Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature europe

Asta de Jon Kalman STEFANSSON

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Je suis sans doute tombé sur la mauvaise planète.

Ici tout est tellement bizarre." Sigbjorn Obstfelder

Au fil des errances de la narration éclatée, se profilent un à un les personnages : Sigvaldi, Helga et leur amour passionné, Asta lors de son séjour dans une ferme, sa rencontre avec Josef, Asta à Vienne, des années plus tard, déprimée, Sigvaldi encore, tombé de son échelle, qui se remémore son existence, le frère de Sigvaldi, poète à ses heures, Asta écrivant des lettres à son amour perdu ... Les époques se confondent et s'entremêlent parce que la vie n'est jamais aussi linéaire qu'on peut le croire, et que les  souvenirs ont tendance à s'interposer pour casser le fil trop droit du destin.

Chacun cherche une once de bonheur ou de répit, sans succès, parce que le monde est ainsi fait, parce que la société de consommation, le monde qui nous entoure et nous enserre est créé pour engendrer notre insatisfaction. "Voilà pourquoi le but de la publicité est de nous rendre insatisfaits du moment présent, de nous donner l'impression que nous passons à côté de quelque chose, que nous n'avons pas la vie que nous méritons."

Si la quête du bonheur reste vaine, il est urgent de vivre chaque minute intensément. Passer une soirée entre frères en ne pensant pas au dernier bus qui part sans nous, batifoler dans le foin frais odorant, étrenner une table plutôt solide, se gorger de la beauté du monde, faire rouler dans nos cœurs les mots doux et serrer dans nos bras les gens qu'on aime, tant qu'il est encore temps, avant qu'ils ne tombent d'une échelle ou d'un bateau, avant que la nuit ne tombe dans l'oubli. Ne pas oublier l'importance d'aimer, aimer ses enfants, aimer ses frères, ses sœurs, aimer ses parents, inconditionnellement, sans laisser les lettres d'amour sans réponse, sans penser que le mot est galvaudé et usé jusqu'à la corde ...

"La meilleure manière de contrer la mort, c'est de se constituer des souvenirs qui, plus tard, auront le pouvoir de caresser doucement et d'apaiser les blessures de la vie."

Et finalement, ce sera la pureté qui irradiera le destin de Asta et de ses proches :

"Mais il y a si peu de choses qui ne soient pas des erreurs ici-bas. Au contraire, les vérités du cœur ne font pas toujours bon ménage avec celles du monde. C'est cela qui rend la vie incompréhensible. C'est notre douleur. Notre tragédie. La force qui fait notre lumière."

Un roman lumineux qui fusionne les nuits sombres et les aurores boréales pour enfanter la beauté ...

 

Présentation de l'éditeur : Grasset

D'autres avis : Télérama ; Moka ; Karine ; Jérôme (qui vante depuis longtemps les mérites de cet auteur et que j'avais tout de même à moitié écouté puisque je me suis rendue compte que j'avais deux romans de cet auteur dans ma Pal, ô joie)

 

Lu dans le cadre des matchs de la rentrée Littéraire de PriceMinister #MRL18

Il s'agissait d'un choix de Moka que je remercie pour cette belle découverte ! Voici ce qu'elle en disait dans sa présentation pour les matchs :

"Un roman étranger / Une envie folle que vous croisiez à votre tour Ásta / Une histoire d’amour / Un peu de désamour / Un petit goût d’Islande / Un pavé de rentrée / Une odeur de vodka / Une plume poétique qui dit l’ailleurs et les autres / L’abandon, les retrouvailles et tous leurs absents. / Une fresque familiale qui se reflète dans un miroir brisé. / Ce concentré de drame et de désillusion. "

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

L'odeur du figuier de Simonetta GREGGIO

Publié le par Hélène

Un recueil de cinq histoires assez sombres :

"Acquascura" un couple isolé en plein été dans une grande maison, l'ennui s'invitant entre eux et inhibant tout désir jusqu'à l'invasion finale des fourmis, symbole étrange du délitement du couple...

"Plus chaud que la braise" et "L'année 82" : la rupture, l'attente de l'être aimé, les hauts et les bas, une période d'insouciance puis le mal qui terrasse, le besoin de l'autre, la solitude...

"Quand les gros seront maigres, les maigres seront morts" : l'histoire glaçante d'un vieil homme coincé dans un ascenseur en plein mois d'août

"C'est bien vrai, pensa-t-il, qu'on n'en a jamais assez.

De quoi ?

De tout.

Pleurer.

L'amour.

La douleur.

Rire.

Manger."

"Fiat 500" une touche ironique pour finir ce petit recueil qui ne me laissera vraiment pas une impression durable...

 

Présentation de l'éditeur : Flammarion ; Le livre de poche

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La chambre de Jacob de Virginia WOOLF

Publié le par Hélène

♥ ♥

"C'est ainsi que nous vivons, paraît-il, menés par une force insaisissable. et l'on dit aussi que les romanciers ne la captent jamais tout à fait ; elle passe avec effraction à travers leurs filets, qu'elle réduit en lambeaux. Et c'est d'elle que nous vivons - de cette insaisissable force."

Jacob Flanders est cet être insaisissable que l'auteure cherche à capturer dans les rets de ses phrases, au détour d'un point de vue. A la fois enfant de Cornouailles, étudiant de Cambridge, voyageur impénitent, il est aussi celui au parcours amoureux chaotique. Virginia Woolf a créé cet être vu par le prisme des autres pour rendre hommage à son frère Thoby, mort prématurément à l'âge de 26 ans. Publié en 1922, La Chambre de Jacob inaugure la série des romans qui feront de Virginia Woolf la romancière anglaise la plus célèbre du XXe siècle. S'y retrouve sa volonté de saisir l'émotion au travers de conversations, d'impressions fugaces et volatiles. Les détails sont mis en avant, un éclair, une lumière, éclairant l'importance des sensations qui révèlent plus sur nous et les autres que les faits.

"Aucun de nous ne voit les autres tels qu'ils sont, et pas plus une cinquantenaire assise en face d'un jeune inconnu, dans le train. Ce qu'on voit c'est un ensemble - c'est toutes sortes de choses - c'est soi qu'on voit."

A travers son interrogation sur la réalité des choses et des êtres, à travers ses réflexions sur ce qui fonde notre identité, Virginia Woolf esquisse entre les lignes la magie du monde et des êtres vivants...

 

Présentation de l'éditeur : Folio ; Le livre de poche ; Stock

Du même auteur : Les vagues ♥ ♥ ♥ ♥ ; La promenade au phare ♥ ♥ ♥ 

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Le récital des anges de Tracy CHEVALIER

Publié le par Hélène

Londres, janvier 1901 : Lavinia et Maude font connaissance en ce jour mémorable de la mort de la reine Victoria. Leurs familles se rendent en effet au cimetière ce jour-là, pour honorer la reine, et comme leurs tombeaux familial sont voisins, les deux familles Waterhouse et Coleman se rencontrent. Si l'amitié est immédiate entre les deux petites filles, ce n'est guère le cas entre leurs mères respectives, Gertrude Waterhouse incarnant la tradition, et Kitty Coleman aspirant à un vent de liberté. En effet, Kitty peine à trouver sa place dans ce monde, et ce n'est que quand elle découvre la cause des suffragettes qu'elle s'éveille enfin et trouve une raison de vivre. Maude et Lavini observent leur petit monde, copiant, ou s'affranchissant de ces mères modèles.

Ce que j'ai moins aimé : Le fait de choisir la forme du roman choral rompt la linéarité du récit, chaque personnage ayant ses propres préoccupations. De plus, beaucoup de pathos inutile noie la cause des suffragettes dans les pleurs...

Bilan : Lisez plutôt La dame à la licorne, La dernière fugitive ou son incontournable La jeune fille à la perle !

 

Présentation de l'éditeur : Folio

Du même auteur : Prodigieuses créatures     ;  La dernière fugitive ♥ ♥ ♥ ; A l'orée du verger ♥ ♥ ♥ 

D'autres avis : Babélio

 

Le mois anglais est consacré aujourd'hui aux suffragettes !

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La vie parfaite de Silvia AVALLONE

Publié le par Hélène

♥ ♥

Adèle, 18 ans est sur le point d'accoucher. En ce jour particulier, elle est seule, le père de son enfant étant en prison, si bien que Adèle envisage de donner son enfant pour qu'il soit adopté. Elle souhaite le meilleur pour son enfant et essaie de se persuader que commencer sa vie dans un environnement dégradé auprès d'une mère adolescente n'est pas l'idéal... Parallèlement, Dora rêve de devenir mère, mais le destin s'acharne contre elle à tel point que son couple commence à en souffrir.

Alors que nous sommes à l'orée de deux nouvelles vies pour ces deux femmes, le récit revient sur leur parcours pour mieux comprendre cette heure délicate des choix essentiels pouvant déterminer la trajectoire de toute une vie. Que signifie être parents et donner la vie dans un monde tourmenté ? La question de la responsabilité et de la culpabilité des parents est au coeur du roman, sous l'égide de Dostoïevski...

"Quand tu mets quelqu'un au monde, tu dois l'aimer. Le regarder dans les yeux et lui dire : Tu es en sécurité. Sinon, tu lui donnes la vie mais tu ne lui permets pas de naitre. Tu le tues."

Adèle, Dora, Fabio souffrent mais malgré tout, quelques moments fulgurants les sauvent, au milieu du chaos : une journée à la mer, un restaurant entre mère et filles, un voyage, des instants fugaces qui justifient les aléas et permettent de tenir debout, envers et contre tout. Peuvent-ils prétendre à une vie parfaite ? Non. Seulement à une vie fragile mais éclairée ça et là par de petits miracles qui, de secondes magiques en minutes merveilleuses, créent une certaine forme de perfection...

 

Présentation de l'éditeur : Liana Levi

Du même auteur : D'acier de Silvia AVALLONE ; Le lynx ♥ ; Marina Bellezza ♥ ♥ ♥ 

 

 

La vie parfaite, Silvia AVALLONE, Liana Levi, traduit de l'italien par Françoise Brun. «Littérature étrangère» Date de parution : 05-04-2018 14 x 21 cm - 400 pages, 22 euros

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Un pélican à Blandings de PG WODEHOUSE

Publié le par Hélène

Dans cette comédie déjantée, nous faisons la connaissance Lord Emsworth et sa truie de concours qui se complait dans sa solitude et ses habitudes au coeur du château de Blandings, avec son majordome pour tout compagnon. De fait il voit d'un mauvais oeil l'arrivée de sa soeur Connie, élément dévastateur capable de terrasser  "Attila le Hun et n’importe quel champion de catch poids lourd". Affolé par tant d'agitation en puissance,  il demande alors l'assistance de Galahad, son frère. S'ajoutent à la joyeuse communauté le duc de Dunstable et sa nièce Miss Gilpin qui vient de rompre avec son fiancé John Halliday, qui n'est autre que le filleul de Galahad. (Vous suivez ?) Pour aider le jeune Halliday à reconquérir sa "poupée", Galahad l'invite au château en le faisant passer pour un psychanalyste venu guérir Lord Emsworth de ses errances.

Entre les personnes qui se font assommer par des dindes, d'autres qui suivent les préceptes de Thomas Hardy "On ne savait jamais, lui aurait-il dit, à quel tournant le Destin nous attend avec sa chaussette pleine de sable.", les membres sélects du Pelican Club : "Sous la douce férule duquel j'ai appris à rester calme, à garder le sourire et à toujours penser un rien plus vite que l'homme d'en face.", des hommes fascinés par des tableaux de femmes, on comprend rapidement que les plus fous ne sont pas ceux que l'on croit, et que chacun porte en lui ses tares derrière les convenances...

Cette galerie de personnages décalés crée un roman très divertissant, drôle et enjoué, délicieusement absurde. A découvrir !!

 

Présentation de l'éditeur : Les Belles Lettres

D'autres avis : Télérama ; Le Figaro

 

Un pélican à Blandings, PG Wodehouse, Traduit par : Anne-Marie BOULOCH, Les Belles Lettres, janvier 2014, 264 p., 15 euros

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Le chagrin des vivants de Anna HOPE

Publié le par Hélène

"C'est la guerre qui gagne. Et elle continue à gagner, encore et toujours."

Novembre 1920. Le Soldat Inconnu doit être rapatrié depuis la France en Angleterre. Les préparatifs s'accélèrent pour accueillir comme il se doit cet hommage aux hommes disparus brusquement durant la guerre.

A Londres, trois femmes restent marquées par cette guerre meurtrière : le fiancé d'Evelyn a été tué et elle cotoie chaque jour des anciens soldats puisqu'elle travaille au bureau des pensions de l'armée, Ada espère toujours voir son fils revenir alors qu'il est tombé au front, Hettie accompagne chaque soir d'anciens soldats sur la piste du Hammer-Smith Palais pour six pence la danse. Le frère de Hettie est revenu de la guerre profondément marqué ; les destins de ces trois femmes s'entrecroisent au seuil de cette journée qui se prépare.

La guerre a laissé son lot de séquelles dans les âmes de ces hommes et de ces femmes. Si les hommes restent bien souvent ancrés dans leurs traumatismes, les femmes tentent de libérer la parole pour surmonter les douleurs.

"Je vois tellement de femmes, ici, qui s'accrochent, toutes. Qui s'accrochent à leur fils, à leur amant, à leur mari ou à leur père, tout aussi solidement qu'elles s'accrochent aux photos qu'elles conservent ou aux fragments d'enfance qu'elles apportent avec elles et déposent sur cette table."
Elle désigne le plateau d'une main.
"Elles sont toutes différentes, et pourtant toutes pareilles. Toutes redoutent de les laisser partir. Et si on se sent coupable, c'est encore plus dur de relâcher les morts. On les garde près de nous, on les surveille jalousement. Ils étaient à nous. On veut qu'ils le restent."
Il y a un silence.
"Mais ils ne sont pas à nous, poursuit-elle. Et dans un sens, ils ne l'ont jamais été. Ils n'appartiennent qu'à eux-mêmes, et seulement à eux. Tout comme nous nous appartenons. Et c'est terrible par certains côtés, et par d'autres... ça pourrait nous libérer."

Les femmes sont sur le devant de la scène dans ce roman, s'affranchissant peu à peu des carcans masculins. La danse constitue pour certaines un nouvel espace de liberté qui permet d'exorciser les démons effrayants de l'époque. Anna Hope a su créer des portraits de femmes profondément attachants qui chantent avec talent la vie plus forte que la mort...

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard ; Folio

D'autres avis : Télérama ; Papillon ; Carobookine; Audrey ; Dasola

 

Le chagrin des vivants, Anna Hope, trad. de l'anglais par Élodie Leplat, Gallimard, Folio, août 2017, 432 p., 8.30 euros

 

Le mois anglais est aujourd'hui consacré à Anna Hope

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Ecoute la ville tomber de Kate TEMPEST

Publié le par Hélène

Becky, Harry et Leon sont jeunes et errent désoeuvrés, perdus dans un monde qui des dépasse, tentant tant bien que mal de s'adapter, mais restant aussi en marge d'une société qu'ils ne reconnaissent pas. La ville de Londres semblent vouloir désespérément les rejeter, les laisser en périphérie, et ils sont comme condamnés à suivre des chemin de traverse, par le biais de la drogue notamment...

"Becky danse avec Charlotte et Gloria. Au sous-sol Pete examine la poudre jaune que Neville vient de confisquer à un gosse. Leon s'envoie en l'air avec une fille appelée Delilah. Harry boit sa bière sur son muret. Chacun cherche une étincelle qui donnera du sens à sa vie. cette miette de perfection fuyante qui fera peut-être battre leur coeur plus fort."

Ils avancent malgré tout en préservant en eux le souffle vital, l'envie, la passion qui les porte et les emporte loin, comme dans cette scène inaugurale durant laquelle ils fuient ensemble dans une voiture.

Un roman assez sombre entremêlant le sexe, la drogue - et très peu le rock'n'roll - qui inaugure l'entrée en littérature de Kate Tempest, rappeuse, poétesse et dramaturge anglaise qui signe ici son premier roman.

Ce que j'ai moins aimé : J'avoue m'être ennuyée, je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages, et l'intrigue est tellement ténue, proche du réel, proposant le portrait de plusieurs personnages qui défilent devant nos yeux et finissent par lasser.

Je reconnais l'éclat du style, la clairvoyance dans la psychologie de cette génération perdue, mais il m'a manqué un souffle romanesque.

 

D'autres avis : Télérama ; Eva ;

Présentation de l'éditeur : Payot et Rivages

 

Participation pour le mois anglais sur les blogs !

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Changement de décor de David LODGE

Publié le par Hélène

Philip Swallow et Morris Zapp bénéficient d'une permutation de leur poste de professeur pour six mois : Philip part pour l'université d'Euphoria aux Etats-Unis, et Morris pour Rummidge en Angleterre. Philip, homme assez timide laisse derrière lui femmes et enfants avec un certain soulagement, tandis que Morris a été plus ou moins contraint de partir, sa femme souhaitant prendre l'air en vue de demander le divorce.

A Euphoria, les révoltes étudiantes grondent, et la libération sexuelle s'annonce également à grand pas... Ce changement de décor s'avèrera finalement bénéfique pour les deux hommes... David Lodge en profite pour fustiger le microcosme universitaire, érafle le mariage au passage, et nous offre finalement une comédie de moeurs assez drôle !

"Cet après-midi, assis chez Pierre sur Cable Street, il comprenait pour la première fois de sa vie la littérature américaine tandis que le flot de la vie de Poltinus roulait devant lui ; il comprenait cette prodigalité et cette indécence, cette hétérogénéité grégaire, il comprenait Walt Whitman qui avait fait cohabiter des mots qui, en dehors du dictionnaire, ne s'étaient jamais retrouvés ensemble, et Herman Melville qui avait brisé l'atome du roman traditionnel dans l'espoir de faire de la chasse à la baleine une métaphore universelle et qui avait glissé en douce, dans un roman qui s'adressait aux lecteurs les plus puritains que le monde ait jamais connus, un chapitre sur le prépuce de la baleine sans qu'on lui en fasse le moindre grief ; il comprenait pourquoi Mark Twain avait failli écrire une suite à Huckleberry Finn dans laquelle Tom Sawyer devait vendre Huck comme esclave, et pourquoi Stephen Crane avait écrit son grand roman de guerre avant de faire l'expérience de la guerre, et ce que Gertrude Stein voulait dire lorsqu'elle disait que "tout ce que l'on se rappelle est une répétition, mais exister en tant qu'être humain, c'est à dire être, écouter et entendre, ce n'est jamais une répétition" ; il comprenait tout cela, bien qu'il eût été incapable de l'expliquer à ses étudiants -  certaines pensées sont trop profondes pour les séminaires - et comprenait aussi, enfin, ce qu'il voulait dire à Hilary."

Ce que j'ai moins aimé : Quelques longueurs... Comme souvent chez David Lodge, certaines allusions littéraires ou universitaires me semblent réservées uniquement aux spécialistes et tombent à plat pour le lecteur lambda...

Bilan : Une lecture assez divertissante, il s'agit du premier tome de la trilogie universitaire de David Lodge, suivront Un tout petit monde et Jeu de société dans lequels nous retrouvons les mêmes personnages.

 

D'autres avis : Loo ; Babelio

Du même auteur : La chute du British Museum

Le mois anglais est consacré aujourd'hui à Rendez-vous au campus (campus novel, film, photoreportage oxbridgien...)

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Une femme d'imagination et autres contes de Thomas HARDY

Publié le par Hélène

"J'avais peut-être besoin d'un surcroit de reconnaissance, plutôt que d'un renouveau d'amour..."

Ces quatre nouvelles de Thomas Hardy mettent en scène des femmes malmenées par l'amour. En quête d'absolu, ces femmes ne parviennent pas à se contenter de la réalité décevante qui s'offre à elles et elles tentent de s'échapper par le biais de l'amour. Malheureusement, elles restent soumises aux choix familiaux, au mariage, et ces rêves romantiques tournent court... Dans « Le hussard mélancolique », la jeune Phyllis s'éprend d'un soldat étranger alors qu'elle est promise à un beau mariage, Caroline tombe comme ensorcelée par la musique du « Le violoneux de contredanses » alors qu'elle pourrait connaitre un mariage heureux et calme auprès de Ned, Sophy se tourne vers un amour de jeunesse après la mort de son mari, mais son fils met son véto à cet amour indigne à ses yeux (« Le véto du fils »). Pour finir, dans "Une femme d'imagination", en villégiature au bord de la mer, l'héroïne comprend que la chambre qu'elle occupe temporairement est celle d'un poète qu'elle admire particulièrement, elle-même écrivant de la poésie. Peu à peu elle se concentre sur une seule envie : le rencontrer, mais le destin semble lui être contraire.

Les destins assez sombres de ces femmes résonnent tragiquement : incomprises et souvent délaissées, en proie à des passions qui les dépassent, ou soumises au hasard qui entrave leurs rêves, elles connaissent un sort malheureux quand, pourtant, leur esprit et leur coeur se voulaient enjoués. Cette capacité à saisir avec intelligence les émois féminins honore Thomas Hardy et prouve encore une fois son immense talent !

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de Poche

D'autres avis : Martine ; Cryssilda ; Lou

Du même auteur : Les forestiers ♥ ♥ ♥ ; Loin de la foule déchaînée  

 

Pour le mois anglais sur les blogs ce matin nous parlons de recueil de nouvelles !

 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>