Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

63 articles avec roman policier americain

En lieux sûrs de Linwood BARCLAY

Publié le par Hélène

♥ ♥

Cynthia a connu un épisode traumatisant dans son enfance (cf Cette nuit-là) qui l'amène à être surprotectrice envers sa fille Grace. Cette dernière se supporte plus la situation et le climat entre la mère et la fille est explosif. Cynthia décide de prendre du recul et se s'installer pour un temps loin de sa fille et de son mari. Mais Grace continue les provocations, elle fréquente un jeune malfrat local qui une nuit la pousse à pénétrer dans une maison dont les propriétaires sont absents. Ce sera l'écart de trop...

Si l'on retrouve Cynthia, Terry et Vince, personnages de Cette nuit-là, les deux romans peuvent se lire indépendamment l'un de l'autre. Celui-ci sera davantage centré sr l'adolescence, ses risques inhérents et les rapports conflictuels avec les parents.

Bien conçu, En lieux sûrs est efficace et prenant, doté de rebondissements savamment dosés, et de l'enlèvement final qui devient un contre-la-montre haletant. Les ficelles du thriller à suspens sont maitrisées par l'auteur qui écrit ici son treizième roman depuis 2009, soit presque un par an ! Il souffre aussi des écueils de certains pages-turners, des psychologies quelque peu bâclées au profit de l'action et des étapes tellement bien définies qu'elles deviennent attendues. Il n'en reste pas moins que l'ensemble fonctionne plutôt bien pour vous rappeler que où que vous soyez, vous n'êtes jamais en lieux sûrs ...

 

Présentation de l'éditeur : Belfond noir

Du même auteur : Cette nuit là

Vous aimerez aussi : Les apparences de Gillian Flynn, La maison d'à côté de Lisa Gardner

 

En lieux sûrs, Linwood Barclay, traduit de l'anglais  (Canada) par Renaud Morin, Belfond Noir, mars 2017, 432 p., 21.9 euros

 

Merci à l'éditeur

Partager cet article

Repost 0

Le diable en personne de Peter FARRIS

Publié le par Hélène

♥ ♥

"J'imagine que ce que tout un chacun peut espérer, c'est un havre de paix ?"

En Georgie du Sud, au milieu de nulle part, Maya réussit miraculeusement à échapper à ses kidnappeurs qui avaient comme projet de l'assassiner pour la livrer aux alligators. En effet, cette jeune prostituée en savait un peu trop sur l'un de ses clients renommés. Maya trouve refuge sur les terres de Leonard Moye, un marginal quelque peu excentrique qui prend sous son aile la jeune femme et chasse toute personne qui porterait atteinte à son intégrité. Un lien particulier se noue peu à peu entre les deux solitaires poursuivis par des êtres sans scrupules qui trouveront là un adversaire à leur taille.

Peter Farris peint une Amérique corrompue, régie par la violence, un monde presque apocalyptique, dans lequel le Mal régit tout rapport. Dans ce monde sans compromissions, la seule façon de se sauver est de trouver un semblant de paix et de réconfort dans la relation quelquefois miraculeuse avec ses semblables. Cette rencontre improbable entre deux êtres qui prennent soin l'un de l'autre éclaircit un tableau plutôt sombre.

Mon bémol : La psychologie des personnages est quelque peu caricaturale : la prostituée pas très futée, le vieux bourru qui ne demande qu'à être attendri, les politiciens véreux, drogués et libidineux. Cela est peut-être volontaire, pour tourner en dérision certains codes du roman noir, mais il n'en reste pas moins que certains personnages sonnent creux...

Bilan : Une belle découverte.

 

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

 

Le diable en personne, Peter Farris, traduit de l'américain par Anatole Pons, Gallmeister, août 2017, 272 p., 20.50 euros

 

Merci à l'éditeur

Partager cet article

Repost 0

Assurance sur la mort de James M. CAIN

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Le monde n'est pas assez grand pour deux personnes une fois qu'elles détiennent un tel secret l'une sur l'autre."

L'agent d'assurance Walter Neff rencontre dans le cadre de son travail la belle Phyllis Dietrichson qui, l'homme d'expérience le comprend rapidement, envisage de tuer son mari. Fasciné par la jeune femme et par le gain potentiel, Walter décide de s'allier à elle pour élaborer le crime parfait.

"Il y a trois éléments essentiels pour réussir un meurtre ... Le premier, c'est l'aide. Une personne seule ne peut pas s'en tirer, à moins d'avouer et de plaider la loi tacite ou quelque chose dans ce genre. Le deuxième, c'est l'heure, le lieu, la méthode qui doivent tous être connus à l'avance - de nous mais pas de lui. Le troisième, c'est l'audace. Voilà l'élément que tous les meurtriers amateurs oublient. Vient un moment au cours de chaque meurtre où la seule chose qui peut conduire au succès, c'est l'audace, et je ne saurais pas te dire pourquoi."

Ce roman, surtout connu pour son adaptation au cinéma en 1944 par Billy Wilder avec un scénario de Raymond Chandler, bénéficie ici d'une nouvelle traduction inédite. Il est considéré par Woody Allen comme « le plus grand film jamais tourné ». Le roman publié dans le série Noire, puis réédité chez folio policier en 2003, était depuis plusieurs années indisponible.

Sa lecture est fascinante tant le meurtre comme l'intrigue sont calibrés au détail prés. Les personnages sont glaçants de maîtrise dans ce classique du roman noir qu'on ne peut lâcher avant la fin ! Du grand art !

 

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

Du même auteur : Le Facteur sonne toujours deux fois

 

Assurance sur la mort, James M. Cain, Gallmeister, mars 2017, 160 p., 8.60 euros

Merci à l'éditeur.

Partager cet article

Repost 0

Piégés dans le Yellowstone de C. J. BOX

Publié le par Hélène

♥ ♥

Cody Hoyt doit lutter à chaque minute pour ne pas replonger dans les affres de l'alcool. Enquêteur criminel auprès des services du shérif, il est surveillé de près par ses supérieurs qui redoutent ses excès. Malheureusement, ses bonnes résolutions vont voler en éclat quand son parrain aux alcooliques anonymes trouve la mort dans un incendie. Si ses chefs préfèrent ne voir qu'un accident, Cody est persuadé que cet incendie n'est guère accidentel. Il se dresse alors contre sa hiérarchie. De fil en aiguille il découvre que le tueur participe à une randonnée dans le Yellowstone à laquelle est également inscrite son fils. Il n'hésite pas et fonce envers et contre tous pour sauver son fils...

Commence alors curieusement un deuxième roman, comme si deux romans se fondaient en un seul : la première partie assez classique au sein des services de police, et la deuxième au coeur du Yellowstone, aux côtés des différents participants de cette expédition à cheval.


Ce que j'ai moins aimé :

La structure et ces deux romans en un est assez surprenante, manquant de fluidité.

Des incohérences : le fils participe comme par hasard à la même expédition que le tueur.

Des caricatures dans la psychologie des personnages dont le cliché du flic alcoolo, les soeurs dont l'une est jolie et superficielle et l'autre intelligente mais plus commune, les copains new-yorkais en goguette...

Bilan : Un page turner efficace qui donne une autre vision plus sauvage du célèbre parc, bien loin des clichés pour les touristes.

 

Présentation de l'éditeur : Points ; Seuil

D'autres avis : Jean-Marc ; Oncle Paul

 

Piégés dans le Yellowstone, C. J. Box, traduit de l'anglais (EU) par Freddy Michalski, Points, 491 p., 8 euros

Partager cet article

Repost 0

Un moindre mal de Joe FLANAGAN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Cape Cod, 1957. le lieutenant Warren enquête sur des meurtres d'enfants. Parallèlement une famille disparait et un homme est projeté d'une voiture, mal en point il reste mutique. Stasiak, officier de la police d'Etat est envoyé à Cape Cod pour reprendre l'enquête de Warren, mais ses méthodes sont quelque peu différentes de celles de Warren.

Si le duel flic ripou/ flic qui marche droit est usuel, la galerie de personnages secondaires densifient l'intrigue et lui apportent ses lettres de noblesse. Entre le fils quasi-autiste de Warren, son ancienne femme alcoolique qui a mystérieusement disparu, des antiquaires homosexuels victimes de vol mais dont on en fait aucun cas, des prêtres nébuleux officiant dans l'école voisine, un journaliste tenace refusant de se plier aux règles du système qui voudraient que les politiciens soient intouchables, tous semblent avoir quelque chose à cacher, tous portent leurs plaies. Quand ensuite le FBI lui-même s'en mêle, les pistes se croisent et se décroisent... Dans ce monde régi par l'argent et les relations, les hommes vrais sont rares.

Dés les premières pages, ce premier roman envoutant se démarque par un lyrisme affiché :

"Dans ces eaux vertes peu profondes, les petites créatures de l'océan se montraient. Des vairons ternes apparaissaient là où les herbes marines s'éclaircissaient, leurs yeux de poissons écarquillés par l'étonnement d'avoir survécu à une marée de plus. Des bernard-l'ermite trainaient leur fardeau sur le fond, tels de vieux réfugiés depuis longtemps en peine, et des méduses effilochées dérivaient comme des âmes traversant les limbes."

L'auteur a ce talent pour rendre l'atmosphère des lieux, il lui suffit d'une ombre projetée la nuit sur la maison de Warren pour que le lecteur tremble à l'idée de ce mal qui rôde et l'enserre.

Du grand art de la part d'un auteur à suivre...

 

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

 

Un moindre mal, Joe Flanagan, traduit de l'américain par Janique Jouin-de Laurens, Gallmeister, mars 2017, 480 p., 24.10 euros

 

Merci à l'éditeur.

Partager cet article

Repost 0

Gravesend de William BOYLE

Publié le par Hélène

A Gravesend, quartier pauvre italien de Brooklyn, Conway attend la sortie de prison de Ray Boy, l'homme qui a tué son jeune frère seize ans plus tôt. Il est bien décidé à rendre justice en tuant froidement Ray Boy. Mais les choses ne se passent exactement comme prévu...

Parallèlement, la belle Alessandra revient sur les lieux de son enfance, dans ce quartier pauvre, retrouvant Stéphanie, qui, elle, n'a jamais quitté sa maison d'enfance. Eugène, neveu de Ray Boy, rêve lui de devenir un chef de bande comme son oncle.

Le destin de ces personnages va s'entrecroiser pour un final explosif !

Ce millième numéro de la collection Rivages Noir est davantage un roman d'ambiance qu'un roman tenant par un suspens haletant. La tension monte crescendo, cristallisée par la frustration des personnages qui n'ont pas pu ou su s'extraire de ce quartier qui leur colle à la peau. Même les jeunes restent parce que leur avenir est déjà tronqué, amputé par un contexte social sombre. Les uns et les autres doivent s'occuper de parents ou malades ou fous, désespérément isolés, des êtres rivés à leur maison et qui ne peuvent s'assumer seuls. Pour certains, le poids de cette parenté se fait lourd...

Ce que j'ai moins aimé : L'intrigue n'est pas condensée, elle part vers différents personnages.

Bilan : Une lecture pas désagréable mais pas non plus inoubliable...
 

Présentation de l'éditeur : Rivages noir

 

Pour le lire durant le mois de février, c'est ICI : https://e-livre.sncf.com/page/prix-polar-2017

Sélection Prix SNCF du Polar

Partager cet article

Repost 0

911 de Shannon BURKE

Publié le par Hélène

♥ ♥

«Je voulais représenter l’univers des ambulanciers: les maladies, les blessures et les morts inattendues. Et raconter ce métier dans lequel tu peux manger un sandwich, regarder quelqu’un qui s’est écrasé sur le bitume la minute suivante et reprendre ton sandwich l’instant d’après.»

Ollie Cross devient ambulancier à Harlem après avoir manqué son concours pour rentrer à l'école de médecine. Il prévoie de repasser le concours et en attendant, décide de se former "sur le terrain". Il fait équipe avec Rutkovsky et découvre son équipe haute en couleurs. Dans les premiers temps il se sent profondément vivant, au coeur de l'action, obligé de réagir vite, de prendre des décisions avec des conséquences décisives, bien loin des bancs plus sages de l'école de  médecine. Le métier d'ambulancier se situe pour lui au croisement entre celui de soldat et de secouriste.

Harlem au début des années 1990 est un quartier où cohabitent  "Crime, pauvreté, drogue, des gens désespérés, tâchant tant bien que mal de survivre". Les ambulanciers représentant l'Etat essuient des insultes permanentes, et peu à peu ils apprennent à se prémunir contre cette violence sous-jacente. Cette réalité tendue les transforme indéniablement, ils s'habituent aux blessures graves, aux morts subites, aux urgences médicales... Leur sensibilité s'émousse au contact quotidien de la violence, de la pauvreté, de la drogue et de la mort, dernier salut pour certains. Dans ces circonstances, les risques sont grands de partir à la dérive.

Shannon Burke a lui-même été ambulancier à Harlem pour le New York City Fire Department durant cinq ans et la réalité de son roman prend rapidement à la gorge le lecteur, non seulement par sa violence, mais surtout en raison des questions existentielles qui se posent rapidement au jeune Ollie. Comment rester humain dans cet univers délabré, et surtout qu'est-ce qu'être humain ? 

«Tout le monde finissait une fois ou l’autre par en avoir ras le bol. Tout le monde se disait que certains des patients que l’on secourait ne méritaient pas nos soins. Tout le monde se trouvait un moyen de survie. Pour moi, c’était l’écriture», explique Shannon Burke. 

Un roman coup de poing qui, au-delà du décor, vous plongera surtout dans les tréfonds de l'âme humaine !

 

Présentation de l'éditeur : Sonatine éditions  ; 10/18

D'autres avis  : Télérama ; Jean-marc

 

Sélectionné pour le Prix SNCF du POLAR (et pour le moment, il est mon préféré)

La bonne nouvelle est que ce mois-ci la SNCF vous propose de lire ce titre en édition numérique gratuitement, c'est ICI ! N'hésitez pas !

 

911, Shannon Burke, traduit par Diniz Galhos, 10/18, janvier 2016, 216 p.,  7.10 euros

 

Partager cet article

Repost 0

Créole belle de James Lee BURKE

Publié le par Hélène

Dave Robicheaux se remet doucement de ses blessures (cf L'arc-en-ciel en verre), il erre à l'hôpital et reçoit la visite de Tee Jolie, une jeune femme chanteuse qui lui fait part de ses craintes concernant son conjoint. Quand il raconte à ses proches la visite de la jeune femme, ceux-ci doutent de sa réalité car il se trouve que la jeune femme a disparu depuis plusieurs mois. Dave lui-même ne sait plus très bien s'il a rêvé ou vécu cette scène. La morphine lui aurait-elle joué des tours ? Puis la jeune soeur de Tee Jolie est retrouvée morte...

Quant à lui, Clete, personnage atypique des romans de James Lee Burke pour qui   "Une journée moyenne n'était pas très différente d'un astéroïde s'écrasant sur Lewittown." piste un étrange tueur à gages avec qui il semble avoir plus d'un point commun...

Les deux comparses sont encore une fois aux prises avec les puissances de l'argent qui corrompent peu à peu l'environnement et noircissent un monde qui a tout pour être lumineux. Cette lumière transparait en filigrane dans les descriptions lyriques de l'auteur qui voue un amour inconditionnel à sa région : "Pour moi la Louisiane a toujours été un endroit hanté. Je suis persuadé que les spectres des esclaves, des Indiens Houma et Atakapa, des pirates, des soldats confédérés, des fermiers d'Acadie et des belles des plantations sont toujours là dans la brume. Je suis persuadé que leur histoire n'a jamais été contée, et que tant qu'elle ne l'aura pas été ils ne trouveront pas la paix." p. 45

Clete et Dave tentent de lutter contre la pollution des esprits et de la planète avec acharnement, gardant espoir malgré la noirceur qui tombe peu à peu sur le monde.

Ce que j'ai moins aimé :

J'avoue avoir éprouvé quelques difficultés à accrocher à l'intrigue, très lente à se mettre en place, et partant souvent dans diverses directions.

Bilan : L'atmosphère crépusculaire des romans de James Lee Burke continue néanmoins à m'envoûter. Pour l'heure mon préféré de la série reste Swan Peak

 

Présentation de l'éditeur : Rivages noir

D'autres avis : Lecture commune avec Electra

Télérama

 

Créole belle, James Lee Burke, Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Christophe Mercier, janvier 2016, Rivages noirs, 704 p., 10.20 euros

 

La série des Dave Robicheaux :

La Pluie de néon,

Prisonniers du ciel,

Black Cherry Blues

Une saison pour la peur

Une tache sur l'éternité

Dans la brume électrique avec les morts confédérés

Dixie City

Le Brasier de l'ange

Cadillac Jukebox

Sunset Limited

Purple Cane Road

Jolie Blon's Bounce

Dernier tramway pour les Champs-Elysées

L'Emblème du croisé

 La descente de Pégase

La nuit la plus longue

Swan Peak

L'Arc-en-ciel de verre

Créole belle

Lumière du monde

 

Partager cet article

Repost 0

Défense de tuer de Louise PENNY

Publié le par Hélène

  ♥ ♥

Alors que la chaleur accable le Québec, l'inspecteur-chef Armand Gamache et sa femme fêtent leur anniversaire de mariage au manoir Bellechasse, hôtel luxueux réputé des Cantons-de-l'Est. Ce lieu de paix est troublé par le séjour d'une riche famille, les Finney, venus rendre hommage à leur défunt patriarche. Leur comportement et leurs relations troublantes intriguent l'inspecteur, toujours à l'affût des particularités des uns et des autres. Le temps et l'atmosphère se font de plus en plus lourds, jusqu'à la tempête et la découverte d'un cadavre étrangement mis en scène.

Dans ce manoir tapi en pleine nature chacun vient se ressourcer au coeur de l'été, et tous semblent apprécier ce lieu retiré du monde. La chaleur de l'été est palpable et le temps fuit dans le luxe et la paix. Les disputes de cette famille aux secrets si bien gardés détonnent d'autant plus dans le silence avoisinant. A ne jamais communiquer, les uns et les autres ne savent plus se parler, et se font des idées fausses, rongées par le temps et les ressentiments. Les apparences trompeuses se craquèlent et les sentiments refont surface : "Ce qui tuait les gens, c'était un sentiment. Enfoui trop longtemps. Parfois dans le froid, où il gelait. Parfois sous terre, où il devenait fétide. Et parfois laissé sur la rive d'un lac isolé. Où il finissait par devenir vieux, et bizarre." p. 252
Les Finney apprendront à leurs dépens combien les non-dits s'avèrent assassins. Ils comprendront également que le vieil adage selon lequel l'argent ne fait pas le bonheur a des fondations profondément enracinées dans l'expérience. Pour le patriarche, la seule chose que l'argent achète est l'espace : "Une plus grande maison, une plus grosse voiture, une chambre d'hôtel plus spacieuse. Des billets d'avion de première classe. Mais il n'achète pas le confort. Personne ne se plaint plus que les riches et les privilégiés. Le confort, la sécurité, le bien-être : l'argent ne nous les procure pas." p. 492

En savourant leurs gaufres aux bleuets sauvages et au sirop d'érable, les Gamache observent tout ce petit monde s'agiter tout en réfléchissant à leur propre histoire familiale faite de lâcheté, de rachat et de rédemption.

Défense de tuer est un très beau roman policier à l'atmosphère douce-amère qui nous renvoie peu à peu à l'essentiel...

 

Présentation de l'éditeur : Actes Sud

D'autres avis : Babélio

Du même auteur :  Nature morte ♥ ♥ ♥  ; Le mois le plus cruel ♥ 

Le site de l'auteur : Louise Penny

La série dans l'ordre :

Série Une enquête de l'inspecteur-chef Armand Gamache

  1. En plein cœur, 2010 ((en) Still Life, 2005),Réédité sous le titre Nature morte
  2. Sous la glace, 2011 ((en) A Fatal Grace, 2007),
  3. Le Mois le plus cruel, 2011 ((en) The Cruelest Month, 2008), 
  4. Défense de tuer2012 ((en) The Murder Stone, 2009), 
  5. Révélation brutale, 2012 ((en) The Brutal Telling, 2009),
  6. Enterrez vos morts, 2013 ((en) Bury Your Dead, 2010),
  7. Illusion de lumière,2013 ((en) A Trick of the Light, 2011) Réédité sous le titre Une illusion d’optique
  8. Le Beau Mystère,2014 ((en) The Beautiful Mystery, 2012)
  9. La Faille en toute chose, 2014 ((en) How the Light Gets In, 2013),
  10. Un long retour, 2015 ((en) A Long Way Home, 2014)
  11. La Nature de la bête, 2016 ((en) The Nature of the Beast, 2015)
  12. (en) A Great Reckoning, 2016

 

Québec en novembre, aujourd'hui zoom sur les policiers québecois !

 

 

 

 

 

 

Défense de tuer, Louise Penny, roman traduit de l'anglais (Canada) par Claire Chabalier et Louise Chabalier

Partager cet article

Repost 0

Evanouies de Megan MIRANDA

Publié le par Hélène

♥ ♥ 

"Ce que dit la philosophie est fort juste : la vie ne peut être comprise qu'en se tournant vers le passé. Mais elle ne peut être vécue qu'en se projetant vers l'avenir. " Soren Kierkegaard

Nicolette revient à Cooley Ridge, sa ville natale dix ans après la disparition de sa meilleure amie Corinne, dont le corps n'avait jamais été retrouvé. Or le père de Nic affirme avoir vu Corinne. Quand ? Où ? Nicolette décide de rentrer chez elle pour le découvrir et s'occuper de ce père atteint de la maladie d'Alzheimer. Mais à peine est-elle rentrée qu'une autre jeune fille disparaît. Pendant les deux semaines qui vont suivre la tension va monter... L'auteure choisit de nous raconter ces deux semaines haletantes à rebours : en commençant par le jour 15 pour revenir petit  à petit au jour 1. 

"Cette histoire, je ne peux la raconter que par fragments. En la retraçant petit à petit. En remontant petit à petit le cours des évènements. Pour vous montrer sa beauté, avant son ignominie" 

Les frontières entre mensonge et vérité s'estompent au fil de la narration, la disparition des jeunes filles étant filtrée par le biais de la rumeur de cette petite ville de province. Or la rumeur prend bien souvent  ses sources dans le réel : 

"Une graine semée dans l'humus, qui prend vie d'elle-même. Tout s'entremêle - la vérité, la fiction - et, parfois, il est difficile de faire la part des choses - Donc se rappeler de ce qui relève de la Vérité." p. 138

Mais quelquefois, le mensonge reste la plus sûre façon de se prémunir contre le réel, la seule façon de survivre face à une vérité destructrice.

L'enquête avance par touches, de secrets en secrets, les personnages se dessinent...

Ce que j'ai moins aimé :

Si cette construction a le bénéfice d'être originale, elle reste assez déstabilisante pour un esprit cartésien qui avance linéairement sur l'échelle du temps. 

La psychologie des personnages reste somme toute assez sommaire. 

Bilan : Un bon page-turner !

 

Présentation de l'éditeur : Editions de la Martinière

D'autres avis : Lecture que je partage avec Sandra de Bellepage

 

Evanouies, Megan Miranda, Editions de la Martinière, octobre 2016, 448 p., 21 euros

 

Merci à Arnaud de l'agence Anne et Arnaud.

 

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 > >>