7 années de bonheur de Etgar KERET

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Ce que ça peut être flippant, les attentats terroristes,

dit l'infirmière fluette à sa collègue plus âgée.

Tu veux un chewing?" 

Etgar Keret raconte ici 7 années de sa vie à Tel Aviv entre la naissance de son fils, sa soeur ultra-orthodoxe et ses onze enfants, les chauffeurs de taxi irascibles, ses parents rescapée de l'Holocauste, les tournées littéraires mouvementées, avec toujours en toile de fond, cette peur des bombardements... 

Ainsi avec sa femme ils pratiquent un moment la philosophie du si-je-dois-partir-en-fumée-je-ne-veux-pas-mourir-en-gogo devant l'imminence de l'explosion probable d'une bombe nucléaire sur leur quartier. Ils décident ainsi de ne pas réparer leur plafond délabré puisque la ville va être rayée de la carte prochainement, puis reportent également les travaux de jardinage, "Pourquoi sacrifier inutilement, en les plantant, des violettes, des jeunes citronniers et de jeunes orangers -ce serait du gâchis. Si j'en crois Wiipédia, ils sont particulièrement sensibles aux radiations.",  puis renoncent à faire la vaisselle car ils ne veulent pas mourir en faisant la vaisselle, suppriment le ménage, la sortie des poubelles, font un prêt astronomique à la banque jusqu'à ce que le doute s'installe... Et si les iraniens ne bombardaient pas la ville ???

Vous l'aurez compris, le ton est décalé, l'humour permettant à l'auteur d'affronter cette situation instable quotidienne et d'instiller du bonheur là où le chaos règne. 

"Quelques semaines avant la naissance de notre fils Lev, voilà bientôt quatre ans, deux questions de la plus haute importance philosophique se sont présentées à nous.

La première, va-t-il ressembler à sa maman ou à son papa, a reçu une réponse rapide et sans équivoque à sa naissance : il était beau. Ou, ainsi que le dit ma chère épouse avec beaucoup d'à propos, "La seule chose qu'il ait hérité de toi, ce sont ces longs poils dans le dos."

Quant à la seconde, que-fera-t-il-quand-il-sera-grand, elle nous a tarabustés pendant les trois premières années de sa vie. Son mauvais caractère semblait le destiner à une carrière de chauffeur de taxi ; sa capacité phénoménale à se trouver des excuses le prédisposait plutôt au métier d'avocat ; et l'impérieuse domination qu'il a  constamment exercée sur les autres montrait qu'il pouvait aspirer à occuper un poste élevé au sein d'un quelconque gouvernement totalitaire. Mais depuis quelques mois, le brouillard qui estompait l'avenir rose et replet de notre fils a commencé à se dissiper. Il sera probablement livreur de lait, sans quoi son étonnante aptitude à se réveiller chaque matin à cinq heures trente puis, immanquablement à venir nous réveiller aussi, ne servirait strictement à rien." p. 85

Avec autodérision et un humour incisif revigorant Edgar Keret évoque en filigrane tout au long de ces 7 années de bonheur des questions essentielles et universelles.

"D'ailleurs, on le dit bien : "Ce n'est pas parce qu'on est paranoïaque qu'on n'est pas persécuté." Au cours des vingt ans où j'ai voyagé un peu partout dans le monde, j'ai connu ma part d'actes, de gestes et de paroles antisémites authentiques qu'on ne peut expliquer par aucune erreur de prononciation." p. 41

 

Présentation de l'éditeur : Editions de l'Olivier ; Points

D'autres avis : Babélio

 

 

7 années de bonheur, Etgar Keret, traduit de l'anglais (Israël) par Jacqueline Huet et Jean-Pierre Carasso, Points, 2015, 185 p., 6.50 euros

Publié dans Littérature Asie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Indira 20/05/2016 11:19

voilà un livre qui me botte carrément !

Hélène 22/05/2016 20:25

Oh oui il est chouette !

Violette 10/05/2016 19:19

j'ai adoré ce livre surprenant qui est à la fois drôle et si touchant! Génial!

Hélène 12/05/2016 08:31

Oh oui !

Aifelle 07/05/2016 06:35

J'ai beaucoup aimé ce recueil et j'aimerais bien lire autre chose de lui.

Hélène 12/05/2016 08:17

Oui j'aimerais bien aussi !

A_girl_from_earth 06/05/2016 14:12

J'avais adoré ce recueil et j'aime beaucoup Keret en général. Une bonne dose d'humour, de bonne humeur et d'optimisme dans un contexte qui ne le permet que difficilement, c'est fort.

Hélène 12/05/2016 08:17

Oui, très fort !

Kathel 06/05/2016 13:13

J'ai beaucoup aimé ce livre, et l'extrait sur "que-fera-t-il-quand-il-sera-grand" me fait toujours autant rire !

Hélène 12/05/2016 08:17

On a tous joué à ça non ? Mon mari pense que ma fille sera chef d'entreprise parce qu'elle dirige tout le monde à la baguette, et mon fils syndicaliste car il défend tout le monde ...

Electra 06/05/2016 13:05

Lu aussi l'an dernier et adoré ! de gros fous rires qui montre l'outil le plus ici dans ce genre de situation : l'humour !

Hélène 12/05/2016 08:16

un humour essentiel !

Athalie 06/05/2016 10:36

Merci pour ta note, parce que vus la couverture et le titre, je n'y aurais même pas jeté un oeil à ce livre !

Hélène 12/05/2016 08:14

Comme quoi...

Jerome 06/05/2016 09:35

J'ai tout adoré dans ce petit recueil. L'écriture de Keret, c'est tout ce que j'aime !

Hélène 12/05/2016 08:14

J'ai aussi beaucoup aimé !

keisha 06/05/2016 08:44

Ah tu ne l'avais pas encore lu? ^_^

Hélène 12/05/2016 08:14

bah non. Cela m'effraie tous les bons titres que je n'ai pas encore lus...

luocine 06/05/2016 08:31

Ce livrecest une pure merveille d'humanité et d'humour, mais n'est cepas ce que l'homme fait de mieux que ce moquer de lui-même.
Luocine

Hélène 12/05/2016 08:13

J'ai aimé cet humour salvateur !