Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

37 articles avec roman policier nordique

La dame de Reykjavik - Le secret de Ragnar JONASSON

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Hulda, soixante-quatre ans, est à la fin de sa carrière en tant qu'enquêtrice du poste de police de Reykjavik. Dans ce monde masculin, elle a rencontré des difficultés pour trouver sa place, et sa direction la pousse vers la sortie pour la remplacer par une jeune homme fringant. Affolée à l'idée de ses heures creuses qui s'offrent à elle, elle demande une dernière faveur à son chef : rouvrir une affaire non résolue. Elle choisit de s'intéresser à la mort de Elena, jeune russe demandeuse d'asile.

Le personnage de Hulda est intéressant, à l'orée de la retraite, hésitant à se lancer dans une histoire d'amour, avec un passé conséquent, il est peu commun dans les romans policiers. Ses failles lui apportent de la profondeur et c'est elle qui concentre l'intérêt du roman. Les paysage islandais, entre beauté et solitude, répondent aux ambiguïtés de son personnage et on finit par se prendre aux mailles de son enquête.

Une belle surprise pour une trilogie qui compte déjà deux tomes, j'irai lire le suivant avec plaisir !

Du même auteur : Snjor  ; Sott

Présentation de l'éditeur : La Martinière

Partager cet article

Repost0

Noir septembre de Inger WOLF

Publié le par Hélène

♥ ♥

Dans la ville portuaire d'Arhus au Danemark, le corps d'une jeune femme est retrouvé sans vie au bord d'un lac. La jeune Anna, mère célibataire, était vraisemblablement sortie pour faire son jogging dans les bois, jogging dont elle ne reviendra pas... Elle était fiancée à un chercheur brillant en psychatrie, ayant lui-même disparu quelques temps plus tôt. Ces disparitions sont-elles liées aux découvertes du jeune chercheur sur les anti-dépresseurs ?

Daniel Trokic, (héros récurrent de l'auteur) (et que je ne connaissais absolument pas) enquête, secondé par son équipe, dont Lisa, nouvellement arrivée dans ce service après un passage assez traumatisant dans les services de la cybercriminalité. Trokic quant à lui hanté par son passé croate et la guerre qui a déchiré son pays l'ex-Yougoslavie, retrouve son ami Jacob qui devient son coéquipier.

Ce que j'ai moins aimé : ce roman reste somme toute assez classique, mais néanmoins efficace.
Il a obtenu le Grand prix du thriller danois

Présentation de l'éditeur : Mirobole Editions

Bibliographie chez Mirobole

2013 : Nid de guêpes.
2014 : Mauvaises Eaux.

2015 : Noir Septembre.

2017 : Le Souffle du diable.

 

Partager cet article

Repost0

Le vent l'emportera de Gunnar STAALESEN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Une enquête de Varg Veum, le privé norvégien

Varg Veum est mandaté par une amie de son amie pour retrouver son mari disparu. Il se rend alors au large de Bergen sur ces îles battues par les vents. Il y est question d'un projet de parc éolien, la populations se divisant entre ceux qui ne veulent pas voir ces lieux défigurés et ceux qui appuient le dossier.

Ce roman bien conçu pointe du doigt les contradictions des écologistes, prêts à dénaturer l'environnement pour le sauver. En coulisses, les intérêts ne sont pas toujours aussi transparents qu'il y paraît. Au sein même des familles les avis divergent... Placé au centre des querelles, Varg Veum, fidèle à lui-même, tente de rester juste et équitable en tentant de défendre ceux qu'il aime.

Une série toujours efficace, entremêlant savamment intrigue policière et actualité.

 

Présentation de l'éditeur : Gaia et Folio

Du même auteur : L'écriture sur le mur ♥ ♥ ♥ ♥ (Policier) ; Les chiens enterrés ne mordent pas ♥ ♥ ♥ ♥ (Policier) ;  Comme dans un miroir de Gunnar STAALESEN ♥ ♥ ♥ (Policier)

La série des Varg Veum dans l'ordre :

  1. Le loup dans la bergerie (Rocher en 1994. Gaïa Polar en 2005. Folio Policier en 2004)
  2. Pour le meilleur et pour le pire (Gaïa Polar en 2002. Folio Policier en 2004)
  3. La belle dormit cent ans (Gaïa Polar en 2002. Folio Policier en 2005)
  4. La Femme dans le frigo (Gaïa Polar en 2003. Folio Policier en 2006)
  5. La nuit tous les loups sont gris (Gaïa Polar en 2005. Folio Policier en 2007)
  6. Anges déchus (Gaïa Polar en 2005. Folio Policier en 2008)
  7. Fleurs amères (Gaïa Polar en 2008. Folio Policier en 2010)
  8. Les chiens enterrés ne mordent pas (Gaïa Polar en 2007. Folio Policier en 2011)
  9. L’écriture sur le mur (Gaïa Polar, . Folio Policier, 2012)
  10. Comme un miroir (Gaïa Polar en 2012. Folio Policier en 2013)
  11. Face à face (Gaïa en août 2013)
  12. L’enfant qui criait au loup (Gaïa en septembre 2014)
  13. Coeur Glacé (Gaïa en septembre 2015)
  14. Le vent l’emportera (Gaïa en septembre 2015)
  15. Où les roses ne meurent jamais (Gaïa en septembre 2018. Folio en 2019)

Partager cet article

Repost0

Sótt de Ragnar JONASSON

Publié le par Hélène

Dans le nord de l'Islande, le petit village de Siglufjördur souffre d'autant plus de son isolement qu'une épidémie le met en quarantaine. Chacun craint la contagion, et devient méfiant. Ari Thor, jeune inspecteur de police récemment muté à Siglufjördur tente de s'adapter à cette petite ville isolée. Cette épidémie soudaine renforce son isolement. Ainsi, la perspective de s'occuper d'un cold case lié au suicide d'une jeune femme en 1955 lui donne-t-il l'opportunité de sortir de son isolement.

Parallèlement, Isrun, journaliste à la recherche du scoop pour surpasser ses collègues se penche sur la disparition inquiétante d'un enfant et sur un délit de fuite.

Il s'agit du 4ème tome de cette série consacrée à ce coin reculé d'Islande dont est originaire le grand-père de l'auteur. Bien mené, l'ensemble tient la route.

Ce que j'ai moins aimé :

- L'auteur s'est plu à multiplier et croiser les enquêtes, quitte à perdre son lecteur en route ...

- L'ambiance oppressante n'est toujours pas ressentie, il manque un souffle de tension dans ce roman pour réellement tenir le lecteur en haleine.

Bilan : Un bon moment de lecture. Il paraît que sa série suivante La dame de Reykjavik est très réussie, le premier tome sort en mars 2019. Affaire à suivre !

 

 

Présentation de l'éditeur : La Martinière

Du même auteur :

LES AUTRES TOMES DE LA SAGA : 

  1. Snjor 
  2. Mörk 
  3. Nátt

Sur le blog :Le premier tome de la série : Snjor

 

Sott, Ragnar Jonasson, La Martinière, septembre 2018, 368 p., 21 euros

Partager cet article

Repost0

Snjor de Ragnar JONASSON

Publié le par Hélène

♥ ♥

Ari Thor vient de terminer l'école de police de Reykjavik et quand on lui propose une affectation dans la ville de Siglufjördur, la ville la plus au nord de l'Islande, il accepte sur le champ, sans même en informer sa fiancée. Cette dernière refuse de le suivre au bout du monde, et c'est donc seul qu'il se rend dans ce petit village de pêcheur auquel on ne peut accéder que par un tunnel étroit creusé dans la montagne. Dans cette communauté coupée du monde, Ari devra se faire une place. Là-bas, tout le monde se connait, personne ne craint personne. Et pourtant une vieil écrivain tombe malencontreusement dans les escalirers et une jeune ffemme est retoruvée morte dans la neige peu après, lançant ainsi Ari dans sa première enquête. Une enquête oppressante car soudainement la ville est coupée du monde à cause d'une avalanche qui bloque le tunnel. Ari devient rapidement claustrophobe avec toute cette neige, cette "snjor" qui emprisonne les corps et les âmes. Il va tenter de démêler les mensonges des uns et des autres, et s'apercevoir que les faux semblants règnent sous la couche superficielle d'entraide et de liberté de cette communauté. 

https://www.flickr.com/photos/geraf/galleries/72157644319051622/

Snjor est le premier roman d'une série intitulée Dark Iceland, le bandeau de la couverture annonce "Meilleur roman policier de 2015" pour The Independent, c'est l'agent d'Henning Mankell qui a découvert Jonasson et vendu les droits de ses livres dans près de dix pays, et Ian rankin le qualifie de "Agatha Christie au plus près du cercle Arctique". N'en jetez plus... (Et retenez surtout le nom de son agence de com...) 

Et pourtant... 

Ce que j'ai moins aimé :

Beaucoup de personnages en présence, il faut s'y reconnaître, d'autant plus que lesdits personnages sont assez fades, surtout le personnage principal qui manque cruellement de consistance.  

Malgré tous les efforts de l'auteur pour nous faire ressentir l'angoisse, l'oppression, le résultat n'est pas à la hauteur. C'est dommage, car le roman tient par cette ambiance plus que par son intrigue alambiquée sortie tout droit du passé.

Un bilan en demi teinte !

 

Présentation de l'éditeur : Editions la Martinière

D'autres avis : Babelio

 

Snjor, Ragnar Jonasson, traduit de l'anglais par Philippe Reilly, Editions de la Martinière, mai 2016, 352 p., 21 euros

 

Merci à l'éditeur.

Partager cet article

Repost0

La maison du bout du monde de Ake EDWARDSON

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Laissé pour mort au fond de la piscine en Espagne, Winter ressuscite sous nos yeux. Il quitte cette Espagne rédemptrice qu'il habite depuis deux ans pour retrouver sa Suède glaciale et son travail. Plongé en plein cauchemar, il doit enquêter sur le meurtre d'une jeune femme et de ses deux enfants. Seul un bébé a survécu au drame. Winter se plonge dans cette enquête au rythme lancinant, se remettant doucement au diapason du pays. S'il reprend goût à la vie, profite des crevettes de Göteborg, et trouve le goût du sel unique, il souffre aussi d'acouphènes et son angoisse s'est accrue par l'expérience qu'il a vécue. Mais il est aussi devenu plus humain suite à son congé forcé : 

"Nous faisons de notre mieux, répéta Winter.

- Pour l'écrouer ?

- Pour rétablir la justice, dit Winter en se levant. Pour amener la paix sur terre. Pour nous délivrer du mal. Pour nous apprendre à nous aimer les uns les autres." p. 234

Winter rôde autour du lieu du drame, cette maison du bout du monde, s'en éloignant pour mieux y revenir, à la fois dépité et fasciné par ce lieu à part... 

Ce que j'ai moins aimé : Le meurtrier était bien celui que je suspectais depuis le début. 

En conclusion : La maison du bout du monde est plus un roman d'atmosphère qu'un roman que l'on lit pour le suspens ou la résolution de l'intrigue. Il offre une peinture très juste de la Suède, entre montée du racisme ordinaire et douceur de vivre. 

 

Présentation de l'éditeur : JC Lattès

D'autres avis : Babelio

Du même auteurJe voudrais que cela ne finisse jamais   ; Presque mort  ; Le ciel se trouve sur terre ; Ce doux pays

Série Erik Winter

  1. Dans med en ängel, 1997 (*) / Danse avec l'ange, 2002Death Angels, 2009
  2. Rop från långt avstånd, 1998 / Un cri si lointain, 2003 / The Shadow Woman, 2010
  3. Sol och skugga, 1999 / Ombre et soleil, 2004 / Sun and Shadow, 2005
  4. Låt det aldrig ta slut, 2000 /   Je voudrais que cela ne finisse jamais , 2005 / Never End, 2006
  5. Himlen är en plats på jorden, 2001 (*) / Le ciel se trouve sur Terre, 2011 / Frozen Tracks, 2007
  6. Segel av sten, 2002 / Voile de pierre, 2006 / Sail of Stone, 2011
  7. Rum nummer 10, 2005 / Chambre numéro 10, 2007
  8. Vänaste land, 2006 / Ce doux pays, 2007
  9. Nästan död man, 2007 / Presque mort, 2009
  10. Den sista vintern, 2008 / Le dernier hiver, 2010
  11. La maison du bout du monde, 

La maison du bout du monde, Ake Edwardson, Traduit du suédois par Rémi Cassaigne, Jc Lattès, septembre 2015, 450 p. 21.50 euros

 

Merci à l'éditeur.

Partager cet article

Repost0

Rendez-vous à Estepona de Ake EDWARDSON

Publié le par Hélène

♥ ♥ 

"Tout le monde ment dans cette histoire. Tout le monde a ses raisons de mentir. Parfois, tout le monde sait que tout le monde ment. Ça vaut mieux pour tout le monde. On sait à quoi s’en tenir."

Peter Matteus mène une vie équilibrée à première vue : publicitaire, il bénéficie d'une vie de famille harmonieuse. Jusqu'au jour où son passé le rattrape : il reçoit d'abord des photos de sa femme et de leurs enfants accompagnés de la clé d'une consigne, et la consigne le mène droit vers son histoire trouble qu'il avait tenté d'occulter. Quand sa femme reçoit des billets d'avion pour qu'ils s'envolent tous deux vers la Costa de Sol, le doute n'est plus permis, Peter n'a plus le choix, il doit revenir sur ses pas pour affronter les démons de sa mémoire. 

Peter se trouve pris dans une machination diabolique, payant les erreurs ou errances de son passé. A l'heure de régler ses dettes, il met la vie de sa femme et de ses enfants en danger. 

Le style d'Edwardson se met au diapason des sentiments suffocants de Peter, comme si les phrases courtes imitaient les pulsations du coeur qui s'accélère, le point venant ponctuer un manque d'air prégnant. Attentif à ses sensations, Peter se concentre sur ce qu'il voit, sur sa présence au monde, pour éviter de ressasser ses souvenirs traumatisants, ou de penser au futur angoissant. A côté du couple acculé, la vie continue, leur faisant ressentir encore plus durement leur décalage :

"Ils vont au bar près de la piscine. C'est l'happy hour. Ils commandent une bière pour lui et une eau minérale pour elel. Deux verres pour le prix d'un. Ils restent au bar. Il pose la petite glacière sur le comptoir, à côté de son verre de bière." p. 189

Ce rendez-vous à Estepona sera comme un rachat des fautes passées pour Peter qui comprendra pleinement l'impact de ses actions sur le présent. Pour protéger ceux qu'il aime, il aura dû leur mentir, en oubliant que rien ne s'efface ici-bas.  

Un épisode loin de la série des Winter mais tout aussi puissant...

 

Présentation de l'éditeur : 10/18 ; Jc Lattès 

D'autres avis : Babélio 

Du même auteur Je voudrais que cela ne finisse jamais ; Presque mort Le ciel se trouve sur terre ; Ce doux pays Le dernier hiver 

 

Rendez-vous à Estepona, Ake Edwardson, traduit du suédois par Rémi Cassaigne, 10/18, septembre 2015, 7.50 euros

Partager cet article

Repost0

L'étoile du diable de Jo NESBO

Publié le par Hélène

♥ ♥

Ce que j'ai aimé :

Harry Hole traverse une période sombre : ses vieux démons l'ont rattrapé, il sombre à nouveau dans l'alcoolisme, ses nuits sont hantées par des cauchemars, Rakel s'est éloignée, et ses supérieurs réclament sa démission. Avant son départ, il doit collaborer de surcroit avec son ennemi notoire Tom Waaler, été oblige, les effectifs étant trop réduits pour placer quelqu'un d'autre sur l'enquête. Un serial killer semble s'acharner sur les jeunes femmes leur sectionnant un doigt et plaçant à leurs côtés un diamant rouge taillé en forme d'étoile et un pentagramme, symbole connu sous le nom de "l'étoile du diable". De nombreuses fausses pistes emmèneront Hole aux quatre coins de la ville...

Le rythme haletant emporte irrémédiablement le lecteur dans sa lecture.

Ce que j'ai moins aimé :

Les péripéties et retournement de situation sont monnaie courante chez Nesbo, mais ici le principe est poussé au maximum, égarant le lecteur à plaisir.

L'alcoolisme de Harry Hole pathétique au début du roman semble s'effacer comme par magie au fil de l'intrigue, peu crédible !

J'ai retrouvé les défauts du Léopard : un peu trop d'actions au détriment de la finesse des personnages.

Un roman efficace mais sans plus.

Présentation de l'éditeur :

Gallimard 

Vous aimerez aussi :

La série des Harry Hole :

Série Harry Hole

  1. L'Homme chauve-souris
  2. Les Cafards
  3. Rouge-gorge
  4. Rue Sans-Souci
  5. L'Étoile du diable
  6. Le Sauveur
  7. Le Bonhomme de neige
  8. Le Léopard
  9. Fantôme
  10. Police

D'autres avis :

Le vent sombre ; Babélio

 

L'étoile du diable, Jo Nesbo, traduit du norvégien par Alexis Fouillet, 2006, nouvelle édition en 2014, 592 pages, 

Partager cet article

Repost0

Les nuits de Reykjavik de Arnaldur INDRIDASON

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Ce que j'ai aimé :

Retour sur les premières heures d'Erlendur, 28 ans, entré récemment dans la police. Affecté au service de nuit il arpente les rues de la capitale islandaise aux côtés de ses deux acolytes. Accidents de la circulation, violences conjugales, et vols sont son lot quotidien. Le jeune Erlendur se laisse charmer par ce rythme décalé permettant de découvrir la capitale isalndaise sous un autre angle.

"Il pensait aux nuits de Reykjavik, si étrangement limpides, si étrangement claires, si étrangement sombres et glaciales. Nuit après nuit, ils sillonnaient la ville à bord d'une voiture de police et voyaient ce qui était caché aux autres : ils voyaient ceux que la nuit agitait et attirait, ceux qu'elle blessait et terrifiait. (...) C'était plutôt la nuit que la ville lui plaisait. Quand, dans les rues enfin désertes et silencieuses, on n'entendait plus que le vent et le moteur de leur voiture." (p. 59)

Il cotoie de près également les clochards de la ville et s'intéresse à la disparition de l'un d'eux, Hannibal dont le corps a été retrouvé noyé. L'enquête trop brève a conclu à un accident mais Erlendur reste persuadé que le mystère est plus épais qu'il n'y paraît. Il va mener sa propre enquête. Les disparitions mystérieuses le hantent irrémédiablement, les fantômes des disparus errants inlassablement dans son esprit, résurgence de sa propre expérience traumatisante :

"Il était évident qu'il s'intéressait aux disparitions. Au phénomène en soi, mais aussi au sort de ceux qu'on ne revoyait jamais et à ceux qui restaient. Il avait conscience que cette obsession plongeait ses racines dans le drame qu'il avait vécu dans sa chair sur les hautes landes des fjords de l'Est et dans ses lectures sur les gens qui se perdaient dans la nautre et les épreuves qu'ils enduraient en sillonnant ce pays âpre et impitoyable." p. 206

Une mélancolie lancinante émane de ces nuits à arpenter la ville et de ces êtres pour qui l'alcool fait souvent office d'anésthésiant pour circonscrire une réalité et un passé tonitruant.

Un très beau récit en clair obscur.

Ce que j'ai moins aimé :

Toujours cette atmosphère profondément triste.

Présentation de l'éditeur :

Métailié

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Le duel ; La rivière noire

Autre : Romans policiers nordiques

D'autres avis :

ClaraLeiloona ; Athalie; Valérie ; Kathel ​ ; Cathulu ; Dasola

 

 

Les nuits de Reykjavik, Arnaldur Indridason, traduit de l'islandais par Eric Boury, Métailié, février 2015, 260 p., 20 euros

 

Merci à Anne-Charlotte !

Partager cet article

Repost0

Rue Sans-Soucis de Jo NESBO

Publié le par Hélène

                            

♥ ♥ 

Ce que j'ai aimé :

Un braqueur vient s'assassiner de sang froid une caissière avant de s'évaporer dans la nature. Hole abandonne pour quelques temps son enquête sur la mort de sa collègue Ellen pour se consacrer à ce braquage. En effet, contrairement à sa hiérarchie il est persuadé qu'il s'agit d'un meurtre et non pas d'un accident. Parallèlement à cette mission, il doit aussi faire face à une affaire plus personnelle : après avoir passé la nuit avec une ancienne conquête, celle-ci est retrouvée morte au petit matin. Seul souci : Hole ne garde aucun souvenir de la nuit passée à ses côtés. Sachant que dans l'ombre de nombreux collègues et supérieurs aimeraient le faire tomber, il garde pour lui cette nuit de block-out et enquête discrétement. Il va se confronter pour ce faire aux codes d'honneur de la communauté tsigane à laquelle appartenait la jeune femme.

Jo Nesbo pratique avec brio l'art du rebondissement. Il sait manier le suspense comme personne, chaque nouvel évènement ou rencontre étant minutieusement agencé dans la construction de l'intrigue. Pas un instant le pression ne se relâche.

"Le juge lui a demandé pourquoi il braquait des banques. Sutton a répondu : "Parce que c'est là qu'est l'argent.""

Ses romans sont de surcroît toujours documentés, s'intéressant ici aux célèbres braqueurs de banque comme Willie Sutton, mais pouvant tout à coup dévier sur des allusions à l'art de la guerre de Sun Tzu, et s'intéressant à l'éventualité qu'il ait pu être rédigé par une femme : "Celui qui remporte une guerre n'est pas nécessairement le vainqueur. Nombreux sont ceux qui ont gagné une couronne, mais perdu une si grande partie de leur armée qu'ils ont dû gouverner aux conditions de leurs ennemis soit-disant vaincus. La femme n'a pas la même vanité qu'a l'homme en matière de pouvoir. Elle n'a pas besoin de mettre son pouvoir en évidence, elle désire simplement parvenir à ce qu'elle veut. La sécurité. La nourriture. Le plaisir. La vengeance. La paix." p. 277

Une série de qualité à conseiller !

Ce que j'ai moins aimé :

Je vous conseille toutefois de lire la série dans l'ordre. Si ne pas avoir lu "Rouge-gorge" avant ne nuit pas à la compréhension globale de cette "Rue Sans Souci", il y est fait allusion aux évènements antérieurs, inscrivant bien la série dans un ordre chronologique.

Présentation de l'éditeur :

Folio ; Gaïa

Vous aimerez aussi :

Série Harry Hole

  1. L'Homme chauve-souris
  2. Les Cafards
  3. Rouge-gorge
  4. Rue Sans-Souci
  5. L'Étoile du diable
  6. Le Sauveur
  7. Le Bonhomme de neige
  8. Le Léopard
  9. Fantôme
  10. Police

D'autres avis :

Jean-Marc

 

Rue Sans-Souci, Une enquête de l'inspecteur Harry Hole, Jo Nesbo, traduit du norvégien par Alex Fouillet, Folio policier, mars 2014, 8.9 euros

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 > >>