Une année en haut, chroniques d’un refuge ordinaire de Cyril AZOUVI

Publié le par Hélène

                            une année en haut

 ♥ ♥ ♥

Dépaysement garanti

  

L’auteur :

 

Cyril AZOUVI est un journaliste français qui a longtemps collaboré pour la presse montagne et voyage.

  

L’histoire :

 

Le lecteur est invité à passer une année au refuge des Oulettes de Gaube, au pied du Vignemale, à deux ou trois heures de marche de la station de Cauterets dans les Pyrénées. Il y côtoiera Jean- Thomas, gardien du refuge, et son aide-gardien Boris, tous deux passionnées de montagne et profondément amoureux de leur refuge…

 

Ce que j’ai aimé :

 

Au préalable, je dois préciser une chose concernant ma notation : ma sœur me faisait remarquer qu’elle et moi n’avions pas les mêmes critères pour attribuer des cœurs - ou des étoiles, des notes, que sais-je - à nos lectures : pour elle quatre cœurs signifiaient un très bon moment de lecture, sans se soucier de critères techniques. Alors que pour moi quatre cœurs signifient un bon moment de lecture, mais aussi un style irréprochable, une construction exemplaire, une histoire originale, des idées lumineuses…

Mais cette fois-ci, je vais parler et noter avec mon cœur (et la fois prochaine aussi d’ailleurs pour « Les chagrins ») : durant les quelques pages de « Une année en haut »,  j’ai déambulé avec les randonneurs sur le plateau de Gaube, je me suis assise en terrasse face au Vignemale aux côtés de Jean-Thomas, j’ai guetté le cri d’alarme des marmottes, j’ai cherché au loin quelques izards égarés, j’ai suivi tremblante la progression d’une cordée sur une paroi, et quand j’ai dû rentrer chez moi, j’ai senti comme un vide immense que ne pourrait combler qu’un voyage prochain -réel cette fois- dans ce refuge paradisiaque.

Alors oui l’écriture n’est pas littéraire, oui les situations sont tout à fait banales,  oui les rapports humains restent sommairement décrits, mais il n’en reste pas moins que ces pages ont su se frayer un chemin à travers mes critères –drastiques quelquefois, oui Maryse, je te l’accorde- et elles sont allées droit à mon cœur. Touché…

 

« Oui, adieu l’été. Comme s’ils avaient l’hiver à leurs trousses, quatre randonneurs avancent à grandes enjambées en lançant leurs bâtons loin devant pour mieux se propulser. Autour d’eux, la montagne a pris ses couleurs d’automne. La forêt éclate de rouge et de brun, de jaune et d’orange. Le long des pentes ouest de la vallée de Gaube, l’herbe semble briller d’un jaune paille, saupoudrée de sapins éternellement verts. L’air est frais. Le ciel bleu est légèrement blanchi par des nuages de haute altitude.

       Si ce n'étaient les timides ondulations provoquées par le passage d’une truite, on pourrait croire le lac de Gaube déjà gelé. Pas un souffle de vent ne vient troubler la vaste surface bleu-vert, figée comme un miroir. Inesthétique cube de béton blanc au toit de tôle et aux volets verts hermétiquement clos, l’hôtellerie du lac semble n’avoir jamais été ouverte. Seul el bruit des cascades alentour rompt le silence. » (p. 174)

 

Premières phrases :

« « N’avons-nous pas souvent besoin de solitude, de recueillement et de silence ? A bien plus forte raison dans les montagnes, qui semblent faites pour ça. Ce sont des temples, dont la splendeur et la solennité ont quelque chose d’austère et de sacré. »

 L’auteur de ces lignes écrites en 1899, le très distingué pyrénéiste Henry Russell, se retournerait dans sa tombe s’il était témoin de la frénésie qui règne à 2151 mètres d’altitude, dans les Hautes-Pyrénées, par cette après-midi ensoleillée de juillet 2009. »

 

 

Une année en haut, Chroniques d’un refuge ordinaire, Cyril AZOUVI, Glénat, juin 2010, 189 p., 15.95 euros

 

Un grand merci à Cuné chez qui j’ai découvert ce livre, et ma reconnaissance éternelle à Shanez Richert des Editions Glénat qui a bien voulu me l’envoyer…

Commenter cet article

maryse 05/10/2010 16:57



merci, ptite soeur , pour cette belle escapade  :  depuis deux jours je suis au refuge des Oulettes et je ne pense qu'à y retourner ce soir , je revis  par procuration toutes mes
randos d'été . Pour  tous les amoureux de la montagne  et les randonneurs, avertis ou non : vous y retrouverez des sensations , vous vous reconnaitrez forcément dans  au moins un
des multiples personnages qui passent au refuge !


 (  c'est sûr, il faut faire abstraction du style banal , mais c'est l'évasion qui  prime ! )



Hélène 06/10/2010 09:17



Alors toi aussi tu viens avec nous l'été prochain là-bas ??



capucine 04/09/2010 20:57



C'est bon , je reviens de chez mon libraire avec la carte IGN 1647OT , vérifie l'état de tes chaussures et en route pour gambader au pays des izards et des marmottes !



Hélène 04/09/2010 21:03



Chaussures OK, je cours chez Décathlon pour le sac à dos...



capucine 04/09/2010 17:07



Voilà, je viens de finir la lecture de ce livre ,ça vous a comme un goût de "rab "de vacances ! J'ai adoré ce merveilleux moment de lecture !!!


Du coup , le programme de l'été prochain se dessinent avec plus de précisions et ...Une nuit au refuge des Oulettes. On s'y retrouvera ,dis ???   



Hélène 04/09/2010 19:01



Si tu me prends par les sentiments... je ne peux que dire OOOOOOUUUUUIIIII...



Aifelle 03/09/2010 08:26



J'avais déjà noté ce livre chez Cuné, je le surligne donc, je pense qu'il a tout pour me plaire.



Hélène 03/09/2010 10:02



Si tu aimes la montagne, il te plaira...



keisha 02/09/2010 17:12



En cas d'envie de nature, grand air, etc... donc très souvent!


"reconnaissance éternelle"? rien que ça!



Hélène 02/09/2010 17:19



eh oui, je suis comme ça, quand j'aime...


Cette lecture a vraiment représenté pour moi un moment délicieux.



Cuné 02/09/2010 16:55



C'est cool :)



Hélène 02/09/2010 17:19



merci encore



capucine 02/09/2010 14:06



Cet été j'ai découvert le lac de Gaube et ne m'en suis pas encore remise ...Un endroit magnifique où je compte retourner plus longuement l'an prochain ...Je cours chez mon libraire illico
!!! Génial de pouvoir prolonger mes randos par la lecture . 


 



Hélène 02/09/2010 16:01



Je te préviens, je viens avec toi...