Purge de Sofi OKSANEN

Publié le par Hélène

                                                        purge

 ♥ ♥ ♥ ♥

 Prix fémina étranger 2010 et Prix roman Fnac 2010

LE roman à lire dans cette rentrée littéraire foisonnante…

  

L’auteur :

 

Sofi Oksanen est née en Finlande d’une mère estonienne et d’un père finlandais. Purge est son troisième roman et est devenu un best-seller dans le Nord de l’Europe où il a obtenu tous les prix littéraires avant de conquérir le cœur d’une trentaine de pays, dont l’Estonie et les Etats-Unis.

 

L’histoire :

 

En 1992, l’Union soviétique s’effondre et la population estonienne fête le départ des Russes. Mais la vieille Aliide, elle, redoute les pillages et vit terrée dans sa maison, au fin fond des campagnes.

Mais ce sera finalement une jeune femme terrorisée qui frappera à sa porte, Zara. Les deux femmes vont faire connaissance et un lourd secret de famille se révèlera, en lien avec le temps de l’occupation soviétique.

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          J’ai tout aimé. C’est un roman fort, mené d’une main de maître, un roman marquant, un roman complet, bref Le roman à lire dans cette rentrée littéraire.

 

-          Les informations sont distillées avec parcimonie, au fur et à mesure de la lecture et des époques. L’auteur entremêlent subtilement les récits : elle amorce d’abord l’histoire de Zara, jeune femme vivant en Russie et attirée par les lumières scintillantes des pays de l’ouest comme l’Allemagne. Puis elle dévoile lentement le passé d’Aliide, malheureusement amoureuse pendant la guerre du beau Hans, un résistant qui ne semble pas sensible à ses charmes… Les récits se succèdent, le présent s’intercale entre les passés des deux femmes, enrichi par la profondeur instillé dans ces récits rétrospectifs.

 

-          Au-delà des deux magnifiques portraits de femmes que nous offre l’auteur, c’est aussi une vision juste et abrupte des pays de l’Est après la guerre qui se profile en ces pages :

 

« Tout se répétait. Même si le rouble avait été remplacé par des couronnes, si les avions militaires lui volaient moins au-dessus de la tête et si les voix des femmes d’officiers avaient baissé d’un ton, même si les hauts-parleurs sur la tour du Grand Hermann jouaient tous les jours le chant d’indépendance, il venait toujours de nouvelles bottes de cuir chromé, toujours de nouvelles bottes, semblables ou différentes, mais qui avaient la même façon de marcher sur la gorge. Dans la forêt, les tranchées s’étaient refermées, les douilles ternies, les blockhaus écroulés, les morts à la guerre s’étaient décomposés, mais les évènements déjà vus se répétaient. » (p. 336)

 

- Un grand roman qu'il est impossible de poser avant de l'avoir terminé, je n'en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de découvrir toutes ses subtilités...

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Rien

 

Premières phrases :

 

« mai 1949

Pour une Estonie libre !

Il faut que j’essaye d’écrire quelques mots, pour ne pas perdre la raison, pour garder l’esprit d’aplomb. Je cache mon cahier ici, sous le sol du cagibi. Afin que personne ne le trouve, quand bien même on me trouverait, moi. Ce n’est pas une vie. L’être humain a besoin de ses semblables et de quelqu’un à qui parler. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Féroces de Robert GOOLRICK

 

Purge, Sofi OKSANEN, Stock, La cosmopolite, août 2010, 390 p., 21.50 euros

 

Je remercie vivement Fransoaz pour le prêt.

 

Vous trouverez des billets chez La Ruelle Bleue, Cathe, Leiloona, Dominique...

 

  1pourcent

   

challenge voisins voisines

Publié dans Littérature Europe

Commenter cet article

Anis 14/03/2011 19:31



Je l'ai enfin lu. UN très bon moment de lecture, un récit très finement tissé.



Hélène 15/03/2011 08:45



J'en vantais encore les mérites hier à qualqu'un qui me disait qu'elle avait peur du sujet. je lui ai répondu que le récit est tout en retenue, les ellipses savamment distribuées si bien que la
violence reste sous-jacente, sourde.



dasola 03/12/2010 17:36



Bonjour, je suis un tout petit peu moins enthousiaste sur roman. J'ai eu un peu de mal a y entrer et la partie "contemporaine" m'a moyennement intéressée. En ravanche, cette histoire de passion
amoureuse de deux femmes pour le même homme est très belle. J'attends quand même le prochain de S Oksanen qui a mérité son prix. Bonne fin d'après-midi.



Hélène 04/12/2010 09:45



Il ne peut pas non plus faire l'unanimité, cela n'est pas possible il me semble...



Manu 01/12/2010 20:24



Je pensais ce roman trop noir mais je commence à être de plus en plus intriguée.



Hélène 02/12/2010 09:38



Non, franchement, je suis plutôt de celles qui fuient les romans noirs ou glauques, mais là, c'est beaucoup plus subtil !



Marie 01/12/2010 11:36



Je reviendrai voir ton billet un peu plus tard car je suis en train de lire Purge en ce moment...   :-)


 



Hélène 01/12/2010 11:59



Je n'ai aps dévoilé l'intrigue, mais il vaut mieux effectivement arrivée vierge de tout commentaire pour savourer la découverte...



Alex-Mot-à-Mots 30/11/2010 13:05



Du coup, il participe aussi au challenge "voisin-voisine".



Hélène 01/12/2010 08:28



Eh oui, aussitôt inscrite, aussitôt un billet, ça ne traîne pas...



keisha 30/11/2010 10:44



Je l'ai lu aussi, très fort, oui.


Dommage, j'ai raté cette partie du masque et la plume, mais avant de lire le roman j'avais entendu parler de l'auteur, et, oui, Winehouse /despentes, pas mal vu!


t tu démarres le challenge direct, on dirait!



Hélène 01/12/2010 08:27



Et oui je suis comme ça, je démarre au quart de tour...



delivresetdeaufraiche 29/11/2010 22:25



Evidemment que j'ai aussi envie de le lire, celui-ci, et depuis sa sortie !!


Hier au masque et la plume, ils parlaient du mélange Winehouse-Nothomb uniquement sur un plan physique (c'est vrai que l'auteur y ressemble franchement !!) mais c'est tout, l'un des critiques a
même souligné que la ressemblance s'arrêtait là ;-))


Heureusement d'ailleurs...



Hélène 30/11/2010 08:44



Oui comme tu dis heureusement.


Si tu veux le lire, adresse toi à Fransoaz, je crois qu'elle le fait encore voyager...



Michel 29/11/2010 21:41



Je le mets au dessus de la PAL, vous êtes tellement à l'avoir adoré



Hélène 30/11/2010 08:44



Il mérite le haut de la pile effectivement.



juliette 29/11/2010 19:33



Porté aux nues hier au Masque et la plume... ils ont dit que l'auteur était un mélange entre Amy Winehouse et et Despentes!!!!! ca promet!



Hélène 29/11/2010 19:55



Je ne connais pas trop cette chère Amy, ni Virginie, mais je fais comme eux, je porte aux nues...



Fransoaz 29/11/2010 18:07



Tu t'es donc laissé happer par ce grand roman. Je te rejoins sur le coup de coeur inconditionnel! Ce livre peut encore rencontrer d'autres lecteurs...



Hélène 29/11/2010 19:54



Oui, mille mercis pour le prêt, je suis heureuse d'avoir pu découvrir ce superbe roman...



Kathel 29/11/2010 11:23



Il faut vraiment que je le lise ! Jusqu'ici le sujet et la violence m'arrêtaient, mais les avis sont tellement unanimes...



Hélène 29/11/2010 12:04



Ce n'est pas violent du tout, les scènes violentes sont seulement suggérées, mais coupées.



Aifelle 29/11/2010 11:22



Ce fut ma première lecture de la rentrée littéraire et une vraie révélation. J'ai tout aimé aussi dans ce roman, malgré sa noirceur. "Au masque et la plume" hier soir les critiques étaient
quasi-unanimes pour en dire du bien.



Hélène 29/11/2010 12:03



Je ne le trouve pas si noir que cela, les sujets sont graves mais il est quand même porteur d'espoir



Dominique 29/11/2010 09:23



Tu rejoins les admirateurs et admiratrices de Oksanen, c'est vraiment un excellent roman, comme tu le dis très bien les portraits de femmes sont splendides, le livre a commencé à faire le tour de
la famille et tout le monde est enthousiaste
merci pour le lien c'est très gentil



Hélène 29/11/2010 09:46



Un vrai coup de coeur pour moi, on me l'a prêté mais je pense que je vais aussi l'acheter pour le garder...



clara 29/11/2010 09:12



Ce livre m'a bouleversée !!!!!



Hélène 29/11/2010 09:45



Oui, c'est un roman très fort, mais ce que j'ai aimé aussi, comme je te le disais, est que jamais il ne tombe dans le sordide ou le pathétique, tout est suggéré, éludé quand il le faut... J'ai
adoré..