Le vicomte pourfendu d'Italo CALVINO

Publié le par Hélène

                      

♥ ♥ ♥ 

"Il ne suffit pas d'un vicomte complet pour que le monde entier soit complet." 

Ce que j'ai aimé :

Un chevalier se retrouve malencontreusement coupé en deux lors d'une bataille contre les Turcs. Par un prodige extraordinaire les deux parties de ce vicomte continuent de vivre indépendamment l'une de l'autre. L'une sème la terreur dans la région, quand l'autre répand le bien.

Un jeune narrateur suit les pérégrinations de cet étrange vicomte qui n'est autre que son oncle. Agé de 7 ou 8 ans, orphelin, cet enfant est à la recherche d'un référent et il observe avec méfiance cet homme de sa famille capable de faire le bien comme le mal. Son enfance est marquée par le merveilleux de la situation, son passage à l'âge adulte correspondra à la fin du merveilleux. En suivant les faits et gestes de son oncle, il comprendra qu'en tout être humain, bien et mal coexistent, pour le meilleur et pour le pire. "L'homme contemporain est divisé, mutilé, incomplet, hostile à soi-même." La complétude est impossible à retrouver, l'homme doit apprendre à vivre avec cette incomplétude en lui, la dépasser. 

Le vicomte pourfendu est un conte merveilleux court, rythmé, divertissant, plaisant à lire tout en se doublant d'une fonction didactique qui sème des pistes de réflexion dans l'esprit du lecteur. Il fait partie de la trilogie Nos ancêtres qui comprend également Le baron perché et Le chevalier inexistant.

Ce que j'ai moins aimé :

-Rien

Informations sur le livre :

Vous trouverez une étude ICI

Premières phrases :

"On faisait la guerre aux Turcs. Le vicomte Médard de Terralba, mon oncle, chevauchait à travers les plaines de Bohême. Il se dirigeait vers le camp des chrétiens. Il était suivi d'un écuyer appelé Kurt. De blancs vols de cigognes traversaient, près de terre, l'air opaque et figé."

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Le baron perché

D'autres avis :

 Babélio

 

Le vicomte pourfendu, Italo Calvino, traduit de l'italien par Juliette Bertrand, 1951, Le livre de poche, 

Publié dans Littérature Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
J'avais bien aimé Le baron perché. Celui-ci ne m'a pas laissé un souvenir inoubliable.
Répondre
E
Je trouve qu'on ne lit plus assez Calvino, d'ailleurs il y a plusieurs de ses romans qui ne sont plus édités. Une bonne idée donc d'avoir lu ce vicomte que j'avais beaucoup aimé il y a longtemps.
Répondre
S
J'avais lu un Calvino il y a plusieurs années, et je n'avais rien compris, du coup maintenant, je suis plus circonspecte, pourtant j'adore le pitch et l'enthousiasme de ton billet...je vais peut-être me faire violence.
Répondre
H
Peut-être n'avais tu pas choisi le bon..
B
Je crois bien avoir tout lu d'Italo Calvino et d'avoir tout aimé. Surtout le magnifique Si par une nuit d'hiver un voyageur, sublime.
Répondre
H
Je l'ai dans ma PAL, chic !
K
il est dans ma PAL depuis quelques temps déjà, il attend, c'est le sort commun de beaucoup de mes achats...
Répondre
H
T'inquiète, on en est toutes là...
A
J'avais adoré les trois, avec peut-être, peut-être une légère préférence pour "Le baron perché" .... peut-être parce que la fable est un peu plus longue !
Répondre
H
Je pense continuer mes lectures de cette trilogie !
Y
Pas lu, mais je note, j'avais déjà lu pas mal de choses très bien sur Le baron perché. Belle couverture
Répondre
H
J'ai lu "Le baron perché" dans ma jeunesse, j'avais beaucoup aimé !