La colère des aubergines de Bulbul SHARMA

Publié le par Hélène

50263852-1-.jpg 

 

 

 

♥ ♥  

 

Un petit livre à s'offrir ou à offrir sans hésiter. Il conjugue des histoires divertissantes et drôles sur les femmes indiennes, et des recettes indiennes savoureuses qui en raviront plus d'un...

 

 

 

 

 

  L'auteur :

 

  Bulbul SHARMA est peintre et écrivain. Elle réside à Dehli en Inde. Elle est     l'auteur de recueils de nouvelles dont seulement deux sont traduits en français : La colère des aubergines et Mes sacrées tantes.

 

L’histoire :

 

Il s’agit d’un recueil de nouvelles indiennes. Les femmes sont au coeur de ces histoires, on y découvre leurs façons de vivre, leurs conflits, leurs statuts dans la famille, et surtout leur cuisine. En effet la cuisine est le centre de l'univers de ces femmes, et chaque nouvelle se termine par une nouvelle recette.
 

Ce que j’ai aimé :

 

-       Ces nouvelles nous entraînent vers des univers peu connus.

-       Les propos sont drôles et légers, même si sous-jacentes, nous sentons des tensions plus graves, comme chez cette femme qui, chaque année, cherche un prêtre pour un rite funéraire en l’honneur de son mari et qui n’est jamais satisfaite, cachant là sans doute une peine incommensurable :

 

« Elle suspectait certains d’entre eux de n’être pas d’authentiques brahmanes, en leur voyant l’air négligé et les pieds crevassés, terreux. « Un vrai prêtre a des pieds de bébé, doux et propres, parce qu’il se les lave régulièrement. » affirmait-elle. » (p. 146)

 

-       Ces récits sont un véritable régal pour nos sens puisqu'au coeur de leurs propos bouillonnent les marmites qui nourriront les protagonistes.

 

« Elle savourerait le goût relevé et légèrement aigre des pois, mordrait dans la pâte croustillante du samosa et laisserait fondre lentement dans sa bouche le mélange de pommes de terre et d’épices qu’il contenait » (p. 125)

 

-       Les recettes originales, insérées en fin de nouvelle sont de très bonnes surprises. Elles sont faciles à réaliser et toujours savoureuses, du « Biryani vert » au « Pickle de mangue » en passant par le « Chutney à la menthe ». Un lexique détaille en fin de livre les ingrédients typiquement indiens inconnus à la cuisinière européenne.

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-       Le manque de profondeur : l’auteur donne l’impression que la seule préoccupation des femmes indiennes est de bien nourrir et de rendre heureux leurs maris.

 

Premières phrases :

 

« Buaji comptait sur le bout de ses doigts tout en mesurant le ghî. Chaque cuillerée tombait lourdement comme une motte de terre mouillée lors d’un glissement de terrain, pour atterrir exactement au centre du bol tenu d’une main ferme par le cuisinier.»

 

 

Vous aimerez aussi :

 

Le Dieu des petits riens de Arundhati ROY

 

La colère des aubergines, Bulbul SHARMA, Philippe PICQUIER, mai 1999, 189 p., 17.53 euros

POCHE : La colère des aubergines, Bulbul SHARMA, Picquier poche, oct. 2002, 201 p., 6.50 euros

 

 TAGS : Littérature indienne - Femmes - Couple - Cuisine

 

Elles l'ont aussi lu :Ys, Leiloona et Keisha.

Publié dans Littérature Asie

Commenter cet article

Hélène Choco 11/10/2011 11:03



Tout ce qui touche de près ou de loin l'art culinaire me plait, ça me permet de conjuguer deux de mes passions : la lecture et l nourriture! Je le mets dans ma wish list!



Hélène 11/10/2011 11:37



Tu verras, c'est un concept original et dépaysant !



keisha 25/06/2010 07:50


De l'auteur je dois lire Mes sacrées tantes, bon, je ne dois pas trop en attendre on dirait.


Hélène 25/06/2010 08:57



J'avais effectivement moins aimé que "la colère". Il faut dire que il n'était plus édité et que j'ai attendu longtemps sa réédition. Ai-je donc trop attendu de lui ? Tu me diras ce que tu en
penses.



Yv 24/06/2010 15:31


Le manque de profondeur peut peut-être s'expliquer si l'auteur est un homme, les traditions pèsent.


Hélène 24/06/2010 19:16



C'est une femme. Tu me diras ta réflexion peut encore être valable. Je ne sais pas, mais sa façon de décrire cette communauté est assez réductrice. C'est dommage car c'est un livre drôle, léger,
avec de bonnes recettes "mises en scène"...