Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

bande dessinee francaise

Fraternité de CHARLIE HEBDO

Publié le par Hélène

"Frères de gauche

Frères de droite

Tous des frères en charter

Sans fraternité fixe

Frères sans frontières

Tous frères dans les vestiaires

Frères-soeurs mode d'emploi

Tous frères devant Dieu

Tous frères à Noël."

 

En 2008 Charlie Hebdo lance sa propre maison d'édition "Les échappés"

Parmi les premiers titres ce Fraternité qui fait partie d'une trilogie ("Liberté","Egalité", "Fraternité"), trois recueils de dessins politiques "une trilogie qui vole au secours de la gauche complexée, en rappelant les hauts faits du sarkozysme".

Y participent Cabu, Luz, Charb, Riss, Willem, Catherine, Jul, Honoré, Tignous, Wolinski.

Le contexte politique est celui de 2008 avec Sarkozy au pouvoir après la défaite de la gauche, ceux qui quittent le navire, la politique de Brice Hortefeux, le plan banlieue de Fadela Amara, la politique africaine de Sarkozy, le sport... Mais toujours en toile de fond, l'occasion de relire cet humour corosif, l'esprit Charlie Hebdo, ce second degré qui les caractérise, pour "dénoncer la bêtise en faisant rire." (Cabu)

Ce titre m'a surtout interpellée pour son titre, ce "fraternité" si vital. Un mot que chacun doit faire sien, qui devrait être l'essence même de l'être humain...

 

Pour que Charlie Hebdo survive, vous pouvez les soutenir. C'est ICI

En kiosque aujourd'hui également le journal des "survivants" de l'attentat de mercredi dernier, avec en couverture un dessin de Luz :

De nombreux blogueurs se réunissent aujourd'hui sur l'initiative de Yaneck des chroniques de l'Invisible, pour faire revivre en ce mercredi symbolique les dessinateurs de Charlie Hebdo :

Noukette Dessins pour se taire

Violette Dessins des auteurs

Fan de BD Maurice et Patapon

Les lectures de Caro Dessinateurs de presse

Mélo Pandas dans la brume

Faelys Pandas dans la brume

Sandrine L'intégrale des beaufs

Une case en plus L'intégrale des beaufs

Véronique D Les impubliables

Yaneck La vie de Mahomet

Marion New York de CABU

Partager cet article
Repost0

Bulles et nacelle de Renaud DILLIES

Publié le par Hélène

                      

♥ ♥ 

"Les aventures de Charlie la souris ou les vicissitudes du muridé solitaire"

Ce que j'ai aimé :

Charlie est une petite souris écrivain en mal d'inspiration qui aime gratouiller sa guitare dans sa grande maison vide en écoutant Django, Plutôt solitaire, elle rencontre par hasard une girafe qui accroche des guirlandes en vue du carnaval et reçoit également la visite dun petit oiseau bleu nommé Monsieur Solitude.

Charlie nous parle des difficulté des rapports humains, des êtres qui se frôlent, se manquent avant de retourner à leur solitude presque salvatrice et pourtant terriblement aliénante. De temps en temps, Charlie a besoin de prendre l'air quand trop de sensations l'assaillent. Il redoute et aime sa solitude à la fois, craint de n'avoir rien à raconter sur sa page blanche et est finalement condamné à tourner sur une grande roue aux côtés de ses peurs et angoisses sans parvenir à en descendre. Prisonnier de ses aspirations, de ses habitudes, de cette recherche éternelle de la beauté.

"-Vous savez quel est le point commun entre vous et l'enfant qui souffle des bulles, là-bas ?

- C'est exactement ce que je n'arrive pas à faire !

- Vous, vous décorez les quatre coins de la ville de centaines de guirlandes... Tandis que lui lâche quelqeus bulles de savon qui flottent un instant au gré du vent... Tout ça pour quoi ?... Juste pour, ne serait-ce qu'un moment, rendre les choses plus jolies... en fin de compte, plus supportables... J'aimerais écrire la vie de cette manière-là. Mes phrases seraient des guirlandes et mes mots des bulles... Tisser l'étoffe d'un voile translucide brodé de rêves.... Hisser mes sensations au plus haut mât d'un bateau de papier... Et laisser le vent souffler. Respirer."

Comment écrire quelque chose d'utile pour soi ou pour les autres ? Comment retranscrire la légèreté et le bonheur émanant naturellement d'une bulle de savon ou d'une guirlande ? Comment vivre avec et sans les autres ? 

                          

Sans apporter de réponses, ce magnifique album tracera sur votre chemin un faisceau de questionnements rayonnant sur la beauté des pages.

Ce que j'ai moins aimé :

- Rien

Informations sur la BD :

Dargaud 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Abélard, Betty Blues

D'autres avis :

Mo ; Noukette ; Antigone ; Sandrine

 

Bulles et nacelle, Renaud Dillies, Dargaud, 16.45 euros

 

Partager cet article
Repost0

Errance en mer rouge de Joël ALESSANDRA

Publié le par Hélène

                           

♥ ♥ ♥

"N'ayez jamais peur de la vie, n'ayez jamais peur de l'aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée..." (dernières paraoles de Henry de Monfreid)

Ce que j'ai aimé :

Tom erre sans but depuis que son épouse est récemment décédée. Professeur d'arts plastiques, il finti par accepter un poste à Djibouti, pensant ainsi tourner une page douloureuse de sa vie. Là-bas, il marche sur les traces des grands voyageurs comme Henry de Monfreid, mais aussi Conrad, Rimbaud...

"Henry de Monfreid, un écrivain voyageur, un explorateur, un trafiquant rebelle, un homme à la mer ! Je découvrais ses romans, ses récits, influencés par une vie ressemblant à un conte oriental."

Il se laisse porter par ses lectures, ses dessins, ses photos et par ses rencontres. C'est ainsi qu'il rencontre Fred, un baroudeur qui lui offre une aventure moderne ancrée dans les considérations géopolitiques de notre siècle.  

Les dessins magnifiques rendent hommage à cette Afrique qui a su fasciner tant de voyageurs. L'insertion de photos noir et blanc des enfants rencontrés renforce cette volonté de naviguer entre récit de voyage et aventure moderne. 

  

De fait, le mélange des questions géopolitiques plutôt sanglantes et de la poésie des carnets de voyage est assez troublant, on oscille sans cesse entre une Afrique fantasmée et un pays violent gangréné les trafics et la contrebande. Sauf que cette aventure-là n'est nullement édulcorée et heurte Tom de plein fouet !

"Surfer sur les ombres de Monfreid, découvrir ce monde fictif qui lie les hommes rêveurs à une actualité tellement présente." tel est le propos.

Loin des idéaux littéraires, l'aventure a aussi ses revers sordides...

                      

Ce que j'ai moins aimé :

 Le contraste entre une première partie douce et mélancolique et une deuxième partie sanguinaire régie par les armes à feu peut déranger. 

             

Infos sur le livre :

Casterman 

Vous aimerez aussi :

Pawnee de Patrick PRUGNE

D'autres avis :

Libération 

 

Errance en mer rouge, Joël Alessandra, Casterman, mars 2014, 22.5 euros

 

Pioché à la médiathèque.

 

Partager cet article
Repost0

Le chien qui louche de Etienne DAVODEAU

Publié le par Hélène

                      

♥ ♥ ♥ ♥  

Ce que j'ai aimé :

Fabien est agent de surveillance au Louvre et aime ce qu'il fait. Il vient de rencontrer Mathilde avec qui il vit une relation harmonieuse.

"Elle s'appelle Mathilde.
- Joli prénom. Où est le problème ?
- Elle a un père et deux frères.
- Ça arrive à des gens très bien.
- Elle a même un arrière-arrière grand-père.
- Cette famille semble bénéficier d'une longévité exceptionnelle."

Si l'arrière arrière grand père est mort, les deux frères et le père Benion sont eux bien vivants. Et un peu lourdauds. Puisque ils ont enfin face à eux un "expert", ils vont lui soumettre le tableau phare de la famille qui croupit dans le grenier en lui demandant s'il pourrait lui trouver une place au Louvre ? Ce "Chien qui louche" n'a rien d'une oeuvre d'art, et pourtant Fabien va se pencher sur la question...

                            

La question est de savoir si n'importe quelle oeuvre a sa place au Louvre ? Les touristes qui parcourent les salles au pas de course verraient-ils la différence entre une "Victoire de Samothrace" et une toile d'un peintre inconnu ?

Fabien est sensible à l'art, tout comme Balouchi, fervent visiteur du Louvre. Il savent apprécier les oeuvres et sont en mesure de dire quelles sont les plus belles fesses du Louvre... Mais les autres ?

"Je cherche ainsi à montrer les œuvres et m'arrêter sur elle de façon ludique. Afin de piquer l'attention du lecteur, à une époque où les visiteurs déambulent au Louvre comme on va chez Disneyland, en glissant davantage qu'en observant vraiment." (Interview de l'auteur pour Télérama)

Réflexion aussi sur le couple, sur la liberté, la solitude, la peur de se lier et de fonder quelque chose de plus durable et profond, cet album complet est une vraie réussite !

             

Le dossier final réalisé avec Anne Vincent, chef du service des acquisitions au musée du Louvre présente le processus d'acquisition des oeuvres.

Ce que j'ai moins aimé :

- Rien

Informations sur le livre :

Chez Futuropolis 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Les ignorants

Autre : La traversée du Louvre de Prudhomme

D'autres avis :

Télérama

Jérôme Mo’ ; Noukette ; Cristie ; Stephie

 

Le chien qui louche, Etienne Davodeau, Futuropolis en co-édition avec le Musée du Louvre, octobre 2013, 144 p., 20 euros

 

Pioché à la bubliothèque

 

Partager cet article
Repost0

Come prima de ALFRED

Publié le par Hélène

                          

♥ ♥ ♥

Prix du meilleur album Angoulême 2014

 

Mon avis :

Début des années 60. Giovanni vient d'annoncer la mort de leur père à son frère Fabio qu'il n'a pas vu depuis 10 ans. Il lui demande de l'accompagner en Italie pour ramener les cendres de son père sur leur terre natale. Pressé par les circonstances, et malgré une aversion marquée pour ce passé qu'il a voulu nier, Fabio accepte et les deux frères prennent la route à bord d'une fiat 500. Le voyage se déroule entre non dits, coups de colère, tendresse sous-jacente. Les liens du passé ne peuvent pas s'effacer aussi facilement. Peu à peu kilomètre après kilomètre, les mystères se lèvent et permettent d'éclairer les comportements des deux frères.

                

Leurs personnalités se fissurent, Fabio le boxeur et Giovanni le doux petit frère vont s'avérer bien plus complexes que cela... 

Hommage au cinéma italien de l'après guerre, comédie sociale en forme de road-movie, Come prima est une BD émouvante dans le contexte de l'Italie de Mussolini.

"En Italie, aucune famille n'a échappé aux contradictions et tensions générées par cette période. Mon grand-oncle était une chemise noire, tandis que mon grand-père avait des affinités communistes. Leur histoire m'a inspiré, mais je n'avais pas envie de livrer leur biographie : je ne me sens aucune légitimité pour le faire, et il y a trop de choses de leurs rapports que j'ignore. J'ai aussi pioché dans la relation plutôt lourde que j'entretiens avec mes frères – il y eut même quelques années de silence avec l'un d'entre eux. » précise l'auteur

    

Présentation de l'éditeur :

Editions Delcourt 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Pourquoi j'ai tué Pierre 

D'autres avis :

Télérama

jérôme ; Mo ; Noukette Kathel Cristie Le petit carré jaune

 

Come prima, Alfred, collaboration aux couleurs de Maxime Derouen, octobre 2013, 224 p., 25.50 euros

 

Pioché à la bibliothèque

 

Partager cet article
Repost0

Les vieux fourneaux tome 1 Ceux qui restent de LUPANO et CAUUET

Publié le par Hélène

                                    

♥ ♥ ♥ ♥

"Ca brûle encore dans ce vieux fourneau !"

 

Ce que j'ai aimé :

Emile, Antoine et Pierrot ont beau être septuagénaires, ils en ont encore sous le capot !

Ils se retrouvent à l'occasion de la mort de Lucette, la femme d'Antoine, et en profitent pour se remémorer les bons ou moins bons moments des années 50...

Ils n'ont pas perdu leur mordant et leur alan, poussant même Antoine sur les routes de Toscane à la rencontre d'un ancien rival ! Les deux autres vont le rejoindre accompagnés par Sophie, la fille de Lucette et Antoine. Parce qu'ils ne sont pas du genre à se laisser faire ces p'tits vieux. Tous ont fait des choix à contre-courant, comme Lucette qui a "préféré miser sur le local : quitter la grosse boîte capitaliste pour monter un petit théâtre itinérant, créer du lien social." Théâtre que reprend aujourd'hui sa fille Sophie, enceinte et peu encline à mettre au monde un nouvel être dans ce monde qu'elle juge peu merveilleux... A cause justement des vieux "Vous nous laissez un monde tout pourri, vous avez tout salopé, et ensuite vous venez souhaiter bon courage aux locataires suivants ! Vous manquez pas d'air !"

Pierrot lui est un  ancien syndicaliste impliqué qui continue d'oeuvrer dans un groupe d'action "Ni yeux ni maîtres", "A nos âges, il n'y a plus guère que le système qu'on peut encore besogner. Du coup, ma libido s'est reportée sur la subversion."

Bref, tous sont prêts à combattre les maux de l'époque : mondialisatation, ultralibéralisme, pollution, surexploitation, agriculture extensive, paradis fiscaux, communication... Mais toujours dans la bonne humeur, comme des "tontons flingueurs" qui se respectent !

Ce que j'ai moins aimé :

J'attends avec impatience le tome 2 attendu pour octobre !

Vous aimerez aussi :

Le singe de Hartlepool

D'autres avis :

Babélio 

 

Les vieux fourneaux, 1, Ceux qui restent, Lupano et Cauuet, Dargaud, 2014, 11.99 euros

 

Déniché à la bibliothèque !

 

Partager cet article
Repost0

Billy Brouillard tome 1 Le don de trouble-vue de Guillaume BIANCO

Publié le par Hélène

            

♥ ♥ ♥ ♥ 

"Les fantômes ont les deux pieds dans la tombe, et la tête dans les nuages... Ils doivent en connaître un rayon sur la mort..."

 

Mon avis :

En ouvrant cette BD, vous pénétrez dans un univers à part, hors du commun, extraordinaire, vous entrez dans une oeuvre inventive fascinante ! Voici Billy Brouillard :

"On m'appelle Brouillard, Billy Brouillard. Allez savoir pourquoi... Peut-être parce que je préfère les nuits obscures aux jours de clarté ?... la pluie froide au bleu du ciel ... Quoi qu'il en soit, j'adore faire des misères à Jeanne, ma petite soeur... Et noyer les fourmis dans de la bave de chocolat... Ells gigotent c'est rigolo ... "Pour qu'un être fasse sa sortie de ce monde ... les ténèbres lui ouvrent mille portes chaque jour"... Je vois ces portes ... car je possède un pouvoir, une sorte de don... Le don de trouble-vue... Les adultes sont des assassins ... Ils ont tué l'enfant qu'ils ont été... Leur monde est trop banal, trop convenu... Trop prévisible... L'imagination n'est pas palpable... Elle leur fait peur... On m'appelle Billy Brouillard... Allez savoir pourquoi ..."

Billy perd son  chat  Tarzan, ce qui provoque une avalanche de question sur la mort et une pléthore d'expériences étranges pour le ramener à la vie. Billy a un univers dense, une imagination flamboyante qui le fait dialoguer avec des fantômes, des petites filles mortes, des croquemitaines et autres personnages sortis tout droit des ténèbres. 

L'album est assorti de pages de "La gazette du bizarre" sur les superstitions, des dossiers de parapsychologie, de contes comme la princesse et la flaque d'eau, de fiches explicatives sur les vampires, les "formes-pensées", les chats, les cauchemars, les petites soeurs "parmi les créatures recensées dans l'Encyclopédie de Cryptozoologie, la "petite soeur" est sans nul doute la plus complexe et étrange d'entre elles.", de poèmes...

Cet album protéiforme aborde intelligemment le thème de la mort et de l'imagination débordante et vive des enfants. C'est un véritable ovni dans l'univers de la BD !

A découvrir absolument.

 

 

Présentation :

Babelio

 

D'autres avis :

Je remercie Noukette chez qui j'ai repéré cet ovni et Aurore, ma bibliothécaire qui me l'a rapidement mis de côté... 

Mo 

 

Partager cet article
Repost0

L'ombre aux tableaux et autres histoires de Jean-C. DENIS

Publié le par Hélène

                                     

♥ ♥

Mon avis :

Le format de la nouvelle permet de multiplier différents univers variés :

L'ombre aux tableaux : un peintre méconnu se retrouve à la rue et rencontre alors la belle Arianne qui tient une galerie d'art.

Bonbon piment : un légionnaire revient des îles où il a laissé une jeune amoureuse, et se voit atteint d'un mal mystérieux.

Le jeu des animaux : dans les îles un jeune couple lutte contre une curieuse malédiction

Maï pen raï : un homme en visite en Asie rencontre une jeune femme fascinante.

Le pélican : Entre une amitié et une femme attirante, Chou est perdu.

Les protagonistes vivent aux quatre coins du globe, mais ils ont en commun de faire une rencontre qui change le cours de leur vie. Mais l'ensemble est assez noir, les personnages se manquent bien souvent, il est trop tôt ou trop tard pour une vraie rencontre...

Les dessins sont assez classiques et ne parviennent pas à éclairer cette atmosphère glauque et désabusée.

Je n'ai pas été conquise !

 

Infos sur la BD :

Auteur : Jean-Claude Denis est né en 1951 et vit à Paris. En 1971, il fait la connaissance de Martin Veyron et André Juillard aux Arts Déco. Il publie huit ans plus tard son premier album chez Futuropolis : Cours tout nu. Il crée ensuite le personnage de Luc Leroi dans "(À Suivre)" en 1980, dont les aventures paraissent chez Futuropolis puis Casterman. Sept tomes de ce personnage attachant et lunaire ont paru, dont le quatrième a reçu le Prix du Public au FIBD d’Angoulême en 1987.

En 30 ans, Jean-Claude Denis a publié une trentaine d’albums, créant une œuvre originale où l'on retrouve en fil rouge une poésie douce-amère et des personnages décalés. On retiendra, parmi les plus récents : Le Sommeil de Léo (Futuropolis, 2007), Nouvelles du monde invisible (Futuropolis, 2008), Tous à Matha (Futuropolis, 2010-2011). En 2012, il est couronné du Grand Prix de la Ville d'Angoulême, à l'occasion du 39e FIBD.

Présentation de l'éditeur : Des histoires sensibles et oniriques, par un maître de la peinture des sentiments.

Un peintre méconnu meurt dans la rue et accède à l'amour et à la célébrité à l'état de fantôme ; un bar de quartier est le théâtre d'étranges rencontres ; un jeune homme doit racheter la femme qu'il aime à la déesse de la mer, tandis qu'ailleurs encore une jeune femme veut retenir son amant grâce à des bonbons piment…

Redécouvrez le monde à travers le regard lucide et tendre de Jean-Claude Denis avec ce recueil de trois albums parus à l’aube des années 90 : L’Ombre aux tableaux, Bonbon Piment et Le Pélican. Auteur majeur du Neuvième Art depuis les années 80, il excelle à mettre en scène la vie quotidienne de ses protagonistes sous forme d'instantanés doux-amers, sous le signe de l'amour et des rencontres. Dans ces fables amoureuses et humanistes prenant place dans des lieux variés (Paris, la Thaïlande, la Réunion…), on retrouve le talent de l'auteur de Quelques mois à l’Amélie (prix du dialogue et de l’écriture - Angoulême 2003) et de Tous à Matha. De vraies leçons de vie, choses à quoi la bande dessinée nous a peu habitués.

 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Quelques mois à l'Amélie

 

L'ombre aux tableaux et autres histoires, Jean-C. Denis, Drugstore, 25.50 euros

Partager cet article
Repost0

Garulfo de AYROLES et MAIORAMA

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

Une série agréable, divertissante et drôle.

 

Les dialogues sont savoureux et les clichés liés aux contes et histoires classiques de chevaliers et de princesses sont habilement tournés en dérision. 

Elle est à la fois un conte philosophique offrant une belle réflexion sur notre humanité, un conte écologique, un conte romantique... Bien rythmée, elle offre un agréable moment de lecture.

Garulfo est une jeune grenouille qui rêve de devenir un être humain. Il va y parvenir grâce à l'aide d'une sorcière, d'une servante qui lui octroiera le célèbre baiser. Ainsi, la grenouille devient le beau prince Garulfo, pour son plus grand bonheur, il appartient enfin à l'espèce animale la plus évoluée. Malheureusement, les hommes se révèlent être de bien piètres compagnons, bien loin de Fulbert le canard, son ami qui pourtant l'avait prévenu... 


Il s'agit d'une bande dessinée fantasy centrée sur la transformation de grenouilles en hommes et réciproquement. Les animaux semblent plus sensés que les hommes peints cruels, idiots, très éloignés de l'image idéale qu'en avait Garulfo. Le scénario reprend de nombreux contes classiques et les intègre à son scénario avec humour et intelligence.

Les dessins sont à l'image de l'histoire : drôles et vivants. Les détails sont soignés, preuve en est dans les arrière-plans souvent savoureux. Le jeune Garulfo est parfait en jeune naïf que tout émerveille, et la belle princesse tout à fait sexy avec ses épaules dénudées. L'ensemble rend bien l'esprit de l'époque et des contes classiques peuplés de dragons et de princesses.

 

Les auteurs  et l'histoire:

http://www.editions-delcourt.fr/catalogue/bd/garulfo_1_de_mares_en_chateaux

 

Garulfo, Maiorama et Ayroles, Delcourt, 12.90 euros le tome en sachant qu'il y a 6 tomes

 

Partager cet article
Repost0

Le cahier bleu de André JUILLARD

Publié le par Hélène

 

L'auteur :

Grand Prix de la Ville d’Angoulême 1996. André Juillard accède au succès public avec Les 7 Vies de l’Épervier, série historique parue en 1982 dans Circus et poursuivie dans Vécu. Avec le scénariste de cette oeuvre, Patrick Cothias, il s’était déjà lancé dans Masquerouge (en 1980 pour Pif Gadget), le justicier masqué du XVIIe siècle, et il créera plus tard la saga historique Plume aux vents (Dargaud, 1995). En 1983, le père d’Alix, Jacques Martin, écrit pour lui Arno (éd. Glénat).
Rompant avec le genre historique, il réalise seul Le Cahier bleu dans (A Suivre) en 1993, Alph’Art du meilleur album à Angoulême, prix du festival de Charleroi et prix spécial du jury du festival de Sierre. En 2000, il s’associe à Yves Sente pour reprendre les aventures de Blake et Mortimer (La Machination Voronov) chez Dargaud et, trois ans plus tard, les deux auteurs récidivent avec Les Sarcophages du sixième continent.

En 2006, Juillard s’associe à Pierre Christin dans Le Long Voyage de Léna (Dargaud), qui va de Berlin Est au Proche Orient. Cette même année, on retrouve aux éditions Daniel Maghen les coulisses de l’œuvre de Juillard, dans les centaines de pages de dessins et notes d’Entracte. Un must !

Un troisième opus mettant en scène le duo jacobsien a vu le jour en 2008 : Le Sanctuaire de Gondwana. En dehors de sa participation à la série Blake et Mortimer, il travaille avec de nombreux grands scénaristes comme Pierre Christin (Léna), ou encore Yann (Mezek). (Source Galerie Daniel Maghen)


 

L'histoire :

Louise est belle, mais elle n’a pas de rideaux à ses fenêtres qui donnent sur une voie de métro. Et un matin, une rame se trouve en panne juste devant et les usagers ont une vue prenante sur la belle dans le plus simple appareil…

 
Deux hommes tombent sous le charme, Victor et Armand. C’est Victor qui attaque le premier mais Armand qui conclut. Mais un beau jour réapparaît le cahier bleu, un journal intime qui va largement envenimer la situation de couple et les rapports entre les deux hommes.


On découvre un petit bout de la vie de cette jolie québécoise dans un Paris moderne (1992). (Source : coin bd)

 

Ce que j'ai aimé :

Je n'ai pas été pleinement enthousiasmée par cette BD. L'intrigue tourne autour d'un triangle amoureux avec en son centre la belle Louise femme libérée qui s'offre au gré de ses coups de coeur. En laisant ainsi au bord du chemin des coeurs brisés, lapidés, trahis. Les hommes jouent avec le hasard pour la rencontrer, laissant croire que le destin peut provoquer des rencontres, en réalité souvent savamment orchestrées. On ne joue pas impunément avec le hasard, les deux hommes  vont l'apprendre à leurs dépens. 

cahier-bleu-3.jpg


La deuxième partie de l'intrigue se concentre sur le meurtre de l'un des protagonistes, mais malheureusement, sans nous donner le fin mot de l'histoire. Je pensais que la suite "Après la pluie" m'éclairerait, mais point du tout, l'intrigue de cette pseudo-suite part dans une autre direction.

Les dessins sont très classiques, aux lignes précises et aux couleurs sans surprise.

cahier-bleu-2.jpg

 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Après la pluie

 

BD Mango bleu

 

 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>