Gone, Baby, Gone de Dennis LEHANE

Publié le par Hélène

                                            Gone-Baby-gone

♥ ♥ ♥ ♥

Un grand roman policier et social à passer de mains en mains pour le faire connaître. 

 

L’auteur :

Dennis Lehane est né en 1966 à Dorchester dans le Massachusetts.  Après des études à Boston, il part à l'université internationale de Floride. Tout en écrivant son premier livre (Un dernier verre avant la guerre), il vit de métiers divers (livreur, libraire, chauffeur). C'est également un ancien éducateur qui travaillait dans le secteur de l'enfance maltraitée. Ce thème reste très présent dans la majorité de ses œuvres.

Il vit aujourd'hui à Boston. Ses livres sont traduits dans une vingtaine de langues.

 

L’histoire :

 

 Patrick Kenzie et Angela Gennaro sont les héros récurrents de Dennis Lehane. Enquêteurs privés, ils recherchent dans « Gone, Baby, Gone » une enfant de quatre ans disparue mystérieusement. Ils vont peu à peu se plonger dans la vie de la maman de la petite fille, vie déréglée, peu propice à l'éducation d'un enfant...

Ce que j’ai aimé :

-      - Ce quatrième opus des aventures de Kenzie et Gennaro est, paraît-il, le préféré de Dennis Lehane. Il est aussi le mien, bien qu'il soit difficile de comparer, chaque roman de Dennis Lehane ayant ses spécificités.

 

-      C’est un roman policier qui ne se contente pas de suivre une trame policière classique, la psychologie des personnages est très dense et l'intrigue touche des questions morales et sociales importantes, concernant ici l'éducation donnée aux enfants. Tous les romans de Dennis Lehane sont de la même veine, avec une intrigue captivante et en filigrane une réflexion sur le Mal loin d'être manichéenne.

 

-      L'originalité du livre tient en effet dans ces questions morales qu'il pose. Beaucoup de romans policiers restent manichéens : d'un côté, les bons (les policiers, enquêteurs...), et de l'autre, les méchants à poursuivre et condamner. Cette vision s'estompe dans les romans de Dennis Lehane, et le monde prend soudain de l'épaisseur.

          

Ce que j’ai moins aimé :

 

-      C’est un roman violent quelquefois, à l'image du monde décrit.

-      Si vous voulez les lire dans l'ordre, commencez par Un dernier verre avant la guerre.

 

Premières phrases :

 

"Port Mesa, Texas
Octobre 1998
Bien avant que le soleil n’atteigne le Golfe, les chalutiers s’éloignent dans les ténèbres. Ce sont surtout des crevettiers, auxquels se joint parfois un bateau en quête de makaires ou de tarpons, et il n’y a pratiquement que des hommes à bord. Les rares femmes embarquées avec eux restent les plus souvent entre elles. Sur le littoral texan, ils sont si nombreux à avoir connu une mort terrible en deux siècles de pêche que leurs descendants et amis survivants estiment fondés leurs préjugés, leur haine des concurrents vietnamiens, leur méfiance envers toute représentante du sexe opposé prête à accomplir ce travail repoussant, à manipuler dans le noir des câbles épais et des crochets capables de déchirer la chair."

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Ténèbres, prenez-moi par la main de Dennis LEHANE

Autre : De chair et de sang de John HARVEY

A noter qu'une suite de cette opus arrive en librairie, je vous en reparle prochainement...

Gone, Baby, Gone, Dennis LEHANE, traduit de l’américain par isabelle MAILLET, Rivages Thriller, mars 2003, 387 p., 20,99 euros

POCHE : Gone, Baby, Gone, Dennis LEHANE, traduit de l’américain par isabelle MAILLET, Rivages poche, novembre 2007, 533 p., 9.50 euros

 

Commenter cet article

Manu 18/05/2011 20:51



Un auteur que je dois seulement découvrir.



Hélène 20/05/2011 09:37



Oh que oui !!!!



Dominique 18/05/2011 18:14



un des meilleurs de Lehane avec Mystici river, un auteur passionnant qui progresse de roman en roman


il vient d'en paraitre un mais je ne l'ai pas lu



Hélène 18/05/2011 20:46



Oui, j'ai son dernier dans ma pal "Moonlight mile", suite de celui-ci, on y retrouve cette petite fille devenue adolescente.



Alex-Mot-à-Mots 18/05/2011 17:01



Un auteur que j'avais bien aimé et qu'il faudrait que je lise encore.



Hélène 18/05/2011 20:47



Oh oui, tout est bon chez lui, ce qui est rare chez les auteurs policiers, il faut l'avouer...



keisha 18/05/2011 16:21



J'ai lu le numéro 2, abandonné le 1, sans doute pour la raison que tu pointes : violent. Mon petit coeur était sans doute en mode "douceur" à ce moment là.



Hélène 18/05/2011 20:49



Effectivement, mais il y a aussi beaucoup d'humanité dans ses pages.



Kathel 18/05/2011 13:04



Tu me fais penser qu'il faudrait que je lise de nouveau Dennis Lehane... Le film tiré de ce roman n'est pas mal du tout non plus. C'est surtout les images du film qui me restent car je l'ai revu
récemment.



Hélène 18/05/2011 20:48



Je n'ai pas vu le film, j'ai peur d'être plus impressionnée par les images que par la lecture...