Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

litterature amerique du nord

Justice indienne de David Heska Wanbli Weiden

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Virgil vit dans la réserve indienne de Rosebud dans le Dakota du Sud. Il propose ses services pour rétablir la justice quand celle-ci est défaillante, les principaux abus ayant lieu sur la réserve n'étant pas punis. Il s'occupe aussi de son jeune neveu après la mort de sa soeur. Mais cette fois-ci, Virgil se lance dans une nouvelle mission différente de ses habitudes : on lui demande de traquer des hommes qui introduisent sur la réserve une nouvelle drogue. Son neveu se trouvera directement impliqué.

Ce que j'ai aimé :

Le roman est centré sur les problèmes auxquels est confrontée la nation lakota sicangu et sur cette "justice à l'indienne" : "La police tribale devait rapporter tous les crimes aux enquêteurs fédéraux, qui allaient rarement jusqu'aux poursuites. Seules les affaires médiatisées ou les crimes violents méritaient qu'ils engagent une action en justice. Mais les agressions sexuelles classiques, les vols, les voies de fait étaient le plus souvent ignorés. Et les ordures le savaient. Les violeurs pouvaient s'en prendre aux Indiennes tant qu'il le voulaient, du moment qu'ils opéraient en terre indienne."

Virgil contribue donc à la justice en se substituant au système judiciaire défaillant. Cet homme ambivalent hésite entre les traditions amérindiennes et la modernité qui s'offre à lui et devra trouver le juste accord pour sauver ceux qu'il aime.

Ce que j'ai moins aimé :

Une tension glaçante et des scènes assez violentes.

Bilan :

Un roman assez convenu mais néanmoins efficace !

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

Mois de mai : Il était une fois dans l'Ouest

Partager cet article
Repost0

La couleur de l'eau de James McBRIDE

Publié le par Hélène

♥ ♥

James Mc Bride se penche sur ses origines complexes : il est noir, mais né d'une mère aussi blanche que ses enfants sont noirs. Il raconte la difficulté de trouver son identité dans ce pays assez manichéen sur le sujet. Comment allier les deux couleurs ? Mais il met surtout en avant cette mère atypique à qui il rend hommage, et sa volonté de passer outre couleur ou religion pour élever ses enfants dans la joie.

Parallèlement à l'histoire de James, se dévoile celle de sa mère, fille d'un rabbin polonais qui a bravé tous les interdits pour épouser en 1942 un noir protestant, puis reniée par sa famille, en charge de James et de ses onze frères et sœurs.

Ce que j'ai moins aimé :

Je n'ai pas été touchée par leur histoire, l'émotion m'a manqué.

Bilan :

Un bel hommage rendu à une femme forte capable de braver tous les aprioris !

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

Challenge Gallmeister organisé par Les Passions de Chinouk et Readlookhear

Thème du mois : Girl Power

Partager cet article
Repost0

Sauvagines de Gabrielle FILTEAU-CHIBA

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

« Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. » prémonition d’Einstein

Raphaëlle est garde-forestière au cœur de la forêt du Kamouraska, à l’Est du Québec. Son rôle est de  « maintenir l’équilibre fragile entre l’humain, la faune et ses habitats : protéger, éduquer, prévenir. » Elle veille sur les ours, les coyotes, les lynx, les cerfs, aux prises avec le braconnage à outrance de ceux qui ne respectent pas la nature. Un matin, sa chienne Coyote disparait et elle la retrouve prise dans des collets de braconnage illégalement posés. Raphaëlle comprend rapidement que le braconnier en question est dangereux quand il vient rôder autour de chez elle, à la recherche d'une proie différente de ses cibles habituelles. Gronde alors en elle  «la frustration sans soupape de ne pas mieux servir la Nature, la colère de ne plus sentir que j’appartiens au clan des Hommes, la peur de perdre le contrôle. » Peu à peu s'ancre en elle le sentiment profond que la bonne chose à faire, en matière d’équilibre planétaire, est de protéger les vulnérables. Quel qu'en soit le prix !

Empruntant à différents genres, que ce soit le nature writing, le thriller, le roman d'amour, la poésie, Gabrielle Filteau-Chiba crée son propre chemin, percutant et doux à la fois, appelant tout un chacun à réfléchir à son rôle dans ce monde bancal...

Un très beau roman !

 

Présentation de l'éditeur : Stock

Du même auteur : Encabanée

Partager cet article
Repost0

Les étoiles, la neige et le feu de John HAINES

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"C'est dans la clarté et la force brève d'une rencontre avec la nature , dans ce témoignage d'amour et - puisque c'est d'un livre dont il s'agit- dans les souvenirs qu'on rappelle à soi pour les conter, que l'on peut recouvrer certains moments vitaux de cette expérience. Ils recèlent cette vitalité première de l'existence sans laquelle il n'est aucun art possible, aucune approche spirituelle, aucun rapport authentique au monde." Préface de l'auteur

John Haines a fait le choix de se retirer de la civilisation pour se retirer pendant vingt-cinq ans dans une cabane au coeur de l'Alaska, réapprenant les gestes essentiels des pionniers : chasser pour se nourrir, couper du bois pour se chauffer, tracer des pistes. Il s'adapte à cette vie harmonieuse proche de la nature et nous livre son émerveillement profond de cette vie. 

Les soirées sont bercées par les récits des voisins à qui on rend visite pour échanger autour du feu des anecdotes, des destins atypiques, des légendes qui se teintent quelquefois de magie à la lueur du feu. Jamais ce récit ne se fait lassant tant il déborde d'un amour inconditionnel pour ces personnes et pour ce mode de vie, loin de tout. On se surprend à guetter nous aussi le passage d'un élan, en espérant qu'il ne disparaisse pas de ces paysages paradisiaques...

Il s'agit du premier roman édité chez Gallmeister sous le titre Vingt-cinq ans de solitude, inscrivant la maison d'édition dans le nature writing et prouvant le talent indéniable de Oliver Gallmeister pour dénicher des récits envoûtants !

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

Challenge Gallmeister organisé par Les Passions de Chinouk et Readlookhear

Thème du mois : Nature writing

Partager cet article
Repost0

Le chant de la frontière de Jim LYNCH

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Brandon Vanderkool a un monde bien à lui. Il aime les oiseaux et est doté d'une sensibilité et d'une intuition particulière. Cet être à part préoccupe ses parents, aussi son père le pousse-t-il à se faire embaucher dans la Border Patrol, la police des frontières américaines. Il surveille ainsi la frontière avec le Canada, traquant émigrés ou les trafics de drogue. Curieusement, Brandon accumule les arrestations, son observation hors normes de ce qui l'entoure lui permettant de repérer tous les détails inadéquats. Pendant ce temps son amie d'enfance Madeline se lance dans le trafic de drogue...

Ce que j'ai aimé :

Brandon est un personnage très attachant parce que pur. Sa sensibilité est touchante et son rapport à la nature tout artistique. Il est un être de beauté qui ne conçoit pas le mal et qui ne peut s'épanouir dans ce métier si particulier. Il touche ceux qui l'entourent, transmettant son détachement et son amour pour la beauté. Les autres personnages, symboles d'une Amérique décadente gravitent en roue libre autour de cette frontière, qu'il s'agisse du père de Brandon aux prises avec des difficultés dans son élevage de vaches, du père de Madeline révolté dans l'âme ou encore de Madeline elle-même, victime de l'argent facile et des hommes. Entre la peur du terrorisme et la crise économique, chacun tente de s'en sortir, tant bien que mal...

Ce que j'ai moins aimé :

Je l'ai toutefois moins apprécié que les romans précédents de l'auteur. Il manquait un souffle, un supplément d'âme que j'avais trouvé dans les Les grandes marées que je vous conseille davantage.

Bilan :

Mitigé

Présentation de l'éditeur  : Gallmeister

Du même auteur : Face au vent ♥ ♥ ♥ ♥ ; Les grandes marées ♥ ♥ ♥ 

Challenge Gallmeister organisé par Les Passions de Chinouk et Readlookhear

Thème du mois : C'est la vie

Partager cet article
Repost0

Une vie inachevée de Mark SPRAGG

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

Jean décide de fuir son compagnon violent, souhaitant préserver sa petite fille de neuf ans, Griff. Elle se réfugie chez son ex beau-père Einar qui vit dans un ranch au fin fond du Wyoming. Celui ci ne voit pas d'un bon œil l'arrivée de sa belle-fille qu'il tient pour responsable de la mort de son fils. Néanmoins sa petite fille Griff qu'il rencontre pour la première fois l'adoucit peu à peu... Mais l'ex amant de Jean débarque en ville, bien décidé à récupérer femme et enfant...

Les personnages sont profondément humains, avec leurs failles, leurs colères, leurs passions et la petite Griff gaie et innocente permet de puiser en eux ce qu'ils ont de meilleur. Avec du temps et de la patience, les blessures de chacun sont pansées ensemble, et le pardon, même s'il est difficile et long, est toujours possible.

Une vie inachevée est un roman lumineux qui nous permet de garder foi en l'humanité !

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

Mois de Janvier : C'est la vie

Partager cet article
Repost0

Dans la gueule de l'ours de James A. McLaughlin

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Poursuivi par des hommes peu recommandables appartenant à un cartel de drogues mexicain, Rice Moore se réfugie au cœur des Appalaches, et devient garde forestier d'une réserve. Mais la découverte d'une carcasse d'ours abattu l'oblige à sortir quelque peu de son anonymat pour enquêter. Rice s'allie à Sara Birkeland, celle qui occupait le poste de garde forestier avant lui, et tous deux décident de démasquer les coupables. Même si en agissant ainsi, Rice risque de mettre en péril sa sécurité...

Il s'agit du premier roman de cet auteur, et sans être "époustouflant" il est efficace, donnant la part belle aux grands espaces américains.

Ce que j'ai aimé :

L'objet livre en lui même est très agréable, bravo à l'éditeur !

Ce que j'ai moins aimé :

J'aurais aimé que les moments de tension ne soient pas si vite avortés.

L'aspect écologique est assez léger.

Bilan :

Une lecture agréable sans être inoubliable !

 

Présentation de l'éditeur : Rue de l'Echiquier

Partager cet article
Repost0

Kingdomtide de Rye CURTIS

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Vivre, c'est adapter ses espérances. C'est comme ça, ce sera toujours comme ça, que ça vous plaise ou non. Et je crois que le secret du bonheur, c'est de trouver non seulement comment accepter et supporter la vie comme elle vient, mais aussi de trouver comment en tirer de la joie en dépit de vous-même, et en dépit des conditions que la vie vous impose. "

Cloris Waldrip est la seule rescapée d'un accident d'avion, mais elle se retrouve seule environnée par les forêts denses du Montana. Le ranger Debra Lewis pressent que des survivants doivent errer dans la forêt, mais peu de sauveteurs acceptent de l'aider dans ses recherches. Cloris réussit malgré tout à survivre, aidée par un mystérieux inconnu, mais la frontière entre réalité et rêve s'estompe peu à peu. Cet individu est-il réel ou bien un fantôme ? L'aidera-t-il jusqu'à ce qu'elle soir retrouvée ?

Les personnages de ce roman sont très travaillés, dotés d'une profondeur psychologique digne de ce nom, nous amenant à nous interroger sur le résumé que l'on peut faire d'un être, et sur le phénomène qui consiste à emprisonner les autres dans une image qui n'est pas forcément la bonne, un être humain étant bien plus complexe qu'une simple image.

Si la fin est un peu décevante, il n'en reste pas moins que ce récit tient en haleine et offre de belles pistes de réflexion

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

Challenge Nature Writing avec Chinook

Partager cet article
Repost0

Nous étions le sel de la mer de Roxanne BOUCHARD

Publié le par Hélène

♥ ♥

"C'est malgré nous. Nous embarquons et larguons le monde parce que nous portons l'infini et que notre seule réponse, c'est l'horizon."

Le début du roman sonne comme une quête des origines avec Catherine qui part sur les traces de sa mère dans un petit village de Gaspésie. Implantée dans un petit village de pêcheur, elle rencontre les personnages hauts en couleur et s'attache peu à peu à eux. Puis le corps de sa mère est retrouvé, et si a priori il s'agirait d'une mort accidentelle, le sergent Moralès est chargé d'enquêter tout de même. Mais l'enquête piétine, et le roman se concentre alors sur les ennuis de couple du sergent, brouillant les pistes...

Ce que j'ai aimé :

- L'atmosphère de ce bord de mer, entre ces pêcheurs un peu bourrus, ces femmes qui restent insaisissables et qui n'ont pas besoin des hommes pour s'accomplir, cette attente latente du bord de mer.

- La description des méandres de l'amour qui prend des formes très diverses

"C'est peut-être ça, l'amour, monsieur Moralès : une grâce qui nous élève au-dessus du doute."

Ce que j'ai moins aimé :

- Le changement de rythme à la moitié du livre est surprenant : ceux qui étaient effacés se mettent tous à raconter, à se livrer.

- Les dialogues m'ont semblé artificiels, avec des phrases toutes faites manquant de naturel

"Vous savez, Monsieur Moralès, j'ai passé ma vie à tracer des décors magnifiques, mais les courbes d'une femme sont indessinables. La beauté est inatteignable. Et on n'a pas encore parlé de l'amour..." p 139

- Beaucoup de clichés jalonnent finalement la route des personnages...

Bilan :

Mitigée...

 

Présentation de l'éditeur : VLB Editeur

Partager cet article
Repost0

Chasse à l'homme de Sophie LETOURNEAU

Publié le par Hélène

En 2008, Sophie Létourneau consulte une cartomancienne qui lui prédit que, grâce à un livre, elle rencontrera l’homme de sa vie. Mais avant cela, il lui faudra déménager à Paris, s’amouracher d’un petit Français et se rendre en Asie.

Dans ce récit d'autofiction, l'auteur se lance dans l'écriture comme dans sa recherche du "petit français" : à tâtons, en hésitant avec une "mosaïque d'anecdotes et de coïncidences portées par un désir d'écrire." Elle livre des instantanés autour de  la recherche de l'amour guidé par une voyante et par la famille souhaitant qu'elle trouve cet homme tant désiré.

Le ton est léger, même si l'auteure évoque aussi les frontières fines entre le réel, l'imaginaire et l'écrit.

Ce que j'ai moins aimé :

J'ai trouvé l'ensemble assez banal, ne se démarquant ni par le style, ni par les idées, avec une tendance à tourner à rond. Je ne suis pas tombée sous le charme...

 

Présentation de l'éditeur : La Peuplade

 

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>