Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

roman policier americain

Meurtres sur la Madison de Keith McCAFFERTY

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Une montagne est une réalité - une truite est un instant de beauté que seuls les hommes qui les cherchent connaissent." Al McClane

En lieu et place des magnifiques truites que les pêcheurs ont le plaisir d'attraper, cette fois-ci la prise de Sam est plus conséquente puisqu'il s'agit du cadavre d'un homme. L'enquête est confiée à Martha Ettinger, et durant son enquête elle croise la route de Sean Stranahan, pêcheur, peintre et enquêteur à ses heures. Sean s'est laissé séduire par la belle Velvet pour enquêter sur la disparition de son frère et peu à peu les éléments vont s'ajuster autour d'une étrange maladie touchant les truites.

Si l'intrigue ne révolutionne pas le genre, la magie des paysages du Montana et de ses célèbres pêcheurs à la mouche pour qui pêcher devient une véritable philosophie, nous fait oublier ces faiblesses ...

"La magie de la rivière quand le temps s'arrête et que l'âme humaine vibre jusqu'au bout des doigts pour se fondre dans le monde sauvage."

"Ce qu'il y a avec la pêche, c'est que ça donne de l'espoir. Chaque lancer apporte un peu d'espoir et si l'on peut se perdre dans cet espoir, alors les soucis et le chagrin s'évanouissent à l'arrière-plan. La tempête intérieure se calme pour un moment."

L'auteur insiste sur la lutte pour les rivières : menacées par l'assèchement dû à l'agriculture, les boues provenant des mines, l'hydrobie des antipodes et l'exploitation du bois en amont des rivières, il est nécessaire de se battre pour préserver cet espace de liberté.

Une nouvelle série qui s'annonce prometteuse et qui nous fera moins regretter ces chers Stoney Calhoun et Dahlgren Wallace, à condition que le héros prenne ici de l'épaisseur et cesse de tomber dans le filet des femmes fatales caricaturales...

 

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

Vous aimerez aussi : La rivière de sang de Jim TENUTO ; Dérive sanglante de William TAPPLY

D'autres avis : Dominique ; Jean-Marc

 

Meurtres sur la Madison, Keith McCafferty, Traduit par Janique Jouin-de Laurens Gallmeister, juin 2018, 384 p., 23.50 euros

Partager cet article
Repost0

Tape-cul de Joe LANSDALE

Publié le par Hélène

♥ ♥

Comme un cyclone dévastateur a ravagé sa maison, Hap est contraint de squatter chez Leonard, qui commence à percevoir combien cette colocation est pesante. Quand Brett, la fiancée de Hap, leur demande de l'aide pour tirer sa fille des pattes de son maquereau, les deux acolytes n'hésitent pas un instant, prêts à reprendre du service. Ils se préparent pour un voyage au Mexique, dans l'antre des Bandidos Supremes, un gang de bikers à tendance nazie et à cette occasion leur chemin croise celui d'un nain roux, de son frère Herman, repenti, et de quelques autres acolytes hauts en couleur. Leur voyage ne s'annonce pas de tout repos, les échanges musclés se multiplient rapidement...

"Elle prétendait que, pour que les choses aillent bien, il suffisait de croire en l'amour - et aussitôt celui-ci imprégnait l'air.

La pollution imprègne l'air, chérie, que tu y croies ou non. L'amour exige davantage d'efforts. Et, contrairement à la pollution, il arrive que l'amour disparaisse."

Ce que j'ai moins aimé :

- Les dialogues sont de plus en plus ponctués de "bite" "merde" "chatte" "chié" "étron" et j'en passe. Pas une page sans rencontrer ce vocabulaire fleuri !

- L'intrigue reste minimale et de fait les altercations armées prennent une place prépondérante

- et puis cette fin qui cherche à friser la moralité "Oui, Hap nous avons tué, mais pardonnez nos péchés, ils étaient méchants ou perdus..."

Bilan : une déception pour cet opus appartenant à une série que j'apprécie beaucoup habituellement.

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

Du même auteur L'arbre à bouteilles ♥ ♥ ♥ ♥ (policier) Le mambo des deux ours ♥ ♥ ♥ ♥ (policier) ; Bad chili ♥ ♥ ♥ ♥ (policier) ; Les mécanos de Vénus  ♥ ♥ ♥ (policier) ; Les marécages ♥ ♥ ♥ (policier) 

D'autres avis : Encor du Noir

 

Partager cet article
Repost0

Cassandra de Todd ROBINSON

Publié le par Hélène

♥ ♥

Boo et Junior sont videurs dans un club de Boston. Un beau soir, en lieu et place des habituelles bagarres, se présente à eux une belle jeune femme chargée à les amadouer pour qu'ils acceptent une requête particulière : retrouver la fille du procureur de Boston. Bien que charmés, ils hésitent, mais finissent par accepter soupçonnant que la jeune fille court un sérieux danger en fréquentant des milieux interlopes.

Cette mission les entraine de bastonnades en bastonnades, mais les deux mastodontes au coeur pur sont prêts à tout pour découvrir où se cache la jeune femme.

Peu de temps morts dans cette folle aventure tournant autour de deux personnages atypiques, et même si l'intrigue n'est pas très originale, les dialogues enlevés apportent du sel au roman.

Ce que j'ai moins aimé : Je n'ai pas été sensible à l'humour de Boo. Ni à son intrigue amoureuse dont on aurait pu se passer...

Bilan : Un roman policier bien rythmé efficace !

 

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

D'autres avis : Encoredunoir

Vous aimerez aussi : Les Lansdale

 

Cassandra, Todd Robinson, Traduit par Laurent Bury, Gallmeister, Totem, mars 2017, 336 pages, 9.80 euros

 

Partager cet article
Repost0

Révélation brutale de Louise PENNY

Publié le par Hélène

♥ ♥

On ne peut pas retourner au bonheur de l’ignorance ?

L'inspecteur Gamache se rend à nouveau dans le petit village de Three Pines car un mort a été retrouvé dans le bistrot d'Olivier, au coeur du village. Personne ne semble connaitre la victime, un ermite, mais Gamache et son équipe va rapidement s'apercevoir que les non-dits sont nombreux. L'arrivée dans le village d'un projet de Spa bouleverse l'ordre calme et tranquille.

L'âme du village vibre toujours avec ses habitants emblématiques comme Ruth et son canard au look vestimentaire tendance, Clara et Peter et leurs projets artistiques à la rivalité qui couve, Olivier et ses secrets. Mais toujours cette entraide et cette volonté de préserver le village de la violence. Malheureusement, ce sont les émotions qui gouvernent les hommes, et celles-ci peuvent s'avérer incontrôlables...
"L'inspecteur-chef l'avait mis en garde : on ne voit pas ce qui tue, d'où le danger. Ce n'est ni un revolver, ni un couteau, ni un poing. C'est une émotion. Rance et putride. Attendant l'occasion de frapper."

La jalousie, les rancoeurs, les silences et mensonges engloutissent les âmes les plus pures, tant la recherche du bonheur inhérente au genre humain reste aléatoire et compliquée. L'art peut sauver un temps, par la révélation brutale qu'il provoque.

Emily Carr Yan, Q.C.I 1912 Oil on canvas 98.8 x 152.5 Art Gallery of Hamilton Gift of Roy G. Cole, 1992

Ce cinquième volet des aventures de l'inspecteur Gamache nous porte aux rives de l'automne, au coeur d'une atmosphère en clair-obscur propice aux secrets, aux regrets et aux remords. Placé sous le patronage de Walden, il prouve combien il est difficile à l'homme de ne pas être rongé par une conscience affamée.

"'Un homme est riche en proportion du nombre de choses qu'il peut arriver à laisser tranquilles." Walden

 

Présentation de l'éditeur : Actes Sud

D'autres avis : Babélio

Du même auteur : Nature morte ♥ ♥ ♥  ; Le mois le plus cruel ♥ ♥   ; Défense de tuer ♥ ♥ ♥ 

La série dans l'ordre :

  1. Nature morte
  2. Sous la glace
  3. Le Mois le plus cruel
  4. Défense de tuer
  5. Révélation brutale
  6. Enterrez vos morts
  7. Illusion de lumière
  8. Le Beau Mystère
  9. La Faille en toute chose
  10. Un long retour
  11. La Nature de la bête
  12. Un outrage mortel

 

Révélation brutale, Louise Penny, Actes Sud, Babel, juin 2016, 9.90 euros

 

 

Partager cet article
Repost0

L'enfer de Church Street de Jake HINKSON

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Nous ne sommes pas vraiment dans la petite maison dans la prairie..."

Geoffrey Webb se fait braquer dans un parking et décide de proposer un drôle de marché à son jeune braqueur : en échange de 3000 dollars, il devra accompagner Geoffrey dans l'Arkansas et l"écouter raconter ce qui l'a mené jusqu'ici.

Et son parcours vaut le détour : il devient par hasard aumônier à l'Eglise Baptiste pour une Vie Meilleure et est chargé d'accompagner les jeunes dans leur foi. Il brille dans ce domaine, ponctuant ses sermons de phrases toute faites qui conviennent parfaitement à l'auditoire. Il est particulièrement doué pour manipuler ses condisciples en leur serinant ce qu'ils veulent entendre, ou en les flattant, au choix. Tout se passe donc parfaitement, mais malheureusement, il se sent irrésistiblement attiré par Angela la fille du pasteur, et c'est à partir de là que tout dérape...

Cette aventure se lit d'une traite, le suspens est parfaitement calibrée, l'ensemble bien ficelé. Le personnage de Geoffrey Webb interroge les fondements de l'âme humaine tout en faisant la satire des communautés religieuses et de ses foules crédules.

Ce que j'ai moins aimé : il fut moins drôle et déjanté que ne le laissait penser la 4eme de couverture.

Bilan : un court roman efficace.

 

Présentation de l'éditeurGallmeister

D'autres avis : Jérôme ; Electra

 

L'enfer de Church Street, Jake HINKSON, Traduit par Sophie Aslanides, Gallmeister, Totem, août 2017, 208 p., 8 euros

 

Partager cet article
Repost0

Chance de Kem Nunn

Publié le par Hélène

Eldon Chance est neuropsychiatre expert auprès des tribunaux. Il est en instance de divorce et rencontre alors Jaclyn dans le cadre de son travail. La belle jeune femme souffre de troubles de la personnalité mais Eldon est tellement fascinée par elle qu'il décide de jouer le preux chevalier et de la sortir des griffes de son mari violent. Il rencontre alors D., un colosse bricoleur qui lui donne des conseils dans l'art de se battre et de résister à l'adversité.

Ce que j'ai moins aimé : Ce roman est bien trop long, trop lent, l'action ne démarre pas, les tergiversations de Eldon finissent par lasser. Le lecteur ne sait pas vraiment à quoi s'attendre : aura-t-il droit à un thriller ? A un roman psychologique ? Au milieu du roman, il tremble tout à coup pour la fille de Eldon qui risque de se faire enlever, et là, à défaut d'un roman de qualité, il pourrait peut-être avoir un bon thriller - ce qui n'est déjà pas si mal -. Mais non. Le manque de rythme prégnant refait surface, et l'intrigue s'embourbe à nouveau dans des chemins torturés, compliqués, qui mènent le lecteur au bord du ravin de l'abandon.

Bilan : Après l'excellent Surf City , consacré au monde du surf, cette exploration des profondeurs du cerveau humain se révèle un échec.

 

Présentation de l'éditeur : Sonatine éditions

D'autres avis : J'aurais du me méfier car les critiques étaient effectivement mitigées sur Babélio et ailleurs : Encore du noir ; Jean -Marc Laherrère ; Pierre Darracq

Du même auteur : Surf City

 

Chance, Kem Nunn, traduit de l'anglais (EU) par Clément Baude, Sonatine éditions, janvier 2017, 384 p., 21 euros

 

Partager cet article
Repost0

En lieux sûrs de Linwood BARCLAY

Publié le par Hélène

♥ ♥

Cynthia a connu un épisode traumatisant dans son enfance (cf Cette nuit-là) qui l'amène à être surprotectrice envers sa fille Grace. Cette dernière se supporte plus la situation et le climat entre la mère et la fille est explosif. Cynthia décide de prendre du recul et se s'installer pour un temps loin de sa fille et de son mari. Mais Grace continue les provocations, elle fréquente un jeune malfrat local qui une nuit la pousse à pénétrer dans une maison dont les propriétaires sont absents. Ce sera l'écart de trop...

Si l'on retrouve Cynthia, Terry et Vince, personnages de Cette nuit-là, les deux romans peuvent se lire indépendamment l'un de l'autre. Celui-ci sera davantage centré sr l'adolescence, ses risques inhérents et les rapports conflictuels avec les parents.

Bien conçu, En lieux sûrs est efficace et prenant, doté de rebondissements savamment dosés, et de l'enlèvement final qui devient un contre-la-montre haletant. Les ficelles du thriller à suspens sont maitrisées par l'auteur qui écrit ici son treizième roman depuis 2009, soit presque un par an ! Il souffre aussi des écueils de certains pages-turners, des psychologies quelque peu bâclées au profit de l'action et des étapes tellement bien définies qu'elles deviennent attendues. Il n'en reste pas moins que l'ensemble fonctionne plutôt bien pour vous rappeler que où que vous soyez, vous n'êtes jamais en lieux sûrs ...

 

Présentation de l'éditeur : Belfond noir

Du même auteur : Cette nuit là

Vous aimerez aussi : Les apparences de Gillian Flynn, La maison d'à côté de Lisa Gardner

 

En lieux sûrs, Linwood Barclay, traduit de l'anglais  (Canada) par Renaud Morin, Belfond Noir, mars 2017, 432 p., 21.9 euros

 

Merci à l'éditeur

Partager cet article
Repost0

Le diable en personne de Peter FARRIS

Publié le par Hélène

♥ ♥

"J'imagine que ce que tout un chacun peut espérer, c'est un havre de paix ?"

En Georgie du Sud, au milieu de nulle part, Maya réussit miraculeusement à échapper à ses kidnappeurs qui avaient comme projet de l'assassiner pour la livrer aux alligators. En effet, cette jeune prostituée en savait un peu trop sur l'un de ses clients renommés. Maya trouve refuge sur les terres de Leonard Moye, un marginal quelque peu excentrique qui prend sous son aile la jeune femme et chasse toute personne qui porterait atteinte à son intégrité. Un lien particulier se noue peu à peu entre les deux solitaires poursuivis par des êtres sans scrupules qui trouveront là un adversaire à leur taille.

Peter Farris peint une Amérique corrompue, régie par la violence, un monde presque apocalyptique, dans lequel le Mal régit tout rapport. Dans ce monde sans compromissions, la seule façon de se sauver est de trouver un semblant de paix et de réconfort dans la relation quelquefois miraculeuse avec ses semblables. Cette rencontre improbable entre deux êtres qui prennent soin l'un de l'autre éclaircit un tableau plutôt sombre.

Mon bémol : La psychologie des personnages est quelque peu caricaturale : la prostituée pas très futée, le vieux bourru qui ne demande qu'à être attendri, les politiciens véreux, drogués et libidineux. Cela est peut-être volontaire, pour tourner en dérision certains codes du roman noir, mais il n'en reste pas moins que certains personnages sonnent creux...

Bilan : Une belle découverte.

 

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

 

Le diable en personne, Peter Farris, traduit de l'américain par Anatole Pons, Gallmeister, août 2017, 272 p., 20.50 euros

 

Merci à l'éditeur

Partager cet article
Repost0

Assurance sur la mort de James M. CAIN

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Le monde n'est pas assez grand pour deux personnes une fois qu'elles détiennent un tel secret l'une sur l'autre."

L'agent d'assurance Walter Neff rencontre dans le cadre de son travail la belle Phyllis Dietrichson qui, l'homme d'expérience le comprend rapidement, envisage de tuer son mari. Fasciné par la jeune femme et par le gain potentiel, Walter décide de s'allier à elle pour élaborer le crime parfait.

"Il y a trois éléments essentiels pour réussir un meurtre ... Le premier, c'est l'aide. Une personne seule ne peut pas s'en tirer, à moins d'avouer et de plaider la loi tacite ou quelque chose dans ce genre. Le deuxième, c'est l'heure, le lieu, la méthode qui doivent tous être connus à l'avance - de nous mais pas de lui. Le troisième, c'est l'audace. Voilà l'élément que tous les meurtriers amateurs oublient. Vient un moment au cours de chaque meurtre où la seule chose qui peut conduire au succès, c'est l'audace, et je ne saurais pas te dire pourquoi."

Ce roman, surtout connu pour son adaptation au cinéma en 1944 par Billy Wilder avec un scénario de Raymond Chandler, bénéficie ici d'une nouvelle traduction inédite. Il est considéré par Woody Allen comme « le plus grand film jamais tourné ». Le roman publié dans le série Noire, puis réédité chez folio policier en 2003, était depuis plusieurs années indisponible.

Sa lecture est fascinante tant le meurtre comme l'intrigue sont calibrés au détail prés. Les personnages sont glaçants de maîtrise dans ce classique du roman noir qu'on ne peut lâcher avant la fin ! Du grand art !

 

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

Du même auteur : Le Facteur sonne toujours deux fois

 

Assurance sur la mort, James M. Cain, Gallmeister, mars 2017, 160 p., 8.60 euros

Merci à l'éditeur.

Partager cet article
Repost0

Piégés dans le Yellowstone de C. J. BOX

Publié le par Hélène

♥ ♥

Cody Hoyt doit lutter à chaque minute pour ne pas replonger dans les affres de l'alcool. Enquêteur criminel auprès des services du shérif, il est surveillé de près par ses supérieurs qui redoutent ses excès. Malheureusement, ses bonnes résolutions vont voler en éclat quand son parrain aux alcooliques anonymes trouve la mort dans un incendie. Si ses chefs préfèrent ne voir qu'un accident, Cody est persuadé que cet incendie n'est guère accidentel. Il se dresse alors contre sa hiérarchie. De fil en aiguille il découvre que le tueur participe à une randonnée dans le Yellowstone à laquelle est également inscrite son fils. Il n'hésite pas et fonce envers et contre tous pour sauver son fils...

Commence alors curieusement un deuxième roman, comme si deux romans se fondaient en un seul : la première partie assez classique au sein des services de police, et la deuxième au coeur du Yellowstone, aux côtés des différents participants de cette expédition à cheval.


Ce que j'ai moins aimé :

La structure et ces deux romans en un est assez surprenante, manquant de fluidité.

Des incohérences : le fils participe comme par hasard à la même expédition que le tueur.

Des caricatures dans la psychologie des personnages dont le cliché du flic alcoolo, les soeurs dont l'une est jolie et superficielle et l'autre intelligente mais plus commune, les copains new-yorkais en goguette...

Bilan : Un page turner efficace qui donne une autre vision plus sauvage du célèbre parc, bien loin des clichés pour les touristes.

 

Présentation de l'éditeur : Points ; Seuil

D'autres avis : Jean-Marc ; Oncle Paul

 

Piégés dans le Yellowstone, C. J. Box, traduit de l'anglais (EU) par Freddy Michalski, Points, 491 p., 8 euros

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>