Parias de BEYROUK

Publié le par Hélène

♥ ♥

Le père en en prison et seul, il s'adresse à sa femme, et lui explique avec ses mots ses choix, ses sentiments profonds, ses colères. Il se souvient avec émotion du passé, de ce jeune nomade qu'il était et qui a accepté de s'implanter avec elle pour construire une famille et s'occuper de leur fils, loin du désert qu'elle méprisait. Ce fils, après l'emprisonnement de son père, a préféré se réfugier en ville chez des amis de ses parents plutôt que dans le désert cher à son père. Il raconte à son tour la cité, les luttes, les éblouissements, les plaisirs.

Deux voix s'entrecroisent pour former aussi en creux le portrait de cette femme absente et pourtant au cœur de leur univers. Ces deux portraits et personnalités sont aussi celles de la ville et du désert et des déracinés, dévoilant en creux ce que deviennent les hommes arrachés à leurs origines

Un texte fort, même si la forme constituée de monologues sans dialogues et centrés sur les sentiments est assez abrupte au premier abord.

 

Présentation de l'éditeur : Sabine Wespieser éditeur

Merci à Yves pour cette découverte

Publié dans Littérature Afrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Luocine 07/05/2021 15:16

Je pense que le déracinement est parfois une souffrance.

manou 07/05/2021 13:43

J'avais raté la publication de ce livre chez Yves chez qui je vais de temps en temps. Un auteur que du coup je n'ai pas noté et qui m'a l'air intéressant à découvrir. Merci !

Alex-Mot-à-Mots 07/05/2021 13:40

Je l'avais remarqué chez Yv, tu confirmes mon envie de le lire.

Géraldine 06/05/2021 18:23

Ah oui, je veux bien ! A l'automne dernier, de Beyrouk, j'ai lu "le tambour des larmes", j'ai adoré ! Je me préparais alors à partir en voyage en Mauritanie... Voyage annulé pour cause de covid. Mais c'est avec plaisir que je me replongerai dans la plume et l'univers de Beyrouk !

Hélène 07/05/2021 11:01

Si tu veux je peux te le prêter, je te l'envoie lundi ?

Ingannmic 06/05/2021 12:34

Merci pour cette découverte, les auteurs mauritaniens ne courent pas les blogs !