Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

49 articles avec roman policier francais

La vallée de Bernard MINIER

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Il songea aussi que le tissu social craquait de toutes parts, que les lignes de faille se multipliaient. Ce pays était en train d'imploser. (...) Aujourd'hui, tout le monde semblait se chercher des ennemis."

Alors que Martin Servaz doit passer en conseil de discipline, il reçoit un appel de Marianne, son ex femme mystérieusement disparue. En traçant l'appel, il se retrouve au cœur de la forêt pyrénéenne, proche de l'abbaye mystérieuse d'Aiguesvives. Il demande l'aide de Irène Ziegler, mais a beau arpenter les sentiers, Marianne reste introuvable. Mais Servaz se retrouve rapidement bloqué avec les autres habitants, la route principale ayant été saccagée.

Ce que j'ai aimé :

- Le point fort tient dans l'atmosphère de cette vallée, comme hors du monde, ce qu'accentue la coupure volontaire de la route. La vie monastique est comme le symbole de cette vie préservée, que peut pourtant atteindre à tous moments le monde extérieur et sa violence.

- Quelques questionnements intéressants, sur Dieu, sur la mort, sur la vie sociale, qui, sans révolutionner la vie, offrent quelques pistes de réflexion.

"Carl Rogers a dit que la majorité d'entre nous ne sait pas écouter. Selon lui, nous nous sentons obligés de juger, parce qu'il est trop risqué d'écouter. Il a proposé une méthode pour ceux qui s'affrontent verbalement et qui ont des désaccords irréconciliables : "Interrompez la discussion et établissez la règle suivante : chacun ne peut prendre la parole qu’après avoir reformulé correctement l'idée et les sentiments des son interlocuteur, et lorsque ce dernier estime que cette reformulation correspond à ce qu'il a voulu dire."

- L'intrigue et les multiples rebondissements tiennent en haleine le lecteur qui ne peut plus lâcher le roman !

Ce que j'ai moins aimé :

- Les allusions incessantes aux tomes précédents, ce qui me fait dire à nouveau qu'il vaut mieux lire ces policiers dans l'ordre que voici :

Glacé / Le cercle / N'éteins pas la lumière / Une putain d'histoire / Nuit / Soeurs / M le bord de l'abîme / La vallée

- L'aspect assez noir, qui m'a fait faire des cauchemars par la suite : un conseil ne le lisez pas le soir...

- Quelques clichés, comme les risques des réseaux sociaux, la police face à la population en colère, les personnages qui ne sont pas ce qu'ils paraissent...

Bilan :

- Un policier addictif

 

Du même auteur : Le cercle ; Une putain d'histoire

Présentation de l'éditeur : XO Editions

Si vous souhaitez vous procurer cet ouvrage auprès d’un libraire proche de chez vous – via un service de retrait de livre (« click and collect ») ou de livraison -, rendez-vous sur l’un des sites suivants :

sauvonsnoslibraires.fr

jesoutiensmalibrairie.com

lalibrairie.com

placeleslibraires.fr

librairiesindépendantes.com

librest.com

livreshebdo.fr

Partager cet article

Repost0

Entre fauves de Colin NIEL

Publié le par Hélène

♥ ♥

Martin est garde au parc national des Pyrénées. Désabusé, il erre à la recherche du dernier ours, Cannellito, soupçonnant les chasseurs de l'avoir fait disparaitre. Il traque également les chasseurs sur Internet avec son groupe Stop Hunting, et c'est ainsi qu'il découvre la photo d'une jeune fille posant aux côtés d'un lion qu'elle vient vraisemblablement de tuer. Martin se lance sur les traces de cette mystérieuse tueuse.

En s'intéressant au sujet de la chasse, Colin Niel choisit de présenter tous les points de vue au travers de personnages emblématiques : Martin incarne le militant anti-chasse persuadé du bien-fondé de sa lutte, la jeune Apolline incarne les chasseurs, elle-même issue d'une famille pratiquant la chasse, le jeune Kondjima est un un jeune éleveur Himba en Namibie, dont le troupeau de chèvres a été décimé par le lion que chasse Apolline et qui met un point d’honneur à être le premier à le retrouver pour le tuer. Enfin, et plus surprenant, le point de vue du lion apparait également. Cette multitude de points de vue différent d'un même problème enrichit le récit et apprend à relativiser, à connaitre toutes les données avant de juger et de condamner : tous seront à un moment du récit et chasseurs et proies.

L'auteur dénonce également la haine déversée sur les réseaux sociaux, haine qui peut mener au pire, sujet tristement d'actualité ces jours-ci.

La construction parfaitement calibrée sert parfaitement ce roman aux accents écologistes.

Mes réticences :

Je ne saurais expliquer vraiment pourquoi, mais il m'a manqué un éclat de passion à la lecture de ce roman, peut-être parce qu'aucun des personnages n'est réellement attachant, manquant de nuances. De plus, je m'attendais à un roman policier, mais l'intrigue se tient toujours en lisière du genre.

Bilan :

Malgré un point de vue intéressant, j'ai nettement préféré  Ce qui reste en forêt de ce même auteur !

 

Présentation de l'éditeur : le Rouergue

D'autres avis : Tant qu'il y aura des livres ;

Du même auteur :  Ce qui reste en forêt ♥ ♥ ♥ ♥ (Policier) ; Seules les bêtes ♥ ♥ ♥ (Policier)

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

D'autres romans sur le sujet de la chasse : Mon Amérique de Jim FERGUSEspaces sauvages de Jim FERGUS ; Chasses furtivesde Léon MAZZELLA

Partager cet article

Repost0

Rade amère de Ronan GOUEZEC

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Caroff est au bord du gouffre : à cause d'un accident qui a coûté la vie d'un jeune matelot, ce pêcheur est cloué au port, malmené par la ville de Brest qui ne lui pardonne pas cette mort. Les dettes s'accumulent, et si Caroff se recentre sur sa femme Marie et leur fille, la situation est préoccupante. Caroff accepte alors un marché tangent, et bascule alors définitivement dans un engrenage infernal. Jos Brieuc quant à lui a décidé de se lancer dans une nouvelle aventure : il devient taxi de mer. A la croisée des chemins, les destins des deux hommes vont se croiser.

La plongée dans cet univers maritime est immédiate tant le style de l'auteur s'adapte aux embruns et aux temps et personnages tourmentés de l'histoire.

Ce que j'ai moins aimé :

La fin. Les pluies bretonnes cinglantes semblent avoir profondément atteint le moral de l'auteur...

Bilan :

Un roman noir très bien maitrisé.

 

Présentation de l'éditeur : Le Rouergue

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

 

Partager cet article

Repost0

Surtensions de Olivier NOREK

Publié le par Hélène

♥ ♥

Le destin de plusieurs personnages se croisent pour le meilleur et pour le pire : une jeune femme prête à tout pour sortir son frère de prison, un fonctionnaire pris en étau entre son travail et sa famille, un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, une équipe de kidnappeurs aux méthodes particulières... Au milieu de cette galerie hétéroclite de personnages, Victor Coste et son équipe enquêtent, tentant de relier les destins disparates entre eux.

Ce que j'ai aimé :

La peinture sociale est acérée, pointue, très travaillée qu'il s'agisse de la description de la vie carcérale ou des milieux interlopes.

Olivier Norek évite tout manichéisme : il ne place pas d'un côté les bons, de l'autre les méchants, chacun a ses failles, ses élans, ses motivations, (excepté peut-être pour un ou deux personnages qu'on ne peut excuser, dont le pédophile, définitivement monstrueux) (à ce sujet, attention à certaines scènes décrites, âmes sensibles, s'abstenir !)

Ce que j'ai moins aimé :

Il s'agit de la troisième enquête de Victor Coste, et afin de mieux comprendre les liens qui l'unissent à ses coéquipiers, je pense qu'il aurait été préférable de lire la série dans l'ordre, c'est à dire de commencer par Code 93 et Territoires

Olivier Norek est lieutenant à la police judiciaire de Seint Saint Denis, il connait bien ses sujets et propose ainsi une description très réaliste de son milieu. De fait, ce roman est très noir, violent et infiniment triste, vous voilà prévenus...

Bilan :

Un roman très intense !

 

Présentation de l'éditeur : Michel Lafon ; Pocket

Du même auteur : Surface ; Entre deux mondes

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

 

Prix Le Point du polar européen - 2016 ;

Grand Prix des lectrices ELLE, catégorie policier - 2017

 

Partager cet article

Repost0

Nitrox de Pierre GOBINET

Publié le par Hélène

♥ ♥

Alors qu'il travaille dans une gendarmerie dans le Nord, Nash Gopler décide de tout plaquer pour se devenir moniteur de plongée sous-marine. Son responsable accepte, à la seule condition de choisir son centre de formation pour moniteur : il l'envoie ainsi à Cannes. Nash se plie à sa volonté, même s'il rêve bien évidemment des Maldives ou des Bahamas. Dans son centre de formation, il fait la connaissance de la ténébreuse Samar, libanaise, elle aussi en formation. Il comprend alors que ce n'est pas un hasard si son chef a choisi ce centre de formation...

Ce que j'ai aimé : l'idée originale de planter son intrigue dans le milieu de la plongée, somme toute peu exploitée en littérature.

Ce que j'ai moins aimé :

- L'intrigue est un peu embrouillée, elle se perd en route, alors qu'elle démarrait bien;

- L'auteur semble hésiter entre roman d'espionnage, thriller, et ce brouillage des genres donne l'impression qu'il perd de vue son projet initial au fil des pages.

Bilan : Un auteur prometteur.

 

Présentation de l'éditeur : Seuil

Partager cet article

Repost0

Les refuges de Jérôme LOUBRY

Publié le par Hélène

♥ ♥

Nouvellement arrivée en Normandie, Sandrine est appelée à se rendre sur une île aux larges de la côte, île dans laquelle sa grand-mère a passé ses derniers instants. Sandrine connait peu cette grand-mère, et arrivée sur l'île, elle découvre le portrait d'une personne charmante que tous les habitants de l'île appréciaient. Elle découvre aussi un mystère autour de cette île froide et inhospitalière sur laquelle les habitants semblent voués à rester, comme prisonniers. L'île aurait abrité un pensionnat après la guerre, précipitamment fermé en 1949, pour des raisons confuses.

Quelques jours plus tard, Sandrine est retrouvée sur la plage du continent, errant perdue, avec le sang d'un autre sur ses vêtements. Qu'a-t-il bien pu se passer ?

L'atmosphère est rapidement pesante, oppressante et cela ne pourra aller que crescendo. je ne peux pas vous en dire plus au risque de dévoiler l'intrigue, sachez seulement que les intrigues se superposent en différentes strates qui ne prennent sens qu'à la toute fin du roman, l'auteur usant ainsi d'un procédé parfaitement maitrisé et parfait pour illustrer le propos final.

Ce que j'ai moins aimé : très très glauque !!!!! (très)

 

Présentation de l'éditeur : Calmann Lévy

 

Partager cet article

Repost0

Avalanche Hotel de Niko TACKIAN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

En janvier 1980, Joshua Auberson se réveille dans un hôtel sublime des Alpes Suisses, l'Avalanche Hotel. Seulement, il ne se souvient plus de quoi que ce soit, il semble être agent de sécurité dans cet hôtel prestigieux marqué par la disparition récente d'une jeune cliente. Pour trouver des réponses à ses questions, il se fie à un étrange barman qu'il suit dans la montagne.
Il se réveille alors à nouveau, dans une chambre d'hôpital cette fois, en 2018. cette fois-ci il est policier et l'Avalanche Hôtel est désaffecté depuis des années. Il n'enquête plus sur une disparition, mais sur la réapparition d'une jeune femme, plongée dans le coma, une inconnue dont il est impossible de connaitre l'identité.
Quel lien existe-t-il entre ce que Joshua prend pour un rêve et cette réalité actuelle ? S'agissait-il d'un rêve ? Pourquoi dans ce cas les détails étaient-ils si précis, si proches de la réalité ? Son enquête le mène aux portes de la conscience ....

Ce que j'ai aimé :

- L'atmosphère est particulière oscillant entre le monde clinquant de l'ancien hôtel et sa désuétude actuelle. Le décor grandiose des Alpes suisses sert d'écrin à cette intrigue.

- Les réflexions sur la mémoire, assez fascinantes.

Ce que j'ai moins aimé :

- Trop court, je suis restée sur ma faim, comme si toutes les idées étaient bonnes mais insuffisamment exploitées. Tout tourne court trop vite, sans faire monter le suspens.

- On devine aisément la fin, ce qui n'est pas un bon point pour un policier

Bilan :

Comme un soufflé qui retombe après cuisson...

 

D'autres avis : Babélio

Présentation de l'éditeur : Calmann Lévy, Le livre de poche

Prix Ligue de l’imaginaire Cultura.

Prix des lecteurs du festival thrillers à Gujan-Mestras.

Partager cet article

Repost0

Le manuscrit inachevé de Franck THILLIEZ

Publié le par Hélène

♥ ♥

Au terme d'une course poursuite avec la douane, une voiture finit sa trajectoire dans un ravin. On découvre alors le cadavre d'une femme dans le coffre, mais le conducteur de la voiture ne semblant avoir aucun rapport avec cette mort, le mystère reste entier.

Parallèlement, Léane Morgan, allias Enaël Miraure, romancière de thriller, se remet difficilement de l'enlèvement de sa fille Sarah quatre années auparavant. Elle a quitté son mari mais quand ce dernier se fait agresser sans raison apparente, elle retourne alors dans leur villa au bord des dunes de la Côte d'Opale, et renoue avec ce passé qu'elle pensait fuir.

L'intrigue est certes prenante, fonctionnant sur le principe du "page-turner" mais...

Ce que j'ai moins aimé :

- L'intrigue est très prévisible, j'ai deviné la fin bien avant la résolution

- Le principe du récit enchâssé n'apporte pas grand chose

- Il est assez glauque

Bilan : J'en garde une impression désagréable, comme poisseuse qui me pousse à dire que je n'en conseillerais pas la lecture.

 

Présentation de l'éditeur : Fleuve noir

Il concourt pour le Prix SNCF du Polar 2020

Partager cet article

Repost0

Entre deux mondes de Olivier NOREK

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

Adam, sa femme Nora et leur fille Maya doivent fuir le régime syrien en urgence. Adam préfère prendre les devants face à ce régime sanguinaire et décide d'envoyer sa femme et sa fille à six mille kilomètres de là, à Calais, avant de pouvoir passer en famille en Angleterre. Arrivé là-bas, il ne trouve aucune trace des deux êtres aimés. Il s'installe dans la jungle de Calais en espérant qu'elles arrivent, et découvre un univers sans pitié. Il prend sous sa coupe un jeune garçon, Kilani. Ancien policier, il ne tarde pas à se rapprocher de Bastien, un policier nouvellement arrivé à Calais qui lui promet de chercher sa femme et sa fille en échange de quelques renseignements sur l'intérieur de la jungle, zone de non droits patentée. Confrontés à l'innommable, les hommes vont s'entraider, se soutenir pour devenir, toujours, plus humains face à l'adversité.

Ces migrants errent entre deux mondes, "coincés entre la vie terrestre et la vie céleste. Comme bloqués entre deux mondes.", désœuvrés, mais si nos sentiments hurlent de les accueillir, tout n'est pas aussi simple :

"Tous ces migrants, là, c'est comme s'ils fuyaient un assassin en série, qu'ils frappaient à notre porte et que nous, on faisait semblant de pas entendre.

- D'accord, sauf qu'ils sont dix mille à toquer. Et avec le phénomène d'aspiration, si on ouvre pour ceux-là, dix mille autres se présenteront, puis dix mille autres.

- Je sais, mathématiquement, ça tient, mais humainement , ça bloque toujours...."

Dans ce roman coup de poing, des êtres interlopes évoluent puisque "Partout dans le monde tu trouveras toujours un homme pour profiter de la détresse des autres.", mais des êtres bienveillants prennent vie également, des êtres emplis d'humanité, qui redonnent espoir en l'être humain...

 

Présentation de l'éditeur : Michel Lafon ;

Du même auteur :  Surface

D'autres avis : Très bien noté chez Babélio

Partager cet article

Repost0

Sur le ciel effondré de Colin NIEL

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Parce qu'elle a sauvé des vies lors d'un attentat en métropole, l’adjudante Angélique Blakaman a obtenu le privilège d'être en poste à Maripasoula, dans le Haut-Maroni, pays de son enfance. Ainsi, quand le fils de Tapwili Maloko, disparaît, Angélique accompagnée du capitaine Anato, noir marron comme elle, se lance dans cette enquête. Ils se heurtent à plusieurs pistes : le jeune Tipoy se serait-il suicidé en butte au mal être de ces jeunes qui ne trouvent pas leur place entre les traditions qui disparaissent, l'orpaillage clandestin et une absence totale de perspective ? Parallèlement une série de cambriolages et de braquages violents installe une insécurité dans la région.

C'est un monde déboussolé que nous peint l'auteur en dressant le portrait des jeunes, mais aussi des différentes communautés, les Wayanas, les Tekos, les Ndjukas. Leurs croyances et leur mythologie se heurtent à la modernité et leur font ressentir des difficultés pour trouver une place dans la Guyane moderne. Pour un des personnages, il s'agit d'un véritable ethnocide, l'Etat, les collectivités, tout le monde ayant sa part de responsabilité.

La question de l'orpaillage clandestin est aussi au cœur du roman, tout comme dans le remarquable Ce qui reste en forêt, appartenant à la trilogie guyanaise de l'auteur.

"C'était le début d'un autre temps, d'une histoire sans magie. Le temps d'une humanité rivée au sol. Le temps des regrets que les anciens formulaient encore certaines soirs. Le temps de la séparation, les hommes à jamais privés d'accès à cet autre monde, à ce monde originel que de ténues passerelles leur faisaient quelquefois entrevoir.

C'était le temps des Indiens d’aujourd’hui.

Lourds et figés sur leur ciel effondré."

Ce que j'ai moins aimé : un peu long.

Bilan : Un roman passionnant qui ouvre le regard sur la Guyane et ses difficultés.

 

Présentation de l'éditeur : Le Rouergue

Du même auteur : Seules les bêtes ;

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 > >>