Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

228 articles avec litterature francaise

Une femme au téléphone de Carole FIVES

Publié le par Hélène

Charlène 62 ans est une mère qui trompe sa solitude en passant des appels à sa fille. Appels tour à tour enjoués, culpabilisants, désespérés ou excessifs. Pour cette femme cancéreuse, bipolaire à ses heures, ces appels sont le moyen de se raconter, de se livrer, de partager ses aventures liées à ses rencontres sur des sites de rencontre, de parler de son quotidien entre grisaille et rose bonbon.

"Meetic ? Ah non j'ai arrêté, c'est toujours les mêmes têtes. Ceux qui vont sur Meetic, c'est comme ceux qui vont chez Ikea, ils cherchent des choses standard. Et moi je suis pas standard." p. 15

Après sa visite chez un psy, elle commente : "Elle m'a dit tout ce que mon père m'avait fait, enfin, elle savait tout. C'était très dur, je suis complètement détruite. Maintenant, y a plus qu'à reconstruire. Un nouveau départ. Le problème c'est que le prochain rendez-vous c'est pas avant septembre. Dans deux mois. Je les passe comment juillet-août moi ? Je me colle un panneau "en chantier" ? " p. 44

Elle en profite pour insidieusement envoyer des piques à sa fille, dans une demande constante d'attention, d'amour conjuguée à une toxicité inébranlable.

"Comment ça, on ne fait pas des enfants pour les garder pour soi ? Ce sont des phrases toutes faites ça, qu'on dit quand on n'a pas de coeur. La vérité c'est qu'on fait les enfants pour soi, sinon c'est trop égoïste." p. 76

Au détour de ses critiques, elle distille toutefois des conseils avisés :

"Des disputes ? Mais il faut faire des efforts pour garder un homme voyons, ça ne va pas de soi. Mets-toi à la place de ce pauvre garçon, tu ne repasses pas, tu ne cuisines pas, tu vis dans un foutoir monstrueux, quel avantage a-t-il à vivre avec toi ? Maintenant que vous attendez cet enfant, tu ne peux plus tout envoyer bouler comme avant. Il faut mettre de l'eau dans son vin, bien sûr la vie à deux ce n'est pas toujours drôle, on préfèrerait rester seule bien tranquille, profiter de sa maison, manger une connerie quand on en a envie, regarder le programme qu'on préfère à la télé... Le couple, c'est dur, mais il faut s'accrocher, pour ne pas finir toute seule." p. 83

A travers ce portrait Carole Fives nous offre un texte drôle, intelligent, jubilatoire et profond à la fois, une vraie réussite !

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

Du même auteur :Quand nous serons heureux ; C'est dimanche et je n'y suis pour rien

D'autres avis : Télérama

 

Une femme au téléphone, Carole Fives, L'arbalète Gallimard, janvier 2017, 112 p., 14 euros

 

Partager cet article

Repost 0

Elles sont parties pour le nord de Patrick LECOMTE

Publié le par Hélène

1917 la petite Wilma 11 ans vit dans une cabane avec son père trappeur dans le Grand nord canadien. Un jour, de retour d'une expédition dans la ville, son père lui ramène un livre qui va changer sa vie Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède. La jeune fille, proche de la nature s'intéresse alors de plus près aux grues blanches qu'elle observe d'un promontoire près de la cabane. Elle aperçoit alors celle qu'elle prénommera Akka, une grue boiteuse qu'elle retrouvera saisons après saisons. Mais les années passant, Wilma comprend que cette espèce à laquelle elle est tant attachée est en voie de disparition. Elle décide alors de lutter pour la préservation de l'espèce.

Ce récit s'inspire de la véritable histoire du déclin de la grue blanche d'Amérique, il suit les différentes grandes étapes de la conservation. Aujourd'hui la situation s'est améliorée mais la menace rôde encore dans l'ombre car il n'en reste que 300.

https://www.registrelep-sararegistry.gc.ca/

Ce que j'ai moins aimé :

Il manque un souffle romanesque à l'histoire : le début était prometteur dans le grand froid canadien, puis les grandes étapes de la préservation prennent le devant de la scène au détriment de l'histoire de la jeune fille. Les sauts temporels annihilent toute tentative pour rentrer dans l'histoire car au moment où l'on s'attache au personnage et aux lieux, l'ellipse temporelle nous amène des années plus tard.

Bilan : Un premier roman qui reste prometteur malgré ses maladresses.

 

Présentation de l'éditeur : Préludes

D'autres avis : Babelio

 

Elles sont parties pour le nord, Patrick Lecomte, Préludes, mars 2016, 288 pages, 14.30 euros

 

Merci à l'éditeur.

Partager cet article

Repost 0

Recherche femme parfaite de Anne BEREST

Publié le par Hélène

Emilienne, photographe trentenaire décide de se lancer dans un projet ambitieux en vue d'exposer aux rencontres de Arles. Elle traque pour ce faire la femme parfaite, chaque femme photographiée devant lui donner le nom d'une autre femme qu'elle considère comme la femme parfaite. Cette quête lui permet d'amorcer une réflexion sur la femme moderne, sur les pressions sociales qu'elle subit notamment avec l'image de Julie, la voisine de Emilienne, traumatisée par son accouchement et son nouveau rôle de mère. Elle rencontre également une jeune femme libre, Georgia, par qui elle est irrésistiblement attirée.

Au-delà des femmes, l'auteure ausculte aussi notre société moderne, enferrée dans un culte à l'image que propagent les publicités ou encore les réseaux sociaux. Ceux-ci créent des cadres  dans lesquels les êtres essaient de rentrer, ils fantasment l'image qu'ils renvoient aux autres, enfantant un être factice "Aujourd'hui tout le monde met en scène sa vie dans le seul but que cela soit "cool" sur les photos.", "C'est pas ça être libre. Etre libre, c'est faire des choses sans être regardé." La vraie marginalité serait alors de ne pas être référencé sur Google...

Sur un ton plaisant, non dénué d'humour l'auteur use du second degré pour aborder ces problématiques modernes.

Ce que j'ai moins aimé : la bluette sentimentalo-sexuelle qui transforme la jeune femme en adolescente...

Bilan : un bon moment de lecture assez plaisant, surtout dans sa première partie.

 

Présentation de l'éditeur : Grasset ; Folio

D'autres avis : Caroline ; Violette ;

 

Recherche femme parfaite, Anne Berest, folio, janvier 2016, 240 p., 7.20 euros

Merci à l'éditeur.

 

Partager cet article

Repost 0

Remèdes à la mélancolie d'Eva BESTER

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Eva Bester anime une émission sur France Inter le dimanche à 10h dans laquelle elle recueille les remèdes de son invité pour se soustraire à la mélancolie, "le morne regret des chimères absentes" (Baudelaire) . Dans le prolongement de son émission, elle rassemble ici certains remèdes proposés par ses invités et nous propose de piocher des instants de plaisir.

Certains remèdes sont cocasses comme celui de Dany Lafferrière pour qui balayer est un palliatif efficace à la mélancolie. Qu'il s'agisse de cuisiner avec des amis (Adrien Bosc), de savourer un plat de spaghettis aux palourdes, de rire des chatouilles (Antonin Peretjatko), de lire ce qui est écrit sur les paquets de céréales (Christophe Bourseiller), des textes de Desproges, se cacher sous les tables dont les nappes vont jusqu'au sol (s'il est recouvert de moquette), chacun nous offre une étincelle de bonheur.

Mes préférés : 

- Regarder des gens en train de faire de l'aquagym de Babx

"Oui, en fait, donc là je dois l'avouer, j'ai eu pendant un mois l'idée que j'allais faire un peu de sport parce que j'étais ressorti d'un été un peu abominable après une tournée et donc j'allais me remettre en forme dans une salle tout ce qu'il y a de plus absurde, alors là c'est génial en plus et avec des machines et des trucs pour se remettre en forme, et il y avait cette piscine, ce bassin plus exactement, où, derrière une vitre, je voyais des gens régulièrement sautiller sans jamais s'arrêter sur une musique, tout ça dans l'eau. Et tout d'un coup je me suis arrêté et je me suis dit : " Au milieu de l'univers, il se passe ça !", c'est à dire au milieu de tous ces schismes permanents, des guerres, des planètes qu'on n'a pas encore découvertes, il y a un endroit dans tout cet infini où il y a des gens en train de faire dong-dong-dong dans de l'eau avec des bonnets de bain, totalement persuadés de ce qu'ils sont en train de faire et ça m'a fasciné ! Je me suis vraiment dit que l'humain était d'une poésie incroyable pour pouvoir se mettre comme ça dans des pareilles situations et surtout croire dur comme fer à ce qu'il est en train de faire."

- L'absurde "L'absurde drôlatique est la parfaite application de la leçon nietzschéenne : certes, la vie est tragique mais au lieu de nous lamenter, on peut transcender la bassesse de notre condition par l'imagination au service de l'art et du rire. l'absurde est un moyen d'élévation." p. 171

Neige de nuit à Kambara de Hiroshige (Chantal Thomas)

- L'espace et les étoiles car " Je crois que penser aux étoiles, pour moi, c'est l'occasion de se replonger dans le cosmos, dans l'univers : dés qu'on songe à son immensité, même s'il n'est pas infini, dés qu'on songe à cet espace absolument sans commune mesure avec notre corps et nos habitudes terrestres, on ne peut plus se contenter de macérer dans sa seule petite tristesse, ni dans son seul horizon, même s'il est joyeux." Roger-Pol Droit

- la citation choisie par Cécile Sciamma

"Peut-être tous les dragons de notre vie sont-ils des princesses qui n'attendent que le moment de nous voir un jour beaux et courageux. Peut-être que toutes les choses qui font peur sont au fond des choses laissées sans secours qui attendent de nous le secours. Pourquoi voulez-vous exclure de votre vie toute inquiétude, toute souffrance, toute mélancolie alors que vous ignorez leur travail en vous." Rainer Maria Rilke Lettres à un jeune poète

- La chanson choisie par Agnès Desarthe :

- Les films comme The big Lebowski des frères Coen (Christophe Bourseiller et Agnès Desarthe), Chantons sous la pluie pour la scène de danse (Agnès Jaoui et Robin Renucci), Stardust memories de Woody Allen.

Ce que j'ai moins aimé : les arts visuels, les arts sonores ne rendent pas tellement à l'écrit.

Bilan : Une bouffée de bonheur à prescrire de toute urgence !

 

Présentation de l'éditeur : Autrement

D'autres avis :Cathulu, repéré chez elle en début d'année, merci à elle !

 

Merci à l'éditeur pour cette belle découverte !

Partager cet article

Repost 0

Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar de Antoine CHOPLIN

Publié le par Hélène

♥ ♥

Tomas est un jeune cheminot dans la ville de Trutnov en Tchécoslovaquie au début des années 70. Son chemin croise celui de Vaclav Havel, alors que celui-ci n'est encore qu'un artiste de théâtre. Une amitié se noue entre les deux hommes, amitié de coeur mais aussi amitié d'idées. Face au régime communiste qui se durcit et poursuit les dissidents comme Vaclav, Tomas fait rapidement son choix. Il reste résolument du côté de la liberté et de la culture, centrale, "comme un outil de savoir et de plus grande conscience sur le monde."

Avec tact et retenue, Antoine Choplin évoque la montée au pouvoir de Vaclav Havel, des premières heures hésitantes jusqu'au succès, et ceci par l'intermédiaire de cet acolyte de l'ombre, Tomas, un  cheminot ordinaire amoureux des écorces et des oiseaux, un homme que rien ne prédestinait à jouer un rôle dans l'histoire, mais  qui décide simplement de suivre ses préceptes moraux et d'accomplir ce qui lui semble juste aux côtés de personnes qu'il apprécie. L'amitié qui relie les deux hommes est touchante, discrète, de ces liens solides qui ne nécessitent pas une effusion disproportionnée quand on sait que l'essentiel nous rassemble.

A travers le destin de Tomas Kusar, Antoine Choplin nous offre un roman tout en délicatesse retraçant l'engagement de ces hommes qui se battent pour des valeurs, et qui passent au travers des épreuves inhérentes à leurs positions, par conviction, par passion pour la vie et la liberté indissociables dans un monde qui chancèle.

 

D'autres avis : Caroline ; Yves ; Leiloona ; Jostein ;

Du même auteur : La nuit tombée ; Le héron de Guernica Radeau  ; L'incendie Une forêt d'arbres creux

 

Quelques jours dans le vie de Tomas Kusar, Antoine Chopli, La fosse aux ours, janvier 2017, 18 euros

 

La fosse aux ours est l'éditeur du mois pour Un mois un éditeur

 

Partager cet article

Repost 0

L'autofictif croque un piment de Eric CHEVILLARD

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Les ventes de mes livres seraient bien meilleures ; malheureusement, mes lecteurs ne lisent pas." p. 78

Eric Chevillard a commencé par expérimenter sur son blog http://l-autofictif.over-blog.com/  un nouveau type d'écriture : l'Autofictif. Chaque jour, il livre trois phrases à la frontière entre aphorisme, haïku, réflexion philosophique, brève de comptoir, mais surtout commentaire sur sa vie et sur le monde qu'il observe avec ironie et décalage. Il retranscrit sous forme papier en 2009 ses réflexions de 2007 et 2008.

L'autofictif croque un piment couvre la période 2011-2012. Les sujets sont tout aussi variés et jouissifs. Quelques perles :

- quand il se moque de son manque de succès ou de la suffisance de certains écrivains

"Quand on voit quel chemin montueux, tortueux, rocailleux mène à la gloire, comment s'étonner que tant d'ânes en aient atteint le sommet ?" p. 97

"Je me flatte d'avoir vécu une expérience rare pour un écrivain - qui atteste aussi une certaine force de caractère, ayons l'humilité de l'admettre: j'ai voyagé dans le Transsibérien sans en rapporter un livre! "

- quand il observe sa fille :

"Pourquoi il n'y a pas de crayon de couleur beige ?" p.125

"- Non, Suzie, tu ne touches pas à ça ! Quand tu auras dix-huit ans, tu feras ce que tu voudras.

Elle débranchait son babyphone !" p. 181

- quand il repense la nature :

"Si le boa avait des cheveux - et l'on comprend bien du coup pourquoi la nature a jugé cette option superflue -, il se ferait des nattes." p.121

Son inventivité n'a pas de limite, lui qui décide par exemple de devenir pope. Pour la tenue...

Eric Chevillard est drôle, incisif, jamais complaisant envers lui-même, bref il faut le découvrir !

« C’est Jules Renard, Pascal et La Rochefoucauld réunis, et encore plus que ça. Les petits faits de la vie, de menues observations mis en formules gnomiques et transfigurés par l’invention, l’humour, la fantaisie. Autre chose que la morne liste des courses qui fait l’ordinaire de ce qu’on nomme autofiction, sans doute pour signifier que ça exclut toute inventivité. »
Pierre Jourde, Le Nouvel Observateur

 

Présentation de l'éditeur : L'arbre vengeur

Son site : http://autofictif.blogspot.fr/

 

Un mois un éditeur : http://www.arbre-vengeur.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'autres avis : Keisha

 

L'autofictif croque un piment, Journal 2011-2012, Eric Chevillard, L'arbre vengeur, 2013, 245 p., 13 euros

Partager cet article

Repost 0

Un mois, un éditeur / L'arbre vengeur

Publié le par Hélène

L'arbre vengeur est à l'honneur ce mois ci pour Un mois Un éditeur :

http://www.arbre-vengeur.fr/

Babélio nous proposait en 2013 une interview passionnante pour découvrir cette petite maison d'édition. En 2014, le site "Un dernier livre avant la fin du monde" rencontre aussi David Vincent et Nicolas Etienne, les fondateurs de la maison.

De cette maison d'édition, j'ai juste lu jusqu'ici Mes amis de Emmanuel BOVE

J'ai donc prévu de me plonger dans le catalogue très attirant de cette maison d'édition et de vous parler notamment prochainement des autofictifs de Eric Chevillard.

 

Partager cet article

Repost 0

Les trois vies d'Antoine Anacharsis de Alex COUSSEAU

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"La vie est un cheval, me dit-il. Un cheval furieux, un cheval espiègle, ou un cheval docile. A chacun d'en décider, mais pour avancer il faut l'enfourcher." p. 289

Au commencement, Antoine n'est pas né. Nous sommes en 1831 sur une île au large de Madagascar et il est encore lové dans une bulle, dans le ventre de sa mère qui lui apprend le monde en lui décrivant tout ce qu'elle voit. Elle lui raconte aussi son histoire, et remonte sur plusieurs générations pour que mots après mots son identité prenne forme. Mais peu à peu, des silences s'installent quand ses parents sont capturés par des anglais pour être vendus comme esclaves.  C'est alors que le petit Antoine vient au monde, avec comme seul héritage les histoires de sa mère et un médaillon sur lequel est inscrit un étrange cryptogramme devant mener au célèbre trésor d'Olivier Levasseur. D'aventures en aventures le garçon grandit et se lance sur les traces du trésor de ses ancêtres aidé dans sa quête par Blind qui l'a recueilli. Les deux hommes décident de faire appel à Edgar Allan Poe, l'auteur du célèbre Scarabée d'or, pour déchiffrer le cryptogramme et ils partent donc pour l'Amérique où les attendent encore moults aventures. Le jeune Antoine sera tour à tour esclave, deviendra un peu indien, et fort de toutes ces expériences, il s'acheminera vers sa troisième vie...

"Timochee dit que chaque histoire est un être vivant, et que nos rêves forment un peuple. Le jour où ce peuple aura disparu, l'univers sera déréglé. Les étoiles s'éteindront les unes après les autres, le soleil se consumera, et tous les bruits du monde se réuniront en un seul endroit. Ils seront tous là. Le bruit de la pluie qui flagelle les arbres, celui de la roche qui craquelle, du torrent qui gronde, celui de la renarde qui piaille après ses petits, du geai poursuivi par la peur, celui du vent faisant plier le lys des étangs, le premier et le dernier souffle des hommes... Au fond d'un unique creuset tous les bruits se réuniront pour ne plus en constituer qu'une seule.

Bang !

Le bruit que font les rêves quand ils meurent." p. 207

Entremêlant savamment personnages fictifs, voire fantastiques comme le kraken, et personnages réels tels que Edgar Allan Poe, les soeurs Fox, ou encore Olivier Levasseur, et porté par une langue poétique, Les trois vies d'Antoine Anacharsis nous emporte dans le XIXème siècle d'Afrique en Amérique pour mieux balayer les évènements marquants et insister sur l'essentiel : l'homme et ses capacités, l'homme, capable du meilleur comme du pire, l'homme, pour qui rêver est essentiel.

La mise en page elle-même recèle des trésors d'inventivité intercalant des cartes au début de chaque chapitre.

Finalement on aimerait que cette quête folle ne s'arrête jamais, emportée par la foi d'Antoine, parce que finalement "C'est le propre d'une légende de ne jamais se terminer (...)"

 

Présentation de l'éditeur : Le Rouergue 

D'autres avis :Télérama

 

Les trois vies d'Antoine Anacharsis, Alex Cousseau, Le Rouergue, septembre 2012, 288 p., 15.70

Dès 12 ans

Prix LIRE du roman jeunesse 2012

 

Pour la petite histoire j'étais censée lire ce mois-ci un roman des éditions Anacharsis pour Un mois un éditeur , et j'étais tellement fatiguée ce mois-ci que j'ai commandé celui-ci et ce n'est qu'à la moitié du livre que je me suis rendue compte de la confusion entre le titre et l'éditeur... De fait, je ne serai pas au rendez-vous de Sandrine, mais je me console en me disant que, au moins, j'aurai découvert un très bon roman d'aventures...

Partager cet article

Repost 0

Charlotte de David FOENKINOS

Publié le par Hélène

"La véritable mesure de la vie est le souvenir."

Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, jeune peintre marquée par la fatalité et morte à Auschwitz à 26 ans. Jeune femme talentueuse, elle est une des rares femmes juives à rentrer à l'Académie des Beaux-Arts de Berlin. Mais elle est rapidement exclue par les nazis, exclue du monde de l'art, exclue de sa ville, exclue de sa vie. "Il faut être optimiste, se dire que la haine est périssable." se répète-t-elle en vain. Sa famille est marquée par la fatalité de la mort, et Charlotte se sent coupable de survivre. Elle veut se souvenir, par l'art, expier les fautes passées et peindre, encore et toujours, pour ne pas devenir folle.

L'auteur se met en scène lui-même dans ce roman, fasciné par Charlotte. Il dit ressentir une attirance diffuse pour l'Allemagne, que cristallise sa rencontre avec l'oeuvre de Charlotte Vie ? ou Théâtre ?

"Les écrivains allemands.

La musique et la fantaisie.

Le désespoir et la folie.

Tout était là.
Dans un éclat de couleurs vives."
p. 37

 

 

Ce que j'ai moins aimé :

Le style est déroutant : l'auteur se veut poète quand il se contente de faire des phrases courtes. Ce n'est pas parce qu'on écrit des phrases courtes et qu'on passe à la ligne rapidement que l'on écrit un poème en prose... 

L'ensemble sonne creux, sans grand intérêt.

Bilan : Décevant !

 

Présentation de l'éditeur : Folio ; Nouvelle édition enrichie des oeuvres de Charlotte Salomon 

Du même auteur  La délicatesse   Le potentiel érotique de ma femme   ; La Tête de l'emploi   

D'autres avis : Bibliobs ; Jérôme ; Noukette ; Séverine ; Laure ; Caroline ; Sandrine 

ou encore : 

Charlotte, David Foenkinos, Folio, mai 2016, 7.10 euros

Ce roman a obtenu le Prix Goncourt des lycéens 2014 et le Prix Renaudot 2014

Partager cet article

Repost 0

Let it snow de la TEAM COMEDIE ROMANTIQUE

Publié le par Hélène

♥ ♥

100% comédie,
100% romantique,
100% Noël
et 100% numérique

Isabelle Alexis, Tonie Behar, Adèle Bréau, Sophie Henrionnet, Marianne Lévy, Marie Vareille nous offrent six nouvelles romantiques pour agrémenter cette fin d'année ! Elles ont formé un collectif d'auteures de comédies romantiques à la française qui livrent ici leur interprétation décalée de la romance.

Crush et crash d'Isabelle Alexis :

Une réunion de famille dans laquelle l'esprit débridé et libérateur de Noël s'installe... Un zeste de revendications, une pointe d'humour et de passion suffit à déconstruire la structure aliénante d'une famille bourgeoise ...

Y aura-t-il de la neige à Noël ? de Tonie Behar :

Une narratrice amoureuse de Noël et de sa magie qui soignent jusqu'aux moindres détails sa soirée de réveillon (jusqu'à ses ongles rouges sont même ornés de flocons blancs). Mais une panne d'ascenseur va bouleverser ses projets de soirée romantique en amoureux... ou pas, la magie de Noël pouvant tomber du ciel, comme la neige, comme les anges, à tout instant... Une nouvelle qui nous enseigne l'importance de s'émanciper des cases toutes faites...

Ma préférée du recueil.

Le marché de Noël de Adèle Bréau :

Une nouvelle qui débute avec l'évocation d'un père seul avec ses deux petites filles à cause de la défection d'une mère sauf que cette situation initiale n'a plus de rapport avec la suite et son histoire de fromage... Dommage ! Une déception.

La théorie du pingouin de Sophie Henrionnet :

Un style original avec ses hashtags mais une histoire assez banale entre deux collègues qui s'échangent des mails. Les histoires de bureau grèvent l'humour et la magie de Noël à mes yeux, même si, bien sûr il en faut pour tous les goûts !

Keep calm et love Christmas de Marianne Lévy :

Une nouvelle avec un fan de Franck Sinatra et une actrice de pacotille qui cherche à lui redonner le sourire. J'ai perdu rapidement le fil...

Cap ou pas cap ? de Marie Vareille :

Une jeune femme emprisonnée dans un grand magasin le soir de Noël avec un charmant jeune homme cambrioleur... Assez prometteur.

 

Bilan : Ma préférence va aux deux premières nouvelles du recueil, la première pour son humour dévastateur qui déconstruit tous les clichés de la famille, la deuxième pour son univers romantique si parfaitement rendu.

Des nouvelles rafraichissantes variées autour de Noël qui, s'il fait rêver certains, est synonyme pour d'autres de réunions de famille exacerbant les conflits et ressassant les mêmes sujets éternels d'insatisfaction. La fuite semble alors la seule issue... Un recueil dédié aux anges de Noël (au cas où ils existent).

 

Présentation de l'éditeur : http://comedieromantique.com/

D'autres avis : Stephie

Qui sont-elles ? : http://comedieromantique.com/qui-sommes-nous/

 

Disponible en format numérique sur Amazon à 0.99 euros !

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>