Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature europe

Christopher et Colombus de Elizabeth VON ARNIM

Publié le par Hélène

Christopher et Colombus s'appellent en réalité Anna-Rose et Anna-Felicitas, et sont deux jumelles de dix-sept ans. Alors qu'elles étaient en Angleterre recueillie par leur oncle, après la mort de leur parent, celui-ci a préféré les expédier en Amérique, chez un autre oncle, pour ni plu ni moins se débarrasser d'elles. A cette époque, en 1916, ces jeunes filles de père allemand et au fort accent germanique ne sont en effet guère populaires ... Sur le bateau, livrées à elles-mêmes, elles se placent sous la protection d'un gentleman.

Si l'aventure des deux jeunes femmes naïves est assez drôle au début, l'ensemble s'essouffle dans la deuxième partie du roman. L'étude du milieu de l'époque est fine et l'humour omniprésent ajoute une touche de fraîcheur au destin atypique des deux soeurs, mais globalement, j'ai préféré d'autres romans de l'auteur comme Avril enchanté, L'été solitaire ou En caravane...
 

Présentation de l'éditeur : 10/18

Du même auteur : L'été solitaire ♥ ♥ ♥ 

 

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La traversée amoureuse de Vita SACKVILLE WEST

Publié le par Hélène

Quand Edmund Carr apprend qu'il ne lui reste que quelques mois à vivre, il décide de s'embarquer pour une croisière aux côtés de Laura, une jeune veuve dont il est épris. Mais les jours passant, il doute des sentiments de la jeune femme et se demande si elle ne tombe pas plutôt amoureuse du colonel Dalrymple, homme tellement séduisant. Peu à peu la jalousie le ronge.

Ce que j'ai aimé : Le chant mélancolique de cet homme qui apprend à se dégager de la vie petit à petit est relativement émouvant même si...

Ce que j'ai moins aimé : la personnalité assez égocentrique de Edmund ne m'a pas conquise....

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche ; Autrement

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La fin de la solitude de Benedict WELLS

Publié le par Hélène

♥ ♥

Prix de littérature de l’Union européenne.

Prix littéraire des lycéens de l’Euregio.

Liz, Marty et Jules perdent leurs parents dans un accident de voiture et sont placés dans un orphelinat. rapidement, ils s'éloignent les uns des autres, chacun suivant sa trajectoire pour faire son deuil. Li a tendance à se réfugier dans les drogues, les fêtes et les relations sans lendemain, Marty reste plus froid, et Jules le rêveur s'essaie dans la photographie et se rapproche de Alva, une jeune pensionnaire. Le temps passe, Jules raconte les étapes de sa vie, comment les cicatrices se forment et se déforment au fil des aléas de la vie.

Des liens indéfectibles perdurent malgré les épreuves, la fratrie, ses liens uniques et irremplaçables : "Soudain, je nous vois à soixante-dix ans, nous soutenant l'un l'autre. je n'ai pas choisi Marty et, au fond, nous sommes radicalement différents, mais il y a une chose qui le distingue de tous les autres : il est toujours là. A mes côtés depuis quarante et un ans." p. 135

Ce que j'ai moins aimé :

J'ai trouvé la tonalité assez triste et pathétique.

Bilan :

Une belle trajectoire de vie !

"La vie n'est pas un jeu sans gagnant ni perdant. Elle ne nous doit rien et les choses arrivent comme ça. Parfois c'est juste et tout a un sens, et parfois tellement injuste qu'on doute de tout. J'ai arraché son masque au destin et, en dessous, je n'ai trouvé que le hasard." p. 287

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

D'autres avis : Babélio

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Paméla ou la vertu récompensée de Samuel RICHARDSON

Publié le par Hélène

♥ ♥

Roman épistolaire de 1740 qui raconte le destin de la jeune Paméla, 15 ans qui résiste aux assauts répétés de son maître, M. B., souhaitant par dessus tout préserver sa vertu intacte. Elle raconte ses mésaventures à ses parents dans ses lettres, puis quand elle comprend que ses lettres n'atteignent pas ses destinataires, elle continue à écrire son journal intime.

Ce roman a marqué la littérature anglaise et européenne par son originalité : donner la parole à la première personne à une domestique était novateur à l'époque, mais aussi par cette image vertueuse, néanmoins controversée. Deux voix s'élèvent : ceux qui pensent que Paméla est un modèle de vertu, et ceux qui pensent que sous couvert de la vertu, l'auteur en profite pour montrer des scènes équivoques, et que la jeune Paméla ne fait que provoquer M. B, son maître dans le but d'être épousée.
 

Ce que j'ai moins aimé :

Les atermoiements de la jeune Paméla m'ont lassée et son ambivalence m'a surprise effectivement : alors que cet homme a tenté d'abuser d'elle à maintes reprises, elle finirait finalement par éprouver des sentiments pour lui ?

" Vous et mon cher père êtes sans doute surpris de n'avoir point eu de mes nouvelles depuis plusieurs semaines, mais une triste scène en a été la cause. Car à présent il n'est que trop clair que vos avertissements étaient bien fondés. Oh, ma chère mère, je suis malheureuse, véritablement malheureuse ! Ne vous effrayez pourtant pas, je suis vertueuse ! Dieu veuille par Sa grâce que je le sois toujours.
Oh ! cet ange, ce galant homme, ce doux bienfaiteur de votre pauvre Paméla, qui devait prendre soin de moi à la prière que lui fit sa mère, lorsqu'elle était sur son lit de mort, qui craignait si fort que je ne me laissasse séduire par le neveu de Milord Davers qu'il ne voulut point me laisser entrer au service de Milady ; ce gentilhomme (oui, il faut encore que je l'appelle ainsi, quoiqu'il ne mérite plus ce titre), ce gentilhomme s'est avili jusqu'à se donner des libertés avec sa pauvre servante ! Il s'est fait voir maintenant dans son caractère naturel, et rien ne me paraît plus noir et plus affreux."

Bilan :

J'ai été heureuse de découvrir ce classique du XVIIIème, mais en tant que lectrice, je n'ai pas été convaincue par Paméla et encore moins par sa vertu !

 

Présentation de l'éditeur : 10-18

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La goûteuse d'Hitler de Rosella POSTORINO

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Mais au fond toute vie est une contrainte et le risque de se cogner aux murs, permanent."
 

Après le bombardement de sa maison, Rosa Sauer se réfugie chez ses beaux-parents. Son mari est parti au front et elle guette son retour avec impatience. Un beau jour, elle est embauchée pour faire office de goûteuse au quartier général de Hitler. Situé en Prusse orientale (Pologne actuelle), Hitler vécut en effet dans ce bunker caché dans la forêt, dans cette "tanière du loup" durant les deux ans avant la chute du troisième Reich. Chaque jour, des femmes sont sommées de se rendre là-bas, de manger les futurs repas servis à Hilter, puis d'attendre une heure pour savoir si un éventuel poison était présent dans le nourriture servi au Führer. A chaque bouchée, Rosa ne sait si elle survivra. A ses côtés, Elfriede, mystérieuse, Leni, romantique dans l'âme, peu à peu des liens se créent entre les dix jeunes femmes réquisitionnées.

Couronné en Italie par le prestigieux prix Campiello, ce roman est inspiré de l’histoire vraie de Margot Woelk. « Quand je suis tombée sur un article de presse racontant l’histoire de Margot Woelk, j’ai tout de suite été obsédée par la vie de cette femme, à la fois victime et complice du IIIe Reich, raconte la jeune et pétillante Italienne, éditrice à Rome. Si elle a voulu témoigner, c’est pour surmonter le sentiment de honte qui l’habitait. Et moi, qu’aurais-je fait à sa place ? » Malheureusement, la nonagénaire meurt avant que Rosella Postorino ne puisse la rencontrer. Elle décide alors d'écrire un roman sur sa vie. Elle a imaginé les autres jeunes femmes et leurs histoires ainsi que cette relation particulière avec l'officier allemand.
Au-delà de la situation, l'auteure s'interroge sur la capacité à survivre sans se révolter dans un contexte oppressant. Rester en vie et bafouer sa morale ou mourir en héros ? Tout le monde n'a malheureusement pas l'étoffe d'un héros...
"La capacité d'adaptation est la principale ressource des êtres humains, mais plus je m'adaptais et moins je me sentais humaine."

Ce que j'ai moins aimé : J'ai été déçue par la fin, sans cela, ce roman aurait été un coup de coeur !

Bilan : Un roman passionnant !

 

Présentation de l'éditeur : Albin Michel

D'autres avis : Babélio

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La couleur du lait de Nell LEYSHON

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Mary grandit dans une ferme du Dorset dans les années 1831. cette jeune fille franche et droite travaille aux côtés de ses deux soeurs pour la ferme familiale, menée par un père autoritaire. heureusement la jeune femme peut se réfugier auprès de son grand-père à qui elle se confie. Mais alors qu'elle a 15 ans, son père décide de la placer chez le pasteur Graham pour servir et accompagner son épouse à la santé fragile. Si dans un premier temps Mary est tentée de fuir pour retrouver son univers familier, elle s'attache aussi à cette femme douce et bienveillante. Mais dans cette famille, elle découvrira aussi l'humiliation de sa condition...

La jeune femme conte elle-même son histoire, maladroitement, par touches successives, faisant flamboyer ses sentiments et ses révoltes. 

Ce court roman percutant touche indéniablement en plein coeur son lecteur ! 

Ce que j'ai moins aimé :

- Dans un premier temps le style peut surprendre, collant à la façon de parler et d'écrire de Mary : "Je n'ai pas l'habitude qu'on me sert, j'ai dit.", "J'ai encore haussé les épaules. j'ai sorti de la pièce."

 

Présentation de l'éditeur : 10/18

D'autres avis : Papillon ; Dominique

Vous aimerez aussi : Captive de Margaret Atwood

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Antonia - Journal 1965-1966 de Gabriella ZALAPI

Publié le par Hélène

♥ ♥

Antonia est une jeune femme de 29 ans mariée à un homme qui ne l'estime pas, et des envies de liberté la parcourent : "J'ai épousé Franco aveuglée par le désir d'être aimée. je me suis trompée." dit-elle. "Franco est un homme tiède, sans courage. Sa vie s'étend sur quelques mètres carrés. Parler avec lui c'est restreindre mon horizon, restreindre mon vocabulaire, restreindre mon imaginaire."

Quand elle se confie à son père tant aimé, celui-ci la rabroue et l'enjoint à aimer son mari, "pour le meilleur et pour le pire". A la mort de sa grand-mère, Antonia reçoit une boîte de documents retraçant la vie de cette femme, elle se consacre alors à reconstituer le passé, se perdant dans la vie de son ancêtre pour oublier ses déconvenues.

Mais peu à peu, sa volonté s'affirme, elle s'affranchit des conventions sociales étouffantes et s'admoneste : "Antonia, tu dois : émerger, apparaître, sortir, te montrer, jaillir des tréfonds, manifester ta présence. Qu'attends-tu ?"

Dans ce journal intime, elle note ses pensées mais aussi les fulgurances trouvées ailleurs, comme cette réplique de Fellini dans 8 1/2 : "Est-ce que tu serais capable de tout planter là et de recommencer ta vie ? De choisir une chose, une seule chose et d'y rester fidèle ? ... De faire en sorte qu'elle devienne ta raison de vivre ? ... Une chose qui résumerait tout, qui renfermerait tout, parce que ta propre fidélité la rendrait infinie ? En serais-tu capable ?"

Gabriella Zalapi est artiste plasticienne et elle utilise ici des photographies, souvenirs ou archives issues de sa propre histoire familiale pour nous conter ce destin de femme et cette émancipation féminine peu évidente dans les années 60 en Sicile. Antonia est son premier roman, il lui permet de s'interroger sur ce qui fonde une identité. 

Ce que j'ai moins aimé : Le côté fragmenté et assez répétitif  du journal a émoussé mon intérêt en cours de lecture.

 

Présentation de l'éditeur : Editions Zoé

D'autres avis : Cathulu ;  Paolina ; Télérama

 

Merci à l'éditeur.

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Vilnius, Paris, Londres de Andreï KOURKOV

Publié le par Hélène

♥ ♥

Grâce à Schengen les frontières s'ouvrent aux lituaniens le 21 décembre 2007. Les plus jeunes décident alors de tenter leur chance ailleurs, loin de ce qu'ils ne connaissent que trop. Ainsi, Ingrida et Klaudijus partent pour Londres et s'exilent au fond du Surrey pour devenir gardiens d'un manoir déserté, quand Barbora et Andrius choisissent Paris. Andrius deviendra clown d'hôpital, pendant que Barbora est baby-sitter et gardienne de chiens. Enfin, le dernier couple, Renata et Vitas, reste en Lituanie : Renata souhaitant veiller sur son grand-père âgé et peu attirée par les feux de l'étranger, qui lui ont pris ses parents. Vitas décide alors de créer sa propre entreprise.

Si les lumières de l'ailleurs ont éclairé leurs cœurs et esprits, la réalité se charge de les rappeler à l'ordre : ici comme ailleurs, la vie n'est pas simple, et les vicissitudes de l'existence restent prégnantes. La précarité guette ceux qui ont fait le choix de partir sans rien, la nécessité de gagner son pain quotidien s'avérant plus difficile dans un pays dont on ne maîtrise ni les codes, ni la langue. La désillusion les guette...

Parallèlement à ces destins, le vieil homme Kukutis chemine vers la France, appelé par son cœur sui lui indique que certains de ses compatriotes souffrent et sont en danger. Arrivera-t-il à temps pour les sauver ?

Dans ce roman prenant malgré quelques longueurs (sur 650 pages c'est un peu inévitable), Andreï Kourkov narre la trajectoire de ces êtres pour qui l'Europe de l'ouest est un rêve doré qui ne tient pas toujours ses promesses...

 

Présentation de l'éditeur : Liana Levi

Du même auteur Laitier de nuit ♥ ♥ ♥ Surprises de Noël ♥ ♥ ♥ ; Le concert posthume de Jimi Hendrix ♥ 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Merci Jeeves ! de PG WODEHOUSE

Publié le par Hélène

♥ ♥

Bertie Wooster, jeune aristocrate londonien, se découvre une passion pour le banjo, passion que ne partagent nullement ses voisins. Bertie se retrouve donc contraint de s'exiler à la campagne pour pouvoir s'exprimer librement. Malheureusement son fidèle majordome Jeeves, qui n'apprécie guère les talents de son maître, décide de le quitter pour partir vers d'autres cieux.

Néanmoins les deux comparses ne seront pas totalement séparés puisque Bertie se fait loger dans un cottage de son ami le baron Chuffnell, le nouveau maître de Jeeves. Arrivé au cottage, le calme souhaité par Bertie est loin d'éclore : en effet Chuffy a invité au château M. Stoker et Sir Glossop et la belle Pauline Stoker qui n'est autre que l'ex-fiancée de Bertie et dont est tombé fou amoureux Chuffy.

Les situations cocasses s'enchaînent entre des neveux récalcitrants, des pères possessifs, des policiers trop zélés. Jeeves, le fidèle majordome bien plus pertinent que son maître, veille patiemment sur son petit monde.

Ce que j'ai moins aimé : J'ai trouvé quelques longueurs notamment lors de la scène avec les policiers. Certaines scènes sont proches du théâtre de boulevard et tournent au vaudeville.

Bilan : Un roman à l'humour burlesque farfelu, plutôt plaisant à lire, même si j'avais préféré Un pélican à Blandings.

 

Présentation de l'éditeur : 10-18

D'autres avis : http://www.action-suspense.com/2019/01/p.g.wodehouse-merci-jeeves-editions-10-18.html ; Martine https://plaisirsacultiver.wordpress.com/2016/04/06/merci-jeeves-de-p-g-wodehouse/ ;

Du même auteur : Un pélican à Blandings

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

L'écart de Amy LIPTROT

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Amy a dix-huit ans quand elle quitte son île natale des Orcades, îles au nord de l’Écosse, pour rejoindre Londres et ses lumières de pacotille. Au cœur de la capitale, elle sombre peu à peu dans un univers interlope, empli de fêtes, de drogues et d'alcool. Beaucoup d'alcool, trop d'alcool, au point que Amy ne peut plus s'en passer et sombre jour après jour dans l'addiction. Elle perd alors son travail, son petit ami, et se retrouve seule, désœuvrée, définitivement alcoolique.

Pour combattre ses démons, elle décide de revenir en arrière, de mettre de la distance entre Londres et elle, et repart vers ses racines, vers les Orcades. Là, elle intègre une organisation dédiée à la conservation des animaux et cherche à se reconstruire. Elle s'installe sur une petite île, et réapprend à vivre normalement, sans alcool. Grâce au pouvoir guérisseur de la nature, elle trouve un sens à sa vie, loin des futilités londoniennes. Elle va à la pêche aux couteaux, pour les faire revenir ensuite le soir à l'ail et les savourer avec des spaghettis, elle s'attache peu à peu aux petits détails de la vie savoureux pour lutter contre ses démons.

"J'ai troqué les boules à facettes des discothèques pour les lumières célestes, mais je reste entourée de danseurs : soixante-sept lunes gravitent autour de moi."

Ce que j'ai moins aimé : Quelques longueurs.

Bilan : Ce récit authentique nous faisant le témoin d'une reconstruction touche par sa sincérité.

 

Présentation de l'éditeur : Editions Globe

D'autres avis : Nadael ;

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>