Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature europe

La saga des Cazalet tome 5 La fin d'une ère

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

En 1956, neuf ans après le mariage de Polly, l'union de Clary et d’Archie et le divorce de Louise, la Duche s'éteint, emportant avec elle toute une époque. L'entreprise familiale prend l'eau, obligeant Hugh et Edward à envisager de vendre Home Place, demeure ancestrale qui aura vu tant de générations se côtoyer. Alors que Rachel pourrait prendre son envol et enfin vivre pleinement sa relation avec Sid, des soucis de santé les brident malheureusement aux portes du bonheur. Polly et Clary tentent quant à elles de trouver un juste équilibre entre leur vie de famille et leur vie professionnelle. Louise, fidèle à elle-même vit des amours compliquées, et les trois cousins Teddy, Simon et Neville tentent de trouver leur place dans ce monde vacillant.
La Fin d’une ère, écrit dix-huit ans après les quatre autres volumes – Elizabeth Jane Howard était alors âgée de quatre-vingt-dix ans –, signe la fin de la magistrale saga des Cazalet. Ce dernier tome nous emporte dans les entrelacs compliqués des relations familiales, notamment au sein du couple et de ses "petits arrangements". L'harmonie semble pourtant prédominer malgré quelques dissensions, tous se retrouvent autour du repas de Noël pour gommer un instant les défauts inhérents à l'être humain. Si la mort et la maladie s'installent aussi discrètement parmi eux, elles s'inscrivent finalement naturellement dans le destin de cette famille, comme des compères douloureux, mais malgré tout inévitables.

C'est avec regret que l'on quitte les protagonistes, devenus au fil des années comme des membres de notre propre famille.

Présentation de l'éditeur : Les éditions de la Table Ronde

Les autres tomes : La saga des Cazalet t1 ; Tome 2 ; Tome 3 ; Tome 4

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Gioconda de Nikos KOKANTZIS

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Nìkos, un adolescent, et Gioconda, une jeune fille juive, s’aiment d’un amour absolu jusqu’à la déportation de celle-ci à Auschwitz, en 1943.

Le narrateur / auteur décrit les premiers émois amoureux, la découverte de la sexualité, l'émerveillement ressenti face à ce nouveau monde qui s'offre à eux, mais parallèlement, dans l'ombre, la fin se rapproche. Cette alliance entre la découverte de la sensualité, l'amour entier de la jeunesse et cette menace qui rôde dans l'air et les condamne crée toute la subtilité du roman.

Nikos Kokantzis a passé plusieurs années sans souhaiter évoquer cet amour tragique, mais quand il a compris que Gioconda mourrait une deuxième fois si il n'en parlait pas, il lui a écrit ce livre, son unique livre, mémorial inoubliable.

Présentation de l'éditeur : Les éditions de l'aube

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Les printemps sauvages de Douna LOUP

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

La narratrice passe son enfance à vagabonder sur les chemins aux côtés de sa mère, à la recherche de son frère. Elles dorment dans des champs, travaillent dans les fermes, habitent des cabanes lovées dans la forêt. Puis vient le temps des premières amours, la jeune femme découvre sa sexualité et s'éloigne de sa mère.

"Je sors, je jette, je cours, je crie dans les sentiers, j'écris des mots sous la lune et je contemple le ciel mordoré comme une gamine en oubliant l'heure du coucher, les "il faut que" et tous les supplices que je m'imposais. C'en est fini d'être triste ici-bas, c'en est fini de geindre et de soupirer, on avance, c'est trop court, c'est trop précieux la vie, tout peut être perdu en un instant, alors se morfondre c'est inutile. Avancer."

Dans une écriture poétique portée par la lumière, Douna Loup nous invite à un retour à l'essentiel, à la nature et à sa beauté et ses merveilles.

"Sur les sentes sauvages du monde je n'ai ni nom ni sexe, mais pour seule certitude d'exister et de confluer comme toutes les espèces animale, végétales, minérales.

J'avance.

Sur les sentes sauvages de la forêt.

Je noie mon corps et deviens transparente, je froisse l'air.

Fougères frôlantes."

Un très beau texte !

 

Présentation de l'éditeur : Editions Zoé

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Le cirque des merveilles de Elizabeth MACNEAL

Publié le par Hélène

♥ ♥

Angleterre, 1866. Nell est vendue par son père comme phénomène de foire au cirque des Merveilles tenu par Jasper Jupiter. En effet des taches de naissance constellent son corps et le directeur du cirque lui prépare un numéro qui mettra en avant ses différences. D'abord affectée par cette nouvelle vie, Nell finit par trouver sa place, se liant d'amitié avec d'autres artistes et se rapprochant de Toby, le frère de Jasper.

L'originalité de l'autrice est de ne pas offrir un monde blanc ou noir de ces pratiques, quelquefois cela permettait à ces êtres différents de s'intégrer dans un monde, de gagner leur vie, et de devenir des "merveilles" mises en lumière par la mise en scène, quand pour d'autres, cela signifiait être arraché à sa famille d'origine, être vendu de cirques en cirques comme un quelconque objet.

Ce que j'ai moins aimé :

Ma lecture fut laborieuse, peut être parce que je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages réellement. J'ai trouvé trop de longueurs autour de l'histoire de Dash que l'on devine rapidement, si bien que cela crée un faux suspens
Bilan :

Mitigé !

Présentation de l'éditeur : Les presses de la cité

Il m'a fait penser à La vie qu'on m'a choisie que j'avais préféré !

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La ville de vapeur de Carlos RUIZ ZAFON

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Dans ces nouvelles aux accents fantastiques, nous retrouvons l'univers onirique de Carlos Ruiz Zafon, nimbé d'une atmosphère mystérieuse, entre ombre et brouillard, avec des labyrinthes, des fantômes, des secrets, un monde à la fois envoûtant et fascinant. Tel un conteur ancestral, l'auteur, maître dans l'art de conter, nous rappelle les pouvoirs de l'écriture et de la création.

"Il raconta, parce que dans ses veines coulait le vin de la narration, et le ciel avait voulu que son expérience eût été de se raconter d'abord à lui-même les choses du monde afin de pouvoir les comprendre et ensuite les conter aux autres, parées de la musique et de la lumière littéraire, car il pressentait que si la vie n'était pas un songe, elle était tout du moins une pantomine où la cruelle absurdité du récit coulait toujours en privé, et qu'il n'existait entre ciel et terre une meilleure ni plus efficace vengeance que de modeler la beauté et l'esprit à coups de mots pour trouver du sens dans la folie des choses." (Le prince du parnasse)

Dans ces pages embrumées, nous croisons de grands noms comme Cervantès, Gaudi, errant dans une Barcelone fantasmée.

A découvrir pour aborder l'univers de cet écrivain notoire, en attendant de lire son roman L'ombre du vent si ce n'est pas déjà fait !

Présentation de l'éditeur : Actes Sud

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

L'amour dans l'âme de Daphné DU MAURIER

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

En 1830, la famille Coombe est installée à Plyn, un port de la côte sud des Cornouailles et Janet se sent irrémédiablement attirée par la mer, marquant ainsi plusieurs générations : tout comme elle, son fils Joseph ressentira cet appel et ses enfants après lui. Janet, Joseph, Christopher et Jennifer sont "tous unis par un étrange et même amour, par un même esprit d'inquiétude et de souffrance, par une semblable intolérable passion pour la beauté et l'indépendance."

L'amour dans l'âme est le premier roman de Daphné Du Maurier publié en 1950 sous le titre La chaîne d'amour.  Cette saga familiale s'étend sur cent ans : de 1830 à 1930, quatre générations se succèdent permettant de présenter une vaste fresque des passions humaines. Les sentiments forts s'affrontent, entre amour et incompréhension, le destin des personnages est souvent marqué par le passé, par cette chaîne sans fin se perpétuant au fil des générations. Mais chacun se bat pour asseoir sa place et tenter de trouver un semblant de bonheur dans cette histoire familiale tourmentée.

"Elle conçut l'horreur que l'on doit éprouver à grandir, l'horreur de ne plus rire des choses vraiment drôles, de ne plus courir à perdre haleine, de marcher tristement au lieu de battre les arbres au passage avec une baguette. Elle pensa qu'un jour elle ne trouverait plus délicieux de donner des coups de pied dans les feuilles que l'automne rassemble dans les caniveaux, de construire des campements avec des chaises, de faire des dînettes de brindilles d'herbes ou d'effeuiller les marguerites. Plus de promenades les mains dans les poches, en sifflotant une chanson et en cherchant l'aventure au coin de la rue. " p 410

Une très belle saga familiale !

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Du même auteur : Mary Anne ♥ ♥  ; Ma cousine Rachel ♥ ♥ ♥ ♥ ; Rebecca ♥ ♥ ♥ ♥

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La petite boulangerie du bout du monde de Jenny COLGAN

Publié le par Hélène

♥ ♥

L'entreprise créée par Polly et son mari fait faillite, et son mariage coule également. Polly décide alors de repartir à zéro en trouvant refuge dans un petit port de Cornouailles, sur une île. Dans ce petit village rythmé par les allers venues des marins, elle essaie tant bien que mal de faire sa place et décide de se lancer dans la confection de pains.

Ce que j'ai aimé :

J'ai apprécié l'ambiance du bord de mer, les embruns, les pêcheurs, l'activité de ce petit port de pêche qui est bien mis en scène, comme préservé des défauts de la ville, même si, peu à peu, il assiste à l'afflux progressif de nouveaux habitants en quête "d'authenticité".

L'autrice se serait inspirée du Saint Michael's Mount situé en Cornouailles pour écrire son roman.

© Valery Egorov/123RF

Les dialogues sont dynamiques, assez truculents.

Ce que j'ai moins aimé :

Les bluettes amoureuses restent des bluettes sans grand intérêt, nous sommes résolument dans de la chick lit, il ne faut pas s'attendre à beaucoup de profondeur dans l'analyse des personnages et de leur psychologie... Même les drames s'effacent rapidement et ne laissent que peu de stigmates...

Bilan :

Une lecture légère dont il ne faut pas trop attendre.

 

D'autres tomes suivent Une saison à la petite boulangerie et Noël à la petite boulangerie

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La pelouse de camomille de Mary WESLEY

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Chaque été neveux et nièces se rendent chez Richard et Héléna, au bord des falaises de Cornouailles, dans leur grande maison qu'agrémente une pelouse de camomille. Cet été là, la jeune Sophy est amoureuse d'Oliver, lui-même fasciné par Calypso qui, elle, virevolte à droite et à gauche. Nous sommes en 1939 et tout risque bientôt de basculer.

Par la suite tous se souviendront de cet été et de cette pelouse comme du temps de l'insouciance.

La narration superpose deux époques : quarante ans plus tard, certains des cousins et tantes se rendent à un enterrement, et se remémorent ces périodes troublées, et les relations décomplexées créées par la guerre et ses conséquences. Les couples sont libres, trouvant un équilibre bienheureux hors des schémas classiques, personne ne juge, car tous sont habités par l'urgence de vivre.

Un roman qui m'a fait pensé à la saga des Cazalet, mais en plus ramassé et intense. J'ai apprécié le vent de liberté qui court en ces pages !

A conseiller !

Présentation de l'éditeur : J'ai Lu

Du même auteur : Sucré, salé, poivré ♥ ♥ ♥

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Le festin de Margaret KENNEDY

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Cornouailles, 1947. Le père Bott se prépare pour une oraison funèbre bien particulière : l'hôtel Pendizack situé sur la falaise s'est effondré avec l'éboulement de la falaise et a disparu avec sept résidents.

L'histoire revient alors quelques jours en arrière pour présenter les locataires et propriétaires de cet hôtel.

Ce que j'ai aimé :

-Le suspens : qui de tous ces protagonistes sera épargné ? Comment évitera-t-il la catastrophe ?

- Les personnalités sont très différentes : de nombreux couples, ceux qui se forment, ceux qui se quittent, ceux qui ne se supportent plus, ceux qui sont ensemble par obligation, ceux qui se cherchent, mais aussi des enfants, aimés, moins aimés.

Ce que j'ai moins aimé :

- Beaucoup de personnages au début.

Bilan :

Une lecture très agréable !

 

Présentation de l'éditeur : Editions de la table ronde

Thème du jour : Margaret Kennedy

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Le portrait de Dorian Gray de Oscar WILDE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"C'est l'incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume."

Basil Hallward est tombé sous le charme du jeune Dorian Gray et il lui offre son portrait. Emporté par son enthousiasme, le jeune homme formule le voeu de ne jamais vieillir et de laisser le portrait vieillir à sa place. Et de fait, alors que le jeune Dorian est emmené sur une pente noire, le portrait seul subit les changements dus au temps et au mode de vie dépravé de Dorian. En reprenant le mythe de la jeunesse éternelle, l'auteur se penche ainsi sur les influences sur le destin d'un homme : il aura suffit de la lecture d'un roman, d'une rencontre avec Lord Henry pour que Dorian bascule...

Lorsqu'il parut, en 1890, ce conte philosophique, social, noir et fantastique, fut considéré comme immoral. Réflexion sur l'art, sur la morale, ce roman d'une richesse incroyable demande plusieurs lectures pour en bien comprendre toute l'intensité...

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Thème du jour : Art

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>