Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature francaise

A contre-courant d'Antoine CHOPLIN

Publié le par Hélène

♥ ♥ 

Un beau matin, l'écrivain Antoine Choplin prend la route, non pas sur le chemin de Compostelle, ni sur celui de Stevenson, non, il décide plutôt de parcourir sa propre région l'Isère pour remonter aux sources du fleuve, jusqu'au coeur du massif des Alpes, à plus de 2600 mètres. A contre courant, il remonte le fleuve, arpentant des lieux familiers.

Ce que j'ai moins aimé :

Alors que j'aime beaucoup cet auteur, et que j'apprécie également les récits de voyageurs, j'avoue avoir un avis mitigé sur celui-ci. Les paysages ne m'ont pas fait rêver, le sel des rencontres m'a échappé, et je suis finalement plus ou moins passée à côté de ce récit paradoxalement très statique.

 

Présentation de l'éditeur : Editions Paulsen

Du même auteur : La nuit tombée ♥ ♥ ♥ ♥ ; Le héron de Guernica ♥ ♥ ♥ ♥ ;  Radeau ♥ ♥ ♥ ; L'incendie ♥ ♥ ; Une forêt d'arbres creux ♥ ♥ ♥ ; Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar ♥ ♥ ♥ ; Partiellement nuageux ♥ ♥ ♥

Partager cet article
Repost0

Le monde n'existe pas de Fabrice HUMBERT

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Le narrateur découvre par hasard que la star du lycée qu'il fréquentait, Ethan Shaw est accusé du meurtre d'une jeune fille de 16 ans. A Drysden, dans le Colorado, Ethan était pourtant le seul à voir considéré Adam, malmené par ses camarades. Adam est aujourd'hui journaliste au New Yorker et avec l'aval de sa direction, il retourne sur les traces de sa jeunesse pour enquêter sur le meurtre mais aussi pour observer la façon dont les médias gèrent cette affaire.

Ce que j'ai aimé :

J'ai retrouvé avec plaisir le Fabrice Humbert de l' Origine de la violence, offrant un roman passionnant aux ramifications nombreuses. Il nous offre ici une observation aigüe de l'adolescence et des places dévolues à chacun entre bourreau et victime dans un petit lycée aux mentalités étriquées, élargissant peu à peu sa réflexion à la question de l'identité, si problématique à cet âge charnière.

Mais au fur et à mesure, la vérité de chacun et les faux semblants se brouillent, tant la manipulation semble régner dans un monde dirigé par les médias et les fake news. Qui sommes-nous dans un monde où règne le mensonge, notre identité peut-elle perdurer quand tout est fait pour créer un monde factice au service des politiques ? L'auteur ne donne pas de réponses, laissant le lecteur libre d'interpréter, libre de faire jouer son droit le plus inaliénable : son esprit critique...

Une belle réussite !

Présentation de l'éditeur : Gallimard 

Du même auteur : L'origine de la violence ; La fortune de Sila

D'autres avis : Alex ;

Partager cet article
Repost0

La dame aux camélias de Alexandre DUMAS (fils)

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Par hasard, le narrateur rencontre lors de la mise en vente des biens d'une jeune courtisane partie trop tôt à cause de la tuberculose, le jeune Armand Duval, qui fut profondément épris de la jeune femme. Cet amoureux transi raconte alors son histoire : comment il est tombé désespérément amoureux d'elle à l'opéra, comment il a appris qui elle était, Marguerite Gautier, courtisane entretenue par un vieux comte jaloux, comment il réussit malgré tout à la conquérir, et comment cela provoquera son malheur et celui de la jeune femme.

Alexandre Dumas rendit hommage à sa maîtresse la courtisane Marie Duplessis en lui consacrant ce roman à la postérité heureuse. Accueilli triomphalement lors de sa sortie en 1848, il sera adapté pour la scène par Dumas fils lui-même, en 1852. Les nombreuses adaptations cinématographiques et théâtrales continuent depuis lors d'en assurer le succès.

Ce que j'ai moins aimé : J'ai trouvé beaucoup de similitudes avec Manon Lescaut dans ce portrait pathétique d'une courtisane sauvée par l'amour.

Bilan : un beau roman d'amour touchant.

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Partager cet article
Repost0

Encre sympathique de Patrick MODIANO

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Il y a des blancs dans une vie, et des éclipses de la mémoire."

30 ans auparavant, le narrateur partait sur les traces de Noëlle Lefebvre,jeune femme ayant mystérieusement disparu dans Paris. Employé temporairement dans une agence de détective, le narrateur se prête au jeu, enquête, questionne, arpente le quartier du XVème où Noëlle habitait. Il tente de reconstruire au fur et à mesure l'image disloquée de la jeune femme au travers les témoignages divers récoltés.  

"Vous avez beau scruter à la loupe les détails de ce qu'a été une vie, il y demeurera des secrets et des lignes de fuite pour toujours."

Qui est-on réellement ? Quelle image renvoyons nous aux autres et au monde par le biais de traces contradictoires que l'on peut laisser derrière soi "Et sur soi-même en sait-on plus long, si j'en juge par mes propres mensonges et omissions, ou mes oublis involontaires ?" Autant de questions qui reviennent comme un leitmotiv dans l'oeuvre de Modiano, mais que l'on se plait à se poser à nouveau, emportés par la petite musique enchantée de l'auteur.

"J'ai peur qu'une fois que vous avez toutes les réponses votre vie se referme sur vous comme un piège, dans le bruit que font les clés des cellules de prison. Ne serait-ce pas préférable de laisser autour de soi des terrains vagues où l'on puisse s'échapper ?"

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

Du même auteur : L'herbe des nuits ♥ ♥ ; L'horizon ♥ ♥ ♥ ; Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier ♥ ♥ ♥ ; Dimanches d'août ♥ ♥ ♥ ; Un cirque passe ♥ ♥ ♥

Partager cet article
Repost0

Stupeur et tremblements de Amélie NOTHOMB

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Amélie-san ayant vécu au Japon dans son enfance, décide de revenir dans ce pays fantasmé pour y travailler. Elle est alors embauchée dans la firme Yumimoto, en qualité d'interprète. Malheureusement cette expérience s'avère difficile, ne maitrisant pas les codes de la culture, elle multiplie les maladresses et chacune des tâches qu'on lui assigne se solde par un échec. Pourtant, Amélie-san ne se décourage pas, fascinée par Fumuki, sa supérieure hiérarchique, à la beauté parfaite, elle tente de mener à bien ses missions...

Dans ce roman autobiographique, Amélie Nothomb se concentre sur l'entreprise japonaise, les relations régies par une hiérarchie stricte, un système d'avancement long et contraignant, un dévouement pour l'entreprise, quitte à laisser sa vie personnelle de côté comme Fukumi :

« Non : s’il faut admirer la Japonaise – et il le faut -, c’est parce qu’elle ne se suicide pas. On conspire contre son idéal depuis sa plus tendre enfance. On lui coule du plâtre à l’intérieur du cerveau : « Si à vingt-cinq ans tu n’es pas mariée, tu auras de bonnes raisons d’avoir honte », « si tu ris, tu ne seras pas distinguée », « si ton visage exprime un sentiment, tu es vulgaire », « si tu mentionnes l’existence d’un poil sur ton corps tu es immonde », « si un garçon t’embrasse sur la joue en public, tu es une putain », « si tu manges avec plaisir, tu es une truie », « si tu éprouves du plaisir à dormir, tu es une vache », etc. Ces préceptes seraient anecdotiques s’ils ne s’en prenaient pas a l’esprit. »

Plus largement, l'innocence d'Amélie donne lieu à des situations cocasses liées à la différence de culture :

"- Ce qui est certain, c'est que si on en parle pas, il n'y a aucune chance de régler le problème.
- Ce qui me paraît encore plus certain, c'est que si on en parle, il y a de sérieux risques d'aggraver la situation. "

La personnalité attachante de Amélie-San permet de présenter des situations graves, humiliantes, avec humour, à passer outre les orages dégradants grâce à un esprit libre et fantasque.

"La fenêtre était la frontière entre la lumière horrible et l'admirable obscurité, entre les cabinets et l'infini, entre l'hygiénique et l'impossible à laver, entre la chasse d'eau et le ciel. Aussi longtemps qu'il existerait des fenêtres, le moindre humain de la terre aurait sa part de liberté. "

Un roman original qui marque les débuts en littérature d'Amélie Nothomb.

Grand Prix du roman de l’Académie française en 1999.

 

Du même auteur : Frappe toi le coeur

Partager cet article
Repost0

La femme révélée de Gaëlle NOHANT

Publié le par Hélène

♥ ♥ 

Paris, 1950. Eliza Donneley se cache sous un nom d’emprunt dans un hôtel miteux. Elle a fui Chicago pour une raison inconnue, abandonnant son petit garçon et ne prenant que peu d'affaires, si ce n'est son Rolleiflex. Seule dans Paris, elle doit apprendre à se débrouiller, heureusement quelques belles rencontres lui permettent de se réinventer, même si le manque de son fils se fait de plus en plus sentir. Par le biais de son appareil photo, elle saisit sur le vif la ville et ses habitants.

Ce que j'ai aimé :

Les thèmes en eux-mêmes sont porteurs, le lecteur parcoure le Paris des années 50, les clubs de jazz de Saint Germain des Près, son effervescence culturelle, un appel à la liberté qui semble s'opposer à un Chicago gangrené par la violence.

Ce que j'ai moins aimé :

- Deux romans cohabitent en un puisque la première partie se passe à Paris, et qu'ensuite un saut temporel nous plonge dans le Chicago en 1968, il est dommage de vouloir courir sur deux époques

- Certains passages romantiques frôlent la caricature "j'avais terriblement envie que cet homme me touche"

- Eliza / Violet est un personnage ambivalent, par certains point très antipathique, notamment dans son rapport avec son fils ou dans ses relations amoureuses quelquefois incohérentes...

- Les passages sur les prises de photo ne rendent pas

- A cause du saut temporel et spatial, certains personnages passent à la trappe très rapidement, comme Rosa, qui disparait un peu prématurément

- Au final, beaucoup de sujets sont survolés, mais non approfondis

Bilan : déçue...

 

Présentation de l'éditeur : Grasset

Du même auteur : Légende d'un dormeur éveillé ♥ ♥ ♥ ♥ ; La part des flammes ♥ ♥ ♥ 

 

Partager cet article
Repost0

Bitna sous le ciel de Séoul de JMG LE CLEZIO

Publié le par Hélène

♥ ♥

« Je m’appelle Kim Se-Ri, mais je préfère Salomé, je ne peux plus sortir de chez moi à cause de la maladie. J’attends celui, celle qui viendra me raconter le monde. »

En répondant à cette annonce, Bitna, jeune étudiante coréenne, accepte la proposition de travail de Salomé et se rend alors régulièrement à ses côtés pour lui conter des histoires. Si ces histoires se situent souvent dans un monde merveilleux, elles se rapprochent peu à peu de la réalité. La frontière entre réalité et imaginaire s'estompe tandis que Bitna profite du pouvoir que lui donne ses récits sur la jeune Salomé clouée au lit.

Ce que j'ai moins aimé :

J'ai été déçue par ce roman d'un auteur que j'apprécie généralement. Les récits de la jeune Bitna sont déroutants, tristes, peignant une Corée au visage peu avenant, voire anxiogène. Bitna elle-même, en tant que personnage principal est bien peu sympathique, manipulant la jeune Salomé pour qui on ne peut s'empêcher d'éprouver de la compassion.

 

Présentation de l'éditeur : Stock ; Le livre de poche

Du même auteur :  Désert Voyage au pays des arbres 

Sur l'auteur : Le Clézio, l'homme du secret de Aliette Armel

Partager cet article
Repost0

La part des flammes de Gaëlle NOHANT

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

Mai 1897. La duchesse d'Alençon sœur cadette de l'impératrice Sissi, prend sous son aile deux jeunes femmes : Violaine de Raezal, jeune veuve au passé trouble, et Constance d'Estingel qui vient de rompre ses fiançailles. La duchesse les invite à partager son stand au Bazar de la Charité auquel participe ces dames de la noblesse. Ces femmes scellent ainsi leur destin puisque le Bazar sera la proie d'un incendie violent, faisant 126 morts et plus de 200 blessés, sur les 1200 personnes présentes.

La une du Petit Journal publié le 16 mai 1897

A travers le destin de ces femmes, Gaëlle Nohant fait revivre toute une époque, entre rumeurs qui guident une réputation, jalousies intempestives, internements abusifs de jeunes femmes osant s'éloigner du cadre bien-pensant, rôles significatif des petites gens... Violaine incarne un personnage libre, volontaire et attachant qui a le mérite de se battre pour ce qu'elle croit vrai, tout comme Laszlo qui assiste aux débuts du journalisme à sensation.

Un très beau roman qui vous emporte dans les coulisses de l'Histoire grâce à des personnages marquants.

 

Présentation de l'éditeur : Le Livre de Poche

Du même auteur : Légende d'un dormeur éveillé

D'autres avis : Le Point ; L'express ; Babelio

A noter, ce soir un téléfilm sur le même thème sur TF1...

Partager cet article
Repost0

La redoutable veuve Mozart de Isabelle DUQUESNOY

Publié le par Hélène

♥ ♥

A la mort de Wolfgang Amadeus Mozart, génie incontesté, sa veuve se retrouve proche de la ruine. Constance doit alors se battre non seulement pour survivre, mais aussi pour conserver la gloire de son défunt mari. Ses choix pourront être contestés, par son fils, par ses détracteurs, il n'en reste pas moins qu'elle va contribuer au rayonnement de Mozart.

Constance Mozart, détail d'une gravure par J. Lange (1783)

Ce que j'ai moins aimé : Je ne me suis pas attachée à cette femme et j'ai trouvé l'histoire lente à démarrer.

Bilan : Un portrait intéressant d'une femme au dynamisme incontestable...

 

Présentation de l'éditeur : Editions de la Martinière

 

Partager cet article
Repost0

J'ai saigné de Blaise CENDRARS

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Dans cette nouvelle autobiographique, Blaise Cendrars raconte comment en 1915, amputé d'un bras, il est conduit à l'hôpital de Châlons-sur-Marne pour être soigné. Il partage sa chambre dans un premier temps avec un jeune berger victime d'un obus, bientôt remplacé par un autre blessé, paralysé et ayant perdu l'usage de la parole. Ils sont veillés par l'infirmière en chef, Madame Adrienne, qui les protège et les soutient.

L'auteur rend hommage à ces femmes de l'ombre dévouées aux blessés, réconfortant, soignant, défendant les blessés en souffrance. Engagé volontaire dans cette première guerre, Blaise Cendrars nous dit combien "il a saigné", souffert, mais il nous parle aussi de renaissance et d'espoir en l'humain...

Extraite du recueil La Vie dangereuse publié en 1938, cette nouvelle résonne du style poétique de Cendrars.

Présentation de l'éditeur : Hatier

 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>