Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature amerique du nord

Dans la gueule de l'ours de James A. McLaughlin

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Poursuivi par des hommes peu recommandables appartenant à un cartel de drogues mexicain, Rice Moore se réfugie au cœur des Appalaches, et devient garde forestier d'une réserve. Mais la découverte d'une carcasse d'ours abattu l'oblige à sortir quelque peu de son anonymat pour enquêter. Rice s'allie à Sara Birkeland, celle qui occupait le poste de garde forestier avant lui, et tous deux décident de démasquer les coupables. Même si en agissant ainsi, Rice risque de mettre en péril sa sécurité...

Il s'agit du premier roman de cet auteur, et sans être "époustouflant" il est efficace, donnant la part belle aux grands espaces américains.

Ce que j'ai aimé :

L'objet livre en lui même est très agréable, bravo à l'éditeur !

Ce que j'ai moins aimé :

J'aurais aimé que les moments de tension ne soient pas si vite avortés.

L'aspect écologique est assez léger.

Bilan :

Une lecture agréable sans être inoubliable !

 

Présentation de l'éditeur : Rue de l'Echiquier

Partager cet article
Repost0

Kingdomtide de Rye CURTIS

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Vivre, c'est adapter ses espérances. C'est comme ça, ce sera toujours comme ça, que ça vous plaise ou non. Et je crois que le secret du bonheur, c'est de trouver non seulement comment accepter et supporter la vie comme elle vient, mais aussi de trouver comment en tirer de la joie en dépit de vous-même, et en dépit des conditions que la vie vous impose. "

Cloris Waldrip est la seule rescapée d'un accident d'avion, mais elle se retrouve seule environnée par les forêts denses du Montana. Le ranger Debra Lewis pressent que des survivants doivent errer dans la forêt, mais peu de sauveteurs acceptent de l'aider dans ses recherches. Cloris réussit malgré tout à survivre, aidée par un mystérieux inconnu, mais la frontière entre réalité et rêve s'estompe peu à peu. Cet individu est-il réel ou bien un fantôme ? L'aidera-t-il jusqu'à ce qu'elle soir retrouvée ?

Les personnages de ce roman sont très travaillés, dotés d'une profondeur psychologique digne de ce nom, nous amenant à nous interroger sur le résumé que l'on peut faire d'un être, et sur le phénomène qui consiste à emprisonner les autres dans une image qui n'est pas forcément la bonne, un être humain étant bien plus complexe qu'une simple image.

Si la fin est un peu décevante, il n'en reste pas moins que ce récit tient en haleine et offre de belles pistes de réflexion

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

Challenge Nature Writing avec Chinook

Partager cet article
Repost0

Nous étions le sel de la mer de Roxanne BOUCHARD

Publié le par Hélène

♥ ♥

"C'est malgré nous. Nous embarquons et larguons le monde parce que nous portons l'infini et que notre seule réponse, c'est l'horizon."

Le début du roman sonne comme une quête des origines avec Catherine qui part sur les traces de sa mère dans un petit village de Gaspésie. Implantée dans un petit village de pêcheur, elle rencontre les personnages hauts en couleur et s'attache peu à peu à eux. Puis le corps de sa mère est retrouvé, et si a priori il s'agirait d'une mort accidentelle, le sergent Moralès est chargé d'enquêter tout de même. Mais l'enquête piétine, et le roman se concentre alors sur les ennuis de couple du sergent, brouillant les pistes...

Ce que j'ai aimé :

- L'atmosphère de ce bord de mer, entre ces pêcheurs un peu bourrus, ces femmes qui restent insaisissables et qui n'ont pas besoin des hommes pour s'accomplir, cette attente latente du bord de mer.

- La description des méandres de l'amour qui prend des formes très diverses

"C'est peut-être ça, l'amour, monsieur Moralès : une grâce qui nous élève au-dessus du doute."

Ce que j'ai moins aimé :

- Le changement de rythme à la moitié du livre est surprenant : ceux qui étaient effacés se mettent tous à raconter, à se livrer.

- Les dialogues m'ont semblé artificiels, avec des phrases toutes faites manquant de naturel

"Vous savez, Monsieur Moralès, j'ai passé ma vie à tracer des décors magnifiques, mais les courbes d'une femme sont indessinables. La beauté est inatteignable. Et on n'a pas encore parlé de l'amour..." p 139

- Beaucoup de clichés jalonnent finalement la route des personnages...

Bilan :

Mitigée...

 

Présentation de l'éditeur : VLB Editeur

Partager cet article
Repost0

Chasse à l'homme de Sophie LETOURNEAU

Publié le par Hélène

En 2008, Sophie Létourneau consulte une cartomancienne qui lui prédit que, grâce à un livre, elle rencontrera l’homme de sa vie. Mais avant cela, il lui faudra déménager à Paris, s’amouracher d’un petit Français et se rendre en Asie.

Dans ce récit d'autofiction, l'auteur se lance dans l'écriture comme dans sa recherche du "petit français" : à tâtons, en hésitant avec une "mosaïque d'anecdotes et de coïncidences portées par un désir d'écrire." Elle livre des instantanés autour de  la recherche de l'amour guidé par une voyante et par la famille souhaitant qu'elle trouve cet homme tant désiré.

Le ton est léger, même si l'auteure évoque aussi les frontières fines entre le réel, l'imaginaire et l'écrit.

Ce que j'ai moins aimé :

J'ai trouvé l'ensemble assez banal, ne se démarquant ni par le style, ni par les idées, avec une tendance à tourner à rond. Je ne suis pas tombée sous le charme...

 

Présentation de l'éditeur : La Peuplade

 

Partager cet article
Repost0

Les bisons de Broken Heart de Dan O'BRIEN

Publié le par Hélène

♥ ♥

En 1992, alors qu'il élève des vaches dans son ranch du Dakota du Sud, Dan O'Brien fait le pari fou de remplacer ses vaches par des bisons. Il pratique un élevage sans hormones, sans antibiotiques et contribue à restaurer l'écosystème originel de ses terres. Il commercialise désormais ses bisons par le biais de  la Wild Idea Buffalo Company.

« J’ai consacré ma vie à la préservation et à la restauration des prairies des Grandes Plaines. Ces mêmes principes sont à la base de la Wild Idea Buffalo Company. En retournant les bisons dans leur pays natal, nous ne nous contentons pas de recréer un écosystème menacé, nous gardons les prairies intactes, avec du carbone stocké en toute sécurité sous terre, et nous produisons la viande rouge la plus saine de la planète. »

Il raconte ici cette expérience, tout en partageant des anecdotes sur ses voisins, acolytes, ou associés. Il explique l'impact environnemental de son projet en revenant aux sources de l'histoire des grandes Plaines. Nombreux sont les éleveurs acculés par les dettes et la pression des banques, mais Dan sait rebondir pour mener son projet à bien...

Ce que j'ai moins aimé :

Il s'agit d'un récit autobiographique principalement centré sur l'élevage, le sujet peut plaire ou non... Je n'ai pas été passionnée personnellement, je garde un meilleur souvenir du roman Brendan prairie du même auteur !

 

Prix du meilleur livre de l'année 2007 Magazine Lire

Présentation de l'éditeur : Folio

Partager cet article
Repost0

Pas même le bruit d'un fleuve de Hélène DORION

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Comment garder audible l'espérance dans le tumulte." Yves Bonnefoy

Hanna part sur les traces de son passé, consciente que pour être complète, elle a besoin de savoir ce qui l'a formé. Sa mère récemment décédée, Hanna découvre des photographies, des coupures de journaux qui l'amène à descendre le cours du fleuve jusqu'à Kamouraska, marchant sur ses traces. L'identité a besoin de vérité et c'est ce que recherche Hanna pour se construire. "On ignore ce qui permet d'éclairer le chemin vers soi."

Ce récit intime, très doux est porté par une poésie dont le rythme berce et résonne longuement.

"Des êtres de contradiction, voilà ce que nous sommes, me dit-elle, des créatures floues, contrastées, tendues entre joie et tristesse, entre toujours et jamais, des êtres ambigus qui ont du mal à supporter l’ambiguïté. Nous doutons, et c'est ce qui nous pousse à explorer, à laisser nos regards dériver pour accueillir en cours de route ce qui surgit, ces petits émerveillements qui nous transforment. Nous sommes humains, et l'imperfection nous rend vivants."

Présentation de l'éditeur : Editions alto

Partager cet article
Repost0

La rivière du sixième jour de Norman MACLEAN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

Roman autobiographique, La rivière du sixième jour, traduit aussi Et au milieu coule une rivière, raconte l'adolescence de Norman Maclean dans les Rocheuses. Pour Norman et Paul, la vie s'articule autour de la famille et de la nature. SI Norman mène une vie de famille relativement équilibrée, Paul connait une trajectoire plus débridée, ponctuée de bagarres dans les bars et d'alcool. Toutefois, les deux frères se retrouvent en symbiose avec la vie et les éléments quand ils pêchent côte côte, bercés par les remous de la rivière et par le lancer de leurs cannes à pêche. Ils partagent alors ce qui échappe à l'entendement, la magie d'un moment suspendu entre ciel et terre.
Ce récit est aussi teinté par la nostalgie des jours qui hantent à jamais, avec cette question qui revient comme un leitmotiv dans le roman "peut-on aider les autres ?", "aurais-je pu l'aider ou le sauver ?"

 

 

Hommage à son frère, à la pêche, au caractère rédempteur de la nature, ce roman magnifique est un incontournable, adapté au cinéma en 1991 par Robert Redford.

Présentation de l'éditeur : Payot et Rivages

Première participation pour le Challenge Le mois du nature writing avec Chinouk

Partager cet article
Repost0

Aller aux fraises de Eric PLAMONDON

Publié le par Hélène

♥ ♥

Dans ces trois nouvelles, l'auteur évoque son adolescence avec mélancolie, se souvenant de ces moments qui ne reviendront pas et auxquels on ne fait pas assez attention. Heureusement la littérature permet de les revivre et d'appeler le lecteur à s'arrêter sur ses propres expériences.

Dans la première nouvelle, il revient sur un des derniers étés de son adolescence, les soirées entre chums, les blondes rencontrées, et les chars finissant malencontreusement dans un champ... La deuxième se penche sur son père et la troisième rappelle les longs trajets de l'auteur, encore étudiant, entre le domicile de sa mère et celui de sa blonde. Une nuit, il croise un orignal blanc lors d'une tempête de neige, un signe, mais signe de quoi ? Juste que la vie est là, prête à des fulgurances et qu'il faut avoir confiance en elle pour nous surprendre et nous la faire aimer.

Ce recueil très court auréolé d'un charme nostalgique nous rappelle combien la vie est courte et précieuse...

Présentation de l'éditeur : Quidam Editeur

Il s'agit de ma première participation à Québec en novembre orchestré par Karine et Yueyin

Partager cet article
Repost0

Washington Black de Esi EDUGYAN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Quelle est la vérité de toute vie, Titch ? Je doute que même l'homme qui la vit soit en mesure de la dire. On ne peut pas connaître la vraie nature de la souffrance des autres.

- Non, mais on peut faire de son mieux pour ne pas l'aggraver." p 469

La Barbade, 1830. Washington Black, onze ans, est esclave dans la plantation de Erasmus Wilde, homme violent et sans cœur. Washington est protégé par une vieille esclave, Big Kit, jusqu'au jour où le propre frère de Erasmus le prend sous son aile, en tant qu'assistant. Christopher Wilde surnommé Titch a en effet un projet novateur : il veut construire un ballon dirigeable. Cet homme abolitionniste soutient alors le jeune Washington, fasciné par ses talent de dessinateur, il s'attache à lui et le défendra, quoiqu'il lui en coute.

Ce roman aux multiples aventures emporte son lecteur de La Barbade à Londres en passant par le Pôle Nord. Le jeune Washington apprend le prix de la liberté au fil des péripéties et aiguise peu à peu son jugement sur les personnes qui l'entourent. Lui aussi devra revoir ses préjugés et s'ouvrir pour trouver sa propre identité.

Un roman d'aventures passionnant !

 

Présentation de l'éditeur : Folio

Partager cet article
Repost0

Les enfants du fleuve de Lisa WINGATE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Memphis, 1939. Alors que leur mère vit un accouchement difficile et que son mari l'amène à l'hôpital, Rill Foss, douze ans et ses quatre frères et soeurs restent seuls en attendant leur retour. Mais des inconnus surviennent pour les enlever loin de leur péniche familiale amarrée sur les bords du Mississippi. Ils sont jetés dans un orphelinat, la Société des foyers d'accueil du Tennessee, dirigé par Georgia Tann, et réalisent peu à peu qu'ils ne reverront jamais leurs parents et que leur vie au bord du fleuve est révolue. 

Des années plus tard, en Caroline du Sud, Avery Stafford est de retour dans la ville de son enfance pour seconder son père, sénateur. Lors d'une visite dans une maison de retraite, elle se laisse aborder par une vieille dame qui prétend la connaitre. Avery plonge alors dans les archives familiales et décide d'enquêter sur les origines de sa grand-mère.

Si l'auteure utilise cette vieille thématique toujours efficace des secrets de famille pour construire son roman, elle le fait intelligemment en se basant sur des faits réels. Cet orphelinat et cette directrice aux méthodes cruelles ont réellement existé pendant des décennies. Pus de 500 enlèvements ont été orchestrés par Georgia Tann dans la région de Memphis de façon à fournir des bébés à des couples riches, contre rémunération. Les enfants ont été élevés dans des conditions déplorables, si bien que plus d'un a trouvé la mort.

Ce que j'ai moins aimé :

La construction consistant à alterner les histoires permet certes d'alléger la dureté des scènes liées à l'orphelinat puisque les chapitres sur Avery s'avèrent plus légers, frôlant quelquefois même la caricature et la bluette amoureuse classique. Toutefois, cette partie de l'histoire aurait peut-être pu être traitée avec plus de subtilité, bien trop superficielle, elle fait perdre du crédit au roman.

Bilan :

Un roman qui reste marquant.

 

Présentation de l'éditeur : Pocket

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>