Chaleur de Joseph INCARDONA

Publié le par Hélène

"L'homme a cette capacité d'absolu qui, même dans les évènements en apparence les plus ridicules, touche au tragique et, parfois, à la grâce."

Chaque année en Finlande a lieu un drôle de championnat  : le championnat du monde de Sauna durant lequel les concurrents venus de toute l'Europe doivent pour rester enfermés dans des cabines chauffées à 110 °. Le vainqueur est celui qui tient le plus longtemps... Niko Tanner et Igor Azarov sont les deux stars du championnat : l'un est star du porno finlandais l'autre est un ancien sous-marinier russe. Tout oppose en apparence ces deux hommes : quand l'un s'épanouit dans le sexe, l'autre est bien plus sérieux, presque dépressif. Et pourtant ils se retrouvent dans cette volonté d'aller au-delà de soi-même, au-delà de ses capacités, au-delà de la vie peut-être. Le championnat leur offre cette opportunité, et au-delà du folklore, toute un volet sur la souffrance se joue ici...

Le ton est décalé, léger en surface, mais cachant les blessures bien plus profondes des deux protagonistes bien décidés à s'éprouver jusqu'au bout.

Ce que j'ai moins aimé : l'auteur a souhaité mettre en valeur l'absurdité apparente de ces championnats et la tragédie finale qui prouve que derrière cette activité aux accents anodins, se terraient des réalités bien plus existentielles. Soit. Mais pourquoi en rajouter en choisissant un acteur de porno qui passe son temps à se faire tailler des pipes ? Et pourquoi cette business woman très coincée qui jouit pour la première fois de sa vie grâce audit acteur porno au talent professionnel exceptionnel ? L'alliance entre le grotesque et le sublime perd ses accents hugoliens pour s'orienter alors vers du porno peuplé de slips échancrés... Un choix sans aucun doute assumé qui ne m'a pas conquise...

 

Pour votre gouverne, les championnats du monde de sauna ont réellement existé, et le roman s'inspire d'évènements réels. (à lire à ce sujet l'article du Monde)

 

Présentation de l'éditeur : Finitude

 

Chaleur, Joseph Incardona, janvier 2017, 160 p., 15.50 euros

Merci à l'éditeur.

Publié dans Littérature Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Patrice 27/02/2017 22:58

Je trouvais que le thème était original mais je suis très déçu au final de cette lecture. Les allusions au sexe sont tellement nombreuses que ça en devient ridicule. Une déception au final.

Hélène 28/02/2017 08:45

Je suis tout à fait d'accord !

Jerome 16/01/2017 13:48

Ma prochaine lecture, tes bémols pourraient me convenir :)

Hélène 17/01/2017 08:19

Je me doute ;-)

luocine 14/01/2017 15:05

des concours stupides ne font donc pas un bon roman , pourtant au début de ton billet je pensais que cela allait m'intéresser et puis finalement non.

Hélène 16/01/2017 09:11

C'est à dire qu'il fallait lier le tragique et la stupidité du concours, ce n'était guère évident !

Violette 13/01/2017 17:19

tiens, j'ai entendu parler de ce concours tout récemment. Sujet tentant mais de là à en faire un livre... ... ...

Hélène 16/01/2017 09:09

Je pense qu'il y avait du potentiel, mais cette histoire est tellement tragique, ce n'était pas facile

manou 13/01/2017 16:45

Je crois que je passe mon tour, ma liste est si longue !

Hélène 16/01/2017 09:08

Oui il y en a tant à lire !

Noukette 12/01/2017 22:27

Drôle de sujet, pas certaine d'y trouver mon compte...

Hélène 13/01/2017 08:08

Un roman au sujet atypique effectivement.

Ingannmic 12/01/2017 19:36

J'ai lu récemment "220 volts" du même auteur, que j'ai bien aimé, même si je sais que ce n'est pas un roman qui me marquera (c'est plutôt le genre de polar efficace qu'on avale en une journée en vacances...). En revanche, son dernier titre ("Derrière les panneaux, il y a des hommes") est excellent. Très noir et original.

Hélène 13/01/2017 08:08

Oui j'ai vu que "derrière les panneaux" plaisait beaucoup !

keisha 12/01/2017 14:16

J'hésitais (Finitude, petit éditeur, donc à scruter) mais boaf finalement.

Hélène 13/01/2017 08:08

Peut-être qu'il te plairait...

Alex-Mot-à-Mots 12/01/2017 14:08

Un coup de chaleur d'un genre particulier, donc.

Hélène 13/01/2017 08:08

Voui...

gambadou 12/01/2017 10:54

Ce que tu dis dans "je n'ai pas aimé" me refroidit !

Hélène 13/01/2017 08:07

Il m'a été difficile de cerner ce que j'ai moins aimé je l'avoue mais ce ne fut pas un coup de coeur !