Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie etrangere

Haïku du XXème siècle, Le poème court japonais d’aujourd’hui, Collectif

Publié le par Hélène

                                                 haiku-du-XXeme-siecle.jpg

♥ ♥ ♥

 

Présentation de l’éditeur :

La présente anthologie propose d'explorer sous toutes ses facettes le renouveau du haiku dans le Japon d'aujourd'hui.

Depuis la fracture d'Hiroshima, le haiku se nourrit du désordre des paysages urbains, exploite des gisements inattendus, ausculte l'accélération de l'histoire tout en gardant vivaces la saisissante simplicité et l'exigence d'expression absolue qui le fondent. Renaissant littéralement de ses cendres après le cataclysme, il trouve un nouveau souffle, cherchant un juste contrepoint au kaléidoscope du siècle.
En effet, et ce n'est pas là le moindre de ses paradoxes, la forme poétique la plus courte du monde, née sous l'égide de Bashô il y a quelque trois cents ans, semble résonner au mieux avec la sensibilité contemporaine, laquelle privilégie, on le sait, une esthétique de l'instantané.
Les 456 poèmes rassemblés dans cette anthologie témoignent d'un exceptionnel foisonnement. Invitation à tous les voyages, irruption de voix singulières qui tentent une fusion passionnante entre l'extrême modernité et le plus ancien passé. Dispositif d'émerveillement, tremplin de méditation, expérience de vérité, le haiku est plus proche que jamais de la fameuse injonction rimbaldienne : « fixer des vertiges ».

 

Ce que j’ai aimé :

Les haïkus sont comme des tremplins de méditation qui par leur brieveté et leur justesse mènent le lecteur vers d'autres rives. Le haïku "nous offre ce surcroît de présence, où les frontières vacillent amoureusement; Tous pulse, tout palpite. L'esprit et l'espace se fondent et se confondent." (Corinne Atlan et Zéno Bianu,p. 9).

Les haïkus présentés ici se situent dans le Japon de 1945 à nos jours : ils évoquent ainsi aussi bien la guerre, Pearl Harbour, Hiroshima, que l'enfance, la famille, la nature, la fulgurance du moment présent étant tamisé à l'aide de ces données essentielles de l'histoire d'un peuple et d'un pays.

Les haijin, compositeurs d'haïku sont avant tout des chasseurs de sensations et cherchent le mot juste qui permettra d'enfanter un monde en une petite touche, en trois vers.

 

"Le premier papillon du printemps

s'envole -

d'entre les rayures du zèbre" (Imai Sei)

 

"Dans les ravins

les névés ont l'air solitaire -

même la nuit brille !" (Mizuhara Shûôshi)

 

"Respirer ?

c'est aspirer toutes les voix

des cigales du soir" (Kaneko Tôta)

 

"Est-ce le son du brouillard -

presque imperceptible

entre les bouleaux ?" (Mizuhara Shûôshi)

 

"Nuit de givre -

en la prenant dans mes bras

je l'entends vibrer" (Ozawa Minoru)

 

 

  Ce que j’ai moins aimé :

 - Rien

 

hibiscus-and-sparrow.jpg

 

Haïku du XXème siècle, Le poème court japonais d’aujourd’hui, Collectif, Présentation, choix et traduction de Corinne Atlan et Zéno Bianu, Poésie/Gallimard, 2007, 6,70 euros

 

Publié dans Poésie étrangère

Partager cet article
Repost0

Ariel de Sylvia PLATH

Publié le par Hélène

                                              ariel.jpg

♥♥

"Le coeur se ferme,

La mer se retire,

Les miroirs sont voilés." (Lésion)

 

L’auteur :

 

Jusqu'à l'âge de huit ans, Sylvia Plath grandit à Winthrop, au bord de la mer.

En 1940, son père adoré, spécialiste des abeilles et professeur à Boston University, meurt de diabète - un traumatisme dont elle ne se remettra jamais vraiment.

L'année suivante, son premier poème est publié par le Boston Herald. En 1950, Seventeen publie sa première nouvelle, et en septembre elle entre au Smith College. Sa nouvelle 'Un Dimanche chez les Minton' remporte un concours de Mademoiselle et Sylvia passe juin 1953 à New York comme éditrice invitée. A son retour, elle fait une dépression, tente de mettre fin à ses jours en avalant des somnifères et se retrouve en hôpital psychiatrique avec traitements à l'électrochoc. Une première descente aux enfers qu'elle décrit dans son unique roman, publié en 1962, sous le pseudonyme de Victoria Lucas : 'La Cloche de détresse'.

En 1954, elle obtient son doctorat Magna cum Laude et une bourse Fullbright pour étudier à Cambridge, où elle rencontre le poète Ted Hughes, épousé en 1956. Leur fille Frieda naît en 1960, année de publication de son premier recueil de poèmes, 'Le Colosse'. L'année suivante naît Nicolas et, suite à une liaison de Ted, le couple se sépare.

Sylvia déménage avec ses enfants et connaît une période faste de création, écrivant souvent la nuit. Le matin du 11 février, Sylvia met fin à ses jours à l'aide du gaz. Ted rassemblera ses poèmes dans trois recueils posthumes : 'La Traversée', 'Arbres d'hiver' et 'Ariel’. (Source : Evene)

 

L’histoire :

 

Née aux États-Unis, Sylvia Plath met fin à ses jours le 11 février 1963, à Londres. Elle a trente ans, et laisse derrière elle le manuscrit en préparation de son second recueil de poèmes intitulé Ariel. Le poète Ted Hughes, dont Plath était séparée, procède à l’édition du volume publié en 1965 par Faber and Faber.

Révélation d’une écriture à la fois exigeante et novatrice, Ariel assure à son auteur, depuis cette date, un succès continu. Ce recueil, qui appartient au courant de la poésie dite « confessionnelle », fait des conflits du moi et de la douleur un champ d’expérimentation poétique. S’il décrit l’obsession du suicide et l’impossible deuil de la perte du père et de la trahison de l’homme aimé, il célèbre aussi l’avènement d’un sujet poétique aérien et flamboyant. L’imagination de l’air est libératrice à plus d’un égard dans ce recueil où l’écriture devient une expérience extrême, où s’inscrit, en même temps que la violence de l’Histoire contemporaine, dont l’œuvre se lit comme le miroir déformé, l’évidence d’une subjectivité féminine. Celle-ci fait avec Ariel, dans la poésie, une irruption majeure.

(http://www.univ-bpclermont.fr/celis/spip.php?article131)

 

Ce que j’ai aimé :

 

L’univers de Sylvia Plath baigne dans une lumière aveuglante ambivalente. Ses textes de fois sont à la fois lumineux, éclairés de l’intérieur par un esprit fin et passionné, et sombres parce sylvia-plath.jpgqu’hantés par la mort, seule échappatoire à une angoisse folle.

 

« Je suis cette demeurée hantée par un cri.

La nuit, ça claque des ailes

Et part, toutes griffes dehors, chercher de quoi aimer.

 

Je suis terrorisée par cette chose obscure

Qui sommeille en moi ;

Tout le jour je devine son manège, je sens sa douceur maligne. » (La voix dans l’Orme)

 

Ces poèmes sont le cri de désespoir d’une femme qui aurait voulu vivre mais s’en sentait incapable, accablée par tant de démons intérieurs, sans la force suffisante pour les combattre.  Elle chante son mal-être comme pour l’enchanter, mais ce sera finalement lui qui aura le dernier mot… Nous reste ce chant hypnotique, fascinant :

 

« Je ne bronche pas.

Le givre crée une fleur,

La rosée une étoile,

La cloche funèbre,

La cloche funèbre.

Quelqu’un quelque part est foutu. » (Mort et cie)

 

« Plath compte parmi les plus grands poètes qui soient, chez elle l’anecdote autobiographique n’est jamais narcissique et la petite histoire se trouve dépassée, inscrite dans l’Histoire plus vaste de nous tous. » (extrait de la Préface)

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Je pense que cette lecture est à éviter pour les dépressifs…

 

Premières lignes :

 

« Amour, l’amour a réglé le rythme de ton cœur comme une grosse montre d’or.

La sage-femme a giflé les plantes de tes pieds, et le pur cri de toi

Pris sa place aussitôt parmi les éléments. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Les femmes du braconnier de Claude PUJADE-RENAUD

 

D’autres avis :

 

Blog : http://journalisme-culturel.over-blog.com/article-ariel-de-sylvia-plath-73899605.html

 

Ariel, Sylvia Plath, Présentation et traduction de l’anglais par Valérie Rouzeau, Poésie Gallimard, mai 2011, 113 p., 5 euros

 

Publié dans Poésie étrangère

Partager cet article
Repost0

Au cœur du cœur d’Andrée CHEDID

Publié le par Hélène

Andree-Chedid-Au-coeur-du-coeur.jpg

 

 

♥ ♥ ♥

 

 « Oser encore recourir à l’espoir

Oser encore

 

Porter l’instant et le rendre à lui-même

Répondre quel qu’il soit

Au baiser de la terre,

Vouloir ce Plus loin dont on ne sait le nom. » (p. 39)

 

L’auteur :

 

Andrée Chédid est une femme de lettres et poétesse française d'origine libanaise décédée en février dernier. Elle est la mère du chanteur Louis Chedid, de la peintre Michèle Chedid-Koltz et la grand-mère du chanteur Matthieu Chedid.

 

L’histoire :

 

Figure de proue de la poésie et du métissage culturel, Andrée Chedid fait l'objet d'un hommage lors de l'édition 2010 du Printemps des poètes. L'occasion rêvée de redécouvrir l'oeuvre d'un auteur prolifique avec des textes qui s'étalent de 1949 à nos jours.

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          En transparence, derrière les mots lumineux de ses poèmes, se dessinent le portrait d’une femme admirable, attentive aux autres, débordante d’amour, de rebellion  contre ceux qui dérangent le monde, une femme intelligente qui distille par ses écrits l’espoir.

 

« La peine est de ce monde, ô mes amis que j’aime,

Mais chaque fleur d’orage porte la graine de demain. » (p. 33)

 

 « Elisons encore la vie

Au sommet du jour blessé. » (p. 40)

 

  -          Elle place la poésie au cœur du monde, la rendant accessible à tout un chacun, puisque pour elle, il s’agit seulement de regarder et d’aimer le monde.

« Vivre en poésie, ce n’est pas renoncer ; c’est se garder à la lisière de l’apparent et du réel, sachant qu’on ne pourra jamais réconcilier, ni circonscrire. » (p. 26)

 

«  La poésie suggère. En cela, elle est plus proche qu’on ne pense de la vie, qui est toujours en deçà de l’instant qui frappe. » (p. 27)

 

«  Les habiles, les jongleurs de mots sont plus éloignés de la poésie que cet homme qui –sans parole aucune – se défait de sa journée, le regard levé vers un arbre, ou le cœur attentif à la vois d’un ami. » (p. 27)

 

«  Ce qui nous dépasse, et dont nous portons le grain aussi certainement que nous portons notre corps, cela s’appelle : Poésie. » (p. 28)

 

-          Elle questionne la vie humaine et nous offre une formidable leçon d’humanité.

 

« La poésie chez Andrée est une philosophie de l’existence, elle fonde une éthique de la fraternité : lien universel et éternel entre les hommes, elle nous invite à sortir de notre étroite peau » pour que l’intimité de chacun s’ouvre à la résonance du monde et que nous donnions sens à l’aventure humaine par la partage. » (Préface)

 

-          Savourons les poèmes de cette grande dame en écoutant son mot d’ordre :

 

« Sacre l’éphémère. » (p. 49)

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Trop court.

 

 

Au cœur du cœur, poèmes choisis et préfacés par Matthieu CHEDID et Jean-Pierre SIMEON, Andrée CHEDID, Librio poésie, 94 p., 3 euros

 

blogoclub

Publié dans Poésie étrangère

Partager cet article
Repost0

Outremer, trois océans en poésie

Publié le par Hélène

outremer.jpg

♥ ♥

 « De quoi offrir, pour longtemps, l’asile poétique à nos désirs en archipel. » (Bruno DOUCEY)

 

Présentation de l’éditeur :

 

Un tour du monde en 80 poètes à travers les contrées d’Outre-mer, voilà le livre événement de 2011, l’Année des outre-mer français, publié à l’occasion du 13ème Printemps des Poètes : D’infinis paysages, du 7 au 21 mars 2011. Une anthologie unique puisque, aussi curieux que cela puisse paraître, personne n’avait encore rassemblé la poésie des territoires de l’Outre-mer français. C’est désormais chose faite.

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          Ce recueil permet au lecteur de partir à la découverte de nouveaux territoires si proche de nous et pourtant si loin… Leur culture transparaît dans les mots brodés au fil de soi, leur histoire exhale ses odeurs, et c’est tout à coup un nouveau monde qui s’offre à nous…

 

« Ma langue

Flirte avec l’oubli

Valse avec l’Univers

 

S’évadant des hypothèses

 

Pour embrasser à pleine bouche

Les lèvres hypocrites de la Lumière » (Ma langue, Paul WAMO)

 

-          Les thèmes abordés sont très variés : certains chantent leur île ou leur langue, quand d’autres s’insurgent contre les clichés qu’on leur adjoint, mais tous s’entremêlent pour créer un nouveau langage, une nouvelles poésie, et être enfin, eux-mêmes, juste cela…

 

« Nous gardons et emporterons dans nos bagages quelque essence qui est :

 

Sur nos chemins de partage,

 

L’apport par chacun de son brin de conscience,

De réflexion, d’humanité,

Pour commencer à dire ensemble,

Avec nos mots, nos sonorités, nos musiques intérieures,

 

La chose à transmettre,

L’esprit de juste mémoire :

Tailler, ajouter, renouer, rénover,

Aplanir, étendre et retresser la natte humaine. » (Adresse, Flora Aurima DEVATINE)

 

Photo-phare.jpg

 

« Alors il se souvint , presque par aventure, des îles entrevues, toutes odorantes et dorées parmi sa jeunesse et ses premiers essors : là-bas, dans la plus grande solitude marine, en plein milieu du Pacifique, qui boirait à lui seul les quatre autres grands océans, là-bas des milliers de petites terres rondes et hautes, ceinturées de corail et diadémées de monts, riaient et scintillaient en éclaboussant leurs feux. » (Le-Maître-du-Jouir de Victor SEGALEN)

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          J’ai été peu sensible à cette poésie, peut-être parce que l’œuvre poétique de chaque poète ne se laisse pas embrasser d’un seul tenant et que, de fait, seulement effleurée, elle demeure mystérieuse…

 

Premier poème :

 

« J’ai l’impression d’être ridicule

Dans leurs souliers

Dans leur smoking

Dans leur plastron

Dans leur faux col

Dans leur monocle

Dans leur melon. ( …)»

 ( Solde de Léon-Gontran DAMAS)

 

Vous aimerez aussi :

 

La carte interactive sur le site des Editions Doucey pour découvrir les poèmes 

  

Outremer, Editions Bruno DOUCEY, 288 p., 18 euros

 

printemps-des-poetes-copie-1.jpg

Publié dans Poésie étrangère

Partager cet article
Repost0

Un monde ouvert de Kenneth WHITE

Publié le par Hélène

monde-ouvert.jpg

 

 

 

♥ ♥ ♥ ♥

 

 « Quand le crépuscule tombera sur la terre et sur la mer

Des roussettes voleront dans l’air du soir

 

La nuit venue je m’étendrai sous les étoiles

La grande Voie presque à portée de mes pieds

Et j’écouterai les longues annales de la houle

Tandis que des tortues sans âge se traîneront sur la plage. » (Equatoriales)

 

L’auteur :

 

Kenneth White naît à Glasgow en Ecosse juste avant la seconde guerre mondiale. Il fait ses études de lettres françaises et allemandes, de lettres latines ainsi que de philosophie à l'université de Glasgow. Grand lecteur, il se passionne pour Ovide, Rimbaud, Hölderlin, Nietzsche. Refonder radicalement notre culture, tel est, résumé d'une manière assez lapidaire, le dessein de poète, de théoricien de la « géopoétique », d'auteur de récits qu'est Kenneth White. Kenneth White, a écrit plus de trente livres en anglais et en français depuis Les Limbes incandescents (1976). Nous pouvons les classer en récits : Le rodeur des confins (Albin Michel 2006), poésie : Mahamudra, le grand geste (Mercure de France, 1979), Le passage extérieur (Mercure de France, édition bilingue, 2005) et Un monde ouvert : anthologie personnelle dans la prestigieuse collection Poésie/Gallimard en 2007. Enfin, il y a les essais, recherches, entretiens où l'on rencontre l'esprit nomade, Antonin Artaud ou Hokusaï. Kenneth White vient de faire paraître Les Affinités extrêmes (Albin Michel, 2009). (Source : France Culture)

 

Les thèmes :

 

 - La nature,

 

- La  géopoétique : "La géopoétique est une théorie-pratique transdisciplinaire applicable à tous les domaines de la vie et de la recherche, qui a pour but de rétablir et d’enrichir le rapport Homme-Terre depuis longtemps rompu, avec les conséquences que l’on sait sur les plans écologique, psychologique et intellectuel, développant ainsi de nouvelles perspectives existentielles dans un monde refondé."

 

« Je suis las de lieux

Où l’homme se donne en spectacle

J’ai assez vu le théâtre humain

Les gesticulations de ses pantins

Toutes leurs petites histoires

Ce qui m’intéresse à présent

Ce sont les champs silencieux

Qui s’étendent alentour

Les mouvements de la mer

Le ciel semé d’étoiles

Le rapport entre mon corps et l’univers

Entre les nébuleuses et mon cerveau. » (Le testament d’Ovide)

 

Ce que j’ai aimé :

 

- L'auteur chante le monde, la nature, les éléments et surtout les bords de mer, qu'ils soient écossais, bretons, canadiens... Il encense tous les lieux dans lequel la quintessence du monde prend vie. L'auteur cherche à se fondre dans les éléments pour ne plus faire qu'un avec le monde. Accéder à une compréhension intuitive.



« Fleurs jaunes

Qui dansent au vent

Un corbeau sur une branche

Qui croasse

Le ruisseau

Qui reflète le ciel

Dans ses rides gris-bleu

Plage blanche, varech

La démarche hautaine

Des huîtriers

Un crabe bleu qui tâtonne dans une flaque

Coquille luisante. » (La maison des marées)

  

 

« Entre une question et une question

Entre un silence et un silence

Le murmure de la rivière. » (La rivière qui traverse le temps)

 

  photo-mer.jpg

« Assuré

Que la visée vitale

De l’art

C’est de jeter à la ronde

Images

Témoignages

Preuves

D’une puissance de synthèse

Accordée à la vie

Et qui préserve la vie

Contre la solitude

Le morcellement

Les agressions froides

De l’espace et du temps. » (Le grand rivage, 11)

 

 

- Un chant mélodieux inoubliable qui nous enjoint à mieux observer ce qui nous entoure pour nous éloigner des contingences matérielles et, enfin, flirter avec le spirituel...

 

« Je suis las de lieux

Où l’homme se donne en spectacle

J’ai assez vu le théâtre humain

Les gesticulations de ses pantins

Toutes leurs petites histoires

Ce qui m’intéresse à présent

Ce sont les champs silencieux

Qui s’étendent alentour

Les mouvements de la mer

Le ciel semé d’étoiles

Le rapport entre mon corps et l’univers

Entre les nébuleuses et mon cerveau. » (Le testament d’Ovide)

 

 

« Par-delà ce tumulte

Qu’est vivre, aimer et mourir

Le ciel soudain s’éclaircit

 

Balayé par un grand vent blanc. » (Le mistral blanc)

 

- La dimension écologique n'est pas absente de ces pages :

 

"Colloque à la Hague :

"En 1900 l'Himalaya avait 10 000 glaciers

à présent 2000 de moins

 

au cours du dernier siècle et demi

la masse glaciaire des Alpes s'est réduite de moitié

 

les glaciers de l'Alaska

ont diminué de vingt pour cent ces cinquante dernières années."

 

ils disent que le planète se réchauffe

ils prévoient des tempêtes et des inondations

 

de nombreuses terres basses vont disparaître

 

assis en ce lieu

sur un promontoire rocheux de l'Europe

je regarde passer les nuages

et j'écoute la rumeur de la mer." (Deux lettres de montagne) 

 

photo-montagne.jpg

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-         Rien, je suis définitivement tombée en amour…

 

Premier poème :

 

« Marche matinale

 

C’était un froid un lent brouillard agglutiné

Autour du soleil, accroché

Au petit soleil blanc, la terre

Etait seule et délaissée et un grand oiseau

Jetait son cri rauque de la héronnière

Tandis que le garçon s’en allait sous les hêtres

Voyant les débris bleuâtres des coquillages

Et les moites amas de feuilles pourrissantes. »

 

Vous aimerez aussi :

 

http://www.kennethwhite.org/ 

 

Un monde ouvert, anthologie personnelle, Kenneth WHITE, Traductions de Marie-Claude White, Patrick Guyon, Philippe Jaworski et Pierre Leyris, Poésie gallimard, janvier 2007, 10 euros

 

challenge voisins voisines   

Publié dans Poésie étrangère

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2