Du côté de Canaan de Sebastian BARRY

Publié le par Hélène

                                               du-cote-de-canaan.jpg

♥ ♥

  

L’auteur :

 

Sebastian Barry est né à Dublin en 1955. à la fois romancier, poète et dramaturge, il est reconnu comme l’une des voix les plus importantes de la littérature irlandaise d’aujourd’hui. Ses romans Annie Dunne et Un long, long chemin ont paru aux Éditions Joëlle Losfeld en 2005 et 2006. Le testament caché figurait sur la shortlist du Man Booker Prize 2008, et a obtenu le prix Costa Book of the Year cette même année. Il a également décroché en 2009 le prix Hughes and Hughes Irish Novel of the Year.

 

L’histoire :

 

Obligée autrefois de fuir l’Irlande et les siens avec son fiancé pour de mystérieuses raisons, Lilly Bere, à quatre-vingt-neuf ans, revit le chemin parcouru depuis son arrivée dans le Nouveau Monde – le «côté de Canaan» – au rythme des hommes de sa vie. D’une traversée clandestine à leur installation précaire à Chicago, le jeune couple n’aspire qu’à une vie normale. Mais c’est sans compter avec la menace sourde qui pèse sur eux, et qui va pousser Lilly, désormais seule au monde, à s’enfuir à Cleveland. Devenue employée de maison grâce à son amie Cassie, elle y est témoin des injustices et du racisme de la société américaine. Quand elle rencontre le séduisant et énigmatique Joe, elle croit enfin toucher le bonheur du doigt – jusqu’à une explosion pendant laquelle Joe disparaît… Ce n'est là qu'un des nombreux mystères de la vie de Lilly, racontée comme un thriller, et imprégnée d’une infinie douceur. (Présentation de l’éditeur)

 

Ce que j’ai aimé :

 

A l’orée de sa mort, une vieille dame se remémore les instants cruciaux de sa vie, ceux qui, mis bout à bout, forment un tout cohérent et significatif. Pour elle, se souvenir est essentiel à l’heure où elle vient de perdre son petit-fils, prunelle de ses yeux. En se plongeant dans le récit de sa vie, elle peut ainsi revivre intensément par la magie de l’écriture les beaux moments, les moins bons, et les tragédies incontestables.

 

« Et de penser, de me souvenir. Toutes ces sombres affaires, ces histoires englouties, comme des vieilles chaussettes dans une vieille taie d’oreiller. Sans plus trop savoir quel poids de vérité elles contiennent. Et des choses que j’ai laissées de côté longtemps, dans l’intérêt du bonheur, ou du moins du contentement quotidien dont j’étais autrefois maîtresse, j’en suis persuadée. Le plaisir d’un plat bien cuisiné, simplement le petit plaisir étrangement infini de voir, de contempler, un plateau de biscuits sortant du four. Comme si je venais d’achever le Parthénon, ou la sculpture de Jefferson dans le roc, ou peut-être le contentement, ressenti dans les muscles, de l’ours quand il sort un saumon de l’eau avec sa patte. Puissamment apaisant, profondément, et pour quoi d’autres sommes-nous ici, sinon pour ressentir ces minuscules victoires ? Pas les grandes victoires qui broient et tuent le vainqueur. Pas les guerres et les émeutes, mais la grâce salutaire d’une sauce hollandaise qui a échappé à toutes les possibilités d’un désastre culinaire et qu’on étale comme une prière jaune sur un gros pavé de cabillaud, victorieusement. » (p. 39)

  

 Là où le pathétique pourrait être de mise,  Lilly ayant connu dans son parcours différentes tragédies, la luminosité de la vieille dame, sa bonté et son intelligence permettent d’éviter tout pathos, et d’auréoler son récit d’une aura particulière. Est-ce l’approche de la mort qui lui donne cette force immense, ou bien l’amour qu’elle a porté à chacun des êtres qui ont jalonnés sa vie, qu’importe, quand seul compte le récit de ces destins individuels marqués par les guerres (guerre d'indépendance irlandaise, première guerre mondiale, guerre du Vietnam, puis la guerre du Koweit), par le racisme, par les actions de l’IRA…

 

Servi par un style fluide, Du côté de Canaan retrace un très beau destin de femme…

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

Tellement fluide, que cela en devient presque banal et que je pense que cela ne le laissera pas un souvenir inoubliable.

 

Premières phrases :

 

« Bill n’est plus.

 

Quel bruit fait le cœur d’une femme de quatre-vingt-neuf ans quand il se brise ? Sans doute guère plus qu’un silence, certainement à peine plus qu’un petit bruit ténu. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Du même auteur : Annie Dunne

Autre : Une seconde vie de Dermot BOLGER  

 D’autres avis :

 Blogs : Jérôme ; Mimi ; Clara ; Jostein

Presse : Lire ;Télérama  

 

Du côté de Canaan, Sebastian Barry, traduit de l’anglais (Irlande) par Florence Lévy-Paoloni, Editions Joëlle Losfeld, août 2012, 274 p.,  19.50 euros

 grand prix lectrices de elle

Publié dans Littérature Europe

Commenter cet article

Eeguab 22/06/2014 19:28

J'ai beaucoup aimé comme les deux autres livres lus de cet auteur, Un long long chemin et Les tribulations d'Eneas McNulty.

Géraldine 24/02/2013 20:41


Si cela ne te parait pas mémorable, je pense que je ne vais pas retenir ce titre.

Hélène 25/02/2013 08:49



Non je n'ai pas été emballée...



Malika 21/02/2013 21:00


Nous avions présenté "Le testament caché" de cet auteur lors d'un de nos cercles de lecteurs ... les avis étaient très mitigés !!

Hélène 22/02/2013 09:06



Décidemment, ça se confirme..



Nadael 21/02/2013 16:56


Je vois que les avis diffèrent. Je le lirai peut-être dans le cadre du Prix Elle...

Hélène 22/02/2013 09:07



Je pense que ce sera plutôt "arrive un vagabond"... du moins j'espère !



clara 20/02/2013 08:52


moi je l'ai aimé et si sa baque est bien chargée de malheurs,elle m'a rappelée la vie pas facile d'une de mes grand-mères alors j'ai adhéré! 

Hélène 20/02/2013 09:03



C'est un récit plaisant mais pas marquant pour moi..



gambadou 19/02/2013 22:08


Alors je ne note pas !

Hélène 20/02/2013 09:04







kathel 18/02/2013 17:39


Pas indispensable, alors ? 

Hélène 19/02/2013 08:52



Non pas à mes yeux...



Alex-Mot-à-Mots 18/02/2013 16:15


Je l'avais repéré, mais aux vues des différents billets, j'ai abandonné.

Hélène 19/02/2013 08:52



Oui abandonne...



jerome 18/02/2013 15:07


J'ai bien aimé même si on peut trouver que la barque de cette pauvre femme est sacrément chargée : que de malheurs pour une seule et même personne ! 

Hélène 19/02/2013 08:52



Effectivement, la pauvre..



monpetitchapitre 18/02/2013 09:56


Je vois des avis mitigés sur ce livre mais il me tente malgré tout.

Hélène 18/02/2013 10:08



Il a un certain charme, il est de lecture agréable, c'est juste qu'il ne marquera sans doute pas durablement mon esprit !