Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature francaise

Des diables et des saints de Jean-Baptiste ANDREA

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Joseph joue sur les pianos publics dans les gares. Pourquoi ce virtuose s'adonne-t-il à cette activité particulière ? Il déroule alors le fil de son histoire et revient sur son adolescence dans un pensionnat religieux des Pyrénées situé au bout du monde et appelé à juste titre "les Confins". Là-bas, il connaitra les corvées, la maltraitance, mais aussi les amis, l'entraide, et Rose...

"Parce que si ça se trouve, le diable n'a rien demandé. Si ça se trouve il n'est pas né diable, c'était un bébé rose comme les autres. Peut-être qu'il a perdu ses parents, qu'on l'a envoyé dans un orphelinat, et que c'est là qu'il est devenu le diable."

La musique et son éducation portent le jeune Joseph et lui permettent de survivre dans cet univers inhospitalier, habité par des êtres peu recommandables qui profitent de la faiblesse des pensionnaires et se cachent derrière leur foi religieuse pour justifier le pire. Avec sensibilité et retenue, l'auteur place l'amitié au cœur de son roman, c'est elle qui sauve au propre comme au figuré aussi le jeune homme.

Si le manichéisme rôde à l'image du titre, ce roman n'en reste pas moins profondément touchant, fort et tendre à la fois.

Présentation de l'éditeur : Editions Iconoclaste

Grand Prix RTL LIRE 2021

Partager cet article
Repost0

Ce qu'il advint du sauvage blanc de François GARDE

Publié le par Hélène

Le récit s'inspire d'une histoire vraie : en 1843, Narcisse Pelletier, marin français, échoue sur une île du pacifique sur laquelle il passera dix-sept ans, ses compagnons et leur bateau repartant sans lui parce qu'il s'était aventuré trop loin dans les terres.

François Garde a choisi d'inventer la suite. Contraint de vivre aux côtés d'une tribu aborigène pendant dix-sept ans, peu à peu, Narcisse perd sa propre culture et s'immerge totalement dans les mœurs aborigènes. Quand il est retrouvé et confié aux bons soins de Octave de Vallombrun, il doit faire le chemin à rebours pour retrouver sa culture, son langage, l'homme civilisé devant être soutenu par le milieu social. Octave est un scientifique qui tente de le faire parler sur son séjour, mais en vain.

Les deux récits aux formes différentes alternent : l'un est le récit des aventures de Narcisse sur l'île, l'autre se compose de lettres de Octave envoyé au président de la société de géographie pour rendre compte de ses avancées concernant l'observation de Narcisse.

Ce que j'ai moins aimé :

J'ai appris que François Garde n'avait pas effectué de recherches sur le peuple, ni sur Narcisse, préférant centrer sa réflexion sur la coexistence de deux cultures en soi. S'il ne caricaturait pas les sauvages, ce ne serait pas gênant en soi, mais la scène du viol notamment est choquante quand on réfléchit à cette notion essentielle de barbarie !

Voici les liens mentionnant ces réflexions : SOGIP ; Le Koala lit ; Sur mes brizées

Présentation de l'éditeur : Folio

Partager cet article
Repost0

L'oeuvre de Emile ZOLA

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

« Ah ! la vie, la vie ! la sentir et la rendre dans sa réalité, l’aimer pour elle, y voir la seule beauté vraie, éternelle et changeante, ne pas avoir l’idée bête de l’anoblir en la châtrant, comprendre que les prétendues laideurs ne sont que les saillies des caractères, et faire vivre, et faire des hommes, la seule façon d’être Dieu ! »

Claude est un peintre avant-gardiste, incompris par l'Académie partisane de l'art officiel. Il persévère malgré tout et travaille jour et nuit sur son grand projet "Plein air". Il veut peindre la vie moderne « la vie telle qu’elle passe dans les rues, la vie des pauvres et des riches, aux marchés, aux courses, sur les boulevards, au fond des ruelles populeuses; et tous les métiers en branle; et toutes les passions remises debout, sous le plein jour; et les paysans, et les bêtes, et les campagnes!... »

Alors qu'il s'était juré de se consacrer à la peinture uniquement, il rencontre alors Christine qui prend une place grandissante dans sa vie.

Dans ce roman s'exprime Zola critique d'art, ami de Cézanne, fervent défenseur de Manet, de Monet et de toute l'avant-garde qu'incarne Claude Lantier dans le roman. Il met en scène le statut de l'artiste et les affres de la création, les doutes, l'envie prégnante de toucher du doigt la perfection quand tout fuit et se délite. Face à cette passion dévorante, certains êtres sont laissés alors sur le bord de la route, qu'il s'agisse ici de Christine jalouse des femmes peintes, ou de Jacques, jeune sacrifié à l'autel de la création. L'artiste demeure tout entier voué à cette quête incertaine, sans suivre les conseils sages du peintre plus âgé : « Je vous l’ai dit vingt fois qu’on débutait toujours, que la joie n’était pas d’être arrivé là-haut, mais de monter, d’en être encore aux gaietés de l’escalade. »
Zola écrit : "Avec Claude Lantier, je veux peindre la lutte de l'artiste contre la nature, l'effort de la création dans l’œuvre d'art, effort de sang et de larmes pour donner sa chair, faire de la vie : toujours en bataille avec le vrai et toujours vaincu, la lutte contre l'ange. En un mot, j'y raconterai ma vie entière de production, ce perpétuel accouchement si douloureux "

Un roman profondément parlant et toujours tellement juste et pointu dans sa peinture des milieux !

 

Présentation de l'éditeur : Folio

A noter : attention à ne pas acheter une version simplifiée qui vous privera de passages essentiels

Du même auteur : Au bonheur des dames ; Thérèse Raquin

Partager cet article
Repost0

La science de l'esquive de Nicolas MALESKI

Publié le par Hélène

♥ ♥

Kamel Wozniak s'est réfugié dans un petit village dans les Causses, louant un meublé pour un temps. Kamel est en fuite, et cette étape ne devrait qu'être transitoire. Puis son propriétaire s'installe peu à peu dans son quotidien, il se lit d'amitiés avec un groupe de jeunes du village, ayant sauvé de la noyade l'un d'eux, il se rapproche d'une gendarme, et surtout, il observe sa voisine, fasciné.

Mon avis :

La tension monte, et cette idée d'ancrer malgré tout un être en fuite, comme malgré lui, parce que tout le monde a besoin de liens, de repères, était intéressante. Mais la découverte du secret gâche un peu l'histoire, j'aurais préféré rester dans l'ignorance, ou bien découvrir un secret plus fracassant, plus crédible.

 

Présentation de l'éditeur : Harper Collins

 

Partager cet article
Repost0

La dixième muse de Alexandra Koszelyk

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Les lecteurs étaient ces géants qui rendaient immortelle la littérature, la faisaient vivre et tournoyer d'une nouvelle audace, d'une nouvelle inspiration."

Alors qu'il accompagne un ami au cimetière du Père Lachaise, Florent se perd dans les allées éternelles du cimetière parisien et vit une expérience particulière aux abords de la tombe d'Apollinaire. Il en revient transformé, un mystérieux morceau de bois sous le bras. Il se plonge alors à cœur et corps perdu dans l'univers du célèbre poète, lisant et relisant ses poèmes. Son esprit enfiévré par la redécouverte l'emporte au cœur de la vie de celui qu'on surnommait Kostro, et de ses relations si particulières avec ses muses, les femmes qui ont bouleversé sa vie.  Florent se laisse guider, fasciné.

Un souffle onirique et poétique agite ce roman si original qui s'épanouit grâce à une passion pour la littérature, son sens, son rapport à la terre et aux dieux, dans un retour aux origines fin et subtil. Une belle réussite !

 

Présentation de l'éditeur : Aux forges de Vulcain

Partager cet article
Repost0

Zen de Maxence FERMINE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Etre attentif à une branche prise dans le vent du matin. Observer le mouvement de la brume et des nuages. Vivre les lieux. Respirer les parfums de la nature. Saisir l'instant.

Puis s'enfermer dans son atelier. Et reproduire en un trait unique les nuances de la réalité.

Travail solitaire.
Souffle divin.
Comme tous les artistes sur cette terre, changer le monde de façon invisible.

Et cependant évidente."

Maître Kuro vit reclus, s'adonnant avec bonheur à l'art de la calligraphie et du zen. Sa vie est calme et sereine, jusqu'à l'arrivée d'une jeune élève, Yuna, qui bouleverse son monde.

Un conte reposant qui prouve combien le coeur peut être profondément bouleversé quoiqu'en pense la raison. La tranquillité risque d'être troublée par ces ondes sismiques déferlant presque à notre insu, et pourtant, cela vaut la peine. La paix peut aussi être trouvée à deux, dans le silence de l'harmonie et il convient d'en profiter car, comme le dit la citation de François Cheng en ouverture "Les vraies rencontres sont rares".
L'univers de Maxence Fermine est un univers ouaté, calme et serein, servi par une écriture aussi fine et profonde que celle employée dans la calligraphie. Zen permet de couper tous les ponts avec le monde extérieur pour pénétrer le monde aérien du conteur. Il est juste dommage que le voyage soit si court...  

Présentation de l'éditeur : Michel Lafon

Du même auteur : Neige

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

Partager cet article
Repost0

Nord-Est d'Antoine CHOPLIN

Publié le par Hélène

♥ ♥

Dans un temps et un lieu indéterminé, des hommes quittent un camp pour se rendre dans les plaines du Nord-Est. Garri mène les quatre autres : Jamarr, Emmett, le plus jeune et Saul, le muet qui écrit des poèmes. Ils souhaitent construire là-bas une vie nouvelle, pensant trouver un eldorado, différent des pays isolés qu'ils traversent. La montagne se dresse entre eux et les plaines, mais rien ne les arrête dans la poursuite de leur rêve.

Ce que j'ai aimé :

Paradoxalement, le roman semble très statique, ils ont beau avancer, escalader des montagnes, rêver de cet ailleurs, de ces plaines inaccessibles, l'important se joue maintenant, dans leur rapport, dans leurs rencontres, dans l'entraide, l'humanité qui se dégage de ces hommes.

Ce que j'ai moins aimé :

Je n'ai pas été emportée, j'ai trop pensé en arrière plan à Steinbeck, Giono, Faulkner, je ne suis pas parvenue à entendre la voix propre de l'auteur.

 

Présentation de l'éditeur : La fosse aux ours

Du même auteur : La nuit tombée ♥ ♥ ♥ ♥ ; Le héron de Guernica ♥ ♥ ♥ ♥ ;  Radeau ♥ ♥ ♥ ; L'incendie ♥ ♥ ; Une forêt d'arbres creux ♥ ♥ ♥ ; Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar ♥ ♥ ♥ ; Partiellement nuageux ♥ ♥ ♥ ; A contre courant ♥ ♥

Partager cet article
Repost0

Au bonheur des dames de Emile ZOLA

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

« Ayez donc les femmes, dit-il tout bas au baron, en riant d’un rire hardi, vous vendrez le monde ! » p 69

Le XIXème siècle voit l'essor des grands magasins avec les travaux hausmanniens du second empire. Paris se transforme, les petits commerces souffrent de cette nouvelle concurrence avec laquelle ils ne parviennent pas à rivaliser. Ainsi, quand la jeune Denise Baudu arrive de la province pour travailler dans le petit commerce de son oncle, celui-ci lui fait comprendre qu'il n'a pas suffisamment de travail pour elle. La jeune femme se résout alors à se faire embaucher Au bonheur des dames, le grand magasin de prêt à porter qui se développe dans le quartier. Si Denise rencontre des difficultés à ses débuts, en butte à la cruauté des petites vendeuses qui connaissent des vies difficiles à cause de la précarité, et sur lesquelles pèsent sans cesse le spectre du licenciement,  elle prend peu à peu sa place, soutenue par Octave Mouret, le directeur du magasin, qui tombe peu à peu sous son charme.

Octave Mouret est un homme redoutable, qui maitrise parfaitement les coulisses de la vente, les stratégies commerciales, les nouveaux outils à sa disposition comme la réclame, et surtout, qui a compris combien son commerce devait s'appuyer sur la femme et ses désirs.

« Ils avaient éveillé dans sa chair de nouveaux désirs, ils étaient une tentation immense, où elle succombait fatalement, cédant d’abord à des achats de bonne ménagère, puis gagnée par la coquetterie, puis dévorée. En décuplant la vente, en démocratisant le luxe, ils devenaient un terrible agent de dépense, ravageaient les ménages, travaillaient au coup de folie de la mode, toujours plus chère. » p 69

Pour créer son grand magasin fictif "Au bonheur des dames", l’auteur des « Rougon-Macquart » s’est inspiré du triomphe du « Bon marché », créé à Paris vingt ans plus tôt par Boucicaut. Il met en valeur le rouleau compresseur que constituent les grands magasins pour les petits commerces, qui pourtant proposent souvent des articles de bien meilleure qualité, modelés par des artisans et non pas par des spéculateurs. Si les artisans résistent, ils se font petit à petit happer par cette machine infernale. Il montre aussi les dangers de la consommation à outrance à travers les portraits de quelques femmes prêtes à tout pour être à la pointe de la mode. Par le biais de la jeune Denise et de Octave, il offre aussi un point de vue plus nuancé : les deux personnages sont conscients de la nécessité de s'adapter à ce siècle en mouvement, qui doit nécessairement évoluer vers le progrès, quitte à laisser des êtres au bord de la route. L'auteur dira lui-même « Je n'attaque ni ne défends l'argent, je le montre comme une force nécessaire jusqu'à ce jour, comme une force de civilisation et de progrès. » (Zola, réponse à un journaliste cité dans Becker et Landes 1999, p. 90.)

Ce roman ambitieux brille par son intelligence, présentant le plus honnêtement possible cette mutation, en s'appuyant sur l'histoire de personnages attachants dont la jeune Denise, femme forte qui ne se laissera pas avilir par les hommes. Un grand moment de lecture !

 

Présentation de l'éditeur : Folio

Du même auteur : Thérèse Raquin

Partager cet article
Repost0

L'anomalie de Hervé LE TELLIER

Publié le par Hélène

En juin 2021, un avion Air France demande à se poser à New York mais se heurte à la méfiance des aéroports : cet avion s'est en effet déjà posé trois mois plus tôt, avec les mêmes passagers. Parmi eux Joanna, avocate, Blake tueur à gages sans scrupules, Slimboy, pop star nigériane ou Victor Miesel, écrivain suicidaire. Les passagers de juin sont dirigés vers une base militaire et des scientifiques se penchent sur le phénomène. Cette "anomalie" risque fort de bouleverser la vie de plus d'une personne !

Ce que j'ai moins aimé :

Si j'ai été intriguée par le début du roman, par l'histoire des différents personnages, j'ai rapidement perdu le fil quand les physiciens et autres scientifiques sont entrés en scène pour tenter d'élucider ce mystère scientifique.

De plus, le devenir des "doubles" est assez attendu, les questions auxquelles ils se heurtent sont sans surprise, voire stéréotypées entre l'avocate dévorée par son travail et sa morale, le couple qui se délite parce que l'homme est devenu un étranger avec le temps, l'artiste et ses découvertes fortuites, l'amoureux éconduit par une femme plus jeune, le malade en stade terminal... Le fait que les personnages soient si nombreux empêche de réellement s'attacher à l'un d'eux.

Bilan :

Vous l'aurez compris, je suis totalement passée à côté de ce titre !!

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche
Partager cet article
Repost0

La chambre des officiers de Marc DUGAIN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

« - Qu’est-ce qu’on va faire maintenant ?

– On va leur apprendre la gaieté »

1914. Adrien, ingénieur officier part au front se battre pour son pays. A quelques heures du départ il fait la connaissance de Clémence, mais à peine a-t-il le temps de la séduire qu'il doit partir. Arrivé sur les bords de la Meuse, alors qu'il effectue une mission de reconnaissance banale, un éclat d'obus le touche et le défigure. Il devient alors "une gueule cassée" retranché au Val de Grâce, dans "la chambre des officiers", il apprend alors à panser ses blessures et à accepter sa nouvelle apparence. Là-bas, il fait la connaissance de Weil, aviateur, de Penanster, capitaine de cavalerie, et de Marguerite, infirmière volontaire. Tous ont été blessés et doivent vivre en tant que "Gueules cassées". Ils passeront quatre ans dans cet hôpital, apprenant l'entraide, la fraternité, toujours avec humour et décalage.
Dans un style ramassé, rapide et fluide, Marc Dugain rend hommage aux gueules cassées, destin qu'a connu son propre grand-père. Il ne s'appesantit pas sur la guerre et ses combats, mais davantage sur ses conséquences humaines, sur les êtres détruits qu'elle laisse en chemin, et qui doivent apprendre à survivre avec des plaies béantes. Leur identité vacille, lourd tribut payé pour leur pays. La force de ces hommes les tient debout, et le roman se révèle bien plus optimiste que Au revoir là-haut sur le même sujet.

 

Présentation de l'éditeur : Pocket

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

Du même auteur : Avenue des géants ♥ ♥ 

Sur le même thème : LEMAITRE Pierre Au revoir là-haut ♥ ♥ ♥ sous forme de roman ou de bd : Au-revoir là-haut ♥ 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>