Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature europe

La goûteuse d'Hitler de Rosella POSTORINO

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Mais au fond toute vie est une contrainte et le risque de se cogner aux murs, permanent."
 

Après le bombardement de sa maison, Rosa Sauer se réfugie chez ses beaux-parents. Son mari est parti au front et elle guette son retour avec impatience. Un beau jour, elle est embauchée pour faire office de goûteuse au quartier général de Hitler. Situé en Prusse orientale (Pologne actuelle), Hitler vécut en effet dans ce bunker caché dans la forêt, dans cette "tanière du loup" durant les deux ans avant la chute du troisième Reich. Chaque jour, des femmes sont sommées de se rendre là-bas, de manger les futurs repas servis à Hilter, puis d'attendre une heure pour savoir si un éventuel poison était présent dans le nourriture servi au Führer. A chaque bouchée, Rosa ne sait si elle survivra. A ses côtés, Elfriede, mystérieuse, Leni, romantique dans l'âme, peu à peu des liens se créent entre les dix jeunes femmes réquisitionnées.

Couronné en Italie par le prestigieux prix Campiello, ce roman est inspiré de l’histoire vraie de Margot Woelk. « Quand je suis tombée sur un article de presse racontant l’histoire de Margot Woelk, j’ai tout de suite été obsédée par la vie de cette femme, à la fois victime et complice du IIIe Reich, raconte la jeune et pétillante Italienne, éditrice à Rome. Si elle a voulu témoigner, c’est pour surmonter le sentiment de honte qui l’habitait. Et moi, qu’aurais-je fait à sa place ? » Malheureusement, la nonagénaire meurt avant que Rosella Postorino ne puisse la rencontrer. Elle décide alors d'écrire un roman sur sa vie. Elle a imaginé les autres jeunes femmes et leurs histoires ainsi que cette relation particulière avec l'officier allemand.
Au-delà de la situation, l'auteure s'interroge sur la capacité à survivre sans se révolter dans un contexte oppressant. Rester en vie et bafouer sa morale ou mourir en héros ? Tout le monde n'a malheureusement pas l'étoffe d'un héros...
"La capacité d'adaptation est la principale ressource des êtres humains, mais plus je m'adaptais et moins je me sentais humaine."

Ce que j'ai moins aimé : J'ai été déçue par la fin, sans cela, ce roman aurait été un coup de coeur !

Bilan : Un roman passionnant !

 

Présentation de l'éditeur : Albin Michel

D'autres avis : Babélio

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La couleur du lait de Nell LEYSHON

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Mary grandit dans une ferme du Dorset dans les années 1831. cette jeune fille franche et droite travaille aux côtés de ses deux soeurs pour la ferme familiale, menée par un père autoritaire. heureusement la jeune femme peut se réfugier auprès de son grand-père à qui elle se confie. Mais alors qu'elle a 15 ans, son père décide de la placer chez le pasteur Graham pour servir et accompagner son épouse à la santé fragile. Si dans un premier temps Mary est tentée de fuir pour retrouver son univers familier, elle s'attache aussi à cette femme douce et bienveillante. Mais dans cette famille, elle découvrira aussi l'humiliation de sa condition...

La jeune femme conte elle-même son histoire, maladroitement, par touches successives, faisant flamboyer ses sentiments et ses révoltes. 

Ce court roman percutant touche indéniablement en plein coeur son lecteur ! 

Ce que j'ai moins aimé :

- Dans un premier temps le style peut surprendre, collant à la façon de parler et d'écrire de Mary : "Je n'ai pas l'habitude qu'on me sert, j'ai dit.", "J'ai encore haussé les épaules. j'ai sorti de la pièce."

 

Présentation de l'éditeur : 10/18

D'autres avis : Papillon ; Dominique

Vous aimerez aussi : Captive de Margaret Atwood

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Antonia - Journal 1965-1966 de Gabriella ZALAPI

Publié le par Hélène

♥ ♥

Antonia est une jeune femme de 29 ans mariée à un homme qui ne l'estime pas, et des envies de liberté la parcourent : "J'ai épousé Franco aveuglée par le désir d'être aimée. je me suis trompée." dit-elle. "Franco est un homme tiède, sans courage. Sa vie s'étend sur quelques mètres carrés. Parler avec lui c'est restreindre mon horizon, restreindre mon vocabulaire, restreindre mon imaginaire."

Quand elle se confie à son père tant aimé, celui-ci la rabroue et l'enjoint à aimer son mari, "pour le meilleur et pour le pire". A la mort de sa grand-mère, Antonia reçoit une boîte de documents retraçant la vie de cette femme, elle se consacre alors à reconstituer le passé, se perdant dans la vie de son ancêtre pour oublier ses déconvenues.

Mais peu à peu, sa volonté s'affirme, elle s'affranchit des conventions sociales étouffantes et s'admoneste : "Antonia, tu dois : émerger, apparaître, sortir, te montrer, jaillir des tréfonds, manifester ta présence. Qu'attends-tu ?"

Dans ce journal intime, elle note ses pensées mais aussi les fulgurances trouvées ailleurs, comme cette réplique de Fellini dans 8 1/2 : "Est-ce que tu serais capable de tout planter là et de recommencer ta vie ? De choisir une chose, une seule chose et d'y rester fidèle ? ... De faire en sorte qu'elle devienne ta raison de vivre ? ... Une chose qui résumerait tout, qui renfermerait tout, parce que ta propre fidélité la rendrait infinie ? En serais-tu capable ?"

Gabriella Zalapi est artiste plasticienne et elle utilise ici des photographies, souvenirs ou archives issues de sa propre histoire familiale pour nous conter ce destin de femme et cette émancipation féminine peu évidente dans les années 60 en Sicile. Antonia est son premier roman, il lui permet de s'interroger sur ce qui fonde une identité. 

Ce que j'ai moins aimé : Le côté fragmenté et assez répétitif  du journal a émoussé mon intérêt en cours de lecture.

 

Présentation de l'éditeur : Editions Zoé

D'autres avis : Cathulu ;  Paolina ; Télérama

 

Merci à l'éditeur.

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Vilnius, Paris, Londres de Andreï KOURKOV

Publié le par Hélène

♥ ♥

Grâce à Schengen les frontières s'ouvrent aux lituaniens le 21 décembre 2007. Les plus jeunes décident alors de tenter leur chance ailleurs, loin de ce qu'ils ne connaissent que trop. Ainsi, Ingrida et Klaudijus partent pour Londres et s'exilent au fond du Surrey pour devenir gardiens d'un manoir déserté, quand Barbora et Andrius choisissent Paris. Andrius deviendra clown d'hôpital, pendant que Barbora est baby-sitter et gardienne de chiens. Enfin, le dernier couple, Renata et Vitas, reste en Lituanie : Renata souhaitant veiller sur son grand-père âgé et peu attirée par les feux de l'étranger, qui lui ont pris ses parents. Vitas décide alors de créer sa propre entreprise.

Si les lumières de l'ailleurs ont éclairé leurs cœurs et esprits, la réalité se charge de les rappeler à l'ordre : ici comme ailleurs, la vie n'est pas simple, et les vicissitudes de l'existence restent prégnantes. La précarité guette ceux qui ont fait le choix de partir sans rien, la nécessité de gagner son pain quotidien s'avérant plus difficile dans un pays dont on ne maîtrise ni les codes, ni la langue. La désillusion les guette...

Parallèlement à ces destins, le vieil homme Kukutis chemine vers la France, appelé par son cœur sui lui indique que certains de ses compatriotes souffrent et sont en danger. Arrivera-t-il à temps pour les sauver ?

Dans ce roman prenant malgré quelques longueurs (sur 650 pages c'est un peu inévitable), Andreï Kourkov narre la trajectoire de ces êtres pour qui l'Europe de l'ouest est un rêve doré qui ne tient pas toujours ses promesses...

 

Présentation de l'éditeur : Liana Levi

Du même auteur Laitier de nuit ♥ ♥ ♥ Surprises de Noël ♥ ♥ ♥ ; Le concert posthume de Jimi Hendrix ♥ 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Merci Jeeves ! de PG WODEHOUSE

Publié le par Hélène

♥ ♥

Bertie Wooster, jeune aristocrate londonien, se découvre une passion pour le banjo, passion que ne partagent nullement ses voisins. Bertie se retrouve donc contraint de s'exiler à la campagne pour pouvoir s'exprimer librement. Malheureusement son fidèle majordome Jeeves, qui n'apprécie guère les talents de son maître, décide de le quitter pour partir vers d'autres cieux.

Néanmoins les deux comparses ne seront pas totalement séparés puisque Bertie se fait loger dans un cottage de son ami le baron Chuffnell, le nouveau maître de Jeeves. Arrivé au cottage, le calme souhaité par Bertie est loin d'éclore : en effet Chuffy a invité au château M. Stoker et Sir Glossop et la belle Pauline Stoker qui n'est autre que l'ex-fiancée de Bertie et dont est tombé fou amoureux Chuffy.

Les situations cocasses s'enchaînent entre des neveux récalcitrants, des pères possessifs, des policiers trop zélés. Jeeves, le fidèle majordome bien plus pertinent que son maître, veille patiemment sur son petit monde.

Ce que j'ai moins aimé : J'ai trouvé quelques longueurs notamment lors de la scène avec les policiers. Certaines scènes sont proches du théâtre de boulevard et tournent au vaudeville.

Bilan : Un roman à l'humour burlesque farfelu, plutôt plaisant à lire, même si j'avais préféré Un pélican à Blandings.

 

Présentation de l'éditeur : 10-18

D'autres avis : http://www.action-suspense.com/2019/01/p.g.wodehouse-merci-jeeves-editions-10-18.html ; Martine https://plaisirsacultiver.wordpress.com/2016/04/06/merci-jeeves-de-p-g-wodehouse/ ;

Du même auteur : Un pélican à Blandings

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

L'écart de Amy LIPTROT

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Amy a dix-huit ans quand elle quitte son île natale des Orcades, îles au nord de l’Écosse, pour rejoindre Londres et ses lumières de pacotille. Au cœur de la capitale, elle sombre peu à peu dans un univers interlope, empli de fêtes, de drogues et d'alcool. Beaucoup d'alcool, trop d'alcool, au point que Amy ne peut plus s'en passer et sombre jour après jour dans l'addiction. Elle perd alors son travail, son petit ami, et se retrouve seule, désœuvrée, définitivement alcoolique.

Pour combattre ses démons, elle décide de revenir en arrière, de mettre de la distance entre Londres et elle, et repart vers ses racines, vers les Orcades. Là, elle intègre une organisation dédiée à la conservation des animaux et cherche à se reconstruire. Elle s'installe sur une petite île, et réapprend à vivre normalement, sans alcool. Grâce au pouvoir guérisseur de la nature, elle trouve un sens à sa vie, loin des futilités londoniennes. Elle va à la pêche aux couteaux, pour les faire revenir ensuite le soir à l'ail et les savourer avec des spaghettis, elle s'attache peu à peu aux petits détails de la vie savoureux pour lutter contre ses démons.

"J'ai troqué les boules à facettes des discothèques pour les lumières célestes, mais je reste entourée de danseurs : soixante-sept lunes gravitent autour de moi."

Ce que j'ai moins aimé : Quelques longueurs.

Bilan : Ce récit authentique nous faisant le témoin d'une reconstruction touche par sa sincérité.

 

Présentation de l'éditeur : Editions Globe

D'autres avis : Nadael ;

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Asta de Jon Kalman STEFANSSON

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Je suis sans doute tombé sur la mauvaise planète.

Ici tout est tellement bizarre." Sigbjorn Obstfelder

Au fil des errances de la narration éclatée, se profilent un à un les personnages : Sigvaldi, Helga et leur amour passionné, Asta lors de son séjour dans une ferme, sa rencontre avec Josef, Asta à Vienne, des années plus tard, déprimée, Sigvaldi encore, tombé de son échelle, qui se remémore son existence, le frère de Sigvaldi, poète à ses heures, Asta écrivant des lettres à son amour perdu ... Les époques se confondent et s'entremêlent parce que la vie n'est jamais aussi linéaire qu'on peut le croire, et que les  souvenirs ont tendance à s'interposer pour casser le fil trop droit du destin.

Chacun cherche une once de bonheur ou de répit, sans succès, parce que le monde est ainsi fait, parce que la société de consommation, le monde qui nous entoure et nous enserre est créé pour engendrer notre insatisfaction. "Voilà pourquoi le but de la publicité est de nous rendre insatisfaits du moment présent, de nous donner l'impression que nous passons à côté de quelque chose, que nous n'avons pas la vie que nous méritons."

Si la quête du bonheur reste vaine, il est urgent de vivre chaque minute intensément. Passer une soirée entre frères en ne pensant pas au dernier bus qui part sans nous, batifoler dans le foin frais odorant, étrenner une table plutôt solide, se gorger de la beauté du monde, faire rouler dans nos cœurs les mots doux et serrer dans nos bras les gens qu'on aime, tant qu'il est encore temps, avant qu'ils ne tombent d'une échelle ou d'un bateau, avant que la nuit ne tombe dans l'oubli. Ne pas oublier l'importance d'aimer, aimer ses enfants, aimer ses frères, ses sœurs, aimer ses parents, inconditionnellement, sans laisser les lettres d'amour sans réponse, sans penser que le mot est galvaudé et usé jusqu'à la corde ...

"La meilleure manière de contrer la mort, c'est de se constituer des souvenirs qui, plus tard, auront le pouvoir de caresser doucement et d'apaiser les blessures de la vie."

Et finalement, ce sera la pureté qui irradiera le destin de Asta et de ses proches :

"Mais il y a si peu de choses qui ne soient pas des erreurs ici-bas. Au contraire, les vérités du cœur ne font pas toujours bon ménage avec celles du monde. C'est cela qui rend la vie incompréhensible. C'est notre douleur. Notre tragédie. La force qui fait notre lumière."

Un roman lumineux qui fusionne les nuits sombres et les aurores boréales pour enfanter la beauté ...

 

Présentation de l'éditeur : Grasset

D'autres avis : Télérama ; Moka ; Karine ; Jérôme (qui vante depuis longtemps les mérites de cet auteur et que j'avais tout de même à moitié écouté puisque je me suis rendue compte que j'avais deux romans de cet auteur dans ma Pal, ô joie)

 

Lu dans le cadre des matchs de la rentrée Littéraire de PriceMinister #MRL18

Il s'agissait d'un choix de Moka que je remercie pour cette belle découverte ! Voici ce qu'elle en disait dans sa présentation pour les matchs :

"Un roman étranger / Une envie folle que vous croisiez à votre tour Ásta / Une histoire d’amour / Un peu de désamour / Un petit goût d’Islande / Un pavé de rentrée / Une odeur de vodka / Une plume poétique qui dit l’ailleurs et les autres / L’abandon, les retrouvailles et tous leurs absents. / Une fresque familiale qui se reflète dans un miroir brisé. / Ce concentré de drame et de désillusion. "

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

L'odeur du figuier de Simonetta GREGGIO

Publié le par Hélène

Un recueil de cinq histoires assez sombres :

"Acquascura" un couple isolé en plein été dans une grande maison, l'ennui s'invitant entre eux et inhibant tout désir jusqu'à l'invasion finale des fourmis, symbole étrange du délitement du couple...

"Plus chaud que la braise" et "L'année 82" : la rupture, l'attente de l'être aimé, les hauts et les bas, une période d'insouciance puis le mal qui terrasse, le besoin de l'autre, la solitude...

"Quand les gros seront maigres, les maigres seront morts" : l'histoire glaçante d'un vieil homme coincé dans un ascenseur en plein mois d'août

"C'est bien vrai, pensa-t-il, qu'on n'en a jamais assez.

De quoi ?

De tout.

Pleurer.

L'amour.

La douleur.

Rire.

Manger."

"Fiat 500" une touche ironique pour finir ce petit recueil qui ne me laissera vraiment pas une impression durable...

 

Présentation de l'éditeur : Flammarion ; Le livre de poche

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La chambre de Jacob de Virginia WOOLF

Publié le par Hélène

♥ ♥

"C'est ainsi que nous vivons, paraît-il, menés par une force insaisissable. et l'on dit aussi que les romanciers ne la captent jamais tout à fait ; elle passe avec effraction à travers leurs filets, qu'elle réduit en lambeaux. Et c'est d'elle que nous vivons - de cette insaisissable force."

Jacob Flanders est cet être insaisissable que l'auteure cherche à capturer dans les rets de ses phrases, au détour d'un point de vue. A la fois enfant de Cornouailles, étudiant de Cambridge, voyageur impénitent, il est aussi celui au parcours amoureux chaotique. Virginia Woolf a créé cet être vu par le prisme des autres pour rendre hommage à son frère Thoby, mort prématurément à l'âge de 26 ans. Publié en 1922, La Chambre de Jacob inaugure la série des romans qui feront de Virginia Woolf la romancière anglaise la plus célèbre du XXe siècle. S'y retrouve sa volonté de saisir l'émotion au travers de conversations, d'impressions fugaces et volatiles. Les détails sont mis en avant, un éclair, une lumière, éclairant l'importance des sensations qui révèlent plus sur nous et les autres que les faits.

"Aucun de nous ne voit les autres tels qu'ils sont, et pas plus une cinquantenaire assise en face d'un jeune inconnu, dans le train. Ce qu'on voit c'est un ensemble - c'est toutes sortes de choses - c'est soi qu'on voit."

A travers son interrogation sur la réalité des choses et des êtres, à travers ses réflexions sur ce qui fonde notre identité, Virginia Woolf esquisse entre les lignes la magie du monde et des êtres vivants...

 

Présentation de l'éditeur : Folio ; Le livre de poche ; Stock

Du même auteur : Les vagues ♥ ♥ ♥ ♥ ; La promenade au phare ♥ ♥ ♥ 

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Le récital des anges de Tracy CHEVALIER

Publié le par Hélène

Londres, janvier 1901 : Lavinia et Maude font connaissance en ce jour mémorable de la mort de la reine Victoria. Leurs familles se rendent en effet au cimetière ce jour-là, pour honorer la reine, et comme leurs tombeaux familial sont voisins, les deux familles Waterhouse et Coleman se rencontrent. Si l'amitié est immédiate entre les deux petites filles, ce n'est guère le cas entre leurs mères respectives, Gertrude Waterhouse incarnant la tradition, et Kitty Coleman aspirant à un vent de liberté. En effet, Kitty peine à trouver sa place dans ce monde, et ce n'est que quand elle découvre la cause des suffragettes qu'elle s'éveille enfin et trouve une raison de vivre. Maude et Lavini observent leur petit monde, copiant, ou s'affranchissant de ces mères modèles.

Ce que j'ai moins aimé : Le fait de choisir la forme du roman choral rompt la linéarité du récit, chaque personnage ayant ses propres préoccupations. De plus, beaucoup de pathos inutile noie la cause des suffragettes dans les pleurs...

Bilan : Lisez plutôt La dame à la licorne, La dernière fugitive ou son incontournable La jeune fille à la perle !

 

Présentation de l'éditeur : Folio

Du même auteur : Prodigieuses créatures     ;  La dernière fugitive ♥ ♥ ♥ ; A l'orée du verger ♥ ♥ ♥ 

D'autres avis : Babélio

 

Le mois anglais est consacré aujourd'hui aux suffragettes !

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>