Le liseur de 6h27 de Jean-Paul DIDIERLAURENT

Publié le par Hélène

Guylain travaille dans une usine, alimentant un espèce de monstre, machine effrayante qui happe les livres. Guylain déteste son travail, ses chefs, ses collègues. Ses seuls plaisirs consistent à lire chaque matin dans le RER de 6h27 des pages rescapées du monstre qui les absorbe aux autres voyageurs et à parler à son poisson rouge. Ses amis sont tout aussi étranges que lui : son meilleur ami n'a plus de jambes et son autre ami est un obsédé de l'alexandrin dont il use et abuse :

"Gardez-vous pour toujours de réveiler mes nerfs,

Sous les plus beaux atours, se cache souvent mégère.

Si je suis serviteur je n'en reste pas moins

Concernant ce secteur maître de vos destins !"

Sa vie suit une routine aliénante jusqu'au jour où il trouve dans osn rer une clé usb..."

L'existence de Guylain est maussade, jusqu'au jour où il trouve une clé USB malencontreusement oubliée dans le RER par une jeune écrivaine en herbe... 

La première partie du roman est originale, offrant une réflexion intéresante sur le destin des livres vite lus et vite pillonés ainsi que sur le pouvoir de la lecture. Mais, rapidement, l'ensemble devient de plus en plus "gentillet" et bourré de bons sentiments qui noient le propos dans une mer de bienveillance...

Ce que je n'ai pas aiméCe roman renferme tout ce que je n'aime pas dans la littérature française : une vue sans perspectives qui s'amuse à décrire un quotidien de français dépressif vivant sa routine comme un sacerdoce et pour qui le seul espoir demeure dans l'ammmûûûûûr... "Optimiste", "Enchanteur" disent certains ? Je ne l'ai pas vécu comme cela, je pense que l'on aurait pu se passer de cette histoire d'amour pour se concentrer sur le pouvoir des livres, de la lecture, des poissons rouge, que sais-je, sans transformer la vie de ce pauvre Guylain en love story aux relens de fleur bleue. 

 

Présentation de l'éditeur : Folio

 

Le liseur de 6h27, Jean-Paul Didierlaurent, Folio, mai 2014, 7.10 euros

Commenter cet article

Violette 10/05/2016 19:17

tout à fait d'accord avec toi. Je l'ai découvert en livre audio et ça m'a gonflée ce côté gnangnan... pourtant j'aime assez les trucs légers en livre audio, mais j'ai mes limites!:)

Hélène 12/05/2016 08:31

Tu m'étonnes !

Sophielit 10/05/2016 18:06

J'ai cherché vainement la rubrique "Ce que j'ai aimé"... Rien de rien, vraiment ?!

Hélène 12/05/2016 08:30

Bah... non pas trop. J'ia quand même mis un coeur parce que je l'ai fini ;-)

Axelle 10/05/2016 17:19

Ton avis m'a tellement fait rire ! Tu as résumé en peu de mots ce qu'il peut y avoir de déprimant et de limitant dans l'horizon offert par de nombreux écrivains français. J'avoue qu'à la sortie du livre j'avais été mitigée aussi (c'était sans plus), mais j'avais rencontré l'auteur et c'est plus difficile d'être aussi critique face à un autre être humain :)

Hélène 12/05/2016 08:30

c'est aussi pour cela que je vais peu aux rencontres d'écrivain, car j'ai l'impression qu'après on perd de son objectivité!

Une Comète 10/05/2016 16:00

pas aimé du tout...

Hélène 12/05/2016 08:29

Tu me rassures !

Alex-Mot-à-Mots 10/05/2016 14:58

Il avait tout pour te déplaire.

Hélène 12/05/2016 08:29

Oui c'est un peu ça mais j'étais en

Noukette 10/05/2016 11:57

Bon... ça c'est fait ! Il m'attend depuis sa sortie mais je ne me suis toujours pas précipitée pour le ire, une intuition ? ;-)

Hélène 12/05/2016 08:28

Il faut écouter ses intuitions

Estellecalim 10/05/2016 11:53

Bon, bah comme ça, c'est clair ! Les billets enthousiastes sur cet auteur me donnaient envie de le lire, mais si je le lis, je saurais qu'il ne faut pas trop en attendre ;)

Hélène 12/05/2016 08:28

voilà !

keisha 10/05/2016 09:03

Mouarf! Moi aussi j'ai aimé ce pilon, cette machine, et les lectures en maison de retraite. Il m'en manquait! C'étaient mes petits bémols sur ce roman. Le dernier m'a paru plus maîtrisé, mais tu auras aussi de l'amour, faut s'y faire. Je ne lis pas que cela, mais je lis quand même.

Hélène 12/05/2016 08:27

;-)