Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature europe

Une amitié de Silvia AVALLONE

Publié le par Hélène

♥ ♥

"La littérature fut, au fond, le seul moyen qui se présenta à moi pour combler ce vide. Est-ce qu'une passion peut exister si elle n'est pas précédée par un vide ?"

Dans ces années 2000, Elisa est une adolescente de quatorze ans délaissée par sa mère et contrainte de vivre dans une ville qu'elle n'apprécie pas aux côtés d'un père effacé. Elle rencontre alors Béatrice, une jeune fille qui ne passe pas inaperçue. Contre toute attente une amitié voit le jour entre les deux jeunes femmes que tout oppose. Elisa ne tarde pas à jalouser cette Béatrice appelée à briller de mille feux. En effet, avec l'aide du père d'Elisa, elles créent un blog, puis les années passant, Béa devient influenceuse.

Face à cette montée des réseaux sociaux, Elisa reste attachée aux livres, mais se demande si la littérature n'a pas fait son temps "Quel intérêt, un livre, quand la vie des autres est devenue visible, à portée de main ? Des autres qui sont réels, pas imaginaires, que nous connaissons et que nous avons l'impression d'épier comme par le trou de la serrure. Nous pouvons leur envier la collection de moments heureux qu'ils donnent à voir, nous en fabriquer une tout aussi enviable, nous enfermer dans notre chambre et nous prendre en photo." p 463

Ce que j'ai moins aimé :

L'héroïne est larmoyante de bout en bout, ne trouvant pas sa place dans la relation avec Béa, ni avec sa famille, ni dans son couple.

L'ensemble est un peu caricatural et cliché avec l'amie qui attire les regards et le vilain petit canard de l'autre côté.

Je n'ai pas pu m'empêcher de comparer avec L'amie prodigieuse, plus profond à mes yeux.

Bilan :

Une lecture plaisante qui nous embarque mais finit par tourner en boucle.
 

Présentation de l'éditeur : Liana Levi

Du même auteur : D'acier de Silvia AVALLONE ♥ ♥ ♥ ; Le lynx ♥ ♥ ; Marina Bellezza ♥ ♥ ♥ ♥ ; La vie parfaite ♥ ♥ ♥ ♥

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Une famille moderne de Helga FLATLAND

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Une famille norvégienne se prépare à fêter les soixante-dix ans du patriarche. Mais lors de la soirée, les parents annoncent leur divorce, provoquant des réactions contrastées chez leurs trois enfants Liv, Hakon et Ellen.

Liv, une mère de famille constamment dans le contrôle se trouve démunie face à cette séparation non prévue qu'elle ne contrôle pas, elle se trouve désarçonnée. Ellen reste concentrée sur sa volonté de procréer, parcours semé d'embûches pour elle et son mari, quant à Hakon, il en profite pour s'interroger à nouveau sur le modèle traditionnel du couple censé durer plusieurs années.

L'auteur constitue un portrait de famille en alternant les points de vue des trois enfants, aux prises avec ces problématiques diverses et en profite pour s'interroger sur le couple et sur ce qui relie deux êtres ensemble quelquefois pour des dizaines d'années.

Si le style reste relativement plat, les personnages attachants et l'analyse de ce qui constitue une famille est suffisamment fine pour se lancer dans cette lecture !

 

Présentation de l'éditeur : Editions de l'aube

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Jane Eyre de Charlotte BRONTE

Publié le par Hélène

♥ ♥

Jane Eyre est orpheline, recueillie par son oncle. Malheureusement à la mort de celui ci, elle est à la merci de sa tante, peu encline à la traiter comme sa fille. Elle est alors placée en pension ce qui lui permet de fuir un environnement néfaste. Par la suite, elle devient préceptrice chez M. Rochester, sur lequel semble planer un mystère...

Ce que j'ai aimé :

Alors oui, Jane Eyre est un des plus beaux romans d'amour de la littérature classique, de ces histoires d'amour que rien ne vient contrarier, même si moults rebondissements s'enchaînent avant les retrouvailles des deux amants.

L'atmosphère teintée de fantastique nimbe cette histoire d'une aura mystérieuse 

Ce que j'ai moins aimé :

Pour être sincère j'avais lu ce roman adolescente et je me souviens d'avoir été profondément marquée. Puis j'ai relu Rebecca, relu Orgueil et préjugés, et j'ai eu tendance à faire des comparaisons qui ont eu raison de ma passion inconditionnelle pour Jane Eyre. J'ai été déçue par les personnages notamment par le côté larmoyant de Rochester, bien loin du Darcy si fier d'Orgueil et préjugés ou du Max passionné de Rebecca.

J'ai même ressenti des longueurs durant ma lecture.

Bilan :

Peut-être faudrait-il ne pas relire les romans qui nous ont marqués...

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Vous aimerez aussi :

BRONTE Anne Agnès Grey ♥ ♥ ; La dame du manoir de Wildfell Hall ♥ ♥ ♥ ♥

BRONTE Emily Les Hauts de Hurlevent ♥ ♥ ♥

DU MAURIER Daphné Mary Anne ♥ ♥  ; Ma cousine Rachel ♥ ♥ ♥ ♥ ; Rebecca♥ ♥ ♥ ♥

AUSTEN Jane Lady Susan ♥ ♥ ♥ ;  Persuasion ♥ ♥ ♥ ♥ ; Mansfield park ♥ ♥ ♥ ♥ ; Orgueil et préjugés ♥ ♥ ♥ ♥

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La saga des Cazalet tome 4 Nouveau départ de Elizabeth Jane Howard

Publié le par Hélène

♥ ♥

Juillet 1945. La fin de la guerre marque le départ de Home Place pour Londres. L'heure est venue pour chacun de se reconstruire. Le Brig meurt, Villy et Edward divorcent, Louise tente d'échapper à son mariage, Clary et Polly partagent un appartement à Londres et Archie continue son rôle de confident attentif. La vie suit son cours...

Ce que j'ai moins aimé :

Comme d'habitude beaucoup de personnages affluent et j'avoue que cette fois-ci je me suis perdue dans les générations. Peut-être serait-il préférable de lire les opus à la suite pour mieux saisir le cours des trajectoires personnelles.

Bilan :

J'espère que le tome 5 réveillera mon enthousiasme...
 

Présentation de l'éditeur : Editions La Table Ronde

Du même auteur : La saga des Cazalet t1 ; Tome 2 ; Tome 3

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Le combat de Patrick SUSKIND illustré par SEMPE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

Jean est le favori indétrônable du Luxembourg. Joueur expérimenté, il est un habitué des parties d'échecs du jardin du Luxembourg. C'est alors que se présente un jeune inconnu sûr de lui, prêt à en découdre pour détrôner le challenger. Le public se range rapidement de son côté, admirant son assurance face à Jean, enfermé dans ses habitudes. Qui triomphera ?

Réflexion philosophique allégorique sur le pouvoir, la force des masses, et la confiance en soi, ce récit comporte de multiples ramifications. Les dessins de Sempé s'accordent parfaitement à l'atmosphère des parties d'échec du jardin du Luxembourg, ces moments suspendus tout en tension et partage.

Un récit tout en profondeur !

Présentation de l'éditeur : Fayard

Du même auteur :  Le parfum ♥ ♥ 

Partager cet article
Repost0

Orgueil et préjugés de Jane AUSTEN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

La famille Bennet compte cinq filles et leur mère tient absolument à les marier rapidement. Comme un nouveau voisin s'installe dans le domaine jouxtant leur propriété, elle voit là l'occasion rêvée pour placer l'une de ses filles. Mais elle n'est évidemment pas le seule à avoir cette idée, le beau M. Bingley, jeune aristocrate prisé, attirant plus d'une jeune fille...

Elisabeth Bennet se tient loin de ces préoccupations, même si elle se doit d'accompagner ses sœurs dans le monde. A cette occasion, elle rencontre le mystérieux Darcy, qui provoque rapidement son aversion.

Dans ce roman, de nombreuses histoires d'amour se trouvent gangrénées par les préjugés des uns et des autres, qui oublient combien la psychologie des êtres est complexe et combien ils peuvent être éloignés de ce qu’ils paraissent. Les apparences sont trompeuses, souvent menées par un orgueil tout aussi démesuré. Elisabeth et Darcy dans cette société apparaissent comme des êtres justes, qui acceptent de se remettre en question et de reconnaitre leurs erreurs. Eux aussi jugent sans connaitre et sans chercher à établir la vérité, mais ils comprennent peu à peu qu'il vaut mieux éviter de se fier à des a priori trop hâtifs !

Sous ses allures de romance, ce roman cache une acuité psychologique étonnante et une satire acide de la noblesse !

Un incontournable !

 

Présentation de l'auteur : 10-18

Du même auteur : Lady Susan ♥ ;  Persuasion ♥ ♥ ♥ ♥ ; Mansfield park ♥ ♥ ♥ 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La félicité du loup de Paolo COGNETTI

Publié le par Hélène

♥ ♥

A quarante ans, Fausto est à la recherche d'autre chose après son divorce, plus de vérité, de sincérité. Il s'installe dans une station de ski de Fontana Fredda au cœur du Val d'Aoste et aide en cuisine Babette qui tient le restaurant d'altitude. Là-bas, il rencontre Silvia, vingt-sept ans, serveuse, elle aussi à la recherche d'elle-même. Ils se rapprochent doucement l'un de l'autre, Alors que le printemps approche, Silvia décide de passer l'été dans un refuge aux pieds du glacier Felik, et Fausto redescend dans la vallée pour régler les derniers dossiers de son divorce.

Par touches, Paolo Cognetti peint un paysage doux et accueillant, un monde dans lequel prendre soin des autres est naturel, des relations fraternelles naturellement. Le charme de cette histoire s'instille doucement en nous, les relations sont saines, l'amour vient comme un réconfort, sans heurt et sans réclamations.

Un coup de coeur !

Présentation de l'éditeur : Stock

Du même auteur : Le garçon sauvage ♥ ♥ ♥ ; Les huit montagnes ♥ ♥ ♥ ♥ ; Sans jamais atteindre le sommet ♥ ♥ ♥

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La vérité sur la lumière d Audur Ava OLAFSDOTTIR

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"On dit que l'homme ne se remet jamais d'être né. Que l'expérience la plus difficile de la vie, c'est de venir au monde. Et que le plus difficile ensuite, c'est de s'habituer à la lumière."  p 129

Dyya est sage-femme, "mère de la lumière". Elle est issue d'une lignée de sage-femmes quand ses parents dirigent des pompes funèbres et que sa sœur météorologue commente l'arrivée des tempêtes. La vie, résumée en une famille : la naissance, les tempêtes et la mort.

Diyya livre ses éblouissements, puisque "Il n'y a pas grand chose sous le soleil qui puisse surpendre une femme ayant une si longue expérience du métier. Si ce n'est l'être humain lui-même." En effet, si les petits arrivent démunis dans cette nouvelle aube, les parents sont quelquefois tout aussi surpris, innocents face à cet être qu'ils doivent mener vers le meilleur. certaines sages-femmes elles-mêmes se créent des angoisses, redoutant de ne pas être à la hauteur de leur mission. Mais Diyya et son expérience rassure les uns et les autres, avec humanisme et tendresse. Elle est comme guidée par son héritage, et par sa grand-tante disparue, elle-même sage femme.

C'est d'ailleurs en rangeant les cartons de sa grand-tante, que Diyya découvre une œuvre dans laquelle il est question de lumière et de nature.

Et cette lumière resplendit tout au long de ce roman tellement atypique, si beau. La beauté se découvre peu à peu, au détour d'une phrase, d'une fulgurance, d'un mot qui résonne soudain plus fort qu'un autre dans notre âme de lecteur.

Ces pages profondément humanistes et touchantes mettent au monde délicatement une nouvelle façon de regarder le monde !

Présentation de l'éditeur : Zulma

Du même auteur : Rosa candida ♥ ♥ ♥ ♥ ;  L’embellie  ♥ ♥ ♥ ; L'exception ♥ ♥ ♥ ♥ ; Le rouge vif de la rhubarbe ♥ ♥ ♥ ♥ ;  Ör ♥ ♥ ♥ ; Miss Islande ♥ ♥ ♥ 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme de Stefan ZWEIG

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

« J'ai personnellement plus de plaisir à comprendre les hommes qu'à les juger. »

Alors qu'il séjourne dans une pension de la Côte d'Azur, le narrateur assiste à un scandale : l'une des pensionnaires, femme mariée,  s'est enfuie avec un jeune homme qu'elle ne connaissait que depuis une seule journée. Alors que tous la jugent, le narrateur fait preuve de plus de tolérance, ce qui amène une vieille dame anglaise à lui raconter sa propre histoire, qui n'est pas sans rappeler celle de cette fugitive aux prises avec la passion foudroyante.

Le narrateur et ses acolytes nous invitent à réfléchir sur le jugement que l'on peut porter à tort sur les autres, sur la nécessité de comprendre, de connaitre l’histoire avant de condamner hâtivement.

L'histoire elle-même est centrée sur les mouvements spontanés du cœur pas toujours explicables : « Je déclarai que cette négation du fait incontestable qu’une femme, à maintes heures de sa vie, peut-être livrée à des puissances mystérieuses plus fortes que sa volonté et que son intelligence, dissimulait seulement la peur de notre propre instinct, la peur du démonisme de notre nature et que beaucoup de personnes semblait prendre plaisir à se croire plus fortes, plus morales et plus pures que les gens « faciles à séduire ». »

En parlant, la vieille dame se libère peu à peu, elle lègue avec sincérité les échos de sa vie au narrateur qui se contente d'écouter, témoin bienveillant d'une confession pesante. Les sentiments apparaissent dans toute leur pureté et avec leurs contradictions inhérentes, la passion du jeu ou la passion amoureuse menant les hommes et les femmes au-delà de la frontière de la raison...

Un texte court et fort !

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Du même auteur : Le joueur d'échecs ♥ ♥ ♥ Magellan   ♥ ♥ ♥ (Biographie)

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La maison de Lou ANDREAS-SALOME

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Dans cette maison, habitent trois personnages : Anneliese, femme du médecin Brandhardt, Gitta, leur fille et Balduin le fils tourmenté. Anneliese a renoncé à une carrière de pianiste pour sa famille, quand Gitta décide pour sa part de prendre sa vie en main. Balduin erre, telle une âme en peine, portrait saisissant du jeune Rainer Maria Rilke, ami proche de Lou Andréas Salomé.

Cette jeune femme est surtout connue pour avoir été la muse de Freud, Nietzsche et Rilke, mais cette réédition de La Maison permet de comprendre l'étendue de son talent. Dans un texte magnifique, elle prouve sa connaissance profonde de l'âme humaine et son talent pour se glisser dans les interstices des mots afin d'en rendre compte.

"Car on le savait de nouveau de toute son âme - comme un Evangile de la joie annonce à tout ce qui vit - : au fil des jours, dans le quasi-quotidien, dans ce qui se répète, innombrable, ce n'est pas la banalité qui règne en maître, qui est la loi intime de la vie ; non, c'est l'éternellement nouveau, le divinement inépuisable qui fait chaque printemps, chaque dimanche, chaque génie." p 121

" Lou Andréas Salomé définit la femme comme un être qui repose souverainement sur soi-même, et qui possède une beauté harmonieuse, se suffisant à soi-même. (...) L'homme au contraire, (...) ne peut trouver son plein accomplissement qu'en dehors de lui-même et se trouve donc ainsi privé de "soi-même"." Sabina Stretter

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>