Le bleu est une couleur chaude de Julie MAROH

Publié le par Hélène

bleu-est-une-couleur-chaude.jpg

 

♥ ♥

 Sélection officielle Festival d’Angoulême 2011

 

« Par-delà notre mort, l’amour que nous avons éveillé continue d’accomplir son chemin. » (p. 155)

 

L’auteur :

Julie Maroh est une dessinatrice et scénariste de bandes dessinées. Elle a créé un blog dans lequel elle nous fait partager son travail : Les cœurs exacerbés.

L’histoire :

La vie de Clémentine bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune fille aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir toutes les facettes du désir et lui permettra d’affronter le regard des autres. (Quatrième de couverture)

Ce que j’ai aimé :

-          Le thème de l’homosexualité féminine est ici abordé avec beaucoup de finesse, les sentiments de Clémentine évoluant subtilement au fil du récit, du rejet à l’acceptation.


-           La primeure est donnée au sentiment, sentiment qui s’étend au-delà du sexe de l’être aimé :

 « - Veuillez excuser mon mari, vous savez qu’il a du mal à comprendre votre place dans la vie de notre fille. (…)

_ Vous n’avez qu’à lui dire que si j’avais été un garçon, Clèm serait tombée amoureuse de moi quand même. » (p. 14)

-          Julie Maroh nous montre intelligemment le chemin pour être de bons parents et des êtres complets :

 « Ma mère a commencé à comprendre. C’est elle qui est venue vers moi pour m’en parler. Jamais je n’aurais osé faire le premier pas. Elle ne m’a pas poussée dans une direction ou une autre. Elle voulait simplement que je sois heureuse et que je m’accepte en tant que personne. Et c’est peu à peu que j’ai compris que nos façons d’aimer étaient multiples. On ne choisit pas de qui on va tomber amoureux, et notre conception du bonheur s’impose à nous-même selon notre vécu. » (p. 77)

-          - Le travail sur la couleur : les souvenirs de Clémentine sont dessinés dans un camaïeu de gris et l'une des seules touches de couleur est la chevelure bleue d’Emma, seul éclat de couleur pour Clémentine dans un monde gris opacifié par ses questionnements sur son identité sexuelle.

  bleu est une couleur chaude emma-copie-2

Ce que j’ai moins aimé :

  

-         La fin tragique par laquelle le récit débute d’ailleurs, ôtant au lecteur d’emblée tout espoir.


-          La seule période a priori heureuse est occultée par une ellipse temporelle de 13 ans.

  

Le bleu est une couleur chaude, Julie Maroh, Glénat, 2010, 156 p.

D’autres avis chez Antigone, Théoma, Tamara, Choco

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K


Un livre superbe effectivement tant par la façon de traiter le sujet au plus près du réel, tendre et abrupte à la fois, que par les dessins et les tons de couleurs. D'accord aussi sur les points
moins aimés même si parfois les fins tragiques font aussi la beauté des histoires (juste dans les livres..)



Répondre
H


Un bel album pour un thème peu visité...



B


Je l'avais commandé pour la bibli. Il vient d'arriver. Il n'y a plus qu'à le lire !



Répondre
H


Une lecture facile, j'irai voir ce que tu en penses.



S


Je l'ai lue il y a peu de temps et j'ai vraiment été happée par l'histoire, la beauté du lien qui unit ces deux femmes et l'utilisation du bleu, par touches.



Répondre
H


Une belle originalité.



N


Gros coup de coeur pour cette BD magnifique ! Mon avis ici si ça te dit ! ;-) http://aliasnoukette.over-blog.com/article-le-bleu-est-une-couleur-chaude-julie-maroh-68393725.html



Répondre
H


Merci  pour le lien. Une belle BD effectivement;



A


J'en ai lu une bonne moitié dans un grand magasin commençant par un F.  Il faudrait que je pense à lire la deuxième moitié. C'est plutôt triste et tragique, mais le sujet me paraît bien
traité et j'aime le graphisme.



Répondre
H


Si tu veux je te raconte la fin...



F


Une Bd que j'ai découvert sur les blogs, offerte deux fois mais pas encore lue.



Répondre
H


Je l'ai bien appréciée je dois dire, elle vaut le détour.