Ör de Audur Ava OLAFSDOTTIR

Publié le par Hélène

  ♥ ♥

"On essaie de faire de son mieux, dit-elle. En tant qu'être humain."

Jonas Ebeneser est un homme à bout. Il sait qu'il ne peut attendre de réconfort ni de sa mère, devant sénile de jour en jour, ni de son ex-femme, ni de sa fille, dont, il vient de l'apprendre, il n'est pas le père génétique. Cherchant le meilleur moyen de se supprimer, et après avoir envisagé plusieurs options insatisfaisantes, il décide de se rendre dans un pays ravagé par la guerre, avec comme seule arme, sa caisse à outils et sa perceuse... Enfermé dans sa douleur, il appréhende le monde différemment dans ce pays ravagé où chacun a été touché par la perte d'un proche. L'urgence de la mort qui l'avait saisi s'éloigne peu à peu, remplacée par l'humanité, l'entraide et le réconfort.

"Les gens ont des rêves simples, m'avait dit Svanur. Ne pas tomber sous une balle perdue et rester vivant dans la mémoire de leurs enfants." p. 112

Il côtoie là-bas des hommes et des femmes qui, malgré la mort qui rode, continuent d'aimer, de vivre, de survivre, envers et contre tout. Ör veut dire “cicatrices” en islandais, "Le terme s'applique au corps humain, mais aussi à un pays, ou un paysage, malmené par la construction d'un barrage ou par une guerre. Nous sommes tous porteurs d'une cicatrice. (...) Or dit que nous avons regardé dans les yeux, affronté la bête sauvage, et survécu." (Note de l'auteur)

Vivre avec des cicatrices est possible, et c'est ce miracle quotidien de l'existence que connait cet homme qui s'en va, en quête de réparations.

Tels le nymphéa qui s'épanouit sur la poitrine de Jonas, les mots de Audur Ava Olafsdottir trouvent leur chemin pour se fixer durablement sur notre coeur de lecteur...

 

Présentation de l'éditeur : Zulma

Du même auteur :  Rosa candida ♥ ♥ ♥ ♥ ;  L’embellie  ♥ ♥ ♥ ; L'exception ♥ ♥ ♥ ♥ ; Le rouge vif de la rhubarbe ♥ ♥ ♥ 

D'autres avis : Jostein ; Cathulu ; Kathel ; Cuné ; Laure ; Jostein

 

Ör, Audur Ava Olafsdottir, roman traduit de l'islandais par Catherine Eyjolfsson, Zulma, octobre 2017, 240 p., 19 euros

 

Merci à l'éditeur.

 

Publié dans Littérature Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
J'aime beaucoup cette auteur. Il y a un véritable charme à la fois dans son écriture et dans ses histoires. J'espère donc pouvoir très vite lire ce livre là!
Daphné
Répondre
H
Je l'apprécie beaucoup également !
P
J'ai adoré ce roman qui m'a beaucoup touchée. J'adore de toute façon l'univers de cette auteure. Je ne sais pas comment elle fait, mais en tout cas elle arrive à chaque fois à happer mon cerveau. Comme toi, j'ai lu tous ces romans, j'en ai aimés plus que d'autres mais je ne suis jamais sortie absolument déçue. Des bises
Répondre
H
Je suis comme toi, sous son charme !
Z
Belle conclusion
Répondre
H
:-)
C
J'ai apprécié retrouver l'univers de l'auteur, mais cette histoire m'a moins touchée que d'autres (notamment Rosa Candida et L'Exception). Peut-être une lassitude ou le personnage principal un peu trop "en retrait".
Répondre
H
Ils ne peuvent pas tous nous toucher autant, mais j'aime replonger dans son univers.
M
Comme toi j'adore cet auteur et forcément celui-ci est sur ma liste...en attente ! Merci de démarrer l'année avec cette belle histoire.
Répondre
H
J'ai été heureuse de commencer ainsi !
E
je n'ai pas eu le temps de le lire pour décembre nordique, je le garde en réserve!
Répondre
H
savoure le !
K
Je ne le raterai pas celui-ci non plus ! Je les ai tous lus.
Répondre
H
J'ai plaisir à la retrouver à chaque fois aussi !
M
Je ne l'ai pas encore lue ! Belle chronique !
Répondre
H
Merci !
K
Comme moi, tu n'en rates aucun ! J'aime bien l'univers douillet et sensible de cette auteure.
Répondre
H
Comme toi !
K
Hé bé tu es fan de l'auteur, tu as tout lu!
Répondre
H
Oui j'aime beaucoup son univers.