Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

divers

Mon mois anglais

Publié le par Hélène

Pour la deuxième année je participe au mois anglais organisé par CryssildaTitine et Lou

L'an dernier j'avais fait de belles découvertes :

Thomas Hardy avec Les forestiers et Loin de la foule déchaînée ;  Agnès Grey de Anne Brontë ; Daphné Du Maurier Mary Ann, et j'avais eu deux coups de coeur :

Jack Rosenblum rêve en anglais de Natasha Solomons et L'été solitaire de Elizabeth Von Arnim

 

Côté policier j'avais lu Lignes de fuite de John Harvey ; Un assassinat de qualité de Ann Granger ; Le visage de l'ennemi de Elizabeth Georges.

 

Voici mon programme de cette année, programme totalement utopique je préfère vous prévenir :

1er juin : David Lodge La chute du British Museum, dans le cadre du Blogoclub pour un roman qui se passe à Londres, lecture commune avec Electra

3 juin : L'amour dans un climat froid de Nancy Mittford pour "Vieilles dames indignes"

9 juin : Un mois à la campagne de Carr ou Tess d'Uberville de Hardy (si j'ai le temps de le lire pour cette date) pour "Campagne anglaise"...

15 juin : Nord Sud de Gaskell ou un roman de Dickens pour "Victoriens anglais"

21 juin : Les filles de Hallow Farms de Angela Huth

28 juin : un roman de Agatha Christie, pas encore choisi. LC aussi avec Electra

 

J'ai aussi La couleur des rêves de Rose Tremain et L'excellence de nos aînés de Ivy Compton Burnett que j'aimerais caser...

Rendez-vous le 1er juin...

 

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Pause

Publié le par Hélène

@tourisme Bretagne

Je vous quitte quelques jours pour me ressourcer au grand air breton !

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Vacances

Publié le par Hélène

Vacances

Je pars batifoler dans les prés normands..

Je reviens en ces pages le 28

pour une lecture commune avec Electra autour de Lagos Lady

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Quelques remarques sur Babélio et les services de presse

Publié le par Hélène

Je reviens sur mes propos concernant la rencontre organisée par Babélio avec Caryl Fere. Je disais à ce sujet :

 

"Par contre j'ai un réel problème avec le principe de ces rencontres. Je m'explique : nous avons été une trentaine de lecteurs de Babélio à être invités à cette rencontre,  Quand je suis allée voir les avis sur le site avant la rencontre, j'ai été assez surprise de trouver tant d'avis dithyrambiques ! Sur 15 notes le roman obtient la moyenne de 3.92. Sur 22 critiques, j'ai lu 2 critiques négatives. Et les 8 critiques qui mentionnent le fait d'avoir reçu le livre par Babélio et avoir été invité à la rencontre sont toutes positives. Suis-je mauvaise langue ?

J'ai fait le test, j'ai rencontré sur place une des lectrices qui m'a dit ne pas avoir vraiment aimé le roman. Quand je lui ai demandé si elle avait fait une critique négative elle m'a répondu "Non, j'ai joué le jeu". Quel jeu demandai-je innocemment ? "Eh bien une fois j'ai fait une critique négative après avoir rencontré un auteur en disant que cet homme était désagréable, j'ai été mise au purgatoire pendant un certain temps, privée de rencontres et de livres en service de presse. Maintenant, j'évite, car Babélio me permet de faire de superbes rencontres, comme par exemple celle de Chimamanda Ngozi Adichie."

Ceci se passe de commentaires !

J'ai rencontré aussi une lectrice qui semblait sincèrement enthousiaste après sa lecture de Condor, je ne fais pas une généralité, je constate seulement que l'honnêteté n'est pas forcément de mise... 

A bon entendeur..."

 

Suite à cela j'ai reçu un mail de Pierre Krause de Babélio :

 

"Bonjour Hélène, 

Je vous écris à propos de votre article de blog concernant la rencontre avec Cary Ferey. Je suis désolé que le livre ne vous ait pas plu...

Pour information et pour vous répondre sur l'organisation des rencontres : personne ne force qui que ce soit à publier une critique positive du roman ou même de la rencontre. Avez-vous eu vous même un message de notre part à ce propos ? Une indication quant à votre critique ou votre comportement pendant la rencontre ? Si vous aviez des choses à dire à l'auteur, vous en aviez d'ailleurs tout à fait l'occasion sans contrôle de notre part. 

Je ne sais pas qui était la lectrice en question mais il n'existe pas de purgatoire qui empêcherait, pendant un temps, l'accès à nos rencontres pour certains membres qui auraient publié des critiques négatives. Cela n'a jamais été le cas, que ce soit pour les rencontres ou les opérations de masse critique. Les lecteurs ont toujours été libres d'écrire quoi que ce soit tant que la critique est argumentée. 

La membre en question semble être venue deux fois au moins à nos rencontres. On essaie de faire tourner au maximum les participants, il n'est pas anormal qu'elle n'ait pas été sélectionnée pendant un certain temps pour d'autres rencontres. 

Pour aller plus loin, il n'est même pas obligatoire de poster de quelconque avis sur les livres reçus pour les rencontres. La seule "obligation" étant de venir à la rencontre quand on a été sélectionné. 

N'hésitez pas à me contacter si vous avez d'autres remarques ou questions.

A bientôt,

Pierre"

 

Je lui ai répondu en lui demandant si je pouvais diffuser sa réponse et en lui suggérant de préciser ce qu'il venait de dire quand il invitait des lecteurs à faire des critiques, pour lever toute ambiguïté.

 

Sa réponse : 

 

"Pour les opérations de Masse Critique, il est indiqué que les critiques sont libres : 

"- Veillez à étayer votre propos : que le livre vous ait plu ou pas, évitez les avis dithyrambiques en deux lignes ou les attaques non justifiées [...]

- Critiquez le fond ou la forme, le travail de l'auteur ou de l'éditeur, le style ou la construction, le dessin ou le scénario...comme bon vous semblera"

Nous le précisons pas pour les rencontres car l'important n'est là pas la critique mais la rencontre mais effectivement, peut-être pourrions nous en dire quelques mots. "

 

C'est effectivement l'impression que j'avais pu avoir auparavant, je me suis toujours sentie libre de donner sincèrement mon avis chez Babélio, tout comme je me sens libre en recevant des services de presse de faire de même. De nombreuses maisons d'édition me font confiance, je ne ressens aucune pression de leur part, et je ne suis jamais placée au "purgatoire" si je fais une critique négative. 

 

Il semble donc que la pression que ressentent certains blogueurs et lecteurs à s'imaginer qu'il faut à tout prix dire du bien d'un livre ne vient que d'eux. 

 

A bon entendeur...

 

 

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Rencontre Babélio avec Caryl Ferey

Publié le par Hélène

Je l'avoue en préambule, si cette rencontre n'avait pas été programmée, je n'aurais pas terminé ma lecture laborieuse de Condor. Cette rencontre organisée par Babélio m'a permis cependant d'éclairer certaines de mes interrogations.

Voici certaines des questions-réponses

Est-ce un deuxième Mapuche ?

S'il n'est pas intéressé par les suites, il n'en reste pas moins que la matière qu'il avait collecté pour Mapuche était tellement dense qu'il lui fallait en faire un autre roman. 

Est-il un écrivain des causes perdues ?

Dans l'Histoire ce sont souvent les bons qui perdent et il avait envie de redonner la parole à ceux qui perdent. Son coeur va aux opprimés. Esteban -l'avocat des causes perdues- a été inspiré par des personnage réels rencontrés là-bas, des avocats qui défendaient les opprimés. Sous la plume de l'auteur, il est devenu un personnage "joyeux" car comme le pays est plombé, il fallait une touche plus légère.

Pourquoi une histoire d'amour ? (une de mes questions évidemment...)

Il est peu intéressé par les gens qui se contentent de se tirer dessus. N'aimant pas les armes il n'imagine pas un roman fait simplement de gens qui se tirent dessus. Une fois son fonds politique et social trouvé, aussitôt il se demande "quelle histoire d'amour ?". Ce qui l'intéresse quand il lit un roman n'est pas de savoir qui a tué mais est-ce que les protagonistes vont finir ensemble... C'est son côté fleur bleue... Parce que l'histoire d'amour interroge l'altérité. 

Quelle est l'origine des personnages ?

Tous existent ou ont été influencés par ses rencontres. Victor Jara, artiste, abattu en 1973. André Jarlan prêtre de l'action catholique ouvrière qui aidait les démunis et meurt en 1984 tué par balles.  Camilla Vallejo, député. Bien sûr les personnages sont passés sous le spectre romanesque. L'opération Condor existe également. 

Pourquoi certains personnages sont-ils bisexuels ?

Pour montrer que la bisexualité entre dans les moeurs et c'est une façon de dire que les jeunes d'aujourd'hui sont moins coincés que nous. Le seul espoir du Chili est cette jeunesse libérée. La seule génération qui n'a pas connu la dictature est celle de Camilla, des 20-30 ans qui manifestent en revendiquant l'héritage d'Allende. 

Et puis il est féministe, donc veut taper sur les mecs - cherchez le rapport...-

Pourquoi choisir le genre policier ? (ma question)

Parce qu'on peut tout mettre dans un roman noir et que le fait d'avoir envie de tourner les pages est quelque chose qui lui plaît. 

A-t-il été influencé par les westerns ?

Il a surtout été influencé par le cinéma américain des années 70, qu'il préfère au cinéma d'aujourd'hui qui ressemble à un clip dans lequel tout va vite, tout se zappe rapidement. Ce n'est pas réaliste. Dans la première scène de Bullit, 4 minutes sont consacrées au réveil du personnage joué par Steve McQueen, 4 minutes qui résument déjà le personnage. Il s'étoffe dans ces 4 minutes.

Que pense-t-il de l'adaptation de Zulu ?

Les scénaristes ont fait le choix de ne retenir que la partie thriller, choix assumé. Pour lui le résultat est assumé mais en France il faut toujours que les critiques ... critiquent !

Pour Mapuche les droits sont achetés, mais cela peut être long avant que l'adaptation ne voit le jour.

Quel sera le sujet de son prochain roman ?

Il est déjà commencé, il est lié à un ami commun qui a perdu un ami en mer. Le roman sera lié au monde des marins, un monde de chiens dans lequel personne n'est responsable quand un bateau coule. Depuis le problème des migrants a pris d'autres proportions dont il voudrait parler. Son personnage est McCash déjà rencontré dans de précédents romans. Et oui dans ce roman il y aura une histoire d'amour McCash retrouvera son ex femme. (ça c'était ma question...)

Est-ce que Condor est un livre militant ?

Pour lui ce n'est pas le rôle de l'écrivain de défendre une idéologie. Mais il veut donner la parole aux gens du pays qui représentent une classe sociale dans leur pays. Il s'intéresse ici aux revendications des étudiantes par exemple. 

 

Il n'y eut pas d'autres questions parce que Caryl était attendu juste après la rencontre qui n'a duré que 40 minutes de fait au lieu des 1h ou 1h30 annoncés initialement.

 

Mes réactions :

 

Je me suis évidemment hérissée à la réponse sur les histoires d'amour : je trouve terriblement réducteur de dire que un roman policier sans amour se résume à des passes d'armes. 

De même je me suis demandée pourquoi offrir des psychologies si lapidaires à ses propres personnages eux aussi soumis sux rebondissements multiples de l'intrigue. 

Quant au rôle de l'écrivain quant à ses idéologies, là encore, cela se discute...

Il n'en reste pas moins que j'ai trouvé Caryl Ferey sympathique, drôle et ouvert.

Par contre j'ai un réel problème avec le principe de ces rencontres. Je m'explique : nous avons été une trentaine de lecteurs de Babélio à être invités à cette rencontre,  Quand je suis allée voir les avis sur le site avant la rencontre, j'ai été assez surprise de trouver tant d'avis dithyrambiques ! Sur 15 notes le roman obtient la moyenne de 3.92. Sur 22 critiques, j'ai lu 2 critiques négatives. Et les 8 critiques qui mentionnent le fait d'avoir reçu le livre par Babélio et avoir été invité à la rencontre sont toutes positives. Suis-je mauvaise langue ?

J'ai fait le test, j'ai rencontré sur place une des lectrices qui m'a dit ne pas avoir vraiment aimé le roman. Quand je lui ai demandé si elle avait fait une critique négative elle m'a répondu "Non, j'ai joué le jeu". Quel jeu demandai-je innocemment ? "Eh bien une fois j'ai fait une critique négative après avoir rencontré un auteur en disant que cet homme était désagréable, j'ai été mise au purgatoire pendant un certain temps, privée de rencontres et de livres en service de presse. Maintenant, j'évite, car Babélio me permet de faire de superbes rencontres, comme par exemple celle de Chimamanda Ngozi Adichie."

Ceci se passe de commentaires !

J'ai rencontré aussi une lectrice qui semblait sincèrement enthousiaste après sa lecture de Condor, je ne fais pas une généralité, je constate seulement que l'honnêteté n'est pas forcément de mise... 

A bon entendeur...

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Bonne année !

Publié le par Hélène

Bonne année !

Que cette année 2016 soit une porte ouverte vers le bonheur...

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Joyeuses fêtes !

Publié le par Hélène

@lecturissime
@lecturissime

Joyeuses fêtes !

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Joyeux Noël !!!

Publié le par Hélène

@lecturissime
@lecturissime

Joyeux Noël à tous !

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Fin du mois américain et début du mois italien

Publié le par Hélène

J'ai participé ce mois-ci au mois américain

organisé par Titine du blog Plaisirs à Cultiver.

J'ai choisi de présenter : 

Home de Toni Morrison

Le paradis des animaux de David James

 Terreur Apache W.R. Burnett 

Canada de Richard Ford

 Le saloon des derniers mots doux de Larry McMurtry

 Jackpot de Carl Hiaassen

Les marécages de Joe R Lansdale 

 

Vous trouverez ICI toutes les participations

 

Le mois prochain je me lance dans un mois italien avec Eimelle 

Voici la liste des lectures communes prévues :

 

1er octobre : De Luca

3 octobre :  Simonetta Agnello Hornby

5 octobre :  Camillieri

7 octobre : Milena Agus

9 octobre :   Alessandro Baricco

 11 octobre : du côté des classiques latins 

13 octobre :  Niccolò Ammaniti

15 octobre : un roman policier (auteur italien ou auteur d'un autre pays mais se déroulant en Italie)

17 octobre :  un livre lu en VO

19 octobre : Silvia Avallone

21 octobre : un  livre d'un auteur italien ou se déroulant en Italie paru en 2015 

23 octobre :  Francesca Melandri 

25 octobre : une pièce de théâtre

27 octobre :  Goliarda Sapienza

29 octobre : littérature de jeunesse auteur italien

31 octobre "italianissima" pour vos coups de coeur en rapport avec ce pays (film, musique, photos de voyage, expo... tout, sauf des livres cette fois-ci!) 

 

Et en Novembre nous partirons au Québec avec Karine...

 

De beaux voyages en perspective !

 
 

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Vacances

Publié le par Hélène

@lecturissime

 

« Quand le crépuscule tombera sur la terre et sur la mer

Des roussettes voleront dans l’air du soir

 

La nuit venue je m’étendrai sous les étoiles

La grande Voie presque à portée de mes pieds

Et j’écouterai les longues annales de la houle

Tandis que des tortues sans âge se traîneront sur la plage. »

 

Kenneth White Un Monde ouvert, Equatoriales

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>