A l'orée du verger de Tracy CHEVALIER

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Des pommes de la discorde aux arbres de l'espérance...

En 1838, dans l'Ohio, James Goodenough cultive des pommes. Mais les malheurs s'accumulent sur sa famille : à chaque fin d'hiver un de ses enfants meurt à cause de la fièvre des marais, les caprices du temps peuvent détruire en un instant ses récoltes, sa femme, Sadie, a tendance à trop apprécier l'eau de vie, les voisins sont rares bref, la vie est rude pour cette famille de cultivateurs... Les dissenssions s'exacerbent au sein du couple, James souhaitant cultiver avant tout une variété de pommes chère à son coeur la reinette dorée, pomme sucrée "au parfum de noix, de miel avec une note finale d'ananas" quand sa femme préfère les pommes à cidres qui lui permettent de fabriquer son eau de vie, encouragée en cela par John Chapman, vendeur d'arbres fruitiers itinérant. Leurs conflits permanents impacteront durablement leurs enfants. 

Enfants que l'on retrouve des années plus tard, après l'éclatement de la famille. Robert a quitté l'Ohio pour tenter sa chance dans l'Ouest. Il suit William Lobb, un exportateur chargé de prélever des pousses de séquoia pour les envoyer en Angleterre. Martha, quant à elle sillonne le pays à la recherche de son frère tant aimé.

Dans ce roman foisonnant très documenté, les arbres, tout comme les hommes voyagent : les pommiers à reinettes dorées viennent d'Angleterre et les séquoias géants ainsi que les redwoods font le chemin inverse. Mêlant savamment personnages fictifs et personnages réels, Tracy Chevalier rend hommage à la mémoire de ces pionniers venus construire l'Amérique. Si les êtres qui parcourent A l'orée du verger parlent peu, leur silence dit l'essentiel. Les rapports humains, amoureux ne coulent pas de source et demandent eux aussi des sols fertiles. Chacun est méfiant, comme pour se protéger d'un monde trop grand. 

Ce que j'ai moins aimé : Dans la première partie l'alternance de point de vue est déconcertante : d'abord celui de James à la troisième personne, puis celui de Sadie le personnage le plus détestable du roman -selon moi, d'autres comme Séverine l'ont adorée- qui, elle, parle à la première personne, dans un style qui se veut le sien. 

La construction est elle aussi déconcertante, avec des retours en arrière, des échanges épistolaires entrecoupant l'action et permettant des ellipses temporelles de plusieurs années.

En conclusion : Même si ce roman ne bénéficie pas des qualités narratives ni du souffle romanesque de La dernière fugitive, il aborde d'un point de vue original l'histoire de ces nomades anonymes qui ont contruit les Etats-Unis. 

 

Présentation de l'éditeur : Editions de la Table Ronde

Du même auteur : Mon préféré La dernière fugitive ;  Prodigieuses créatures

D'autres avis : Séverine

Télérama

 

A l'orée du verger, Tracy Chevalier, traduit de l'anglais par Anouk Neuhoff, éditions la Table Ronde, mai 2016, 336 p., 22.50 euros

 

Merci à l'éditeur.

Ma rencontre avec l'auteure est ICI : rencontre avec Tracy Chevalier

Commenter cet article

Enitram 29/05/2016 13:51

J'avais tellement aimé Prodigieuses créatures et La jeune fille à la perle...

Hélène 30/05/2016 08:11

Et "la dernière fugitive" !

Alex-Mot-à-Mots 26/05/2016 11:13

Ce titre-ci de l'auteure ne me tente pas. Je n'ai toujours pas lu La jeune fille à la perle.

Hélène 30/05/2016 08:08

Il vaut mieux commencer par "la jeune fille " alors !

Dominique 24/05/2016 10:18

je me suis ennuyée totalement dommage

Hélène 25/05/2016 08:19

Tu n'es pas la seule...

clara 24/05/2016 10:09

tu connais mon avis sur ce livre..

Hélène 25/05/2016 08:19

Eh oui !

Cléanthe 23/05/2016 20:44

Le titre est très joli, et je me laisserais bien tenter par cet auteur que je n'ai pas encore lu. Un petit bemol: je ne suis pas vraiment fan des histoires de pionniers.

Hélène 25/05/2016 08:19

Essaie de commencer par "La jeune fille à la perle" dans ce cas..

Noukette 23/05/2016 18:11

Toujours pas découvert cette auteure...

Hélène 25/05/2016 08:19

Je te la conseille !

Jerome 23/05/2016 13:12

Pas vraiment envie de découvrir l'auteur avec ce titre, ce sera plutôt avec Prodigieuses créatures qui est dans ma pal depuis bien trop longtemps.

Hélène 25/05/2016 08:18

Je te conseille plutôt "la dernière fugitive"...

keisha 23/05/2016 08:57

J'ai plutôt aimé la construction (déconcertante je te l'accorde) qui la relancé un peu mon intérêt.

Hélène 25/05/2016 08:17

J'ai eu du mal à m'attacher aux personnages à cause de cette construction.