L'étranger de Jacques FERRANDEZ d'après l'oeuvre d'Albert Camus

Publié le par Hélène

                                  l-etranger-jacques-ferrandez

♥ ♥ ♥

Une superbe adaptation

 

L’auteur :


Jacques Ferrandez a commencé chez Casterman en publiant Arrière pays, des petites histoires d’inspiration provençales. Après le premier cycle en 5 volumes de la série Carnets d'Orient, consacrée à la période coloniale d'avant-guerre en Algérie, Jacques Ferrandez replonge dans l'univers provençal et s'attaque aux classiques de la littérature française en adaptant deux romans de Pagnol : Jean de Florette et Manon des Sources (1997). En octobre 1998, sur un scénario de Tonino Benacquista pour lequel il avait réalisé des illustrations sur La madonne des sleepings, Jacques Ferrandez dessine L’Outremangeur, puis La Boîte noire en octobre 2000. Il revient à sa série Carnets d'Orient en entamant un deuxième cycle, qui débute à la veille de l'insurrection en Algérie et qu'il clôt en 2009 avec Terre fatale. Contrebassiste de jazz, il se produit avec le Mille sabords quartet et le Miles Aboard Jazz Quintet et illustre régulièrement les couvertures de Jazzman magazine. (Source : France Inter)

 

etranger-debut.jpg


 

Présentation :

 Le jour où sa mère est morte, Meursault a remarqué qu'il faisait très chaud dans l'autobus qui le menait d'Alger à l'asile de vieillards, et il s'est assoupi. Plus tard, dans la chambre mortuaire, il a apprécié le café que lui offrait le concierge, a eu envie de fumer, a été gêné par la violente lumière des lampes électriques. Et c'est avec une conscience aiguë du soleil qui l'aveugle et le brûle que l'employé de bureau calme et réservé va commettre un acte irréparable. Camus présente un homme insaisissable amené à commettre un crime et qui assiste, indifférent, à son procès et à sa condamnation à mort.

 

Ce que j’ai aimé :

 L'adaptation est fidéle au texte initial : nous retrouvons ce Meursault anti-héros atypique à qui tout est égal, pour qui la vie ne vaut pas la peine d’être vécue, et poussé par les circonstances ou par ses sens exacerbés à commettre un meurtre. Puis viennent le procés, l'emprisonnement, et toujours en filigrane cette passivité, cet homme qui s'adapte trop facilement à ce qui lui arrive et semble sans coeur, perdu dans un monde absurde.

"On ne change jamais de vie. En tout cas, toutes se valent et la mienne ici ne me déplaît pas du tout." (p. 53)

"Le cri des vendeurs de journaux dans l'air déjà détendu, les derniers oiseaux dans le square, l'appel des marchands de sandwiches, la plainte des tramways dans les hauts tournants de la ville et cette rumeur du ciel avant que la nuit bascule sur le port, tout cela recompose pour moi un itinéraire d'aveugle, que je connaissais bien avant d'entrer en prison. Oui c'est l'heure, où il y a bien longtemps, je me sentais content. Ce qui m'attendait alors, c'était toujours un sommeil léger et sans rêves. Et pourtant quelque chose a changé puisque, avec l'attente du lendemain, c'est ma cellule que je retrouve. Comme si les chemins familiers tracés dans les ciels d'été pouvaient mener aussi bien aux prisons qu'aux sommeils innocents." (p. 109)

 Il lui faudra du temps pour se libérer de ce schéma désincarné et se dépasser pour accéder au sublime. Le sentiment de puissance n'arrivera finalement qu'avec la mort et son acceptation. Accepter la mort, sa propre finitude, l'absurdité de la vie, c'est peut-être enfin pouvoir toucher le bonheur du bout des doigts.

Le travail sur les dessins est magnifique : les aquarelles sont douces et lumineuses, habitées par la grâce de l'instant qui passe et dont il faut savourer chaque seconde en renonçant à lutter contre l'inévitable. Une vraie rencontre entre un auteur et un dessinateur de talent, pour une vraie réussite. 

etranger-2.jpg

 

Ce que j’ai moins aimé :

  - Rien

 

Vous aimerez aussi :

 Du même auteur : Les carnets d’Orient

 

 D’autres avis :

 

Presse :Télérama ; L’express  ; Le POint

     etranger-3.jpg

 

L’étranger, Jacques Ferrandez, d’après l’œuvre d’Albert Camus, Gallimard, avril 2013, 136 p., 22 euros

 

BD Mango bleu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nadael 28/05/2013 10:59


J'aime beaucoup les adaptations des grands classiques...celle-ci a l'air très bien faite. Pas facile de "s'attaquer" à un momument pareil!

Hélène 28/05/2013 11:19



Oui je l'ai beaucoup appréciée je te la conseille. 



Mango 23/05/2013 03:32


L'Étranger étant un de mes livres cultes, je sais que je vais lire cette BD avec autant de crainte que de plaisir. Je crains d'être déçue mais ce que tu en dis et les dessins que je trouve beaux
me rassurent un peu! 

Hélène 23/05/2013 09:49



Je pense qu'il te plaira !



cristie 22/05/2013 19:06


Elle m'a fait les yeux doux cette BD mais je me suis promis de lire d'abord le roman. Ne dis rien, je sais honte à moi je ne l'ai toujours pas lu !!!

Hélène 23/05/2013 09:49



Je ne l'ai lu que l'année dernière, rien ne presse !



sebastien 22/05/2013 17:49


j'ai lu le roman étant jeune et comme j'ai beaucoup aimé, je vais acheter sûrement ce livre ! Merci pour ton compte-rendu !

Hélène 23/05/2013 09:50



La Bd te plaira sûrement...



Elodie 22/05/2013 16:35


J'ai beaucoup aimé Carnet d'Orient. Je note celui-ci, en plus ça me rafraichira la mémoire : cela fait tellement longtemps que j'ai lu "L'Etranger"

Hélène 23/05/2013 09:50



Un très bel album !



Mo 22/05/2013 14:03


J'avais vraiment apprécié "La boîte noire", très bonne adaptation. Je crois que je vais me laisser tenter par ce titre. Merci pour ton avis

Hélène 23/05/2013 09:50



je pense lire d'autres titres de ferrandez de fait !



jerome 22/05/2013 13:11


Je te lis en diagonale parce que je vais accompagner Noukette sur cette lecture mais je me dis déjà que l'on ne devrait pas être déçus.

Hélène 23/05/2013 09:50



Hâte de connaitre ton avis !



OliV 22/05/2013 13:03


J'espère pouvoir rencontrer l'auteur en dédicace à la comédie du livre de Montpellier, très bientot !! (car il me tente L'étranger !)

Hélène 23/05/2013 09:50



Chic !



Alex-Mot-à-Mots 22/05/2013 10:10


Un roman pas facile à adapter, tant il est condensé.

Hélène 22/05/2013 11:08



Oui mais au final l'adaptation est parfaite, je l'ai même préférée au roman..



Noukette 22/05/2013 09:40


Une de mes prochaines lectures ! Ravie de savoir que tu as aimé ! ;-)

Hélène 22/05/2013 11:08



Oui tu verras, un régal !



Yv 22/05/2013 09:20


Pas encore lu mais Les carnets d'Orient sont formidables et c'est l'occasion ici de replonger dans Camus

Hélène 22/05/2013 11:08



Je pense de fait me plonger dans ses carnets d'Orient !