Les délices de Tokyo de Durian SUKEGAWA

Publié le par Hélène

♥ ♥ 

Sentarô tient une échoppe proposant des dorayaki, une pâtisserie japonaise. Ses clientes sont pincipalement des lycéennes qui l'abreuvent de discussions piaillantes. Le jeune homme semble relativement insensible, travaillant de façon mécanique. Un jour une vieille dame vient lui proposer ses services. Sentarô refuse dans un premier temps mais Tokue sait être persévérante et surtout, elle est douée pour confectionner le an, la pâte d'haricots rouges qui garnit ses dorayaki. Sentarô l'accepte à ses côtés pour cuisiner, mais ayant remarqué que ses mains portent les stigmates d'une maladie, il refuse qu'elle serve ses clients.  

Peu à peu des liens particuliers se nouent entre l'énigmatique Sentarô et la volubile Tokue qui apprend au jeune homme à mettre du coeur dans ce qu'il fait, et à écouter ce que lui racontent les haricots...Les saisons courent, les cerisiers fleurissent puis les fleurs tombent, les secrets se découvrent peu à peu.

http://www.japantours-switzerland.com/

Porté par Tokue, Sentarô vit une véritable renaissance. La vieille dame l'éclaire sur le sens qu'elle donne à sa vie, et l'enjoint à observer le monde qui l'entoure à l'affût du "rayonnement invisible". 

"Je suis convaincue que chaque chose ici-bas est douée de parole. A mon avis, on peut prêter l'oreille à tout, aux passants dans  la rue devant la boutique bien entendu, à tout ce qui est vivant, et même aux rayons du soleil et du vent." p. 158

Marquée par une vie de souffrance, Tokue encourage chaque être humain à devenir une sorte de poète capable d'éclairer le monde. Peu importe la véracité des paroles émanant de la lune, des étoiles, des feuilles ou du vent, y croire suffit à la porter en avant, au-delà des vicissitudes de la vie.

 

Mes réticences : Le style rend l'ensemble un peu simplet au lieu de lui apporter l'aura poétique qu'il mérite, il est en effet très dialogué, avec un vocabulaire familier. Les "bof" et "ça craint" peuvent lasser...

 

Présentation de l'éditeur : Albin Michel 

 

Les délices de Tokyo, Durian Sukegawa, Traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako, Albin Michel, février 2016, 238 p., 17.50 euros

 

Merci à l'éditeur.

 

Ce roman a été porté à l'écran par Naomi Kawase et son adaptation faisait partie de la sélection d'Un certain regard à Cannes en 2015. Une adaptation tout en délicatesse...

 

Publié dans Littérature Asie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jerom 14/03/2016 13:02

Je suis quand même tenté malgré tes bémols.

Hélène 15/03/2016 07:51

Si tu n'as pas vu le film, je te le conseille. C'est le décalage entre les deux surtout qui m'a gênée...

Alex-Mot-à-Mots 14/03/2016 10:56

Une adaptation qui ,j'espère, a laissé tomber les gros mots.

Hélène 15/03/2016 07:52

Oui l'adaptation est plus en finesse.

Violette 13/03/2016 16:36

ça me tente aussi malgré tes bémols que je comprends tout à fait...

Hélène 15/03/2016 07:53

Il faut le voir ou le lire !

Kathel 11/03/2016 20:35

Comme Aifelle, je resterai au film qui était vraiment réussi...

Hélène 13/03/2016 11:32

Oui j'ai été un peu déçue par le roman après avoir vu le film

Gwenaelle 11/03/2016 19:50

Je crois que je suis plus attirée par le film...

Hélène 13/03/2016 11:33

A choisir, je te le conseille !

Nadège 11/03/2016 16:45

Ton billet et l'extrait du film sont très tentants!

Hélène 13/03/2016 11:33

Oui un très beau film !

dasola 11/03/2016 14:53

Bonjour Hélène, j'ai feuilleté ce roman car je veux l'offrir à une dame avec qui j'étais allé voir le film. C'est en effet, pas de la grande littérature mais pourquoi pas? Le film est superbe. Bonne après-midi.

Hélène 13/03/2016 11:33

Oui c'est un bon complément, j'ai tout de même été heureuse de retrouver les personnages après avoir vu le film

PatiVore 11/03/2016 13:44

La couverture est jolie en tout cas, mais peut-être faut-il se contenter du film ?

Hélène 13/03/2016 11:33

Il vaut mieux

Aifelle 11/03/2016 10:21

J'ai beaucoup aimé le film ; souvent on préfère le livre, mais là, tu ne me donnes pas très envie de le lire.

Hélène 13/03/2016 11:34

Non le style m'a déçue !