Ru de Kim THUY

Publié le par Hélène

ru

♥ ♥ ♥

  « La vie est un combat où la tristesse entraîne la défaite. » (p. 22)

  

L’auteur :

 

Kim Thuy a quitté le Vietnam avec d’autres boat people à l’âge de dix ans. Elle vit à Montréal depuis une trentaine d’années. Son parcours est hors du commun. Elle confie avoir fait toutes sortes de métiers –couturière, interprète, avocate, restauratrice – avant de se lancer dans l’écriture (en français) de ce premier roman.

 

L’histoire :

 

Une femme voyage à travers le désordre des souvenirs : l'enfance dans sa cage d'or à Saigon, l'arrivée du communisme dans le Sud-Vietnam, la fuite dans le ventre d'un bateau au large du golfe de Siam, l'internement dans un camp de réfugiés en Malaisie, les premiers frissons dans le froid du Québec. Récit entre la guerre et la paix, 'Ru' dit le vide et le trop-plein, l'égarement et la beauté. De ce tumulte, des incidents tragicomiques, des objets ordinaires émergent comme autant de repères d'un parcours. En évoquant un bracelet en acrylique rempli de diamants, des bols bleus cerclés d'argent ou la puissance d'une odeur d'assouplissant, Kim Thuy restitue le Vietnam d'hier et d'aujourd'hui. (Présentation de l’éditeur)

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          La forme de ce court roman intensifie son propos : les chapitres sont courts, immédiatement évocateurs, l’intensité des souvenirs flirte avec la puissance du propos. La narratrice entremêle avec intelligence différentes périodes. Avec retenue elle convoque ses souvenirs et nous les offre chantés dans une langue poétique riche et variée.

 

-          Son chant déborde d’amour pour les siens, et particulièrement pour sa mère, pilier de la famille qui a permis sans doute le passage sans trop de heurts de ces difficiles épreuves. C’est grâce à elle qu’elle a pu se construire au-delà du drame et avancer vers la lumière…

 

« J’ai aussi compris plus tard que ma mère avait certainement des rêves pour moi, mais qu’elle m’a surtout donné des outils pour me permettre de recommencer à m’enraciner, à rêver. » (p. 30)

 

- Kim Thuy signe là un admirable premier roman qui a reçu le prix RTL Lire en 2010.

 

 «Mon récit n'est pas un récit autobiographique, insiste-t-elle. Ce livre-là n'est pas mon histoire. Je prends l'excuse de raconter «à travers moi» l'histoire de tous ces gens que j'ai croisés. Malgré leurs souffrances, leur immense pauvreté, il y a dans leur histoire une beauté extrême.»

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Rien.

 

Premières phrases :

 

« Je suis venue au monde pendant l’offensive du Têt, aux premiers jours de la nouvelle année du Singe, lorsque les longues chaînes de pétards accrochées devant les maisons explosaient en polyphonie avec la son des mitraillettes. 

J’ai vu le jour à Saïgon, là où les débris des pétards éclatés en mille miettes coloraient le sol de rouge comme des pétales de cerisier, ou comme le sang des deux millions de soldats déployés, éparpillés dans les villes et les villages d’un Vietnam déchiré en deux.»

 

Vous aimerez aussi :

 

Le jour avant le bonheur de Erri DE LUCA

 

D’autres avis :

 

BLOGS : Ankya, Fransoaz, Kathel, Keisha, BelleSahi, Choco, Mango, Isa, Anis

 PRESSE : TéléramaL’express

  

Ru, Kim THUY, Liana Levi, 2010, 143 p., 14 euros

 

challenge littérature au féminin

Publié dans Littérature Asie

Commenter cet article

Catherine 10/05/2011 10:48



Je l'avais vu passer, mais je ne l'ai pas lu. J'ai lu par contre Soleil fané, d'une autre réfugiée vietnamienne, très beau récit.



Hélène 10/05/2011 11:19



Je le note.



Isa 09/05/2011 10:45



Ce qui m'a étonné c'est la douceur et la joie de vivre qui ressort alors que le thème est terrible.


Belle plume c'est sûr !



Hélène 09/05/2011 11:26



Oui, j'espère qu'elle éditera bientôt un autre roman..



Alex-Mot-à-Mots 06/05/2011 18:16



Je ne me résouds pas à le lire, malgré les bonnes critiques.



Hélène 07/05/2011 10:46



Je ne dirais pas non plus que c'est un indispensable (je ne lui ai pas mis 4 coeurs...)



BelleSahi 06/05/2011 09:02



Ah oui ce livre est beau.



Hélène 07/05/2011 10:45







clara 05/05/2011 11:21



Noté, surligné et je n'ai toujours pas pris le temps de le lire....en plus, il est à la biblio. Je n'ai aucune excuse!



Hélène 07/05/2011 10:43



Aucune excuse !!!



keisha 05/05/2011 08:07



Tiens, j'aurais cru que tu l'avais déjà lu...


Bo, j'ai terminé Les pérégrins, que vais-en dire dire?



Hélène 05/05/2011 08:40



Ben non, pas encore. j'ai hâte d'avoir ton avis sur ces chers pérégrins...



Aifelle 05/05/2011 06:15



Il est à mon programme depuis un certain temps. L'avantage c'est que je vais le trouver facilement à la bibliothèque



Hélène 05/05/2011 08:40



Oui, c'est un incontournable maintenant



Choco 05/05/2011 01:11



Difficile de ne pas apprécier un si beau texte !



Hélène 05/05/2011 08:40



Je te l'accorde !



Ankya 04/05/2011 21:26



Je crois que ce livre a été la première autobiographie qui m'a vraiment plue ! En plus l'auteur est super gentille et très ouverte. :)


Merci pour le lien aussi !



Hélène 05/05/2011 08:39



Ce n'est pas réellement autobiographique en fait, elle s'est inspirée de l'histoire des boats- people et a créé à partir de ses propres souvenirs et des autres. Une belle façon d'aborder le sujet
en tous cas !



sylire 04/05/2011 19:58



Un très bon souvenir de lecture.



Hélène 05/05/2011 08:38



Un récit fort et simple. j'ai beaucoup apprécié.



Anis 04/05/2011 13:53



J'ai vraiment beaucoup aimé moi aussi . Tu dis très bien la richesse de sa langue et de son écriture.



Hélène 05/05/2011 08:37



Un récit très original.



zarline 04/05/2011 12:55



Alala, si tu savais depuis combien de temps ce livre traine dans ma PAL, il faut vraiment que je fasse quelque chose (p.s. j'ai déjà dû laisser ce même commentaire sur au moins 4-5 blogs mais
promis, cette fois c'est la bonne...)



Hélène 05/05/2011 08:37



ben alors il faut faire quelque chose !!