Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

244 articles avec litterature francaise

La centrale de Elisabeth FILHOL

Publié le par Hélène

fillol_centrale.jpg

♥ ♥ ♥

  Une très belle découverte.

 

L’auteur :

La centrale est le premier roman d’Elisabeth FILHOL qui travaille en entreprise dans le milieu industriel. 

  L’histoire :

Le narrateur est un intérimaire qui traverse la France pour accomplir des missions ponctuelles dans les centrales nucléaires. Il nous conte ses expériences, ses rencontres, et cette impression perpétuelle de marcher sur un fil.

  Ce que j’ai aimé :

  -          L’originalité du thème : le roman nous plonge dans un univers aux dangers pernicieux parce qu’invisibles, dans un monde froid et déconcertant, dans l’intimité de celles qui tentent de se fondre en vain dans le paysage,  les centrales nucléaires.

 

« Donc oui, les dangers du nucléaire. Derrière les murs. Une cocotte-minute. Et en attendant d’en sortir, dix-neuf centrales alimentent le réseau afin que tout un chacun puisse consommer, sans rationnement, sans même y penser, d’un simple geste. » (p. 32)

-          L’opposition si bien rendue entre cet « employeur » aux actions et aux mots glacés et techniques, et ces employés si sensibles, si faillibles…

-          Le style de l’auteur épouse parfaitement cette oscillation incessante : des phrases courtes pour coller à cette atmosphère scientifique, mais tapis au cœur de ces phrases, des éclats d’humanité irradient cette blancheur immaculée…  

« On s‘est assis côte à côte sur des pliants, devant la caravane de location. Il ne disait rien. Il avait résumé les faits en trois phrases avant de conclure, j’arrête, et depuis silence sur les ondes, et une expression du visage qui n’encourageait personne. On est restés là, il fumait, j’échangeais avec ceux qui passaient de temps à autre et nous donnaient le bonsoir, la lumière déclinait au-dessus de la Loire, j’avais fini par m’habituer (…) » (p. 136)

   Ce que j’ai moins aimé :

-          La déconstruction temporelle du récit fait de retours en arrière pas franchement balisés. L’effet était sans doute voulu, pour insister sur le destin de ces hommes, haché, laminé, mais il peut gêner la lecture.

Premières phrases :

    «  Trois salariés sont morts au cours des six derniers mois, trois agents statutaires ayant eu chacun une fonction d’encadrement ou de contrôle, qu’il a bien fallu prendre au mot par leur geste, et d’eux qui se connaissaient à peine on parle désormais comme de trois frères d’armes, tous trois victimes de la centrale et tombés sur le même front. » 

Vous aimerez aussi :

 Cour nord d’Antoine CHOPLIN

   La centrale, Elisabeth FILHOL, POL, janvier 2010, 144 p., 14.50 euros    

  

Partager cet article

Repost 0

Le traducteur amoureux de Jacques GELAT

Publié le par Hélène

1070354-gf[1] 

 ♥ ♥ ♥ ♥

Un vrai plaisir de lecture.

 

L’auteur :

 Jacques GELAT est un écrivain français contemporain. Il s’est surtout consacré à l’écriture de scénarios, s’essayant au genre du roman en 1991 avec Le tableau, puis revenant à ses premières amours. Ce ne sera qu’en 2000 qu’il publiera à nouveau des romans.

   L’histoire :

 Le narrateur est un traducteur de romans japonais aux prises soudain avec les souffrances dues à une rupture amoureuse. Son travail va s’en trouver bouleversé puisque lors de la traduction de son dernier roman, il transforme un point virgule en un point. Et ce ne sera que le début de subtiles transformations dans son travail, mais aussi dans sa vie.

 Ce que j’ai aimé :

 -          La fluidité de la narration : le style est si coulant que l’on se laisse porter par le flot des mots avec délectation.

-          La légèreté du ton : le narrateur ne se perd jamais dans l’auto-apitoiement ou le pathétique, même quand il frôle la dépression, il est doté d’une force tranquille qui lui permet de rebondir.

-          La vision romantique de l’amour : le narrateur a plaisir, malgré ses dires, à tomber amoureux et sa joie est communicative.

-          Les belles réflexions amorcées sur la création et ses affres…

 Ce que j’ai moins aimé :

 -          L’impression que ce n’est pas un livre marquant, que je l’aurai vite oublié. Puis, ce matin je me suis souvenue que j’avais eu la même impression en lisant Le plaisir du diable il y a un an de cela, or aujourd’hui j’en garde un souvenir prégnant. Réponse dans un an donc…

 Premières phrases :

« Je suis un traducteur. Au départ c’est un plaisir qui ressemble un peu au métier de comédien. On doit se faire à l’autre, l’écouter, le comprendre, s’en imprégner, avec cette différence qu’au lieu d’un personnage, c’est un roman qu’il va falloir traduire. »

Vous aimerez aussi :

 L’horizon de Patrick MODIANO

   

Le traducteur amoureux, Jacques GELAT, José Corti, mars 2010, 193 p., 15.50 euros  

Partager cet article

Repost 0

Les ruines du ciel de Christian BOBIN

Publié le par Hélène

 les ruines du ciel

♥ ♥ ♥ 

Un petit bijou poétique concentré autour de la destruction de Port Royal. 

 

L'auteur :

 Christian BOBIN est un écrivain français contemporain, auteur de "fragments", des textes en prose poétiques. Il a connu le succés à partir de 1991 avec Une petite robe de fête.

 L'histoire :

Les livres de Christian BOBIN n’ont pas d’histoire… Il préfère la contemplation à l’action, aussi choisit-il un fil conducteur, ici la destruction de Port Royal par Louis XIV, puis, serpente-t-il sur des sentiers vagabonds semés d’aphorismes, de réflexions, de fragments… 

   « Qu’est-ce que Port-Royal ? » explique-t-il, « C’est une poignée d’hommes et de femmes qui ne se laissent pas éblouir par le roi soleil, qui préfèrent la course des nuages à celle des honneurs. Ils pensent qu’il y a autre chose dans la vie que l’argent, la gloire ou la puissance. Ils parient sur cette autre chose. » 

 Ce que j’ai aimé :

-          Sa poésie en général, présente à toutes les pages :

« La pluie, si belle avec son insouci de plaire et la fièvre de ses longs yeux gris. » (p.174)

-          Plus spécifiquement, la poésie du quotidien, ou l’art de transformer le détail quotidien en un miracle :

« Les ablutions musicales des oiseaux sont toute ma religion. » (p. 72)

« L’art de vivre consiste à garder intact le sentiment de la vie et à ne jamais déserter le point d’émerveillement et de sidération qui seul permet à l’âme de voir. 

Le monde ne devient réel que pour qui le regarde avec l’attention qui sert à extraire d’un poème le soleil qu’il contient. » (p. 28)

-          Sa façon d’appréhender l’écriture et le livre :

« L’écriture est le doigt qui montre le miracle. » (p. 175)

 

Ce que j’ai moins aimé :

-          Je suis une inconditionnelle de Christian BOBIN, vous ne pourrez pas me faire dire du mal de lui…

 Premières phrases :

« Angélique Arnaud, abbesse de Port-Royal, morte le 6 août 1661, passe devant la fenêtre du bureau où j’écris. »

 Vous aimerez aussi :

Lambeaux de Charles JULIET

 

Les ruines du ciel, Christian BOBIN, Gallimard, octobre 2009, 182 pages, 15.50 euros

Partager cet article

Repost 0

La patience des buffles sous la pluie de David THOMAS

Publié le par Hélène

848267597 L 

 

 

♥ ♥ ♥  

Une pépite à lire, offrir, relire, méditer…

De très belles réflexions sur le couple.

 

 

 

L'auteur :

 

David THOMAS est un auteur français qui écrit plutôt pour le théâtre et le cinéma. Il est l'auteur notamment de la pièce Tais-toi et parle-moi. La patience des buffles sous la pluie est sa première publication préfacée par Jean-Paul DUBOIS.

 

L'histoire :

 

Il s’agit d’un recueil de nouvelles courtes ayant souvent pour sujet le couple et ses ramifications : son usure, la solitude après une rupture, le célibat, la drague…

 

Ce que j'ai aimé :

 

-       Un univers drôle :  

 

« J’ai fait le calcul, depuis que nous sommes ensemble, j’ai attendu ma femme 16224 minutes. Un soir je suis arrivé au rendez-vous à l’heure, comme à mon habitude, et comme c’était à prévoir, elle n’était pas là. Alors je suis parti. Je suis rentré onze jours, six heures et vingt-quatre minutes plus tard. On est quittes. » (p.135)  

 

-       Des narrateurs ou narratrices qui nous ressemblent.

 

-      Des thématiques universelles, proche de nous. Le couple n’est au fond qu’un prétexte pour aborder des questions plus essentielles, existentielles, comme le temps qui passe, le bonheur qui fuit, les rêves que l’on n’a pas accomplis…  

 

« Est-ce qu’un jour moi aussi je mâchouillerai un brin d’herbe sous un saule en me disant que la vie est belle ? Qu’elle est sacrément belle ? Faut que j’arrête de gamberger, c’est pas bon. » (p. 116)  

 

-       Une vraie poésie qui transforme le quotidien, l’irradie d’un éclat particulier, une véritable œuvre d’art…

 

-       La construction des nouvelles : elles sont courtes, admirablement bien construites et surtout dotées d’une chute digne de ce nom.

 

Ce que j'ai moins aimé :

 

-       On aimerait en avoir plus, davantage encore, peut-être un roman, quelque chose de complet, qui nous sauverait, peut-être…

 

Première phrase :  

 

« Je me demande parfois ce que je serais devenu si j’avais vécu d’autres choses que celles que j’ai vécues jusqu’à aujourd’hui. »

 

 

La patience des buffles sous la pluie, David THOMAS, Bernard Pascuito Editeur, 154 pages, février 2009, 16.95 euros

Partager cet article

Repost 0

<< < 10 20 21 22 23 24 25