Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

roman policier americain

Mafioso de Ray CELESTIN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Il s'agit ici du troisième volet de la quadrilogie de Ray Célestin consacrée à  retracer l'histoire du jazz et de la mafia pendant cinquante ans au XXème siècle. "Selon un procédé inspiré de l'Oulipo, chacune des quatre parties présente une ville, une décennie, un morceau, une saison, un thème et des conditions météorologiques différentes." explique l'auteur. Il nous entraine cette fois-ci à New-York, en 1947. La mafia règne sur la ville, les familles s'affrontent, et au sein de la famille Luciano, une lutte souterraine s'engage entre Franck Costello et Vito Genovese. La chasse aux communistes s'organise, touchant cette fois-ci Hollywood.  

Tous les occupants d'un hôtel de Harlem sont massacrés et le fils de Michael Talbot est accusé du meurtre. Il fait appel à Ida Davis, ancienne détective de l'agence Pinkerton pour l'aider à sortir son fils Tom de prison. Parallèlement Gabriel Leveson, patron d'un club en vogue de Manhattan se retrouve lui aussi mêlé à cette affaire.

Ce que j'ai aimé :

L'auteur a su savamment entremêler faits historiques, personnages connus et personnages fictifs, les frontières sont troubles et accusent son talent. Les personnages sont toujours aussi bien campés, Ida, à un tournant de sa vie, Michael, vieillissant et désarmé face aux accusations qui touchent son fils. Gabriel, englué dans ses relations avec la mafia, et prêt à tout pour préserver sa nièce est, lui aussi, criant de vérité. L'auteur nous plonge dans un monde réaliste, enneigé et brumeux, dans lequel les frontières entre clans, entre vertus et vices, peuvent s'estomper facilement.

Ce que j'ai moins aimé :

- Des longueurs

- La présence de Louis Armstrong et du jazz est discrète par rapport aux autres tomes.

Bilan :

Un bon roman, assez sombre, mais j'ai préféré les tomes précédents Carnaval et Mascarade

 

Présentation de l'éditeur : Le cherche midi

Partager cet article
Repost0

La femme à la fenêtre de A. J. FINN

Publié le par Hélène

♥ ♥

Anna Fox est recluse dans sa grande maison. En arrêt de travail depuis un long moment, elle répond sur des forums en tant que pédopsychiatre, regarde des vieux films noirs, appelle régulièrement son mari et sa fille dont elle est séparée et passe sa journée à observer ses voisins. Sortir de chez elle lui est impossible, elle souffre d'agoraphobie et toute sortie provoque en elle des crises de panique.

Elle fait la connaissance de ses voisins, les Russell, reçoit la visite de Jane et de leur fils Ethan. Un beau soir elle entend des cris en provenance de chez eux, mais le doute s'installe en elle : était-ce l'effet de médicaments ? Elle est en effet la seule à avoir entendu ces cris. Quelques temps après, elle assiste au meurtre de Jane, tétanisée, incapable de réagir, et s'évanouit de peur. A son réveil, elle est hospitalisée, et personne n'ajoute foi à ses propos, d'autant plus que Jane Russell semble bel et bien vivante. Quoique...

Ce roman policier prenant joue sur la personnalité trouble de Anna, témoin peu crédible, tout comme l'était Rachel dans La fille du train. les similitudes entre les deux romans sont nombreuses, l'intrigue s'appuyant sur les mêmes ressorts. Si l'auteure ajoute ici quelques éléments nouveaux comme ces références intéressantes aux vieux films, cela ne suffit pas pour gagner en originalité.

 

Présentation de l'éditeur : Pocket

D'autres avis : Babélio

Vous aimerez aussi : La fille du train de Paula HAWKINS, Les apparences de Gillian FLYNN

Partager cet article
Repost0

Le verger de marbre de Alex TAYLOR

Publié le par Hélène

♥ ♥

Lors d'un malencontreux accident, Beam Sheetmire, dix-sept ans, tue un homme qui l'agresse. Aidé de son père, il se débarrasse du corps sur les berges de la rivière du Kentucky. Le père de Beam décide que le mieux pour lui est de fuir, d'autant plus qu'il découvre que la victime était le fils du caïd local Loat Duncan. Beam part alors, avec sur ses traces les sbires de Loat, prêts à en découdre. 

Beam est un adolescent perdu qui ne sait pas bien se forger une identité, surtout après cet acte irrévocable :

"- Vous croyez qu'on peut changer qui on est ? demanda-t-il.

Pete se racla la gorge puis cracha dans le feu.

- Je dirais que c'est à peu près le seul choix que Dieu donne à l'homme. "

Oscillant entre lâcheté et courage, il fuit son passé, rencontrant en chemin des personnes qui tentent de l'aider ou de le couler.

Ce que j'ai moins aimé :

- Ce n'est pas une lecture qui me marquera, elle me semble bien volatile...

 

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

D'autres avis : Télérama ; France Inter ;

 

Sélectionné pour le Prix polar SNCF

Partager cet article
Repost0

Enterrez vos morts de Louise PENNY

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

L’inspecteur-chef Armand Gamache et ses collègues tentent de surpasser le traumatisme lié à une opération policière longue et éprouvante, à l'issue fatale. Armand séjourne chez Emile, à Vieux-Québec et il aime se réfugier dans la bibliothèque de la Literary and Historical Society, loin de la violence du monde. Mais dans ce lieu mythique qui abrite les archives historiques de la ville, on retrouve le corps sans vie d'un archéologue passionné par Samuel de Champlain, un des fondateurs du Québec. Etait-il sur la piste de la sépulture de cet homme célèbre, restée secrète jusqu'à aujourd'hui, près de 400 ans après ? Qui aurait eu intérêt à éliminer cet homme devenu ridicule à force de creuser les sols à la recherche du tombeau de Champlain ?

Parallèlement, Gamache, torturé par l'erreur, se demande s'il n'a pas condamné trop vite celui qu'il a mis en prison pour le meurtre de l'ermite à Three Pines (cf Révélation brutale). Il envoie donc son fidèle Langlois dans le petit village, par acquis de conscience, pour enquêter discrètement.

A l'image de la bibliothèque dont Gamache arpente les allées, ce roman est d'une richesse infinie. Si le meurtre initial porte vers l'histoire de la ville, avec cette vieille querelle entre anglais et français, il s'oriente rapidement sur la mémoire et les traces qu'elle laisse profondément en nous.

"La ville avait peut-être été construite grâce à la foi et aux fourrures, par des êtres en chair et en os, mais c'étaient les symboles qui lui servaient de carburant. Et la mémoire."

Mémoire de notre histoire commune, mémoire de nos parents, mémoire du passé proche, aliénant, handicapant quelqurfois. En avançant, Gamache apprend peu à peu à faire siennes les quatre phrases qui mènent à la sagesse :  "Je m'excuse. Je me suis trompé. J'ai besoin d'aide. Je ne sais pas.". Il comprend que la sécurité n'est que factice et que la vie est un risque à prendre, même si cela peut être douloureux.

""Se sentir en sécurité", pensa Gamache. C'était un besoin primordial, vital. Que feraient les gens pour préserver un havre sûr ? Ils feraient ce qu'ils avaient fait depuis des siècles. ce que les français avaient fait pour sauver le Québec, ce que les Anglais avaient fait pour le conquérir. Ce que faisaient les pays pour protéger leurs frontières, et les individus pour protéger leur maison.

C'est à dire tuer. Pour se sentir en sécurité. mais ça ne fonctionnait à peu près jamais." p. 245

Pour Gamache, la sécurité sera davantage à trouver dans l'amour de ses proches, sa femme la première qui retient de cette aventure traumatisante un point essentiel, qu'elle répète comme un mantra "Il est vivant". Car finalement, "Enterrez vos morts" n'est pas un livre sur la mort, mais sur la vie. Et sur la nécessité à la fois de respecter le passé et de s'en détacher." (Postface de l'auteure)

Mon préféré de la série jusqu'ici !

 

Présentation de l'éditeur : Actes Sud

D'autres avis : Aifelle ; Enna ; Karine

Sur le blog :  Nature morte ♥ ♥ ♥  ; Le mois le plus cruel ♥ ♥   ; Défense de tuer ♥ ♥ ♥ ♥ , Révélation brutale ♥ ♥ ♥ 

La série dans l'ordre :

  1. Nature morte
  2. Sous la glace
  3. Le Mois le plus cruel
  4. Défense de tuer
  5. Révélation brutale
  6. Enterrez vos morts
  7. Illusion de lumière
  8. Le Beau Mystère
  9. La Faille en toute chose
  10. Un long retour
  11. La Nature de la bête
  12. Un outrage mortel
  13. Maisons de verre

 

Partager cet article
Repost0

Le bikini de diamants de Charles WILLIAMS

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"C'est ça qui est bien, à la ferme. On peut jamais savoir ce qui va se passer."

Cette année-là, Billy et Pop se rendent chez le frère de Pop, Sagamore pour y passer l'été. Billy découvre alors les joies de la campagne, intrigué par l'odeur de cuir en décomposition, par les incursions fréquentes du shérif qui semble en vouloir à Sagamore, par l'oncle Finley qui récupère toutes les planches avoisinantes pour construire une arche...

Les vacances prennent un tour encore plus particulier quand arrive dans la ferme de son oncle la belle Choo-Choo Caroline qui a tendance à se baigner dans le lac toute proche avec juste un tout petit bikini...

Le point de vue du petit Billy, observant les manigances de son oncle d'un oeil crédule et honnête, crée un décalage désopilant quand on devine en sourdine les tenants et aboutissants.

"Oh, ç'a été un chouette été, pour sûr. Comme dit Pop, y a rien de mieux qu'une vie saine à la ferme et on pouvait franchement pas en trouver une plus saine que celle de l'oncle Sagamore."

Nouvelle traduction du célèbre Fantasia chez les ploucs, Le Bikini de diamants est un roman désopilant, décalé, un classique de l'humour !

 

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

 

Merci à l'éditeur

Partager cet article
Repost0

Bondrée de Andrée A. MICHAUD

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Je ne suis jamais retournée à Bondrée, mais j’en garde un souvenir vivace me permettant de toucher à la fragilité du bonheur chaque fois qu’un froissement d’ailes soulève un parfum de genièvre et qu’un renard détale, vivant, à l’orée d’un sentier. "

À l’été 67, trois jeunes filles inséparables hantent les épaisses forêts entourant Boundary Pond. Dans ces bois, erre l'âme de Pierre Landry ayant choisi la mort après le rejet de sa belle. Au creux des fourrés, une des jeunes filles est retrouvée morte, sa jambe prise dans un vieux piège rouillé. S'agit-il d'un accident ? Quand sa meilleure amie trouve la mort dans les mêmes circonstances, il devient clair que le tueur n'est pas seulement un vieux piège à ours...

"Rien ne semblait pouvoir assombrir l’indolence bronzée de Boundary, car c’était l’été 67, l’été de Lucy in the Sky with Diamonds et de l’exposition universelle de Montréal, car c’était le Summer of Love, clamait Zaza Mulligan pendant que Sissy Morgan entonnait Lucy in the Sky et que Francky-Frenchie Lamar, munie d’un cerceau orangé, dansait le hula hoop sur le quai des Morgan. Juillet nous offrait sa splendeur et personne ne soupçonnait alors que les diamants de Lucy seraient sous peu broyés par les pièges de Pete Landry. "

Le désarroi des uns et des autres est prégnant dans cette petite communauté écrasée par l'été : désarroi des mères tentées de tenir leurs enfants enfermés, désarroi des policiers hantés par ces jeunes disparues et par ce tueur qui ronge pue à peu leur vie personnelle, désarroi des jeunes filles qui aimeraient courir leur liberté dans les bois. Au milieu d'eux tous, la petite Andrée apporte un peu de fraicheur à cette lourde atmosphère, observant du haut de sa pré-adolescence les errances de chacun, et hésitant à devenir comme les jeunes filles "That's kind of girl".

L'écriture de Andrée Michaud rend parfaitement la moiteur de cet été, et le mélange des communautés de cette région entre Québec et Maine américain. Son style à la fois lyrique et réaliste mélange savamment le français et l'anglais, pour coller au plus près au langage de chacun.

 

Ce que j'ai moins aimé : Quelques longueurs.

Bilan :  Pour ceux qui aiment les romans d'atmosphère.

 

Présentation de l'éditeur : Rivages Noir

D'autres avis : Karine, Yueyin, Les deux bouquineuses ; Clara ;

 

En lice pour le prix Polar SNCF

Et ma première participation pour Québec en novembre

avec Karine et Yueyin

Partager cet article
Repost0

Meurtres sur la Madison de Keith McCAFFERTY

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Une montagne est une réalité - une truite est un instant de beauté que seuls les hommes qui les cherchent connaissent." Al McClane

En lieu et place des magnifiques truites que les pêcheurs ont le plaisir d'attraper, cette fois-ci la prise de Sam est plus conséquente puisqu'il s'agit du cadavre d'un homme. L'enquête est confiée à Martha Ettinger, et durant son enquête elle croise la route de Sean Stranahan, pêcheur, peintre et enquêteur à ses heures. Sean s'est laissé séduire par la belle Velvet pour enquêter sur la disparition de son frère et peu à peu les éléments vont s'ajuster autour d'une étrange maladie touchant les truites.

Si l'intrigue ne révolutionne pas le genre, la magie des paysages du Montana et de ses célèbres pêcheurs à la mouche pour qui pêcher devient une véritable philosophie, nous fait oublier ces faiblesses ...

"La magie de la rivière quand le temps s'arrête et que l'âme humaine vibre jusqu'au bout des doigts pour se fondre dans le monde sauvage."

"Ce qu'il y a avec la pêche, c'est que ça donne de l'espoir. Chaque lancer apporte un peu d'espoir et si l'on peut se perdre dans cet espoir, alors les soucis et le chagrin s'évanouissent à l'arrière-plan. La tempête intérieure se calme pour un moment."

L'auteur insiste sur la lutte pour les rivières : menacées par l'assèchement dû à l'agriculture, les boues provenant des mines, l'hydrobie des antipodes et l'exploitation du bois en amont des rivières, il est nécessaire de se battre pour préserver cet espace de liberté.

Une nouvelle série qui s'annonce prometteuse et qui nous fera moins regretter ces chers Stoney Calhoun et Dahlgren Wallace, à condition que le héros prenne ici de l'épaisseur et cesse de tomber dans le filet des femmes fatales caricaturales...

 

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

Vous aimerez aussi : La rivière de sang de Jim TENUTO ; Dérive sanglante de William TAPPLY

D'autres avis : Dominique ; Jean-Marc

 

Meurtres sur la Madison, Keith McCafferty, Traduit par Janique Jouin-de Laurens Gallmeister, juin 2018, 384 p., 23.50 euros

Partager cet article
Repost0

Tape-cul de Joe LANSDALE

Publié le par Hélène

♥ ♥

Comme un cyclone dévastateur a ravagé sa maison, Hap est contraint de squatter chez Leonard, qui commence à percevoir combien cette colocation est pesante. Quand Brett, la fiancée de Hap, leur demande de l'aide pour tirer sa fille des pattes de son maquereau, les deux acolytes n'hésitent pas un instant, prêts à reprendre du service. Ils se préparent pour un voyage au Mexique, dans l'antre des Bandidos Supremes, un gang de bikers à tendance nazie et à cette occasion leur chemin croise celui d'un nain roux, de son frère Herman, repenti, et de quelques autres acolytes hauts en couleur. Leur voyage ne s'annonce pas de tout repos, les échanges musclés se multiplient rapidement...

"Elle prétendait que, pour que les choses aillent bien, il suffisait de croire en l'amour - et aussitôt celui-ci imprégnait l'air.

La pollution imprègne l'air, chérie, que tu y croies ou non. L'amour exige davantage d'efforts. Et, contrairement à la pollution, il arrive que l'amour disparaisse."

Ce que j'ai moins aimé :

- Les dialogues sont de plus en plus ponctués de "bite" "merde" "chatte" "chié" "étron" et j'en passe. Pas une page sans rencontrer ce vocabulaire fleuri !

- L'intrigue reste minimale et de fait les altercations armées prennent une place prépondérante

- et puis cette fin qui cherche à friser la moralité "Oui, Hap nous avons tué, mais pardonnez nos péchés, ils étaient méchants ou perdus..."

Bilan : une déception pour cet opus appartenant à une série que j'apprécie beaucoup habituellement.

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

Du même auteur L'arbre à bouteilles ♥ ♥ ♥ ♥ (policier) Le mambo des deux ours ♥ ♥ ♥ ♥ (policier) ; Bad chili ♥ ♥ ♥ ♥ (policier) ; Les mécanos de Vénus  ♥ ♥ ♥ (policier) ; Les marécages ♥ ♥ ♥ (policier) 

D'autres avis : Encor du Noir

 

Partager cet article
Repost0

Cassandra de Todd ROBINSON

Publié le par Hélène

♥ ♥

Boo et Junior sont videurs dans un club de Boston. Un beau soir, en lieu et place des habituelles bagarres, se présente à eux une belle jeune femme chargée à les amadouer pour qu'ils acceptent une requête particulière : retrouver la fille du procureur de Boston. Bien que charmés, ils hésitent, mais finissent par accepter soupçonnant que la jeune fille court un sérieux danger en fréquentant des milieux interlopes.

Cette mission les entraine de bastonnades en bastonnades, mais les deux mastodontes au coeur pur sont prêts à tout pour découvrir où se cache la jeune femme.

Peu de temps morts dans cette folle aventure tournant autour de deux personnages atypiques, et même si l'intrigue n'est pas très originale, les dialogues enlevés apportent du sel au roman.

Ce que j'ai moins aimé : Je n'ai pas été sensible à l'humour de Boo. Ni à son intrigue amoureuse dont on aurait pu se passer...

Bilan : Un roman policier bien rythmé efficace !

 

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

D'autres avis : Encoredunoir

Vous aimerez aussi : Les Lansdale

 

Cassandra, Todd Robinson, Traduit par Laurent Bury, Gallmeister, Totem, mars 2017, 336 pages, 9.80 euros

 

Partager cet article
Repost0

Révélation brutale de Louise PENNY

Publié le par Hélène

♥ ♥

On ne peut pas retourner au bonheur de l’ignorance ?

L'inspecteur Gamache se rend à nouveau dans le petit village de Three Pines car un mort a été retrouvé dans le bistrot d'Olivier, au coeur du village. Personne ne semble connaitre la victime, un ermite, mais Gamache et son équipe va rapidement s'apercevoir que les non-dits sont nombreux. L'arrivée dans le village d'un projet de Spa bouleverse l'ordre calme et tranquille.

L'âme du village vibre toujours avec ses habitants emblématiques comme Ruth et son canard au look vestimentaire tendance, Clara et Peter et leurs projets artistiques à la rivalité qui couve, Olivier et ses secrets. Mais toujours cette entraide et cette volonté de préserver le village de la violence. Malheureusement, ce sont les émotions qui gouvernent les hommes, et celles-ci peuvent s'avérer incontrôlables...
"L'inspecteur-chef l'avait mis en garde : on ne voit pas ce qui tue, d'où le danger. Ce n'est ni un revolver, ni un couteau, ni un poing. C'est une émotion. Rance et putride. Attendant l'occasion de frapper."

La jalousie, les rancoeurs, les silences et mensonges engloutissent les âmes les plus pures, tant la recherche du bonheur inhérente au genre humain reste aléatoire et compliquée. L'art peut sauver un temps, par la révélation brutale qu'il provoque.

Emily Carr Yan, Q.C.I 1912 Oil on canvas 98.8 x 152.5 Art Gallery of Hamilton Gift of Roy G. Cole, 1992

Ce cinquième volet des aventures de l'inspecteur Gamache nous porte aux rives de l'automne, au coeur d'une atmosphère en clair-obscur propice aux secrets, aux regrets et aux remords. Placé sous le patronage de Walden, il prouve combien il est difficile à l'homme de ne pas être rongé par une conscience affamée.

"'Un homme est riche en proportion du nombre de choses qu'il peut arriver à laisser tranquilles." Walden

 

Présentation de l'éditeur : Actes Sud

D'autres avis : Babélio

Du même auteur : Nature morte ♥ ♥ ♥  ; Le mois le plus cruel ♥ ♥   ; Défense de tuer ♥ ♥ ♥ 

La série dans l'ordre :

  1. Nature morte
  2. Sous la glace
  3. Le Mois le plus cruel
  4. Défense de tuer
  5. Révélation brutale
  6. Enterrez vos morts
  7. Illusion de lumière
  8. Le Beau Mystère
  9. La Faille en toute chose
  10. Un long retour
  11. La Nature de la bête
  12. Un outrage mortel

 

Révélation brutale, Louise Penny, Actes Sud, Babel, juin 2016, 9.90 euros

 

 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>