Le temps qui va, le temps qui vient de Hiromi KAWAKAMI

Publié le par Hélène

                                               temps-qui-va.jpg

 ♥ ♥ ♥

 « La vie, c’est toujours quelque chose de décousu. » (p.96)

 

 L’auteur :

 

Hiromi Kawakami est une écrivain japonaise. Kawakami Hiromi a su s’imposer dans le monde littéraire japonais par la tonalité très particulière de son style, à la fois simple et subtil, dont les thèmes privilégiés sont le charme de la métamorphose, l amour et la sexualité.

 

L’histoire :

 

Le vrai héros du dernier roman de Kawakami, c’est ce petit quartier commerçant de Tôkyô où elle a planté son décor : non qu’on nous le décrive en détail, mais c’est à travers la chaleureuse communauté de gens qui l’habitent qu’insensiblement il se déploie et prend corps. Ces voisins sont de tous âges et de toutes conditions : poissonnier, diseur de bonne aventure, enseignante, auxiliaire de vie, chômeuse, un cuisinier et sa patronne, un couple d’imprimeurs, employés de bureau et lycéens... Et chacun à son tour prend la parole dans un livre à la composition surprenante, à la fois très structurée et d’apparence aussi aléatoire que le hasard qui enchevêtre ces vies les unes aux autres. De chapitre en chapitre, chacun passe alternativement du statut de personnage principal à secondaire, et les fils de ces existences séparées peu à peu tissent des liens, entrent en résonance et finissent par se rejoindre et dessiner un motif qui ne deviendra lisible qu’à la fin du roman. (Présentation de l’éditeur)

 

Ce que j’ai aimé :

 

La construction en chapitres mettant en scène différents personnages permet de rendre l’aspect décousu de la vie des personnages tout en chantant l’immuabilité du monde. Les hommes passent, mais le monde reste. Tous les personnages semblent indécis face à leur vie, aux choix qu’il faut nécessairement faire et peu réussissent finalement à se décider.

 

Le récit de Maki qui clôt le roman est lui teinté d’une lucidité lumineuse :

 

« J’avais vécu, je vivais, et cela suffisait à déterminer les choses à chaque instant. Loin d’être manifeste, le choix avait lieu d’invisible façon, mais le seul fait de connaître quelqu’un, de se croiser, le seul fait d’être là, de respirer, avait des répercussions. Il était impossible de ne pas être impliqué.

Je décidais, quelqu’un décidait, les femmes décidaient, les hommes décidaient, la ronde des causes et des effets qui entraînait la terre dans son mouvement décidait, voilà pourquoi j’étais là où j’étais. » (p. 250)

 

« Jusqu’à ce qu’un jour les hommes disparaissent de l’univers, moi, Heizô, Genji, nous vivons. Perpétués par ceux qui vivent aujourd’hui ici, dans cette ville, dans ce quartier, au fin fond de la mémoire. Et ainsi de suite, de mémoire en mémoire. (…) Vivre était une chose passionnante. Après la mort, comme plus rien de nouveau ni d’intéressant ne se produit, c’est un peu fade. Mais je n’ai pas vécu pour rien. » (p. 277)

 

Nul besoin de chercher un sens, la vie est là, comme le souligne l’auteur dans ce magnifique texte écrit pour le magazine Télérama après le tsunami :

 

« Je ne suis qu'une chose insignifiante. Triste constatation peut-être. Mais c'est justement ce qui rend ma vie précieuse. Minus habens, certes, mais un rassemblement de cent vingt millions de fétus forme le Japon. Jetés à terre par les typhons, écrasés par les séismes, voilà mille ans, deux mille ans que nous vivons. Tant que la vie est là, on peut connaître des instants lumineux sans nombre. La beauté du crépuscule. La magie des pétales des cerisiers que le vent emporte. La valeur inestimable des proches que l'on éprouve soudain, pour un rien. Le plaisir du soleil couchant en compagnie d'amis. L'évocation des plaisirs de la journée qui s'achève dans le moment qui précède le sommeil. »

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Je n’ai pas toujours réussi à comprendre qui était qui car les personnages sont nombreux, pris sur le vif à différents moments de leur vie et le lien qui les relie est souvent subtil…

 

Premières phrases :

 

« Dans la boutique de Uoharu, sur un pan de mur non loin de l’entrée, il y a une photo accrochée avec des punaises.

On y voit deux hommes, deux Occidentaux. En complet sombre, debout, les coudes appuyés sur une table ronde qui leur arrive à hauteur de poitrine. L’un est étiré en longueur comme un fil, l’autre, petit et râblé. Ils ne se dévisagent pas, ils ne fixent pas non plus l’objectif de l’appareil, ils regardent vaguement au loin. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Du même auteur : Les années douces de Hiromi KAWAKAMI

 Autre :

 

Le temps qui va, le temps qui vient, Hiromi Kawakami, Roman traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu, Picquier, mars 2011, 277 p., 19 euros

 

Je vous invite à découvrir l'intégralité du texte de Télérama : Japon : les heures d'après, par Hiromi Kawakami, romancière

 

« La vie est l'instabilité même. Cette philosophie de l'impermanence sous-tend le comportement de ceux qui s'entraident en silence. Oui, la vie est synonyme d'impermanence, oui, l'homme est éphémère, oui, chacun est seul quand il naît, seul quand il meurt, c'est justement pour cela qu'il faut s'entraider pour être sauvé. » (Interview Télérama)

   

challenge-In-the-mood-for-Japan

 

 Je remercie Isabelle LACROZE des Editions Picquier pour cette belle découverte.

Publié dans Littérature Asie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kathel 04/05/2011 18:57



J'ai bien aimé les deux romans d'Hiromi Kawakami que j'ai lus et celui-ci me tente, bien sûr... Quand j'aurai le temps...



Hélène 05/05/2011 08:38



Le temps... On ne l'a jamais ma pauv'dame !!



Anis 04/05/2011 13:55



J'avais vraiment aimé "Les années douces".



Hélène 05/05/2011 08:38



Je l'ai préféré à celui-ci, bien qu'ils soient très différents.



La Ruelle bleue 02/05/2011 11:31



Voilà de quoi combler un peu mes lacunes en littérature japonaise ! Très tentant !



Hélène 04/05/2011 08:43



Une auteure à découvrir absolument...



Manu 28/04/2011 21:14



Je sens que cet auteur pourrait me plaire.



Hélène 29/04/2011 08:39



Je te la conseille vivement si tu ne la connais pas encore !



Juliette 28/04/2011 21:07



J'aime la couv' mais alors je ne suis pas tentée du tout du tout!



Hélène 29/04/2011 08:38



Ah bah alors ? Enfin il ne vaut mieux pas se forcer quand on sait la somme d'autres  livres qu'il ya à lire !!



Karine:) 28/04/2011 12:20



Je viens justement de lire Les années douces, que j'ai adoré.  Je note tout de suite ce roman du même auteur.  J'aime sa façon sereine d'aborder les choses. 



Hélène 29/04/2011 08:37



Je viens de récupérer "les années douces" en Bd illustré par TANIGUCHI himself... j'ai hâte de me plonger dedans.


Je te conseille effectivement la lecture de "le temps qui va le temps qui vient", doté d'un charme indéniable !



Fransoaz 28/04/2011 11:14



je ne connais pas cette auteure; l'histoire m'inspire...


Je reviendrai, avec gourmandise, voir ce que tu as pensé de RU.



Hélène 28/04/2011 11:25



C'est elle qui a écrit "Les années douces", tu dois connaître, un petit bijou...


Pour "Ru" j'ai beaucoup aimé, évidemment...



Dominique 28/04/2011 09:40



Interéssant le lien vers son texte sur le tsunami, merci je ne l'avais pas repéré du tout, je note aussi ce roman ne serait ce que pour faire connaissance avec cette auteur



Hélène 28/04/2011 11:25



Tu peux commencer par "les années douces" aussi, un très beau texte !



keisha 28/04/2011 09:29



Bon, autant lire d'abord Les années douces.


Tu t'es vraiment perdue dans les noms? Cela arrive, l'ennuyeyx est si cela a de l'importance (mais parfois ça n'a pas d'importance)



Hélène 28/04/2011 11:27



Pour les noms, oui cela m'a un peu gênée car chaque chapitre s'attache à un personnage différent, mais à ses côtés évoluent les personnages des chapitres précédents, et j'ai eu du mal à m'y
retrouver... Surtout que les époques changent, et que de fait, cela fait beaucoup de personnages !!!