La vie troublée d'un tailleur pour dames de Bulbul SHARMA

Publié le par Hélène

                                    

Ce que j'ai aimé :

Bulbul Sharma sait nous inviter délicatement dans son univers indien. Par petites touches elle évoque les particularités de sa culture et de son pays, si différents des nôtres. Ici, par l'intermédiaire d'un petit village d'Inde, Giripul, elle nous convie à la rencontre de Janak, tailleur pour dames, amoureux de sa femme mais devant paradoxalement garder cet amour secret pour ne pas risquer être la risée du village, Rama, son épouse lunatique, Shankar son ami pêcheur, Balu Le mendiant. Ce petit monde évolue au rythme des passages du car, et des commandes des clients.

Ce que j'ai moins aimé :

Oui, j'avoue, j'ai eu le tort de lire la quatrième de couverture. Je plaide coupable. Et par conséquent, j'ai attendu que le "cadavre se matérialise devant la boutique de Janak, bouleversant la vie du paisible Giripul." J'ai dû attendre 10 chapitres, soit 231 pages avant que ledit cadavre n'apparaisse ! Avant cela il en est vaguement question, mais cela reste diffus, comme une intuition qui court dans l'esprit de Janak. Soit, point d'intrigue policière avant le mitan du livre. Mais il n'en reste pas moins que la peinture de ce petit village indien aurait pu être pittoresque quand nous connaissons le talent de l'auteure dans ce domaine.

Malheureusement le pauvre tailleur n'a pas eu ma mansuétude, je l'ai trouvé falot, terne, aux prises avec sa femme Rama qui apparaît sans coeur, alors que lui est amoureux fou de cette folle, et les autres personnages ne m'ont pas plus interpellée. Histoires de tromperies, de suspections, si les moeurs indiennes transparaissent malgré tout à travers la description du quotidien - lassant- de ce village, je n'ai pas retrouvé l'engouement ressenti pendant la lecture de "La colère des aubergines". Je pense que l'auteur excelle davantage dans le genre de la nouvelle que dans celui du roman, et sait davantage peindre les femmes que les hommes !

Premières phrases :

"Une lune hésitante flottait au-dessus du plus haut sommet. Les montagnes regardaient en retenant leur souffle le village enseveli dans l'obscurité. De la masure dissimulée parmi les ombres de la forêt s'échappait une faible lumière clignotante. Le vent s'était calmé, soucieux de ne pas rompre le silence de la vie hivernale."

Infos sur le livre :

Chez Albin Michel

Vous aimerez aussi :

Du même auteur :  La colère des aubergines  Mangue amère 

Autre : Littérature Asie du Sud

D'autres avis :

LC avec Jérôme

 

La vie troublée d'un tailleur pour dames, Bulbul Sharma, traduit par Dominique Vitalyos, Albin Michel, juin 2014, 384 p., 22 euros

Publié dans Littérature Asie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Dommage. Mais je ne note pas alors.
Répondre
H
non passe ton chemin !
S
Pas plus tentée que cela non plus...dans ces regards sur une petite communauté, c'est dommage si le lecteur n'accroche pas au personnage principal...
Répondre
H
Plus ça va plus je suis insensible aux héros loosers !
N
Mince alors, vous n'êtes pas raccords sur ce coup là ! ;-)
Je lirai sûrement cet auteur un jour mais je pense que je commencerais avec des nouvelles.
Répondre
H
"La colère des aubergines" est parfait pour commencer !
A
J'ai "la colère des aubergines" sous le coude, je ne vais pas plus loin pour le moment.
Répondre
H
Bonne découverte ! Il reste le meilleur de cette auteure pour moi à ce jour.
J
T'es dure je trouve ;) Ok c'est léger, incomparable avec la qualité de ses nouvelles, mais au final j'ai passé un bon moment dans ce petit village. Je me rends compte que je peux parfois être bon public, ça me rassure !
Répondre
H
Oui et je me rends compte que je suis de plus en plus exigeante... L'âge sans doute - soupir-
K
Dommage. Mieux vaut ne pas lire ces quatrièmes de couv', mais comment faire? ^_^
Répondre
H
Se faire violence pour ne pas les lire..
L
Cela m 'a donné envie de lire 'la colère des aubergines"
Merci
Luocine
Répondre
H
Oh oui lis le tu vas adorer !
M
C'est dommage! J'avais bien aimé les nouvelles de "La colère des aubergines"!
Répondre
H
Oui moi aussi, j'avais trouvé une telle originalité dans ce petit recueil !
J
La 4e de couverture doit être la deuxième accroche, elle doit inciter à acheter le livre. Pour les miens mon éditeur m'en laisse l'initiative, il faut en dire beaucoup mais pas trop. Personnellement je déteste la faire...
Répondre
H
Je pense que l'éditeur a voulu mettre en avant cette pseudo enquête policière pour attirer le lecteur, mais ce fut un échec !