Les affligés de Chris WOMERSLEY

Publié le par Hélène

                                          affliges.jpg

 ♥ ♥ ♥

  

L’auteur :

 Chris Womersley est un écrivain australien, né en 1968 à Melbourne. Eclectique, il est l’auteur de romans policiers, de nouvelles mais aussi de recueils de poésie.

Il fit ses classes en tant que journaliste pour la radio. C’est également un voyageur passionné (Inde, Asie du Sud-Est, Amérique du Sud, Amérique du Nord et Afrique de l’Ouest.)

Il vit aujourd’hui à Sydney et publie pour la première fois en 2012 chez Albin Michel (Les Affligés).

 

L’histoire :

Australie, 1919. Alors que la Grande Guerre est enfin terminée, une épidémie de grippe espagnole ravage le pays.  Dans une atmosphère de fin du monde, des hommes en armes bloquent les routes et parcourent les campagnes pour imposer la quarantaine. 

Quinn Walker, un soldat démobilisé et hanté par ce qu’il a vécu, retrouve la petite ville de  Flint en Nouvelle- Galles du Sud, qu’il avait quittée dix ans plus tôt, après avoir été accusé à tort d’un crime effroyable. Persuadé que son père et son oncle le pendront s’ils le trouvent, Quinn décide de se cacher dans les collines avoisinantes. Il y rencontre une gamine mystérieuse, qui l’encourage à réclamer justice et semble en savoir plus qu’elle ne le devrait sur son supposé crime…

 

 Ce que j’ai aimé :

Dès les premières pages, Chris Womersley ferre son lecteur qui sait désormais qu’il ne pourra plus se défaire de son roman avant la fin. Son écriture va droit au but, sans circonvolutions inutiles, efficace, implacable, permettant aux éléments de se mettre en place rapidement.

 Quinn est un être marqué, marqué par la guerre qui vient de s’achever mais ne l’a pas laissé intact puisqu’il a  été physiquement marqué, gazé, mais aussi psychologiquement ayant cotoyé l’horreur. Mais sa vie porte surtout l’empreinte du drame qui s’est déroulé dix ans plus tôt : accusé par son père et son oncle d’avoir violé et tué sa petite sœur, il a dû fuir loin des siens pour se daire oublier.

Il revient sur les lieux de son enfance et du drame sans savoir lui-même précisément ce qu’il souhaite : que vérité soit faite, que sa mère croit en son innocence et lui pardonne, mais ce qu’il aimerait avant toute chose est que sa petite sœur adorée ressuscite et que la vie reprenne son cours comme avant l’horreur…

 Dans sa quête de rédemption, il va être secondé par Sadie, une petite fille espiègle, intelligente usant de sortilèges magiques pour survivre dans un monde hostile dans lequel rôde le Mal, incarné par un personnage peu recommandable lancé à ses trousses…

 Les affligés est un roman qui semble graviter en apesanteur tant il est pur et lumineux. Il nous parle de vengeance, de douleur, de deuil, mais surtout d’espoir et d’amour. Il restera longtemps en suspens dans nos âmes la dernière page tournée.

 

Ce que j’ai moins aimé :

 -          Rien.

 

Premières phrases :

« Le jour où la petite Sarah Walker fut assassinée, en 1909, un ouragan déboula brutalement à travers les plaines de la Nouvelle-Galles du Sud avant de se déchaîner sur la minuscule ville de Flint. Un tel meurtre devait constituer le point focal de ces quelques journées d’agitation fébrile où presque chacun des deux cents habitants eut quelque chose à déplorer. »

 

Vous aimerez aussi :

 A la lueur d’une étoile distante de Mary McGARRY MORRIS

 

D’autres avis :

Blog : Clara ;  Nina ; Jérôme ; Jostein ; Véronique ; Yves

Presse : France Inter   

 

  Les affligés, Chris Womersley, traduit de l’anglais (Australie) par Valérie Malfoy, Albin Michel, mai 2012, 336 p., 20 euros

Publié dans Littérature Océanie

Commenter cet article

Valérie 22/08/2012 18:20


Oh la la, vous me donnez toutes envie de le lire.

Hélène 23/08/2012 10:46



Tu sais ce qu'il te reste à faire...



Alex-Mot-à-Mots 21/08/2012 09:56


Voilà un roman qui m'a l'air passionnant avec une vraie atmosphère. Je note.

Hélène 21/08/2012 10:06



Un roman à retenir...



Noukette 20/08/2012 22:20


Je suis très intriguée par ce titre, il a tout pour me plaire en tous cas !

Hélène 21/08/2012 08:49



C'est un livre fort, direct, puissant. QUi se lit très facilement. Je t ele conseille vivement !



jerome 20/08/2012 11:52


Un magnifique roman. A classer sans conteste parmi mes meilleures lectures 2012.

Hélène 20/08/2012 12:32



Je pense aussi qu'il fera partie de mes meilleures lectures...



Yv 19/08/2012 10:49


Comme toi et In cold Blob, il me manque souvent ce petit plus qui fait que le roman est excellent à mes yeux, mais sur Les Affligés, rien n'a manqué. J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman sur
lequel, je me suis un peu emporté, enthousiasmé en écrivant mon billet.

Hélène 19/08/2012 12:17



Il m'a manqué un peu de profondeur je crois, "cet indéfinissable charme"...



In Cold Blog 18/08/2012 19:44


Beaucoup d'avis positifs, tant sur les blogs que dans la presse, sur ce roman.
Séduit, je l'ai lu cet été pendant mes vacances.
Si je ne regrette pas ma lecture, je suis resté simple spectateur de cette histoire, sans être touché par Quinn (excepté lors de ses séances auprès du poteau à prière, et de ses visites à sa
mère), ni même Sadie (trop mature et délurée pour être totalement crédible) et sans être jamais surpris par le déroulement de l'intrigue.

Hélène 18/08/2012 23:23



Il m'a manqué une petite étincelle pour être totalement conquise, peut-être parce que j'ai trouvé l'ensemble effectivement un peu froid et attendu, je te rejoins bien là, mais je n'ai pas boudé
mon plaisir..



clara 18/08/2012 08:18


Et pourquoi pas 4 coeurs?  


J'ai beaucoup aimé !

Hélène 18/08/2012 23:24



Il manquait pour moi ce petit supplément d'âme qui mepousse vers les 4 coeurs....