L'arc-en-ciel en verre de James Lee BURKE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

Après la découverte de sept jeunes femmes sauvagement assassinées, l'enquête de Clete et Dave semblent les porter vers Herman Stanga, maquereau et dealer notoire. Clete, toujours aussi autodidacte et explosif décide de lui rendre une petite visite qui tourne mal. Stanga porte plainte contre Clete avant d'être lui-même assassiné. 

Parallèlement, Dave constate avec regret que sa fille Alafair fréquente le fils d'une grande famille de la région, famille que Dave ne porte guère dans son coeur car ils sont notamment des descendants de marchands d'esclaves. La jeune fille va apprendre à ses dépens que "La confiance qu'on accorde aux autres, c'est notre plus grande vertu et notre plus grande faiblesse." Dave devra gérer cette relation houleuse, tout en épaulant son ami de toujours, Clete, toujours doté d'un instinct d'autodestruction prégnant : "Tu es l'équivalent humain d'une boule de démolition, Clete. Sauf que les plus gros dommages, c'est à toi-même que tu les causes." p. 161

James Lee Burke n'a pas son pareil pour nous faire sentir "l'odeur des arbres mouillés et des gouttes de pluie heurtant le ciment chaud". Il parvient à éclairer de l'intérieur cette Louisiane gangrenée par la corruption, par la pauvreté et l'industrie galopante. Les éclairs de lumière baignent le roman d'une ambiance crépusculaire, le noir cauchemardesque imprégnant peu à peu le soleil éclatant, et inversement, des rayons inondant la noirceur d'éclats qui rappellent que, malgré tout, la vie vaut la peine. 

"Mais je dus me forcer à me rappeler que, aussi fort qu'on puisse vouloir l'imaginer, notre disparition, pas plus que la disparition d'une époque, n'est une tragédie. S'il existe une tragédie humaine, il n'en existe qu'une seule : c'est ce qui se passe quand nous oublions qui nous sommes, et que nous restons silencieux quand un étranger s'installe dans notre peau." p. 157

Les êtres luttent dans cet antichambre, faisant rimer espoir et cauchemars, ils ne savent plus voir distinctement les frontières... Tout est mouvant chez James Lee Burke pour qui le manichéisme ne signifie rien. A l'orée de ses pages, palpite juste la vie, avec ses aléas, ses luttes, ses petites victoires et ses grandes défaites. Juste des personnages pris dans les entrelacs de la vie, pour le meilleur et pour le pire...

 

Présentation de l'éditeur : Payot Rivages 

D'autres avis : Lecture commune avec Electra ;

Actu du Noir  ; Télérama 

Du même auteur :

La série des Dave Robicheaux :

La Pluie de néon,

Prisonniers du ciel,

Black Cherry Blues

Une saison pour la peur

Une tache sur l'éternité

Dans la brume électrique avec les morts confédérés

Dixie City

Le Brasier de l'ange

Cadillac Jukebox

Sunset Limited

Purple Cane Road

Jolie Blon's Bounce

Dernier tramway pour les Champs-Elysées

L'Emblème du croisé

 La descente de Pégase

La nuit la plus longue

Swan Peak

L'Arc-en-ciel de verre

Créole belle

Lumière du monde

 

L'arc-en-ciel en verre, James Lee Burke, traduit de l'anglais (EU) par Christophe Mercier, Rivages/Noir, juin 2015

Commenter cet article

zazy 12/04/2016 19:07

Encore un auteur que je ne connais pas

Hélène 14/04/2016 10:27

Erreur à réparer !

Emma 12/04/2016 09:54

Voilà un auteur que je n'ai jamais lu.

Hélène 12/04/2016 10:57

Cours l'acheter !!!

Aifelle 12/04/2016 07:32

Jamais lu non plus ! Est-ce qu'il faut les prendre dans l'ordre ?

Hélène 12/04/2016 10:56

C'est mieux oui, comme dans beaucoup de séries il y a la petite histoire personnelle des personnages.

Bernieshoot 11/04/2016 16:25

L'intrigue semble fonctionner avec les bons ressorts

Hélène 12/04/2016 10:56

Ce roman policier a tout des grands pour moi !

keisha 11/04/2016 13:29

Je sens l'auteur incontournable, hélas jamais lu. merci de la liste! ^_^

Hélène 12/04/2016 10:56

Oui il faut que tu le lises sans blague !!!

Dominique 11/04/2016 10:19

j'ai un peu de retard avec lui mais je sais que je les lirai un jour ou l'autre car j'aime inconditionnellement

Hélène 12/04/2016 10:55

Pareil pour moi, inconditionnellement !

Noukette 11/04/2016 10:15

Effectivement ça a l'air bien noir...

Hélène 12/04/2016 10:55

Ah oui mais tellement beau !

yuko 11/04/2016 09:39

Le titre a le mérite d'intriguer ;)

Hélène 12/04/2016 10:55

Un très beau titre pour un très beau livre !

luocine 11/04/2016 09:21

Un polar bien serré, comme un peit noir de comptoir. Avec beaucoup de meurtres au menu!

Hélène 12/04/2016 10:55

Exactement !

Electra 11/04/2016 09:16

Maintenant j'ai envie de lire l'autre .. Créole qqchose !

Hélène 12/04/2016 10:55

Oui on peut se le programmer ! Il est dans ma PAL celui ci !

Electra 11/04/2016 09:16

merci pour cette LC ! c'est grâce à ce livre que j'ai repris à lire et que j'ai vaincu ma maladie !!!

Hélène 12/04/2016 10:54

Une belle lecture !