Mãn de Kim THÚY

Publié le par Hélène

                                             man

♥ ♥ ♥

Un très beau récit tout en retenue

 

L’auteur :

 

Kim Thuy, née à Saïgon pendant l’offensive du Têt, a fui le Vietnam avec d’autres boat people à l’âge de dix ans pour rejoindre Montréal. Tour à tour couturière, interprète, avocate, chroniqueuse culinaire, elle se consacre désormais à l’écriture. Ru, son premier roman, a enthousiasmé les lecteurs de vingt pays. En France, il a obtenu le Grand Prix RTL-Lire 2010.

 

L’histoire :

 

Orient-Occident. Saigon-Montreal. C’est le parcours de Man, une jeune femme que sa mère a voulu protéger en la mariant à un restaurateur vietnamien exilé au Québec. En cuisine, elle réinterprète les recettes que les femmes de son pays chuchotaient à l’oreille de leurs filles comme autant de tours de magie porteurs de mémoire. Un bouillon à la tomate révèle les déchirements d’un peuple, les couleurs d’un dessert traduisent les codes d’une culture et l’art d’émincer le piment vicieux en dit beaucoup sur celui de séduire les hommes. Ce récit dévoile aussi la bouleversante histoire de la mère de Man et l’emportement d’un amour fou. Dans un subtil balancement entre ici et là-bas, entre passé et présent, Kim Thuy retrouve la force délicate et la poésie de Ru.

 

Ce que j’ai aimé :

 

Par petite touches discrètes, presque timides, Man raconte son histoire, son mariage avec un québécois restaurateur et son émigration au Canada. Mais de cet homme qu'elle a épousé pour trouver une protection, elle parlera très peu.

Elle préfère évoquer son enfance, les choix de sa mère, femme forte et intelligente, puis sur sa vie canadienne, son investissement dans le restaurant de son mari. Là, elle développe ses talents culinaires avec brio, cherchant à retrouver les goûts de son pays et de son enfance. Les saveurs se mêlent subtilement à ses mots pour nous mener sur les rives de sa vie :

« Mon gâteau aux bananes à la vietnamienne était un délice mais effrayait par son air  costaud, presque rustre. En un tournemain, Philippe l’a attendri avec une écume de caramel au sucre de canne brut. Il avait ainsi marié l’Est et l’Ouest, comme pour ce gâteau dans lequel les bananes s’inséraient tout entières dans la pâte de baguettes de pain imbibées de lait de coco et de lait de vache. Les cinq heures de cuisson à feu doux obligeaient le pain à jouer un rôle de protecteur envers les bananes et, inversement, ces dernières lui livraient le sucre de leur chair. Si l’on avait la chance de manger ce gâteau fraîchement sorti du four, on pouvait apercevoir, en le coupant, le pourpre des bananes gênées d’être ainsi surprises en pleine intimité. » (p. 70)

Puis viendra l'heure de l'amitié, du sentiment soudain libérateur de ne plus être seule dans un pays étranger, puis, peut-être enfin, la passion amoureuse, comme une parenthèse dans une existence décalée.

 Un court récit lumineux servi par l'intelligence de Kim Thuy et par son immense talent de conteuse : avec seulement quelques mots, quelques sensations, quelques souvenirs, elle crée un univers dense et poétique.

 

Ce que j’ai moins aimé :

- Rien

 

 Premières phrases :

 

« Maman et moi, nous ne nous ressemblons pas. Elle est petite, et moi je suis grande. Elle a le teint foncé, et moi j’ai la peau des poupées françaises. Elle a un trou dans le mollet, et moi j’ai un trou dans le cœur. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Du même auteur : Ru

Autre :  Littérature Asie du Sud-Est

 

D’autres avis :

 

Marilyne ; Jérôme 

 

Mãn, Kim THÚY, Liana Levi, mai 2013, 144 p., 14.50 euros

 

tous les livres sur Babelio.com

Publié dans Littérature Asie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R

Comment les mots, les mets et l'amour viennent aux femmes, ça vaut le détour - et un accompagnement ;-) http://bit.ly/19SEArS
Répondre
N

J'ai bien l'intention de découvrir cette auteure, j'ai Ru dans ma PAL ! ;-)
Répondre
H


C'est un bon début !



N

Un roman qui semble délicat et poétique... je note!
Répondre
H


Oui note !



C

il est à la biblio... yapluqua! 
Répondre
H


si tu veux que je te l'envoie, préviens moi...



A

J'avais vraiment beaucoup aimé Ru.
Répondre
H


Celui ci est à la hauteur !



C

La médiathèque met en ce moment le Vietnam à l'honneur, j'espère que je vais le trouver  !:)
Répondre
H


Sinon je peux aussi te le prêter !



G

Ce roman semble intéressant et... appêtissant 
Répondre
H


exactement !



L

et donc j'ai mis un lien vers ton blog
Répondre
H


Merci je vais voir ça...



M

Bonjour Hélène,


Merci pour la critique de ce livre que justement j'avais envie de lire mais qui me faisait hésiter ; des auteurs vietnamiens ou d'origine vietnamienne qui reviennent sur leur passé, j'en ai déjà
lus un petit nombre, Kim Lefèvre et Anna Moi notamment, donc une vague impression de 4e de couverture déjà vue. Mais là vous donnez envie, tant mieux! :)


Marjorie
Répondre
H


Oui j'ai beaucoup aimé !



K

J'avais tellement été enchantée par Ru... que je n'ose pas lire celui-ci. Mais j'y viendrai un jour.
Répondre
H


Il est à la hauteur.



J

Un récit tout en sensibilité, où les choses sont dévoilées par petites touches, tu as raison je crois de parler de timidité. Qu'est-ce que c'est bien en tout cas !
Répondre
H


OOOOUUUUII !



F

J'ai aimé Ru et l'univers intimiste et poétique de l'auteure.


Je suis parfois frileuse et attendait des avis positifs et sincères avant de me procurer ce titre. Tu me mets l'eau à la bouche et les odeurs à portée de nez!
Répondre
H


J'ai eu l'occasion de le découvrir grâce à babélio et j'en suis ravie.



L

je susi en train de déguster ce roman ... c'est absolument superbe exactement comme tu le dis


Luocine
Répondre
H


heureuse qu'il te plaise !