Rosa candida de Audur Ava OLAFSDOTTIR

Publié le par Hélène

                                                Rosa-candida

 ♥ ♥ ♥ ♥

Un récit lumineux.

 

L’auteur :

 

Audur Ava Olafsdottir est une écrivain islandaise. Rosa candida, largement salué par la presse et la critique lors de sa parution en 2007 et deux fois primé, est traduit pour la première fois en français.

 

L’histoire :

 

En route pour une ancienne roseraie du continent, avec dans ses bagages deux ou trois boutures de Rosa candida, Arnljótur part sans le savoir à la rencontre d’Anna et de sa petite fille, là-bas, dans un autre éden, oublié du monde et gardé par un moine cinéphile. (Présentation de l’éditeur)

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          Je dois avouer que j’avais une petite appréhension à la lecture de ce roman, raison pour laquelle j’ai mis six mois à l’ouvrir malgré tous les éloges lus sur le web à son sujet. Je redoutais en effet cette mort accidentelle de la mère du narrateur dont il est fait mention sur la quatrième de couverture. Ce fut un tort car si effectivement cette amoureuse de la vie expire un beau jour au bord de la route, le récit ne verse pas un seul instant dans le pathos, il reste tout en retenue, en poéticité. Et l’essentiel du propos n’est pas là.

 

-          Cette mère si aimante a légué à son fils son amour pour le jardinage, mais aussi son amour pour la vie et ses beautés inattendues. Le narrateur mène sa vie telle qu’il l’entend, une force le pousse invariablement vers ce qu’il aime, comme auréolé par l’esprit de sa mère. Il s’accroche à ce qu’il sait et croit vrai et laisse le reste libre de l’approcher ou pas. Une belle philosophie qui lui évite de trop lourdes réflexions qui le mèneraient vraisemblablement dans une impasse…

 

 rosa-candida-rose2.jpg

 

-          Ce beau roman nous offre une vision touchante du couple, de la paternité et des aléas de la vie auxquels on s’adapte, tant bien que mal :

 

« Comment savoir si une femme vous aime ?

-          Il est difficile d’être sûr de quoi que ce soit en amour, dit l’abbé en poussant la poupée vers l’enfant.

-          Et si une femme dit qu’elle a peur que l’homme ne revienne pas quand il va faire une course ?

-          Alors il se peut que ce soit elle qui ait envie de partir seule.

-          (…)

-          Et quand une femme a l’esprit ailleurs, est-ce que cela veut dire qu’elle n’est pas amoureuse ?

-          Cela peut vouloir dire ça, mais aussi qu’elle est amoureuse.

-          (…)

-          Il n’y a pas d’amour raisonnable. Si l’on vivait une vie de seule raison, on raterait l’amour, comme il est dit, ici, quelque part. » (p. 316)

 

-          J’ai particulièrement aimé le personnage du moine qui puise tout son savoir dans les films d’art et d’essai qu’il regarde chaque soir…

  

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Rien.

 

Premières phrases :

 

« Comme je vais quitter le pays et qu’il est difficile de dire quand je reviendrai, mon vieux père de soixante-dix-sept ans veut rendre notre dernier repas mémorable. Il va préparer quelque chose à partir des recettes manuscrites de maman – quelque chose qu’elle aurait pu cuisiner en pareille occasion. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Le mec de la tombe d’à côté de Katarina MAZETTI

 

D’autres avis : Cuné, Théoma, Midola, Cathe, Aifelle, Kathel, Cathulu, Griotte...

 

Rosa candida, Audur Ava Olafsdottir, Traduit de l’islandais par Catherine EYJOLFSSON, Zulma, septembre 2010, 333 p., 20 euros

 

challenge voisins voisines

Publié dans Littérature Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lislandais 06/02/2012 16:17


Les voeux d'Audur à Reykjavik et sous la neige...


http://www.lepoint.fr/livre/rosa-candida-d-audur-ava-olafsdottir-06-02-2012-1427935_79.php

bruno 24/08/2011 21:42



Bonjour


Très très joli livre qui ose une fausse simplicité et une candeur tout aussi trompeuse


Cette histoire est bien plus complexe qu'en apparence, pleine de sous entendus et de questionnements, et aborde par une voie toute nouvelle de grandes questions


Certes l'écriture n'est ni dense ni très littéraire, mais comme on le dit souvent, la simplicité est souvent plus ardue à atteindre


Je ne vois pas à quel autre ouvrage ou auteur à me référer pour évoquer ce livre : peut être les nouvelles de James Salter (Bangkok) pour la clarté de la langue mais pas pour l'atmosphère !



Hélène 25/08/2011 08:36



Bonjour.


Il me semble effectivement que l'univers de Salter est bien plus sombre (même si je l'apprécie également...) Rosa Candida est vraiment une belle découverte et je suis heureuse qu'il vous
ait plu...



dasola 10/04/2011 14:43



Bonjour Hélène, je fais aussi partie de celles (et ceux, il doit y en avoir) qui ont aimé ce roman lumineux en effet et qui fait du bien au moral. J'aimerais passer quelque temps dans ce genre de
couvent loin du tumulte. Bon dimanche.



Hélène 10/04/2011 15:43



Effectivement, si tu trouves l'adresse, je suis preneuse !



Alex-Mot-à-Mots 24/03/2011 13:44



Quelques petits bémols pour moi à la lecture.



Hélène 25/03/2011 08:30



Ce n'est sans doute pas un chef d'oeuvre mais avoue qu'il est quand même très plaisant..



Fransoaz 20/03/2011 10:25



Je retiens l'impression d'une lecture hors du temps, de notre temps. Un avis un peu plus mitigé que le tien quand même.



Hélène 20/03/2011 17:52



Je lis tellement peu de récit lumineux, que je ne peux que m'entousiasmer.



keisha 19/03/2011 18:00



Je l'ai lu aussi, mais n'ai pas autant grimpé aux murs que les autres, je l'avoue. Un bon moment de lecture douce, quand même.



Hélène 20/03/2011 17:49



Oui mais les lectures douces sont tellement rares...



Yv 19/03/2011 13:11



volontiers !



Hélène 20/03/2011 17:43



Dés que je le récupère, je te l'envoie.



Yv 19/03/2011 10:44



Pas encore lu, mais tu rajoutes à ma grande honte de ne l'avoir pas encore fait.



Hélène 19/03/2011 13:03



Tu auras bien l'occasion un jour ou l'autre... Je l'ai prêté, mais quand il reviendra, je pourrai te l'envoyer s'il te tente bien sûr !



Sylde 18/03/2011 18:29



Lumineux est en effet un mot juste pour qualifié ce livre qui nous fait pénétrer dans une bulle de douceur



Hélène 18/03/2011 20:41



Je pense qu'il a pratiquemment fait l'unanimité sur les blogs en tous cas..



cathulu 18/03/2011 17:46



à lire  et à relire, une merveille!:)



Hélène 18/03/2011 20:39



Et à prêter aussi pour le faire découvrir...



clara 18/03/2011 13:03



Lumineuse , belle et douce!



Hélène 18/03/2011 20:38



Un petit bijou...



Isa 18/03/2011 12:40



que je l'aime ce roman !!!



Hélène 18/03/2011 20:37



que je te comprends !!!



Lystig 18/03/2011 12:17



je l'ai lu. bien, mais malheureusement, j'en attendais peut-être plus !



Hélène 18/03/2011 12:51



C'est l'effet de l''attente peut-être. Je le trouve charmant pour ma part !



Kathel 18/03/2011 12:00



Je suis ravie que tu l'aies aimé... il me reste en mémoire comme un livre réconfortant, chaleureux.



Hélène 18/03/2011 12:39



Un livre tout doux...



Griotte 18/03/2011 10:08



Lumineux, tu as trouvé le mot juste. J'ai été enchantée par ce livre et je le garderai longtemps en mémoire.



Hélène 18/03/2011 12:39



je pense aussi qu'il me marquera.



cathe 18/03/2011 10:05



C'est en effet une jolie lecture très réconfortante :-)



Hélène 18/03/2011 12:38



Effectivement, c'est le mot "réconfortant"...