Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

manga - manhwa

Les années douces de TANIGUCHI ET KAWAKAMI

Publié le par Hélène

 annees-douce-1.jpg    années douces 2 

 

♥ ♥ ♥

Une très belle adaptation du roman.

   

 Les auteurs :

 

Jiro TANIGUCHI est un auteur de mangas et Hiromi KAWAKAMI est une romancière japonaise. Elle a reçu le prix Tanizaki en 2000 pour son roman Les années douces.

 

L’histoire :

 

Dans le café où elle a ses habitudes, une trentenaire, Tsukiko, fait la connaissance d’un homme solitaire et élégant, de plus de trente ans son aîné. Elle réalise qu’elle le connaît : il fut autrefois son professeur de japonais. Elle est célibataire, il est veuf. Complices, ils prennent l’habitude de se revoir dans le même café, au hasard de leur emploi du temps, puis, bientôt, d’improviser des sorties ensemble. Insensiblement, à petites touches légères, une connivence s’établit, puis une véritable affection.

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          J’ai retrouvé le plaisir éprouvé à la lecture du roman (j’en parle ici) : ce bonheur seulement esquissé par petites touches au travers de scènes simples et lumineuses comme la cueillette aux champignons, une ballade sous les étoiles, une soirée au bar… La solitude de Tsukiko transparaît en filigrane, intimement liée à son attachement pour le professeur.

 « Nous avons continué à siroter ainsi pendant une bonne heure. Rien de particulier ne s’est produit. Sur le chemin du retour, j’avais envie de rire, et de pleurer aussi. Sans doute parce que j’étais ivre. » (p.114)

 -          La simplicité des dessins de Taniguchi rendent merveilleusement hommage à l’histoire : ils suggèrent plus qu’ils ne dévoilent, l’absence de couleurs offrant un tremplin pour notre imagination.

 

annee-douces-planches-2.jpg

 

-          Taniguchi nous offre quelques pages supplémentaires non présentes dans le roman Les années douces avec l’évocation de souvenirs d’enfance de Tsukiko, publiés indépendamment dans un livre illustré.

 -          Un entretien entre Hiromi KAWAKAMI et Jirô TANIGUCHI placé en fin du tome 2 prouve leur grande complicité et l’harmonie existant entre leurs deux façons d’aborder cette histoire.

 

Ce que j’ai moins aimé :

 -          Rien.

 

Vous aimerez aussi :

 Le roman Les années douces d’Hiromi TANIGUCHI

 Les mangas de Jirô TANIGUCHI : L’homme qui marcheD’autres avis : Kathel, Cachou

 

 

Les années douces, TANIGUCHI et KAWAKAMi, 2 tomes, Casterman Ecritures, 2011, 230 p., 15 euros pour un tome.

 

Publié dans Manga - Manhwa

Partager cet article
Repost0

La bicyclette rouge tome 1 Yahuwari de Kim DONG HWA

Publié le par Hélène

                                     null

 

♥ ♥ ♥

 

 L’auteur :

 

Kim Dong Hwa est un auteur de manhwa coréen. Célèbre dans son pays, ses premières oeuvres traduites sont arrivées récemment en France.

 

L’histoire :

 

Isolés dans la campagne coréenne, les habitants du petit village de Yahwari vivent paisiblement, chaque journée apportant son lot de peine... et de courrier !

Cette série suit le facteur local dans sa tournée quotidienne. Véritable pont entre le Monde et le village, celui-ci est l'ami de tous. Chacune des histoires courtes qui composent cette série rend compte des rapports entre le facteur et les villageois, du poète qui laisse chaque jour un poème dans sa boite aux lettres, au paysan qui surprend notre ami facteur en train de planter des fleurs au bord de la rivière...

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          J’ai beaucoup apprécié le charme de cette petite BD. Le rythme est lent, en harmonie avec la vie de ce facteur si souriant, toujours heureux et prêt à égayer la vie des habitants du village. Il les écoute, leur fait un signe de la main, leur apporte des fleurs quand ils n’ont pas de courrier, les conseille… Il ne se passe rien de particulier, simplement la vie qui file entre les heures et dont la substance se laisse à peine saisir. Et pourtant, ici, nous la sentons qui palpite, l’auteur réussit à capter quelques flagrances au travers de scènes simples et lumineuses.

 

«  Qu’est-ce que vous faites là ? Vous ne travaillez pas aujourd’hui ?

-          Je sème des fleurs. J’ai pensé que ça serait bien qu’il y ait des fleurs près du pont. Plus tard, ces fleurs me diront bonjour. Aujourd’hui une première pousse est sortie. La prochaine fois que je la verrai, elle aura grandi de deux pouces. Et un papillon  viendra jouer avec elle. La nuit, elle discutera d’astronomie avec une étoile. (…) A l’automne, elles donneront de jolies fleurs rouges, et elles m’enverront une lettre timbrée de parfum. En me remerciant de les avoir invitées dans un monde si beau. » (p. 34)

 

-          Les dessins simples et colorés s’accordent bien à l’histoire.

 

 

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Rien

 

Vous aimerez aussi : L’homme qui marche de Jirô TANIGUCHI

 

D’autres avis : Cathe, Laure, Hérisson, Papillon

 

La bicyclette rouge, tome 1 Yahuwari, Kim DONG HWA, Paquet, septembre 2005, 13 euros

 

Merci à Keisha qui m'a conseillé cette belle lecture...

Publié dans Manga - Manhwa

Partager cet article
Repost0

NonNonBâ de Shigeru Mizuki

Publié le par Hélène

                                            nonnonba.jpg

 ♥ ♥ ♥ ♥

 Prix du Meilleur Album à Angoulême en 2007.

  

L’auteur :

 

Shigeru Mizuki est un mangaka japonais. Il est spécialiste du manga d'horreur, se spécialisant dans les histoires de monstres et de fantômes japonais, avec des yōkai, tengu, kappa, etc..

 

L’histoire :

 

Nous sommes au début des années 1930, dans une petite ville de la côte ouest du Japon. NonNonBâ, une vieille dame mystique et superstitieuse, est accueillie dans la famille du jeune Shigeru. Encyclopédie vivante des croyances et légendes populaires de la région, elle abreuve l'imaginaire déjà débordant du garçon d'histoires de monstres et de fantômes. Les yôkaï, ces créatures surnaturelles qui peuplent l'univers des hommes, deviennent vite les compagnons de rêveries quotidiens de Shigeru, qui trouve en eux d'excellents guides pour visiter les mondes invisibles. Si ces voyages l'aident à fuir et à comprendre les émotions parfois compliquées qui naissent dans son coeur, ils embrouillent aussi considérablement sa vie quotidienne : il est déjà bien assez difficile de savoir à qui se fier sans que des monstres bizarres et malicieux viennent s'en mêler... (Présentation de l’éditeur)

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          C’est à un voyage poétique et onirique auquel nous convie Shigeru Mizuki avec beaucoup de talent. Le jeune Shigeru de l’histoire évolue dans un univers douillet que viennent seulement troubler quelques yokaïs, petits êtres surnaturels, élèments fondamentaux de la tradition populaire japonaise. La vieille NonNonbâ connaît bien ces monstres étranges et ainsi elle peut repérer ceux qui sont dangereux (celui qui aide à tricher en classe, ou celui qui lèche la saleté par exemple, d'où la nécessité de rester propre...) et ceux qui sont davantage pacifistes, souvent des âmes errantes malheureuses.

- Le portrait de cette famille traditionnelle est haut en couleurs, conduit par un père utopiste.

  

" - C'est simple... En fait, tu n'as qu'à te figurer l'endroit où tu rêves d'aller.

- j'ai compris.

- Tu vois, Shigeru... Ce qui émeut les gens, ce n'est pas les choses telles qu'elles sont... Il te suffit de rêver à comment tu voudrais que ce monde soit, tu vois ?" (p. 187)

 

 ll décide un beau matin d'ouvrir un cinéma  :

 

"Je crois que c'est comme qui dirait ma mission, à moi qui ai acquis la culture de la capitale de faire découvrir et apprécier les nouvelles formes d'art aux habitants de notre province..." (p. 49)

 

Sa femme se dresse contre cette idée saugrenue en se demandant quand son homme sera enfin sérieux, avant de finalement accepter, "va donc comprendre quelque chose aux femmes" soulignera à cette occasion le petit frère de Shigeru (p. 76)...

 

  -          Les bagarres entre bandes rivales rythment l'enfance du jeune Shigeru et la transition vers l'adolescence se fait doucement par l'intermédiaire de jeunes filles qui l'acheminent vers des sujets plus graves que ces batailles rangées...

 

NonNonBa2.jpg

 

  "Il est temps maintenant de vous laisser découvrir NonNonBâ, ce petit bijou qui marie admirablement fantaisie et chronique familiale, et dont les particularités culturelles, pour aussi intéressantes qu'elles soient, deiennent vite secondaires face au caractère universel des sentiments qu'on y rencontre. Bonne lecture." (Introduction)

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Le prix de l'album (28.50 euros)…

 

Vous aimerez aussi :

 

  - L'orme du caucase de TANIGUCHI

 

NonNonBa, Shigeru MIZUKI, Editions Cornélius, août 2006, 420 p., 28.50 euros

Nonnonbav_58486.jpg

Publié dans Manga - Manhwa

Partager cet article
Repost0

L’homme qui marche de Jirô TANIGUCHI

Publié le par Hélène

homme qui marche

♥ ♥ ♥

Un hymne au quotidien.

 

L’auteur :

  Jirô TANIGUCHI est un auteur de mangas japonais.

 

L’histoire :

 Un homme prend le temps de regarder la vie qui l’entoure.

  grimper---l-arbre

Ce que j’ai aimé :

-         J'ai aimé la douceur et le bonheur qui émanent de ces scènes emplies de quiétude. Cet homme qui marche écoute les oiseaux, s’émerveille devant le premier flocon de neige qui tombe du ciel, grimpe dans les arbres, nage la nuit dans les piscines désertées, bref c’est un homme qui prend son temps...

    Tourné vers la contemplation du monde, l'homme qui marche se plaît dans sa solitude entrecoupée quelques rares fois de brèves rencontres magiques. Les dialogues sont quasiment inexistants dans cet album, les dessins suggérant l'harmonie totale de cet homme avec son monde. C'est un homme heureux que nous peint Taniguchi...

Marche2

 homme qui marche couleur

 Ce que j’ai moins aimé :

 -          Les illustrations en noir et blanc. J’aurais tant aimé voir de la couleur orner ce petit bijou, comme sur la couverture de la première édition de 1995…

 

L’homme qui marche, Jiro TANIGUCHI, Casterman, septembre 2003 (première publication en 1995), 13,50 euros 

Publié dans Manga - Manhwa

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2