Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

173 articles avec litterature europe

La libraire de Pénélope FITZGERALD

Publié le par Hélène

A Hardborough, ville de l'East Anglia, Florence Green, une jeune veuve, décide d'ouvrir une librairie. Les habitants de la ville ne semble guère réceptif à cette idée, mais Florence pense qu'une fois son lieu fétiche ouvert, ils se laisseraont charmer par les livres. Hélas, rien ne se passe comme prévu et la jeune femme se heurte aux notables du village qui ont dans l'idée d'ouvrir un centre artistique plutôt qu'un "magasin". 

Edité une première fois en 2008 sous le titre "L'affaire Lolita", ce court roman vit une deuxième jeunesse sous son nouveau titre chez Quai Voltaire. Ce premier titre faisait allusion au fait que Florence Green choisit de vendre dans sa librairie le célèbre titre de Nabokov, quitte à, une fois encore, choquer ses congénères. Mais là réside le principal défaut de ce roman : tout reste édulcoré, plat, sans grand intérêt, et même un roman sulfureux comme Lolita devient terne dans la librairie de Florence et dans les pages de Pénélope Fitzgerald. Les personnages sont tout aussi creux que l'intrigue, qu'il s'agisse de la discrète Florence, ou même de la dragonne Mrs Gamart. La quatrième de couverture nous annonce une lutte sans merci contre le conformisme ambiant, et si lutte il y a effectivement, elle reste très édulcorée. 

Bref, vous l'aurez compris, ce fut une lecture très décevante jusqu'à la dernière page !

 

Présentation de l'éditeur : Petit Quai Voltaire 

D'autres avis : chez Babélio , des avis tout aussi mitigés que le mien ! 

 

La libraire, Pénélope Fitzgerald, traduit de l'anglais par Michèle Lévy-Bram, Petit Quai Voltaire, Nouvelle édition de l'ouvrage paru en 2006 sous le titre L'affaire Lolita, avril 2016, 176 p., 14 euros

 

Mois anglais 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost 0

Un mois à la campagne de J. L. CARR

Publié le par Hélène

♥ ♥

Durant l'été 1920 eux rescapés de la grande guerre se retrouvent dans la campagne anglaise. 

Tom Birkin est chargé de restaurer une  fresque médievale dans l'église d'Oxgodby quand Charles Moon, archéologue cherche une tombe du XIVème siècle dans le champ près de l'église. Tous deux sont mandatés par une vieille dame qui a laissé un legs pour ces recherches : elle pensait en effet qu'une fresque monumentale était recouverte de chaux dans l'église, et elle supposait qu'un très ancien ancêtre ayant vécu au XIVème siècle était enterré à côté du cimetière (en raison de son déshonneur). Cinquante ans plus tard, Tom Birkin nous raconte cet été inoubliable passé au sein d'une petite communauté, aux côtés de cet archéologue avec qui il sympathisera, et enchanté par la jeune femme du pasteur au charme piquant.

"Ah le bonheur de ces journées-là... bien des années plus tard, il me hantait encore. Parfois, quand j'écoute de la musique, je retourne là-bas, et j'y retrouve tout intact. Cet été qui n'en finissait pas. Le beau temps, jour après jour, les voix qui s'appelaient à la nuit tombante, à l'heure où les fenêtres s'éclairaient ici et là, trouant l'obscurité. Et le murmure des blés sous le vent de l'aube, et l'odeur chaude des épis prêts pour la moisson. Et ma jeunesse.

Si j'étais resté là-bas, y aurais-je vécu heureux ? Non, je ne le pense pas. Tout change, ceux que nous aimions s'en vont, vieillissent, disparaissent, et peu à peu retombe cette ardeur qui nous faisait croire à chaque instant que l'instant d'après serait encore plus beau. C'est maintenant ou jamais ; il faut prendre le bonheur quand il passe." p. 105

Publié en 1980, Un mois à la campagne  est un roman au rythme lent comme les jours qui s'écoulent. Il a obtenu le Guardian Prize et a été adapté au cinéma en 1987 par le réalisateur irlandais Pat O'Connor, avec Colin Firth dans le rôle de Birkin et Kenneth Branagh dans celui de Moon. C'est un roman aux accents proustiens, chantant ce temps qui ne reviendra pas, ce bonheur qui était là sans qu'on le sache, juste dans l'écoulement des jours et dans la plénitude des minutes heureuses...

 

Présentation de l'éditeur : Actes Sud 

D'autres avis : Repéré chez ? Je ne me souviens plus ... 

 

Un mois à la campagne, JL. Carr, traduit de l'anglais par Pierre Girard, Actes sud,  1992, 144 p., 15.50 euros

 

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost 0

L'amour dans un climat froid de Nancy MITFORD

Publié le par Hélène

♥ ♥

L'amour dans un climat froid est la suite de La poursuite de l'amour mais les deux romans peuvent se lire séparément. Ils nous plongent dans le destin de deux familles aristrocratiques de l'entre-deux-guerres, les Montdore et les Hampton. La narratrice Fanny raconte dans le premier tome les difficultés de sa cousine Linda pour trouver l'amour, puis, une fois Linda mariée, elle s'intéresse dans ce deuxième opus aux mêmes difficultés de Polly, fille de Lord et Lady Montdore. L'auteure s'est inspirée de sa propre expérience pour brosser le portrait de ces jeunes filles désoeuvrées dans une aristocratie décadente. 

Le monde des jeunes filles tournent autour du sujet central du mariage, puisque on leur apprend très tôt que "Le mariage est la plus belle de toutes les carrières qui s'offrent à une femme." La tante de Fanny encourage d'ailleurs cette dernière à faire un mariage d'argent plutôt que d'amour puisque l'amour ne dure jamais alors qu'elle pourra jouir de la fortune toute sa vie. Elles passent leur jeunesse à courir après un mari pour ensuite se plaindre dudit mari et des aléas de la vie de couple : 

"Mais, bien entendu, j'avais franchi déjà ce seuil charmant et, plongeant dans la mer bleue des illusions, je nageais vers ce qui m'apparaissait comme les îles enchanteresses du bonheur et n'était, en réalité, que les soucis du ménage, les peines de la maternité, bref, la destinée habituelle des femmes." p. 113

Au-delà de cette vision relativement pessimiste du mariage qui oblige les unes et les autres à courir ensuite après des amants, ce roman tire surtout son intérêt de sa galerie de personnages rocambolesques. Si Fanny est quelque peu ennuyeuse, l'oncle Davey est excentrique à souhait, Jassy et Victoria, capricieuses et fantasques, Boy, vieux satyre qui se retrouve malheureusement piégé, ou encore Cédric, l'esthète héritier qui embellit son entourage apporte humour et légèreté au paysage. 

Peinture d'une époque et d'un milieu, L'amour dans un climat froid fait sourire par sa discrète excentricité.

Ce que j'ai moins aimé Des longueurs -surtout dans le début- et un ensemble assez décousu. De mémoire, j'avais préféré La poursuite de l'amour que j'avais trouvé plus piquant.

 

Présentation de l'éditeur : 10-18 

 

L'amour dans un climat froid, Nancy Mitford, 10/18, juillet 2007, 352 p., 8.10 euros

 

Mois anglais.

Thème du jour : vieilles dames indignes ou indignées

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost 0

La chute du British Museum de David LODGE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Mon premier Lodge ! Il fallait le mois anglais pour que je me lance ! Et ce fut un bon choix, un roman que j'ai trouvé drôle et intelligent. 

La chute du British Museum raconte une journée dans la vie d'Adam Appleby, jeune universitaire marié et père de trois enfants (et peut-être 4, il passera sa journée à en douter) Il prépare une thése sur "la structure des phrases longues dans trois romans anglais modernes", le seul souci étant qu'il n'a pas encore trouvé quels sont les trois romans en question ni quelle est la longueur d'une phrase longue... Il rejoint la bibliothèque du British Museum pour travailler sur ce sujet et se fond dans cette faune atypique : "des Américains compétents et consciencieux, vrombissant comme des dynamos, propulsés par des bourses du Musée Guggenheim ; des sikhs enturbannées, s'appelant tous Mr Singh et étudaient tous les influences indiennes sur la littérature anglaise ; des femmes boutonneuses, à lunettes, qui souriaient intérieurement avec cruauté quand elles relevaient une erreur faite par quelqu'un dans une note de bas de page ; et puis les phénomènes du Museum - le monsieur dont la barbe lui descendait jusqu'aux pieds, la dame en short, l'homme qui portait des chaussures dépareillées et une casquette de marin et qui lisait un journal en gaélique, un luth à une corde appuyé sur sa table, la femme qui prisait." p. 84 Son meilleur ami Camel fait partie de cette faune particulière car il prépare lui aussi une thése de doctorat sur les sanitaires -ou leur absence- dans les romans victoriens.  

Lors de cette journée délirante, Adam sera peut-être à l'origine du pseudo incendie du British Museum, il aura le privilège de découvrir un manuscrit rare, mais en échange il devra subir les assauts d'une jeune fille vierge, et d'autres aventures tout aussi rocambolesques échelonneront sa journée. Il évolue de surcroît dans ce milieu universitaire si particulier, avec ses rivalités, ses thèses improbables, ses recherches de toute une vie, ses luttes intestines. 

Malgré tout, la principale préoccupation d'Adam en ce jour, outre ses questions existencielles habituelles comme "où puis-je trouver un quatre pièces à 3 livres 10 shillings et 0 penny par semaine ? Quelle est la définition d'une phrase longue ? Voulez-vous acheter un scooter d'occasion ? Que faut-il que je fasse pour mon salut ?" p. 139, porte surtout sur la question de savoir si sa femme est oui ou non enceinte de leur quatrième enfant. Catholiques pratiquants, ils appliquent en effet les règles de l'Eglise concernant le contrôle des naissances et son interdiction officilelle d'user de contraceptifs artificiels. Pour éviter d'engendrer, ils appliquent la méthode rythmique, qui s'est avérée peu efficace. Elle brime surtout la vie érotique du couple, provoquant frustrations et angoisses. 

Roman comique avec de nombreuses aventures picaresques, La chute du British Museum a aussi la particularité de faire de chaque épisode l'écho -au moyen de la parodie, du pastiche et de l'allusion - de l'oeuvre d'un romancier moderne bien connu (ou pas). Ainsi Adam rencontre Clarissa Dalloway, évoque les souffrances d'un héros de kafka placé dans les dédales de la bureaucratie, imite le style de Conrad, de Graham Greene, d'Henry James, de James Joyce. Les allusions sont subtiles pour le lecteur français, mais peu importe, le sel du roman n'est pas seulement là...  

 

Présentation de l'éditeur : Payot Rivages 

D'autres avis : Lecture commune avec Electra

 

La chute du British Museum, David Lodge, traduit de l'anglais par Laurent Dufour, Rivages poche, 1965, 8 euros

 

Thème du Blogoclub de ce mois : Londres

 

Première participation pour le Mois anglais !

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost 0

Tante Rosa de Sevgui SOYSAL

Publié le par Hélène

♥ ♥

Sevgi Soysal est née à Istanbul en 1936. Elle publie Tante Rosa en 1968 ce qui lui vaut la consécration littéraire, mais aussi la surveillance des autorités pour qui le texte est trop ouvertement féministe concernant les relations des hommes et des femmes et l'institution du mariage. 

Cette Tante Rosa en effet tente par tous les moyens de gagner sa liberté et son indépendance. Nourrie aux idéaux de la revue "Entre Nous" et de ses textes à l'eau de rose, elle veut par dessus tout trouver l'amour, quitte à changer de mari plusieurs fois, quitte à abandonner ses enfants, quitte à errer de petits boulots en petits boulots. En 14 chapitres, 14 tranches de vie cubistes, le portrait d'une femme frondeuse se dessine, une femme pour qui la vie de femme au foyer et de mère ne sera jamais une évidence... Malheureusement, elle se heurte aux réalités sociales de l'époque, et rien ne semble lui réussir...

Si l'auteure dit s'inspirer ici - très librement - des vies de sa grand-mère, de sa mère et de sa tante dans l'Allemagne d'après-guerre, elle semble tout aussi déjantée que cette charmante tante : quand on lui demandait pourquoi elle s'était mise à écrire, elle répondait : "Je crois que le joint de mon robinet était usé, alors j'ai commencé."

Un beau témoignage décapant d'une prise de conscience fulgurante de la condition féminine ! 

 

Présentation de l'éditeur : Editions Intervalles

D'autres avisYves - que je remercie pour le prêt. 

 

Tante Rosa, Sevgui Soysal, traduit du turc par Calire Simondin, Editions Intervalles, mars 2016, 110 p., 17 euros

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost 0

Petits moments de bonheur volés de Francesco PICCOLO

Publié le par Hélène

♥ ♥

Avec fraîcheur et humour, l'auteur fait la liste des petits riens qui font le sel de son existence. 

"L'intelligence des choses simples, comme celle du conducteur de la voiture derrière moi quand il comprend tout de suite que je vais me garer et donc faire marche arrière. Il s'arrête à quelques mètres de distance et attend." p. 45

"Toutes les fois où je peux légitimement dire : "Je l'avais dit !" (Ou bien quand quelqu'un dit : "C'est vrai, il l'avait dit je m'en souviens!") " p. 49

Si l'ensemble est plaisant, sa poésie transparaît surtout quand l'auteur parle de sa ville, Rome qu'il se plaît à arpenter. Il sait alors nous faire ressentir la magie de l'instant romain, son effervescence qui alterne avec la quiétude de la ville endormie ou en vacances. 

"Et puis certains après-midi de pluie où les gens qui attendent qu'il cesse de pleuvoir sous les porches font connaissance, se parlent. (...) Le nombre exact de baisers qui se donnent en ce moment. J'aimerais qu'aucune porte ne claque, qu'aucun être humain ne tousse, que pas un citadin ne se sente citadin ; et, toujours en ce moment précis, que quelqu'un dise : qu'il est bon de vivre ici. Même intérieurement." p.135

Un petit opus léger, sans prétention, qui se lit en deux heures et nous permet ensuite de poser un regard plus apaisé sur notre propre ville... 

 

Présentation de l'éditeur : Denoël Points 

D'autres avis : Folavril ; Martine

 

Petits moments de bonheur volés, Francesco Piccolo, traduit de l'italien par Anaïs Bokobza, Points, 2015, 134 p., 5.9 euros

 

Un petit livre qui  m'a fait penser à l'excellent Journal intime de Nanni Moretti, un de mes films préférés.

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost 0

Le génie des coïncidences de John IRONMONGER

Publié le par Hélène

♥ 

Libre arbitre ou déterminisme ?

Thomas Post,  maître de conférence à l'université de Londres, se présente comme un expert es coïncidences. Venez à lui avec ce que vous prenez pour une coincidence étrange, qui pourrait être selon vous la marque d'une instance supérieure qui régirait nos vies, et il vous démontrera que tout n'est qu'une question de probabiblités et que votre évènement n'est que le fruit du hasard et de la nécessité. Mais le jour où la belle Azalea se présente à lui avec ses propres coïncidences étranges, ses certitudes vacillent. Il se penche alors sérieusement sur - et dans - la vie de la jeune femme afin de dénouer les noeuds déterministes qui semblent la régir...

Cette plongée le mène aux quatre coins du monde, de l'île de Man jusqu'en Ouganda, dans un pays meurtri par une guerre civile sanguinaire. Dans cette région en effet sévit le diabolique Joseph Kony, personnage réel recherché par la Cour pénale internationale pour 33 chefs d'accusation pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Il serait responsable de la mort de plus de 100 000 personnes en Afrique centrale ces vingt-cinq dernières années et aurait enlevé entre 60 000 et 100 000 enfants. Par le biais de la fiction, l'auteur apporte un éclairage sur ces évènements tragiques : 

"Nous sommes doués pour escamoter des évènements monstrueux, sans compter qu'après tout, ceux-ci se déroulaient en Afrique, un continent qui demeure effectivement invisible - non parce que la lumière échoue à percer les ténèbres, mais parce que très peu d'entre nous choisissent de regarder ce qu'elle révèle." p. 160

Azalea était-elle déstinée à connaître une telle cruauté ? Va-t-elle mourir le 21 juin comme nombre de ses ancêtres ? Est-elle guidée par une instance supérieure ? Ou portée par le hasard ? Autant de questions qui trouveront des réponses partielles résonnant d'échos kantiens ... 

"... Il y a une providence particulière dans la chute d'un moineau.

Si c'est mainteannt, ce n'est pas à venir ;

si ce n'est pas à venir, ce sera maintenant ;

si ce n'est pas mantenant, pourtant, cela viendra :

le tout est d'être prêt." Shakespeare, Hamlet

Ce que j'ai moins aimé : J'ai trouvé les passages sur l'Ouganda trop documentés à mon goût, presque "collés" à cette intrigue des coïncidences, comme pour apporter un crédit historico-politico-social. 

 

Présentation de l'éditeur : Stock ;  10-18 

D'autres avis : Télérama

Keisha ; Claracathulubouquinbourg, blablablamiaKathelAifelle Antigone 

Tous ces avis sont bien plus enthousiastes que le mien !

Sur Joseph Kony : Le JDD 

 

Le génie des coïncidences, John Ironmonger, traduit de l'anglais par Christine Barbaste, 10-18, février 2016, 

 

Merci à l'éditeur.

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost 0

Le garçon sauvage de Paolo COGNETTI

Publié le par Hélène

♥ ♥ 

Le narrateur décide de s'isoler pour une saison au coeur de la montagne, au coeur du val d'Aoste. Lové dans une baita - cabane de pierre des montagnes - à 2000 mètres d'altitude,  il laisse derrière lui un hiver éprouvant passé au coeur d'une civilisation aliénante. Ses heures coulent sans contraintes, son esprit vagabonde dans les prés, libre et aérien. Il parcourt les chemins alentour, croisant ses voisins bergers, vachers, chiens et chèvres. Il noue des liens particuliers avec Remigio et Gabriele, des hommes appréciant également l'isolement montagnard sans contraintes.

"Comme ermite, je ne valais pas un clou : j'étais monté là-haut pour rester seul et n'arrêtais pas de me chercher des amis. A moins que ce fût justement la solitude qui rendît chaque rencontre aussi précieuse." p. 66

Si les deux hommes sont ses seuls compagnons réels, l'apprenti Walden peuple son univers d'auteurs qui lui sont précieux comme Mario Rigoni Stern, montagnard de la première heure, ou encore Antonia Pozzi, poètesse de talent. A leur côté, il réapprivoise le monde...

Avec pudeur et retenue, le narrateur évoque cette période vécue coupé du monde dans un cocon de douceur et de solitude salvateur. 

 

http://www.foto-blog.it/

Mes réticences : Un peu court, il est dommage de passer directement du mois d'avril au mois d'août sans développer les mois d'été...

 

Présentation de l'éditeur : Zoé editions 

Vous aimerez aussi : Les romans de Mario Rigoni Stern : 

D'autres avis : Dominique

 

Le garçon sauvage, Carnet de montagne, Paolo Cognetti, traduit de l'italien par Anita Rochedy, Préface de Vincent Reynaud, Editions Zoé, janvier 2016, 144 p., 14 euros

 

Merci à l'éditeur. 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost 0

Suite française d'Irène NEMIROVSKY

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Ce qui m'intéresse ici c'est l'histoire du monde."

irène Némirovsky a fait une entrée fracassante en littérature avec son David Golder en 1929. Pendant l'année 1941-1942, elle entreprend un travail ambitieux, la Suite française, qui devait comprendre cinq parties. Elle rêvait d' "d'un livre de mille pages, construit comme une symphonie, mais en cinq parties." (préface de Myriam Anissimov) Seulement la guerre rattrapera son auteur, arrêtée puis déportée à Auschwitz.

Seuls deux romans sont achevés,  Tempête en juin qui commence en juillet 1940 et s'axe sous forme de tableaux sur la fuite de nombreux habitants loin de Paris avant l'arrivée des allemands dans la ville, et Dolce, roman décrivant l'occupation dans Bussy, une petite ville de campagne. Le  troisième roman intitulé Captivité devait montrer les origines d'une volonté de résistance, le quatrième et cinquième romans Bataille et La Paix étaient encore flous. Certains personnages se retrouvaient d'une partie à l'autre, dans le but de créer une sorte de Guerre et Paix, une fresque ample et ambitieuse, dans lequel destin communautaire et destin individuel seraient irrémédiablement liés. Son manuscrit sera publié de manière posthume après un voyage qui mériterait à lui seul un roman...

Ainsi, elle nous raconte l'Histoire avec un grand H à travers des destins individuels. "Le plus important ici et le plus intéressant est la chose suivante : les faits historiques, révolutionnaires, etc., doivent être effleurés, tandis que ce qui est approfondi, c'est la vie quotidienne, affective et surtout la comédie que cela présente." (Annexes Notes manuscrites d'Irène Némirovsky sur l'état de la France et son projet Suite Française, relevées dans son cahier)

Dans Tempête en juin, elle met en scène la famille Péricand, parents et enfants. Le jeune Hubert s'échappe pendant l'exode qui doit les mener à Nîmes et cette expérience participera à son apprentissage de la vie. Il découvrira l'autre côté de l'exode, les portes closes, les réfugiés qui pillent, le désordre, la lâcheté, la vanité, l'ignorance. Son frère Philippe, prêtre, fera aussi cette expérience cruelle. L'auteur peint également le destin de Corte, écrivain imbu de sa personne, et des Michaud, des employés de banque qui doivent rejoindre Tours et s'inquiètent pour leur fils Jean-Marie parti au combat. Ce dernier est blessé et soigné dans une famille de paysans à Bussy.

Bussy, petit village que nous retrouvons dans Dolce à travers le destin de Lucile Angellier dont le mari est fait prisonnier par les allemands et condamnée à vivre avec sa belle-mère qui ne l'apprécie guère. Elles doivent accueillir un allemand dans leur maison. Si Madame Angellier montre son mépris de l'ennemi de façon ostentatoire, les sentiments de sa belle-fille Lucile se font plus complexe face à cet homme, qui avant d'être un soldat allemand, est avant tout un être sensible, animé par les mêmes passions que la jeune femme. Une douce relation s'installe entre eux : "Jusqu'au soir, rien, des heures lentes, une présence humaine, un vin léger et parfumé, de la musique, de longs silences, le bonheur..." 

Parallèlement Madeleine, qui avait abrité le jeune Jean- Marie, se doit d'épouser Benoît, son promis qui revient de la guerre, tout en espérant toujours secrètement le retour de Jean-Marie. Le couple abrite quant à eux un interprète allemand qui n'est pas insensible au charme de la jeune paysanne. 

Par le biais de ces personnages, les sentiments contradictoires qui animent les français occupés sont mis en valeur : ce savant mélange d'attirance - répulsion pour les allemands qui anime la jeune Lucile, mais aussi d'autres personnages : "Elle eut presque peur des sentiments qui s'éveillaient en elle et qui ressemblaient à ce qu'elle eût éprouvé en caressant une bête sauvage, quelque chose d'âpre et de délicieux, un mélange d'attendrissement et de terreur."

"La guerre... oui, on sait bien ce que c'est. Mais l'occupation en un sens, c'est plus terrible, parce qu'on s'habitue aux gens ; on se dit : "Ils sont comme nous autres après tout", et pas du tout, ce n'est pas vrai. On est deux espèces différentes, irréconciliables, à jamais ennemis."

Dans ce roman bouleversant, Irène Némirovsky nous offre un tableau complet et vivant de cette période historique, éclairant les hypocrisies et les humanités des uns et des autres. Un grand roman, digne de Guerre et Paix...

 

Présentation de l'éditeur : Folio

Lu dans le cadre du Blogoclub consacré aujourd'hui à Irène Némirovsky

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost 0

Une femme simple et honnête de Robert GOOLRICK

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Il est des choses qui attendent, se dit-elle. Tout ne meurt pas. Vivre prend du temps." 

Après plusieurs années de célibat, Ralph Truitt décide de se remarier et pour ce faire passe une petite annonce dans un journal de Chicago. Catherine Land répond à cette annonce, et en cet automne 1907, Ralph l'attend sur le quai  de gare, impatient. Son désir est simple :

"Ce qu'il avait voulu, c'était une femme simple et honnête. Une vie tranquille. Une vie dans laquelle tout pourrait être préservé et où personne ne deviendrait fou." p. 49

La belle Catherine entre alors dans sa vie, semblant correspondre à celle qu'il attendait. Mais les apparences peuvent être trompeuses...

Dans un Wisconsin sous la neige trois vies entremêlées vont s'aimer et s'entredéchirer. Chaque être a sa propre histoire, son passé à porter comme un fardeau, chacun a son objectif, clair. Puis, la vie s'en mêle et "Tout était devenu confus, dans la masse du quotidien ordinaire, dans la vie des gens, dans cette fâcheuse tendance du coeur à attirer et repousser ce qu'il désire et redoute." p. 362

Au fil du temps, l'âme des protagonistes se dévoile, se transforme et alors la rédemption sera peut-être possible... Portée par un style époustouflant, cette histoire de sexe et d'amour sous couvert de trahison emporte irrémédiablement le lecteur dans cette campagne gelée, aux côtés de ces êtres torturés.

"C'était une histoire banale, où le froid pénétrait dans les os des êtres pour ne plus jamais les quitter, où les souvenirs s'enfonçaient dans leur coeur pour ne plus jamais le laisser en paix. C'était l'histoire de la douleur et de l'amertume qu'on endurait dans l'enfance, quand on était sans défense mais capable de reconnaître le visage du mal, de secrets maudits qu'on ne pouvait raconter à personne, de la vie qu'on s'inventait contre sa douleur et la douleur des autres, impuissant à changer quoi que ce fût, l'histoire de la fin déjà écrite." p. 359

Un roman magnifique !

 

Présentation de l'éditeur : 10/18

Du même auteur Féroces Arrive un vagabond 

 

Une femme simple et honnête, Robert Goolrick, traduit de l'anglais (EU) par Marie de Prémonville, 10/18, janvier 2016, 373 p, 7.10 euros

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>