L'été solitaire de Elizabeth VON ARNIM

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Ne serait-ce pas délicieux, ne serait-ce pas merveilleux, un été de solitude ? Pendant des semaines, quel bonheur de se réveiller en sachant qu'on est à soi, rien qu'à soi et à personne d'autre ?"

Cet été Elizabeth décide de ne recevoir personne. Voilà trois ans qu'elle est installée à la campagne, à Nassenheide en Prusse, et elle souhaite profiter de son été pour observer "tout ce qui se passe dans mon jardin. (...) Les jours de pluie, je m'enfoncerai au plus profond des bois, là où les aiguilles de pin sont toujours sèches ; quand le soleil brillera, je m'allongerai dans la bruyère et observerai le flamboiement des genêts contre les nuages. Mon bonheur sera constant puisque personne ne sera là pour le troubler."  Son mari "L'homme en Colère", semble sceptique, persuadée qu'Elizabeth va rapidement s'ennuyer et réclamer à nouveau de la compagnie. Mais le jeune femme bénéficie déjà de compagnie triée sur le volet : ses compagnons sont ses auteurs fétiches : Jane Austen, Heine, Miss Mitford, Goethe, Ruskin, Lubboc, White, Thoreau bien sûr, Hawthorne, Montaigne, et tant d'autres à qui elle voue un amour sans failles : "Quelle bénédiction d'aimer les livres ! Tout le monde doit aimer quelque chose, et je ne connais aucun objet digne d'être autant aimé qu'un livre et un jardin." 

Elizabeth se promène jour et nuit dans son jardin, contemple le miracle de la nature, s'enivre du parfum des fleurs :

"Le calme et la beauté de ce matin paraissaient d'autant plus merveilleux que nous associons le jour au bruit des voix, au va-et-vient pressé des passants, à la monotonie du travail qui procure la nourriture nécessaire à notre survie, et aux repas qui permettent de reprendre le travail qui procurera la nourriture... Là, le monde avait les yeux grand ouverts mais n'appartenait qu'à moi. J'étais seule à respirer l'air pur, les parfums entêtants, à entendre le rossignol, à me réchauffer au soleil. Pas un mot déplacé, pas une manifestation d'égoïsme, rien qui ternisse la pureté miraculeuse de l'univers que Dieu nous a donné." 

Elle se fond dans le cycle de la nature, consciente de l'importance des saisons. L'hiver est en effet nécessaire pour "connaître la face sombre de l'existence." "Le thermomètre descend à moins vingt degrés Réaumur, et vous êtes obligé de descendre avec lui jusqu'aux vérités élémentaires."

Lovée dans son jardin, seule, Elizabeth rencontre finalement un bonheur calme et serein :

"D'ailleurs, il n'est guère de plaisir qui ne soit à la portée de tout un chacun. Allez vous promener dans la campagne, ou, plus simplement encore, installez-vous sur le seuil de votre porte et ouvrez les yeux La nature, la généreuse nature vous a préparé mille spectacles : les premières fleurs, encore toute pâles, qui apparaissent au milieu des halliers ; une anémone qui se détache contre le bleu du ciel ; la première neige en automne ; les grands vents qui chassent les derniers miasmes de l'hiver ; l'odeur chaude des pins -on croirait des mûres - lorsque le soleil les frappe, le premier soir de février assez beau pour qu'on s'aperçoive que les jours rallongent - derrrière les arbres sombres dont les branches, couvertes de gouttes de pluie, ressemblent à des rangs de perles, s'étend une bande de ciel couleur jaune pâle ; l'émotion douce qui vous saisit lorsqu'on comprend que l'hiver s'en est allé et que le printemps est là ; l'odeur des jeunes mélèzes, quelques semaines plus tard ; le petit bouquet de primevères que vous ne pouvez vous empêcher d'embrasser tant il est doux et beau et parfait, et aucun baiser au monde n'est plus délicieux."

Mais la guerre gronde et menace son fragile équilibre solitaire...

Elizabeth Von Arnim nous offre ici un petit précis d'hédonisme parfait pour l'été qui s'annonce !

 

L'été solitaire, Elizabeth Von Arnim, traduit de l'anglais par François Dupuigrenet Desroussilles, 10/18, 1991, 

 

Publié dans Littérature Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chinouk 30/06/2015 08:19

C'est exactement ce qu'il me faut en ce moment ! je file le commander parque être seule le temps d'un été avec juste des livres... Je signe de suite :) Merci pour cette découverte

Hélène 30/06/2015 08:23

Je me doutais qu'il te plairait !

Brize 22/06/2015 20:54

Ah ! Mais c'est la suite de "Elizabeth et son jardin allemand" ! Je vois que tu as apprécié (et je le lirai aussi un de ces jours)

Hélène 23/06/2015 06:42

Oui je lirai cet "elizabeth" aussi, tellement elle m'a plu !

zarline 22/06/2015 13:41

Je n'ai encore jamais lu cet auteur mais a priori, je dirais que c'est trop contemplatif pour moi. Avoir un été à moi, sans programme, ça me stresserait plus qu'autre chose. Oui, je sais, je suis bizarre ;-)

Hélène 22/06/2015 15:11

Non je sais ce que c'est ma soeur est comme toi !

keisha 22/06/2015 07:50

Hum ,envie de lire et relire cet auteur (j'ai relu en caravane pour ce mois anglais)

Hélène 22/06/2015 09:32

Il te plaira !

Ariane 21/06/2015 23:14

Un été de calme et de lecture ? Quel bonheur ce serait !

Hélène 22/06/2015 09:32

Oui, je l'ai enviée !

eimelle 21/06/2015 22:07

et une découverte de plus grâce à ce mois anglais!

Hélène 22/06/2015 09:32

Quel plaisir ce mois anglais !

Albertine 21/06/2015 19:02

J'adorerais pouvoir avoir un "été" à moi ... mais j'ai dans l'idée que ma tribu (l'Homme et les Ados) y trouveraient à redire ;-) ! Un livre que je m'empresse de noter !

Hélène 22/06/2015 09:33

Je me suis demandée comment elle faisait avec les enfants et l'intendance, il faut quand même préciser qu'elle avait une gouvernante...

Cleanthe 21/06/2015 13:22

J'avais prévu de le lire pour le mois anglais. Mais je ne sais pas si j'y arriverai à temps. En tout cas, ton billet est très tentant.

Hélène 21/06/2015 15:46

Il est magnifique et fait du bien !

Dominique 21/06/2015 10:56

j'ai aimé cette auteure dès la première lecture, mais voilà parfois quand on prête un livre il ne revient pas et celui là fait partie du lot grrrrr
Tu me donnes envie de lire et relire plusieurs de ses livres et de retrouver l'homme de colère si bien nommé et son splendide jardin

Hélène 21/06/2015 11:51

J'adore aussi cette auteure, je vais enchainer avec "Elizabeth et son jardin anglais".