♥ ♥ (BD)Voyage aux îles de la Désolation ♥ ♥ (BD) ; Les voyages d'Anna ♥ ♥ ♥ (BD)

D'autres avis : Lecture commune avec Jérôme, Blandine ; Eimelle ; Antigone ; Leiloona ; Kathel

Sur le même sujet : Le phare, voyage immobile de Paolo RUMIZ ; La promenade au phare de Virginia Woolf et mon préféré : Tout seul de Chabouté

 

Bd de la semaine accueillie par Stéphie

 

 

 

 

La BD fait son festival avec Priceminister

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Prévert, inventeur de CAILLEAUX et BOURHIS

Publié le par Hélène

Ce premier tome d'une trilogie s'attache aux années 1920 à 1950 de la vie du célèbre poète. Prévert a 20 ans, il est militaire à Constantinople, puis il rejoint le Paris des années folles et son effervescence intellectuelle. A Montparnasse, il connait la vie de bohème, refusant le travail aliénant. Il partage une colocation avec d'autres artistes, dont Yves Tanguy, ils sont financés par le riche Marcel Duhamel, qui sera plus tard éditeur chez Gallimard et créateur de la Série Noire. Jacques se lie avec les surréalistes, Desnos, Breton, Aragon et lors de leurs soirées alcoolisées, il invente le cadavre exquis.

Leur vie est marquée par une liberté insouciante, puis la politisation de Breton provoque l'éclatement du groupe des surréalistes. Prévert écrit quelques scénarios mais il reste encore en retrait, méconnu, préférant profiter du présent que de s'investir dans un projet quelconque.

« Bourhis : L’idée n’était pas de raconter la vie de « Prévert le poète bien connu », mais de se focaliser sur sa jeunesse. On a souvent l’image d’un Prévert vieux, la clope fatiguée au bec. Ici nous parlons du Prévert dandy, punk avant la lettre, imprévisible, fantasque, et déjà très créatif verbalement. Et comme Christian est au dessin, ça me semblait normal de commencer l’histoire dans un port, celui de Constantinople, où Prévert fait son service militaire de manière tout à fait personnelle. Mais ça je vous laisse découvrir comment. La dernière page de l’album reprend la structure de cette première page, sauf qu’au lieu d’un café turc, c’est un bar Parisien, 10 ans plus tard. Une manière de boucler la boucle de sa vingtaine, la décennie durant laquelle Prévert s’est construit, a mûri, a rencontré les gens qui lui ont donné l’envie d’écrire. »

La mise en scène fluide des auteurs résonne en parfaite adéquation avec la personnalité libre de Prévert. Les bulles éclatent hors cadre, dépassant les limites des cases traditionnelles, à l'image de cet esprit bohème refusant d'être circonscrit. Si, dans un premier temps cette mise en page peut surprendre, elle s'adapte finalement bien au poète.

 

Présentation de l'éditeur : Dupuis

A lire : L'intégrale :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'autres avis : Jérôme

 

Prévert, inventeur de Cailleaux et Bourhis, Dupuis, septembre 2014, 72 p., 30 euros

 

Bd de la semaine Chez Noukette cette semaine !

 

Partager cet article
Repost0

Alexandrin ou l'art de faire des vers à pied de Pascal RABATE et KOKOR

Publié le par Hélène

"Partout se trouve la beauté
Dans un marteau, un clou, un cageot, un trait
La beauté est dans l'œil qui contemple
Et qu'importe le sujet observé
L'émerveillement s'apprend et se transmet"

Alexandrin, vagabond sans le sou, erre de porte en porte pour vendre ses poèmes. Si ses mots lui apportent quelques pièces pour s'approvisionner au supermarché, ils sont surtout une manière d'être. Parce qu'enchanter les mots, c'est aussi embellir la vie. Alexandrin ne conçoit pas la langue autrement que travaillée. Ce qui, initialement demande un effort de tournure, finit par lui devenir naturel et essentiel. Sa quête du beau le tient debout. Sa route croise celle de Kevin, petit garçon en fugue avide de liberté. Les deux compères font un bout de chemin ensemble, Alexandrin initie Kevin à son art et lui apporte un regard neuf sur le monde qui l'entoure.

Ce très bel album résonne en nos âmes comme un appel à la rêverie, à la flânerie. Il invite à se placer en marge de la vie qui court pour la regarder courir, pour savourer les détails qui nous échappent habituellement et pour finalement réfléchir à ce qu'on souhaite laisser en chemin.

« Quand ça ne va pas, je regarde les arbres, les oiseaux... de nouveau la vie va et mon humeur repart au galop. »

Livrer la beauté du monde aux autres, retrouver son âme d'enfant capable de s'émerveiller devant une libellule, et quitte à être incompris, marginalisé, seul même quelquefois, "maudit", telle est la mission millénaire du poète mélancolique...

"La poésie, ce n'est pas que les rimes, c'est la façon de voir ou d'interpréter les choses qui prime... "

 

Présentation de l'éditeur : Futuropolis

D'autres avis : Jérôme ; Karine ;

 

BD de la semaine accueillie par Moka

 

Partager cet article
Repost0

Merci de ZIDROU et Arno MONIN

Publié le par Hélène

  ♥ ♥

Merci est une jeune fille de 16 ans, qui aime se faire remarquer jusque dans son look gothique. Après plusieurs menus actes condamnés par la justice, le juge d'application des peines, lassé de son discours anti-société et anti-politique, décide de lui allouer une peine de substitution : elle siègera au conseil municipal de sa commune pour proposer des projets pouvant permettre aux jeunes de mieux s'insérer dans leur ville et delà dans la société. La jeune Merci s'adapte parfaitement à ses nouvelles fonctions, et ses projets pour la ville s'avèreront prometteurs...

A travers le portrait de cette jeune fille pour qui la politique n'est qu'un vain mot, Zidrou nous parle du désenchantement de la jeunesse et nous invite à réenchanter et à réinventer le monde. En permettant à la jeune fille de s'investir dans sa ville et de réfléchir réellement aux améliorations possibles, le juge atypique lui offre une nouvelle façon de voir le monde et d'y trouver sa place.

"A la fin de sa vie, mon grand-père qui a été à la tête de cette ville quinze ans durant disait souvent : "De nos jours, les gens ne votent plus pour des idées mais pour se décharger de leurs propres responsabilités.""

Sous ses airs naïfs et profondément optimistes, cet album a le mérite de proposer des pistes de réflexion enrichissantes pour pallier à l'errance de la jeunesse...

 

Présentation de l'éditeur : Grand Angle

D'autres avis : Noukette ; Livresse des mots, Yaneck, Yvan ; Yves

Du même auteur : La vieille qui n'avait jamais joué au tennis et autres nouvelles qui font du bien ♥ ♥ (BD) ; Les beaux étés ♥ ♥ ♥ ♥ (BD) ;  Les beaux étés tome 2 ♥ ♥ ♥ ♥ (BD) ;  Les beaux étés tome 3

 

Merci, Zidrou et Arno Monin, Grand Angle, 2014, 54 p., 14.90 euros

Cette semaine la BD de la semaine est accueillie par Steph

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>