Une heure de jour en moins de Jim HARRISON

Publié le par Hélène

                                          

♥ ♥ ♥ 

« La journée était si suave et belle

Que je n’ai pensé à rien.

J’ai perdu la tête. »

 

L’auteur :

 http://jimharrison.free.fr/Biographie.htm

 

 Présentation :

 

 On ne présente plus Jim Harrison, écorché vif dans un corps de grizzly des montagnes, l'un des plus grands écrivains américains contemporains. On connaît moins le Jim Harrison poète. C'est chose faite grâce à ce recueil réunissant des poèmes inédits écrits entre 1965 et 2010, dans lequel Harrison, poète contemplatif à la fois mélancolique et brutal, se fait le chantre vagabond et universel de l'Amérique profonde et des vastes étendues sauvages. Dans Une heure de jour en moins, Jim Harrison, plus virtuose et truculent que jamais, joue avec les formes, les influences et les cultures, rendant au passage un vibrant hommage à ses maîtres, Antonio Machado, René Char et César Vallejo.

 

Ce que j’ai aimé :

 

Jim Harrison poète n'est pas loin de Jim Harrison romancier. Ses grands thèmes traversent ses vers comme ils structurent sa vie.

La nature est au centre des poèmes, matrice et élément auquel l'homme torturé revient toujours pour se recentrer, retrouver ses valeurs et se reconnaître en tant qu'homme. Elle coule dans l'eau des rivières, elle chante et enchante à travers le chant des oiseaux, elle crie le mal-être et la violence avec les coyotes, elle nous rappelle à l'ordre et recentre l'homme au sein d'un univers plus large.

  « Issu de presque rien, de rien de

Tangible, nous retournons tels de vieux

Enfants au grand rien,

Le chant de l’homme et de l’eau allant à l’océan." (p. 191)

 

« J’espère définir ma vie, ce qu’il en reste,

Par des migrations, au sud et au nord avec les oiseaux

Loin de la fièvre métallique des horloges,

Le soi fixant l’horloge et disant « Je dois faire cela".

Je ne vois pas le temps sur la langue de la rivière

Dans l’air frais du matin, l’odeur fermentée

De la végétation, la poussière sur les parois du canyon,

Les hirondelles plongeant vers l’eau vive parfumée. » (p. 151)

       

« Dans la péninsule Nord du Michigan

Et les montagnes de la frontière mexicaine

J’ai suivi l’appel d’oiseaux

Inexistants dans des fourrés

Et des canyons. Je ne suis pas sûr

D’en être revenu indemne. » (p. 210)

 Les indiens que Jim Harrison admire tant l'ont compris bien avant lui, comme ce vieil homme indien ojibway qui lui donne des conseils :

 « Quand tu te balades dans l ‘arrière-pays, va où tu dois aller, et marche comme un héron ou une grue des sables. Il ne leur manque rien. (…) Pense à ton esprit comme à un lac. Renonce à la moitié de l’argent que tu gagnes si tu ne veux pas devenir une mauvaise personne. Les nuits de pleine lune, tâche de marcher aussi lentement qu’une moufette. » (p. 158)

Jim Harrison chante et enchante le monde grâce au pouvoir millénaire de la création. Il chante la vie qui court, il chante la joie de partager son coeur avec ses lecteurs, il chante comme un besoin inhérent à sa condition d'artiste...

      « Au réveil d’une sieste j’ai su en un instant

Que j’étais en vie. C’était stupéfiant,

Presque effrayant. Emotion et sensations

Me submergeaient. Cela ne m’était jamais arrivé.

Sur une chaise bleue dans un pré j’ai réappris

Le monde. » (p. 211)

  Ses poèmes sont un véritable sésame à son oeuvre et à l'homme, il s'y met à nu et nous livre le plus beau des chants d'amour et de vie...

« J’ai gâché trop de clairs de lune.

Cœur battant. Je n’en gâcherai plus,

La Lune harcelée de nuages file vers l’ouest

En son arc impondérable, piégée une demi-

Heure parmi les feuilles mouillées de la vasque

Aux oiseaux. » (p. 76)

 

Ce que j’ai moins aimé :

- Le recueil rassemble des poèmes écrit de 1965 à 2010, et j'avoue avoir un faible pour les plus récents...

 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur :  Grand maître de Jim HARRISON

 Autre :  Poésie étrangère

 

Une heure de jour en moins, Jim Harrison, traduit de l’anglais (EU) par Brice Matthieussent, Flammarion, 2012, 221 p., 19 euros

 

 

Publié dans Poésie étrangère

Commenter cet article

chinouk 29/03/2016 11:53

Je ne me suis pas encore penchée sur ses poèmes, et j'en suis contente car il me reste finalement encore beaucoup de chose à découvrir de ce grand Monsieur...

Hélène 30/03/2016 08:04

Ses poèmes sont magnifiques !

BRUNO 02/01/2014 21:18


Bonjour


Effcetivement surprenant Jim harrison qui excelle toujours autant à balancer entre truculence et profondeur et ce même dans la forme si difficile et casse-gueule du poème


Comme quoi la poésie n'est pas toujours synonyme de belle prose et de musicalité


peut être est-ce aussi propre à la poésie anglo-saxone et nordique d'être moins portée que la nôtre sur la beauté du langage et davantage sur les images et les associations d'idées


dans un style proche de Harrison mais dans un univers très différent je vous recommande le recueil "Baltiques" du prix Nobel 2010 Tomas Tranströmer - déroutant et magnifique


 

Hélène 03/01/2014 08:36



Bonjour,


 


J'ai "baltiques" dans ma bibliothèque, il va rejoindre mes priorités. Merci et bonne année encore.



Géraldine 12/10/2013 20:37


J'ai un livre de lui dans ma PAL, donc un jour je ferai sa connaissance, mais pas via la poésie, genre que je n'apprécie pas du tout... à sa juste valeur !

Bonheur du Jour 12/10/2013 07:02


Je n'ai jamais rien lu de Jim Harrisson, et pourtant, on ne m'en a dit que du bien.

Yv 07/10/2013 11:42


Je ne suis pas vraiment amateur de poésie, mais j'ai lu pas mal de Jim Harrison et ça ne m'étonne pas du tout qu'il aime le genre, ça lui va bien

jerome 06/10/2013 08:35


Je ne savais pas du tout qu'Harrison était aussi poète. Tu as apprécié la découverte alors pourquoi pas...

Hélène 07/10/2013 08:07



Et un très bon poète de surcroit !



Dominique 05/10/2013 10:50


J'ignorais tout de ce recueil mais tu me fais envie et bonheur je viens de vérifier il est dans ma bibliothèque de quartier 

Hélène 05/10/2013 19:31



Quelle chance !



Aifelle 05/10/2013 09:52


Il m'intéresse beaucoup celui-là, je ne l'avais pas remarqué. Je note, c'est superbe et les conseils du vieil indien, j'aime !!!

Hélène 05/10/2013 19:31



Je l'ai beaucoup aimé !



cathulu 05/10/2013 06:39


Voici une bien jolie découverte (j'ignorais que Harrison était aussi poète) et un tout aussi joli billet tentateur!:)

Hélène 05/10/2013 19:32



Un très beau recueil !