Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

roman policier americain

La fille dans le verre de Jeffrey FORD

Publié le par Hélène

La fille dans le verre

♥ ♥ ♥

 Un bon roman policier aux accents occultes.

  

L’auteur :

 

Jeffrey Ford est un auteur américain de fantasy et science fiction. Il a reçu le prix Edgar Allan Poe pour « La fille dans le verre ».

 

L’histoire :

 

Schell, Antony et Diego sont trois illusionnistes qui, profitant de la crédulité de certains nantis, organisent des séances de spiritisme parfaitement mise en scène. Or, lors de l’une de ces séances, Schell voit apparaître le fantôme d’une petite fille portée disparue. Cet hommes sceptique qui ne croit pas au surnaturel va alors partir à la recherche de l’enfant, aidée de ses acolytes Antony, et Diego, immigré mexicain de dix-sept ans. 

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          Les séances de spiritisme très cocasses et qui tendent à prouver que :

 

« Le phénomène spirite n’est qu’une affaire de dextérité entièrement basée sur la crédulité. Je suppose qu’on peut en dire autant de la religion, de l’amour romantique et de la chance. » (p.60)

 

La mise en scène de ces drôles de spirites ne laisse rien au hasard, et encore moins aux esprits : déguisements appropriés, phrasés ampoulés, yeux révulsés,  quelques flashs, des papillons, et le tour est joué...

-          Les personnages sont bien campés, particulièrement toute la clique de personnages hors normes qui tournent autour de Schell.

-          L’arrière-fond historique (l’Amérique des années 30, la Prohibition, le Ku Klux Klan) est suffisamment présent pour apporter une touche didactique au roman, sans pour autant être pesant.

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          L’épilogue n’était pas indispensable à mes yeux, j’aurais préféré ne pas savoir ce que devenaient les protagonistes.

 

Premières phrases :

 

« Il y a quelques jours, installé dans un siège à proximité de la fenêtre de ma chambre, je comptais le nombre de pilules calmantes que j’ai escamotées au cours des trois derniers mois. J’ai beau avoir les doigts qui tremblent, je me suis aperçu que le manque de maîtrise peut se révéler une aubaine pour les tours nécessitant de la dextérité. »

 

 

La fille dans le verre, Jeffrey FORD, Denoël, avril 2007, 342 p., 22 euros

POCHE : La fille dans le verre, Jeffrey FORD, Folio policier, mai 2010, 379 p., 7.10 euros

 

Merci à Lise CHASTELOUX des Editions Folio pour ce choix bien ciblé.

Partager cet article
Repost0

La rivière de sang de Jim TENUTO

Publié le par Hélène

 ♥ ♥ ♥

Un nouvel héros est né : Dahlgren Wallace va vous étonner…

 

  L’auteur :

Jim Tenuto est un écrivain américain dont La rivière de sang est le premier roman. Il a servi dans le corps des Marines et a exercé divers métiers. Il écrirait actuellement le deuxième opus des aventures de Dahlgren Wallace.

L’histoire :

Dahlgren Wallace a mené sa vie comme il mène son bateau : aux rythmes du courant. Il a d’abord voulu épouser une carrière de footballeur avant de devoir abandonner, blessé, puis il est devenu soldat dans la guerre du Golfe, et aujourd’hui il est guide de pêche pour Fred Lather. Ce dernier lui demande d’accompagner un couple de milliardaires mormons californiens. Or le mari meurt assassiné à quelques mètres de Dahlgren. Dahlgren va alors se transformer en détective, pour se disculper d’une part, et par goût sans doute aussi…

Ce que j’ai aimé :

-          Le cadre : évidemment qui dit Gallmeister dit grands espaces, nature et pêche pour cet opus-ci. Le lecteur devient peu à peu un pro des mouches sans en avoir jamais vu une de sa vie, c’est un beau tour de force…

-          L’intrigue : de nombreux groupuscules nébuleux s’agitent autour du ranch de Fred Lather : Les Hutterites, colonie pacifiste anabaptiste, les Montana Patriots milice néo-nazie, La Guilde des éleveurs du comté de Gallatin, le PETEM groupe écologiste aux méthodes violentes, ou encore le Club des frères Africains. Qui a intérêt à discréditer le ranch de Fred ? Presque tous. Alors qui est coupable du meurtre du client de Fred ? Le suspens s'installe...

-          L’humour : Dahlgren Wallace n’a pas la langue dans sa poche, il ne semble pas prendre très au sérieux les miliciens qui le menacent et se plaisent à l’enlever. Il cogne quand c’est nécessaire (et il semble que ce soit souvent nécessaire dans ces régions…) Il faut dire pour le défendre que les agents fédéraux censés enquêter ont une fâcheuse tendance à s’endormir ici et là…

 

Ce que j’ai moins aimé :

-          La facilité avec laquelle Dahlgren se débarrasse de toutes les milices que Fred a sur le dos… Quel talent ce Dahlgren !

Premières phrases :

« Le moment de perfection était proche.

Ma définition de la perfection inclut une rivière, de la solitude, une mouche sèche et une truite. Fabrication de nouveaux souvenirs pour remplacer les vieux. L’eau lente du ruisseau était glacée, d’un vert tourbeux. Aucun autre pêcheur ne troublait le calme des lieux. J’utilisais une de mes cannes favorites, une Granger Victory en bambou refendu âgée d’un demi-siècle, que son précédent propriétaire avait trouvée, enfant, pour cinq dollars dans le fond d’un magasin de bricolage. J’avais monté la mouche moi-même. Une Adams. La mouche à avoir si l’on doit en n’avoir qu’une. »

Vous aimerez aussi :

Dérive sanglante de William G. TAPPLY

 

La rivière de sang, Jim TENUTO, Gallmeister, juin 2006, 320 p., 23.90 euros

 

Partager cet article
Repost0

La rose du cimarron de James Lee BURKE

Publié le par Hélène

                                           rose du cimarron  

♥ ♥ ♥

Un très bon roman policier aux allures de western. 

 

L’auteur :



James Lee BURKE est un écrivain américain spécialisé dans les romans policiers. Il est surtout connu pour ses romans mettant en scène le héros Dave Robicheaux, comme dans le roman Dans la brume électrique avec les morts confédérés adapté en 2008 sur grand écran par Bertrand TAVERNIER.

 

L’histoire :

La rose du cimarron inaugure une nouvelle série dont le héros n’est plus Dave, mais l’avocat Billy Bob Holland. Celui-ci est un ancien ranger hanté par la mort de son ami L. Q. Navarro qu’il a abattu accidentellement lors d’une traque impliquant des trafiquants de drogues.

Quand son fils illégitime Lucas  est accusé du meurtre de sa petite amie Roseanne, il décide d’assurer sa défense, au risque de se heurter à son passé.

 

 Ce que j’ai aimé :

-       L’atmosphère de violence latente subtilement rendue, comme léguée en héritage par les générations précédentes.

-       Les plages de beauté et d’amour que le héros essaie de s’octroyer dans ce monde violent : ses parties de pêche avec le petit Pete, sa relation amoureuse avec la belle Mary Beth, l’entretien de son cheval Beau…

-       Le personnage de Billy Bob est touchant. Il est d’un côté doté d’une foi en la vie, ainsi il n’hésite pas à se lancer dans des relations qui peuvent mettre en péril la vie de ceux qu’ils côtoient, mais d’un autre côté il sait que cette violence omniprésente dans sa vie est aussi en lui.  Il est capable du meilleur comme du pire. L. Q. Navarro dont le fantôme lui rend visite régulièrement agit comme sa conscience, leurs discussions l’aidant à retourner sur le droit chemin.

-       L’évocation de l’histoire du grand-père de Billy Bob livrée apporte un intérêt supplémentaire au roman : il raconte dans ses carnets sa relation avec La rose du cimarron, une jeune femme appartenant au gang des Dalton.

 

Ce que j’ai moins aimé :

-       A bien y réfléchir, je ne vois rien à redire.

 

Premières phrases :

« Mon arrière grand-père était Sam Morgan Holland, un conducteur de  bestiaux qui menait des troupeaux de vaches de San Antonio jusqu’au Kansas sur la piste du Chrisholm. Presque toute son existence, il se colleta avec le whisky, les Indiens et les voleurs de bétail, et vit des torrents en crue ou des éclairs de chaleur disperser régulièrement ses bêtes affolées sur la moitié du Territoire de l’Oklahoma. »

 

Vous aimerez aussi :

Ténèbres, prenez-moi par la main de Dennis LEHANE

 

La rose du cimarron, James Lee Burke, Rivages, avril 2001, 334 p., 21 euros

POCHE : La rose du cimarron, James Lee Burke, Rivages noir, mars 2003, 421 p., 9 euros

Partager cet article
Repost0

Dérive sanglante de William G. TAPPLY

Publié le par Hélène

 derive-sanglante-1

♥ ♥ ♥

Un très bon et beau roman policier.

 

L’auteur :

 

William G. Tapply a écrit une vingtaine de romans policier ayant pour héros Brady Coyne. Il est également spécialisé dans les ateliers d'écriture et la pêche à la mouche. Les Editions Gallmeister ont choisi de traduire une série avec un autre héros, Stoney Calhoun. Trois volets sont publiés, malheureusement, ce sera tout pour cette série car Wiliam Tapply est décédé en 2009... A quand la traduction de l'autre série ?

 

L’histoire :

 

Dérive sanglante est la première aventure dans laquelle apparaît Stoney Calhoun. Victime d'un accident mystérieux, cinq ans auparavant, il ne se souvient pas de son passé et a refait sa vie dans le Maine. Il travaille dans une boutique de pêche et mène une vie paisible qui va être perturbée par la disparition de son meilleur ami. Calhoun va alors enquêter, retrouvant de vieux instincts qui pourraient lui faire penser qu'il a déjà enquêté de façon professionnelle dans le passé.

 

Ce que j’ai aimé :

 

-       Le cadre : Comme presque tous les romans des éditions Gallmeister, l’action se situe dans le nord des Etats-Unis, ici dans le Maine. La nature est un personnage à part entière, au travers notamment de la pêche. La description des paysages donne envie de prendre l'avion sans tarder... 

-       Les intrigues secondaires : le mystère entourant l’amnésie de Stoney intrigue et attire le lecteur qui découvre en même temps que lui des indices pouvant le mener vers ce passé qui se dérobe. L’intrigue sentimentale qui se noue entre Stoney et la belle Kate ajoute du piment à l’ensemble. La psychologie des personnages est très travaillée.

-       L’intrigue principale : je l’ai mise en dernier car elle ne constitue pas l’intérêt premier du roman, même si le suspense est au rendez-vous. Dérive sanglante est avant tout un roman d’ambiance.

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-       Rien

 

Premières phrases :

 

  "Il était environ huit heures du matin lorsque Stoney Calhoun entendit la sonnette tinter : signal qu'on passait le seuil de la boutique. Il leva les yeux de son étau. Un homme aux cheveux blancs se tenait dans l'embrasure de la porte, d'où il examinait le casier des cannes Sage et Orvis adossées au mur."

 

Vous aimerez aussi :

 

Queue de poisson de Carl HIAASEN

 

Dérive sanglante, William G. TAPPLY, Editions Gallmeister, mai 2007, 267 p., 22.90 euros

Partager cet article
Repost0

Ténèbres, prenez-moi par la main de Dennis LEHANE

Publié le par Hélène

517SGV2YE8L. SL500 AA300 [1] 

                  

 

♥ ♥ ♥ ♥ 

 

Un roman policier prenant et enrichissant.

 

 

 

 

L'auteur :

 

Dennis Lehane est un écrivain américain contemporain d'origine irlandaise. Ses cinq premiers romans (de Un premier verre avant la guerre à Prières pour la pluie) mettent en scène un couple de détective Patrick KENZIE et Angela GENNARO. Ténèbres prenez-moi par la main est le deuxième opus de la série, les romans les plus connus de l'auteur étant Mystic River et Shutter Island, (dotés d'autres héros) adaptés au cinéma.

  

L’histoire :  

 

A Boston, aux Etats-Unis la psychiatre Diandra Warren fait appel à Patrick Kenzie et Angela Gennaro : après avoir reçu un appel anonyme, elle reçoit une photo inquiétante de son fils Jason. Les deux détectives acceptent de l'aider à retrouver le mystérieux expéditeur, sans savoir que cela les mènera vers une enquête difficile et dangereuse.

 

Ce que j’ai aimé :  

 

-          Une intrigue passionnante.

-          Une réflexion enrichissante sur l’enfance, ses répercussions, et surtout sur le mal lové en chaque individu. Loin d’être manichéen, Dennis Lehane dépeint avec beaucoup de subtilité la psychologie des personnages.

-          Des héros attachants : la relation ambivalente qu’entretiennent Patrick et Angela apporte du piquant au roman…

-          Les multiples ramifications : sociologiques, psychologiques, philosophiques, politiques…

 

« Nous avons replongé le nez dans nos tasses en écoutant le présentateur rapporter l’appel du maire à des lois plus sévères sur la vente des armes à feu, l’appel du gouverneur à une application plus stricte des contrôles judiciaires. Pour qu’un autre Eddie Brower n’entre pas dans la mauvaise supérette au mauvais moment. Pour qu’une autre Laura Stiles puisse rompre avec un petit ami trop brutal sans craindre la mort. Pour que tous les James Fahey de ce monde cessent enfin de distiller la terreur en nous. » (p. 489)

 

Ce que j’ai moins aimé :  

 

-          Le prologue qui laisse supposer une fin tragique, alors que rien n’est aussi simple chez cet auteur…

 

Premières phrases :  

 

« Quand j’étais gosse, mon père m’a emmené un jour sur le toit d’un immeuble qui venait de brûler. Il me faisait visiter la caserne lorsque l’alerte avait été donnée, et du coup, je m’étais retrouvé à côté de lui dans la cabine de camion, tout excité de sentir l’arrière du véhicule chasser dans les virages, tandis que les sirènes hurlaient et que la fumée jaillissait devant nous en gros nuages bleus, noirs, épais. »

 

 

Vous aimerez aussi : 

 

De chair et de sang de John HARVEY

 

 

Ténèbres prenez-moi par la main, Dennis LEHANE, Payot et Rivages, fév. 2000, 395 p., 20.50 euros

POCHE : Ténèbres prenez-moi par la main, Dennis LEHANE, Payot et Rivages, Rivages Noir, mars 2002, 489 p., 9.45 euros  

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9