A l'orient de tout. Oeuvres poétiques de François CHENG

Publié le par Hélène

♥♥♥♥

"La beauté est une rencontre" 

 

"Quand se tait soudain le chant du loriot

L'espace est empli de choses qui meurent

Tombant en cascade un long filet d'eau

Ouve les rochers de la profondeur

Le vallon s'écoute et entend l'écho

D'immémoriaux battements de coeur."

 

"Vers le soir

Abandonne-toi

à ton double destin :

Habiter le coeur du paysage 

Et faire signe

aux filantes étoiles."

 

Le lac Suwa dans la province de Shinano, (c) Hokusai

 

"Céder à l'invite du tronc couché

Céder à l'antique blessure

guérie par la résine du temps

Au sortilège d'un après-midi

en vierge forêt

Aux murmures ininterrompues de l'été

A la félicité de l'attente, à l'arrivée

inattendue d'une amante de rêve

Au bourdonnement autour des mûres

que les renards ont crachées

Aux écailles de serpent muées en papillons

A la soif qu'étanchent seules les larmes

A l'irrépressible nostalgie renée

de l'éternel instant

 

Céder à l'invite du héron debout

Qui, près de l'étang, là-bas

Tend le miroir d'un soir doré

au coeur de la mémoire terrestre."

 

"Réduit au plus ténu du souffle

Etre pure ouïe

Et faire écho en silence

Au respir des sycomores

Quand l'automne les pénètre

De son haleine d'humus et de brume

A la saveur de sel après larmes

 

Réduit au plus ténu du souffle

Abandonné au rien

Et au change

A rine de moins qu'échange

Là où voix est voie

Et voie voix

Là est"

Shiro Kasamatsu – Pin sous la pluie, Kinokunizaka, in Tokyo, 1938

 

"Ne laisse en ce lieu, passant

Ni les trésors de ton corps

Ni les dons de ton esprit

Mais quelques traces de pas

 

Afin qu'un jour le vent fort

A ton rythme s'initie

A ton silence à ton cri

Et fixe enfin ton chemin"

 

"Au bout de la nuit un seuil éclairé

Nous attire encore vers son doux mystère

Les grillons chantant l'éternel été

Quelque part la vie vécue reste entière"

 

Kawase Hasui (1883-1957), "Lune d'hiver à Toyamagahara" (ukiyo-e, c. 1931)

 

"Accorde-nous de boire l'eau céleste

Aussi pure que les perles de crapaud

sous l'éclair de la lune

 

De surgir une fois encore du sol

Des chairs meurtries au gré de la tige

du bambou réduite aux os

 

De ne pas oublier le cou de cygne

Plus tendre u'un rêve de paradis

au coeur de la foule en perdition

 

De perpétuer les mots non dits à jamais

Lèvres d'iris effleurées par la brise

émanant du volcan d'origine

 

"Nous reverrons-nous un jour ?" 

"Mais..."

 

Présentation de l'éditeur :

Gallimard 

 

A l'orient de tout. Oeuvres poétiques, François Cheng, Préface d'André Velter, Poésie/Gallimard, septembre 2005, 7.10 euros

Publié dans Poésie française

Commenter cet article

Nadael 16/04/2015 10:12

Je ne connaissais pas ce poète. C'est très beau. Merci pour cette découverte.

Hélène 16/04/2015 10:14

J'ai beaucoup aimé !

Kidae 28/03/2015 08:06

Je ne connais pas du tout l'auteur. J'aime beaucoup les poèmes que tu as publiés dans ta critique. Je note le titre.

Hélène 28/03/2015 10:40

Je te les conseille ils sont très beaux !

Aifelle 21/03/2015 06:56

Ma librairie m'a offert un petit recueil de lui. Je ne l'ai pas encore découvert, mais je me réjouis à l'avance.

Hélène 21/03/2015 18:37

Tu vas te régaler !

Une Comete 20/03/2015 15:42

Son passage à la G L était intéressant ! ;) il présentait son livre sur St François d'Assise !

Hélène 20/03/2015 17:57

De fait j'ai envie de lire d'autres oeuvres de lui !

Yv 20/03/2015 09:34

J'étais tenté par un de ses livres sur la méditation ou la sagesse, je ne sais plus. pas encore lu

Hélène 20/03/2015 09:36

Essaie ses oeuvres poétiques !

cathulu 20/03/2015 08:15

Quelle délicatesse !

Hélène 20/03/2015 08:19

Ces poésies sont magnifiques ! Je ne les connaissais pas, c'est ma soeur qui me les as mises dans les mains, j'ai adoré !