Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

244 articles avec litterature francaise

L'art de perdre de Alice ZENITER

Publié le par Hélène

 ♥ ♥ ♥

"Dans l'art de perdre il n'est pas dur de passer maître." Elisabeth Bishop

Pour Naïma l'Algérie dont est originaire sa famille n'est qu'une toile de fond à laquelle elle s'est peu intéressée. Son grand-père Ali, kabyle, a été taxé de "harki" mais il est mort avant de pouvoir livrer son histoire à la jeune fille. Hamid, son père est arrivé enfant à l'été 1962 et il refuse de parler de ce passé qui l'empêche de remettre les pieds sur son territoire. Sa mère, française, n'en sait pas beaucoup plus. Naïma comble peu à peu les lacunes de son histoire.

"C'est pour cela aussi que la fiction tout comme les recherches sont nécessaires, parce qu'elles sont tout ce qui reste pour combler les silences transmis entre les vignettes d'une génération à l'autre." p. 19

La première partie du roman se déroule en Algérie dans les années 30 à 50. Le jeune Ali assiste à l'arrivée progressive du FLN, aux choix des uns et des autres, puis à la violence qui peu à peu s'invite, la brutalité du conflit, les tribunaux improvisés dans les villages, les embuscades sur les routes, les "veuves de la libération" qui fleurissent. Ali et sa famille doivent fuir pour la France et rejoindre dans un premier temps un camp de transit, puis un hameau de forestage, avant d'être parqués dans une cité HLM en Normandie.

"L'Algérie les appellera des rats. Des traîtres. Des chiens. Des apostats. Des bandits. Des impurs. La France ne les appellera pas, ou si peu. La France se coud la bouche en entourant de barbelés les camps d'accueil"

L'écriture s'incarne parfaitement avec les personnages, permet de vivre pleinement cette tranche de l'histoire et amène à une réflexion profonde. Réflexion pesée sur ce qui fonde l'identité, sur le rapport à nos origines, sur ce qui nous construit. Sur les femmes qui ne choisissent pas :

"- J'en veux aussi à mon mari parce que si ce n'était que moi, je serais restée là-bas. c'est lui qui a voulu fuir. Nous, jamais on nous demande notre avis. On nous trimballe. Ils font des conneries entre hommes et après, c'est nous qui payons.

- Pauvres de nous...

Et elles soupirent en broyant les amandes sur le pays perdu par la faute des hommes." p.211

Sur les enfants qui ne comprennent pas ce passé qui s'échappe et meurt avec chaque ancêtre qui s'éteint.

"Tu peux venir d'un pays sans lui appartenir. Il y a des choses qui se perdent... On peut perdre un pays. (...) Personne ne t'a transmis l'Algérie. Qu'est-ce tu croyais ? Qu'un pays, ça passe dans le sang ? Que tu avais la langue kabyle enfouie quelque part dans tes chromosomes et qu'elles se réveillerait quand tu toucherais le sol ?" p. 432

"Un pays n'est jamais une seule chose à la fois : il est souvenirs tendres de l'enfance tout autant que guerre civile, il est peuple comme il est tribus, campagnes et villes, vagues d'immigration et d'émigration, il est son passé, son présent et son futur, il est ce qui est advenu et la somme de ses possibilités." p. 441

Sur ces émigrés perdus dans un monde qu'ils ne reconnaissent pas. 

L'art de perdre c'est celui de perdre un pays, une langue, des illusions, des biens minuscules mais essentiels, perdre pour avancer, et fonder une nouvelle vie, une nouvelle oeuvre, un nouveau monde, pour, enfin, peut-être, se libérer.

 

Présentation de l'éditeur : Flammarion

D'autres avis : Télérama ; Babélio

 

L'art de perdre, Alice Zeniter, Flammarion, 16 août 2017, 22 euros

Partager cet article

Repost 0

Tiens ferme ta couronne de Yannick HAENEL

Publié le par Hélène

 ♥ ♥ ♥

"Il faudrait enfoncer un couteau dans la matière des journées, trancher le gras, y découper ce qui seul vous éblouit : a-t-on besoin d'autre chose que de vertige ?"

Incompris, le narrateur-écrivain a écrit un scénario sur Herman Melville intitulé The Great Melville. Malheureusement aucun producteur ne l'accepte. Sur les conseils d'un ami, il décide alors de s'adresser à Michael Cimino. Cimino accepte de le rencontrer à New-York et notre homme fait donc l'aller-retour pour passer une journée aux côtés du célèbre réalisateur de Voyage au bout de l'enfer et de La Porte du paradis. Il lui laisse son manuscrit, confiant, et revient à Paris pour se terrer dans son appartement à visionner encore et encore des films mythiques comme Apocalyspe now. A côtoyer des oeuvres marquantes du cinéma, il espère qu'une étincelle s'allumera et donnera tout à coup un sens profond à sa vie.

"Les ténèbres attendent que nous perdions la lumière ; mais il suffit d'une lueur, même la plus infime, la pauvre étincelle d'une tête d'allumette pour que le chemin s'ouvre : alors, le courant s'inverse, vous remontez la mort."

Il recherche une forme de vérité, obsédé par cette phrase de Melville : « En ce monde de mensonges, la vérité est forcée de fuir dans les bois comme un daim blanc effarouché. » En tant qu'artiste et en tant qu'homme, il tente de trouver sa place dans un monde souvent effrayant et trop grand pour l'humain.

"Au fond, il était possible de vivre : avec les récits, avec toutes les histoires contenues à l'intérieur des récits, on avançait mine de rien d'une île à une autre, on faisait se rejoindre le commencement et la fin, on allait mieux."

Le monde s'offre à lui dans une suite d'aventures rocambolesques, il rencontrera Isabelle Huppert, sera suivi par deux moustachus à l'allure louche, s'inquiètera de la disparition de son ami Tot, perdra son dalmatien dans la ville, rencontrera la conservatrice du musée de la Chasse, pour peut-être, enfin, trouver une forme de lumière.

"A la fin, me dit-il, véritable politique consiste à garder son âme ; et plus simplement encore : à avoir une âme."

A travers cet être indécis Yannick Haenel allume une lumière dans l'obscurité de nos vie, il nous invite à découvrir le sacré sous la patine des jours, à vibrer, pour simplement, survivre digne dans un monde qui chavire.

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

D'autres avis : Télérama ; Bibliobs ; Philomag

 

Tiens ferme ta couronne, Yannick Haenel, Gallimard, juin 2017, 352 p., 20 euros

 

Partager cet article

Repost 0

Nos richesses de Kaouther ADIMI

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Abdallah pense qu'on n'habite pas vraiment les lieux, que ce sont eux qui nous habitent."

En 1935, Edmond Charlot imagine une librairie "qui vendrait du neuf et de l'ancien, ferait du prêt d'ouvrages et qui ne serait pas juste un commerce mais un lieu de rencontres et de lecture. Un lieu d'amitié en quelque sorte avec, en plus, une notion méditerranéenne : faire venir des écrivains et des lecteurs de tous les pays de la Méditerranée sans distinction de langue ou de religion, des gens d'ici, de cette terre, de cette mer, s'opposer surtout aux algérianistes. Aller au-delà !" Ainsi naît à Alger la librairie - maison d'édition - bibliothèque "Les vraies richesses" qui publiera et sera fréquentée par des grands noms de la littérature comme Albert Camus, Jules Roy, Max-Pol Fouchet, Emmanuel Roblès ou Kateb Yacine.

"Charlot fut un peu notre créateur à tous, tout au moins notre médecin accoucheur. Il nous a inventés (peut-être même Camus), engendrés, façonnés, cajolés, réprimandés parfois, encouragés toujours, complimentés au-delà de ce que nous valions, frottés les uns aux autres, lissés, polis, soutenus, redressés, nourris souvent, élevés, inspirés, [...]" Jules Roy sur Edmond Charlot

Mais la révolte gronde en Algérie comme ailleurs, et Edmond Charlot aura alors son rôle à jouer car il sera aussi le grand éditeur de la France libre en 1944 publiant notamment Le silence de la mer d'Henri Vercors et éditant la revue L'Arche. 

En 2017 Ryad est chargé de vider cette même librairie gardée par Abdallah, le dernier libraire des "vraies richesses",  mais les habitants du quartier font bloc pour préserver ce lieu emblématique.

Kaouther Adimi a voulu rendre hommage à cet homme emblématique de la vie culturelle algérienne, mais son roman manque de souffle, juxtaposant des carnets fictifs de Charlot et l'histoire de la librairie, mais de façon relativement lisse, presque documentaire. Le style ne s'envole pas, nous laissant déçus devant les belles promesses que laissaient présager le sujet.

Bilan : Un sujet passionnant mais traité de façon un peu trop lisse à mon goût ...

 

Présentation de l'éditeur : Seuil

D'autres avis : VirginieJoëlle et de Jostein

 

Nos richesses, Kaouther Adimi, Seuil, août 2017, 224 p., 17 euros

 

Partager cet article

Repost 0

La beauté des jours de Claudie GALLAY

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Une vie ne suffit pas. Jeanne aurait voulu en avoir plusieurs, pour vivre tous les choix qu'elle n'aura pas faits, toutes les directions qu'elle n'aura pas prises."

Entre son travail à la poste, son mari Rémy et ses projets de rénovation de la cuisine, ses deux filles, Jeanne mène une vie bien réglée, bien calibrée. Ses rituels hebdomadaires ne changent pas : le lundi, piscine, le mardi macaron, le mercredi course et ménage, le jeudi bibliothèque, le vendredi cinéma, le week-end elle reçoit la visite de ses filles et le dimanche elle se rend au déjeuner dominical avec ses parents et ses soeurs.

Cet été-là, Jeanne regarde passer les trains et observe les silhouettes qui se croisent dans les wagons. Elle pense alors à la part de hasard qui régit nos existences. Et c'est par hasard qu'elle fait tomber le cadre contenant la photographie d'une artiste qu'elle admire : Marina Abramovic. Cette femme prête à prendre tous les risques la fascine profondément tant elle est à l'opposé du quotidien prévisible de Jeanne. Elle ressurgit alors dans sa vie, prenant une place de plus en plus prégnante, insufflant un brin de folie en l'esprit rationnel de Jeanne.

Marina Abramovic et Ulay sur la muraille de Chine

http://www.artwiki.fr/cours/art_video/abramovic_ulay.htm

Jeanne se replonge dans les interviews de l'artiste et lui adresse des lettres, comme une porte de sortie, comme une fenêtre qui s'ouvrirait sur un autre monde, d'autres possibles, d'autres choix.

"On devient artiste parce qu'on est sensible et parce qu'on est mal dans le monde. ce n'est pas une question de don mais d'incapacité à vivre avec les autre. Et cette incapacité à vivre crée le don." Marina Abramovic

"Etre artiste, tellement de gens veulent être cela. On veut tous... Mais l'envie de suffit pas. Il faut que ce soit une nécessité. Qu'on devienne fou si on ne le fait pas." Marina Abramovic

Et puis la beauté des jours jaillit, qu'ils soient prévisibles ou fous, ils contiennent leur îlot de beauté que l'oeil se doit de saisir. Oser, risquer le changement, loin de la peur qui fige, bousculer le monde pour que, soudain, les belles choses brillent.

"Je suis sûre qu'on n'oublie pas les belles choses quand on est de l'autre côté. Il reste forcément des trucs dans la mémoire, les abeilles qui butinent, les bêtes avec leurs petits, les chemins, tous les machins simples qu'on faisait. C'est les petits riens sans importance qui font les vies superbes. les bonnes copines aussi, hein..." p. 296

Dans ce magnifique roman, Claudie Gallay fait vibrer nos coeurs et prouve qu'il existe une utilité à l'inutile, que l'art peut transcender la réalité et toucher à l'essence du monde...

"Le premier homme de la préhistoire qui composa un bouquet de fleurs fut le premier à quitter l'état animal : il comprit l'utilité de l'inutile."

 

Présentation de l'éditeur : Actes sud

Du même auteur :  Les déferlantes  ♥ ♥ ♥ ; L'amour est une île  ♥ ; Une part du ciel  ♥ ♥ ♥ ♥ ; Dans l'or du temps ♥ ♥ ♥ ; Seule Venise ♥ ♥ ♥

D'autres avis : Nadège ; Leiloona

 

La beauté des jours, Claudie Gallay, Actes Sud, août 2017, 416 p., 22 euros

 

Partager cet article

Repost 0

Linea Nigra de Sophie ADRIANSEN

Publié le par Hélène

♥ ♥

Dans Le syndrome de la vitre étoilée, nous rencontrions Stéphanie qui essayait désespérément d'avoir un enfant avec Guillaume, avant de mettre fin à son couple pour une renaissance aux côtés de Luc. Dans Linea Nigra -  qui peut se lire indépendamment du précédent - nous retrouvons la jeune femme et son parcours de vie de la conception à l'accouchement, avec toutes les interrogations inhérentes sur le couple, l'amour maternel, mais surtout sur l'accompagnement de la femme enceinte et sa prise en charge par les professionnels de santé.

La jeune Stéphanie ressent une angoisse et les échos du monde médical ne la rassurent guère :

"La césarienne permet aux hommes d'avoir encore un peu de domination sur le corps des femmes, ces femmes si puissantes, ces femmes qui pourraient se passer d'eux bien souvent." p. 121

"Réfréner les ardeurs chirurgicales de mâles en manque de domination. La corporation des gynécologues-obstétriciens compte bien plus d'hommes que de femmes." p. 155

"Les femmes parfois disent non. Mais on leur demande alors de revenir à la raison. On ne les écoute pas. On ne cherche pas à les comprendre. On systématise." p. 155

Elles donnent même quelquefois des scènes délirantes : "Les femmes se laissent exercer une pression sur l'abdomen, au niveau de l'utérus, dans l'idée supposée que cela accélèrera la naissance. Certains soignants grimpent sur le ventre des femmes afin d'utiliser leur poids pour exercer cette pression. Cela arrive en France à un tiers de femmes qui accouchent pour la première fois." p. 145

La liste de tous les risques des nouvelles pratiques comme l'épisiotomie, le recours à l'ocytocine de synthèse font froid dans le dos...

Ainsi, la future mère choisit de s'orienter vers les maisons de naissance, pour un accompagnement plus en harmonie avec ce qu'elle recherche.

La personnalité humble et bienveillante de l'auteure transparait au fur et à mesure, et surtout, quand, avec une sincérité sans fard, elle reconnait certains de ses torts, de ces idées reçues qui ne passent pas l'épreuve de l'expérience. Elle avoue n'avoir rencontré ni bourreaux ni bouchers parmi le personnel médical mais des personnes compréhensives, et elle admet la médicalisation nécessaire. Ce roman est intéressant en ce sens : après avoir peint le pire, puis l'idéal avec les maisons de naissance, pour finir l'auteure propose sa propre réalité avec un aspect plus nuancé, entre compréhension et hyper technologie de l'accouchement.

Ce roman aux allures de documentaire offre ainsi une vision juste et touchante de ce moment si particulier de la vie d'une femme.

 

Présentation de l'éditeur : Fleuve Editions

Du même auteur : Je vous emmène au bout de la ligne  ♥ ♥ (Essai)  Quand nous serons frère et sœur ♥ ♥ ; Grace Kelly ♥ ♥ (bio) ; Max et les poissons ♥ ♥ ♥ ♥ (Roman jeunesse) ; Naître et grandir en musique  ♥ ♥ (doct) ; Les grandes jambes  ♥ ♥ ♥ (Roman jeunesse) ; Le syndrôme de la vitre étoilée ♥ ♥ ♥ 

D'autres avis : Lili Galipette

 

Linea Nigra, Sophie Adriansen, Fleuve éditions, septembre 2017, 19.90 euros

 

Merci à l'éditeur et à l'auteure...

 

Sur le même sujet : Nouvelobs

Partager cet article

Repost 0

Merry, Mary, Patty de Lola LAFON

Publié le par Hélène

  ♥ ♥

"Il m'a appris que ce n'est pas le temps qu'on a qui compte mais la façon dont on existe. Ce qu'on décide de faire de son existence."

Février 1974 Patricia Hearst, la fille d'un célèbre magnat de la presse américaine, est enlevée par un groupuscule révolutionnaire. Les revendications sont particulières : le SLA réclame de la nourriture pour les pauvres du pays. Rapidement, Patricia épouse la cause de ses geôliers, tournant le dos au capitalisme pour rallier la cause de ses ravisseurs marxistes.

Lors de son procès, Gene Neveva est chargée de rédiger une "évaluation psychologique" qui permettrait d'innocenter la jeune femme et les actions révolutionnaires qu'elle a accomplie ensuite aux côtés du SLA. Elle choisit une jeune femme effacée, Violaine pour la seconder dans sa recherche de l'identité de la jeune Patricia / Tania. Qui est-elle ? "Une marxiste terroriste, une étudiante paumée, une authentique révolutionnaire, une pauvre petite fille riche, héritière à la dérive une personnalité banale et vide qui a embrassé une cause au hasard, une zombie manipulée, une jeune fille en colère qui tient l'Amérique dans le viseur ?" (p. 15) Qui vise t elle ? Son pays ? Ses parents ? Ou "Ceux qui ne l'ont pas crue, pas écoutée, ceux qui ne choisissent pas leur camp, coupable d'indifférence aux pauvres" ?

Mais au-delà de ces interrogations, pourquoi s'acharne-t-on contre elle et contre celles qui quittent les routes bien tracées de la civilisation ?

Installées dans les Landes, loin de l'Amérique, Violaine et Geneva observent l'envers de l'Amérique et de son système. Violaine, jeune femme anorexique fragile, évolue peu à peu au contact de Geneva et de Patricia. Lola Lafon peint de très beaux portraits féminins, s'interrogeant avec subtilité sur ce qui forge l'identité et sur ces chemins de traverse que la vie peut prendre quelquefois.

 

J'ai eu la chance de rencontrer Lola Lafon lors du forum Fnac, j'en parle ICI

 

Présentation de l'éditeur : Actes Sud

D'autres avis : Télérama ; Bénédicte ; Claudialucia

Vous aimerez aussi : The girls de Emma CLINE

 

Merry, Mary, Patty, Lola lafon, Actes Sud, août 2017, 240 p., 19.8 euros

 

Merci à l'agence Anne et Arnaud.

Partager cet article

Repost 0

Mademoiselle à la folie ! de Pascale LECOSSE

Publié le par Hélène

Catherine est actrice. Catherine vit dans un monde de strass, de soirées dorées, de champagne à volonté. Catherine a un amant ministre de la culture, marié.

A ses côtés, Mina, la fidèle assistante, essentielle.

Un beau jour le monde stable de Catherine se trouble. des visages deviennent inconnus, des objets disparaissent, des êtres perdus apparaissent. Mina la protègera de cette maladie qui s'insinue dans leur vie.

Durant les premières pages, j'ai été déconcertée par des phrases ou expressions toutes faites, des clichés, à tel point que j'ai pensé que c'était un effet de style, un message subliminal sur le langage trop usité, sur ces expressions tellement utilisées qu'elles sont usées jusqu'à la corde et ne signifient plus rien. Il est possible que ce style soit un choix, comme si Catherine répétait un rôle ou présentait des phrases dites et redites aux interviews. mais le doute reste là et si telle était l'intention de l'auteure, ce n'est pas assez exploité à mon goût, et si ce n'était pas le projet, cela rend le vide de l'écriture assez prégnant.

"Le public est mon partenaire , je suis devenue comédienne pour qu'il m'aime."

"Mon fonds de commerce, c'est moi et j'en prends le plus grand soin."

Au-delà de cet aspect stylistique, je n'ai pas non plus été touchée par le rapport entre les deux femmes, si bien que pour moi, Mademoiselle à la folie est un premier roman décevant, manquant de corps.

 

Présentation de l'éditeur : Editions de la Martinière

D'autres avis : Les livres de George

 

Mademoiselle à la folie, Pascale Lécosse, Editions de la Martinière, 128 p., 14 euros

 

Merci à l'agence Anne et Arnaud.

Partager cet article

Repost 0

Trois saisons d'orage de Cécile COULON

Publié le par Hélène

♥ ♥

Au bord des falaises nommées Les trois gueules s'est bâti le village des Fontaines autour de la carrière exploitée par deux frères. Petit à petit une vie s'est construite et André est le médecin qui officie là-bas, pour les "fourmis blanches" qui travaillent à la carrière et à l'usine. Il connait la nature et sait que elle peut prendre des vies rapidement, de façon aléatoire, sans préambules. Mais il sait aussi que la vie reste souvent la plus forte, preuve en est dans cet enfant qui lui tombe du ciel, Benedict. Ce dernier s'attache à ce père modèle et à ce lieu atypique et il grandit également là, dans les pas de son père, devenant médecin lui aussi. Il rencontre Agnès, une fille de la ville qui le rejoint et donne naissance à Bérengère.

Ainsi trois générations se mettent en place et sont prêtes à jouer leur rôle dans le destin qui s'accomplit autour de ce lieu qui apparait maudit aux gens de la ville.

Ce récit magnétique prenant aux accents de tragédie rappelle la nécessité de se plier aux lois de la nature quoi qu'il advienne. Le coeur a ses raisons qui échappent aux brides de l'esprit rationnel comme le dit le proverbe. Il peut faire éclater des orages dévastateurs, de ceux qui retentissent longuement dans l'atmosphère et altèrent à jamais les paysages, brûlant arbres et âmes sur leur passage. Il ne sert quelquefois à rien de lutter...

Un beau récit tragique parfaitement maitrisé.

 

Présentation de l'éditeur : Editions Viviane Hamy

D'autres avis : Jostein ; Leiloona ; Noukette ; Valérie 

 

Trois saisons d'orage, Cécile COULON, Editions Viviane Hamy, janvier 2017, 265 p., 19 euros

 

Partager cet article

Repost 0

Légende d'un dormeur éveillé de Gaëlle NOHANT

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Insiste, persiste, essaye encore.

Tu la dompteras cette bête aveugle qui se pelotonne."

Fortunes de Desnos

 

Gaëlle Nohant, telle une Schéhérazade envoûtante, nous conte en ces pages hypnotiques l'histoire de Robert Desnos, poète de l'ombre qui méritait la lumière qui jaillit soudainement sur lui.

Nous sommes dans les années 20 et Desnos revient de Cuba avec dans ses malles Alejo Carpentier rencontré sur place. Car ses amitiés sont ainsi : fulgurantes et entières, comme ses amours d'ailleurs. Il s'est rapproché plus tôt du mouvement surréaliste, se reconnaissant dans leur envie de tout casser, "d'envoyer bouler la banalité pour révéler le miracle, le merveilleux.", et appréciant de fréquenter des êtres hybrides, aux ambitions révolutionnaires :

"Ils avançaient sur la crête des vagues, tutoyaient la mort et le vertige. Leur rire était un crachat envoyé au ciel. Ils n'avaient que faire d'être taillés, méprisés, excommuniés. Ils revenaient d'entre les morts, la boue des tranchées les avait recrachés in extremis. (...) Ils criaient ce que nous appelons vie, c'est cette cavalcade qui piétine vos charniers, ce débridement de l'être qui vous fait horreur. Le merveilleux, la révolte et le blasphème sont nos invités permanents. Nous abolissons les frontières que vous avez tracées pour vous protéger de vous-mêmes. Nous n'avons de patrie que celle des rêves que nous partageons, des femmes que nous aimons, des vins qui nous enivrent. Nous sommes votre pire cauchemar, la porte d'entrée de vos désirs refoulés, des insurrections à venir. Nous sommes l'insomnie des ministres de l'intérieur, des gardiens d'asile, des maréchaux de France. Nous incarnons le désordre, nous fracassons le langage pour que vous ne puissiez plus endormir, mater, endoctriner, faire plier les volontés à l'aide de la grammaire, de la morale,et du dogme,. Nous préparons les lendemains indociles, nous guettons les rencontres improbables, les incendies amoureux, le tressaillement des consciences réveillées et de la liberté qui se  déplie." p. 84

Il s'éloigne cependant peu à peu du groupe, refusant la mainmise directive de Breton.

A l'époque, il rencontre aussi Youki, celle qu'il nommera "sa sirène" au chant douloureux et passionné. Leur amour tumultueux marquera sa vie et ses poèmes. S'ensuit une période foisonnante de rencontres amicales, entre artistes qui ressentent ce besoin impérieux de s'abstraire des contingences de la société pour créer un monde à part, préservé, pur, comme Jean-Louis Barrault et sa passion pour le théâtre, Pablo Neruda, Man Ray, Antonin Artaud l'écorché... Sa maison est toujours ouverte, et cet avant guerre a des goûts d'insouciance.

"Le bonheur est sans doute dans le battement d'ailes qui traverse ces fragments d'éternité où chacun est à sa place et où les talents s'épanouissent pour le plaisir de tous, sans affectation ni volonté de briller." p. 206

Robert Desnos au Café © Getty / Stefano Bianchetti

Dans ce contexte, la puissance de la littérature, de l'art agit comme une évidence :

"La culture est un enjeu. Quand on permet à ceux qui en sont exclus d'accéder à l'art et à la connaissance, on sème une graine de liberté qui peut les soustraire à la toute puissance des tyrans." p. 218

Le poète, comme une pellicule que tout impressionne, sait capter l'essence des instants dans toute leur véracité

"Ses mots tentent de capturer le frémissement, l'instant où quelque chose d'inédit se produit, un accident, une rencontre miraculeuse ralentissant la course éperdue de chacun vers sa mort." p. 76

"Mais lui, loin des signaux fleuris le long des voies,

Parcourait une plage où se brisait la mer :

C'était à l'aube de la vie et de la joie

Un orage, au lointain, astiquait ses éclairs." p. 240 Desnos Fortunes "L'évadé"

"Pour lui, l'écriture est ce territoire mouvant qui doit se réinventer sans cesse, demeurer une insurrection permanente, une fontaine de lave, des corps joints dans la danse ou l'amour, une vois qui descelle les pierres tombales et proclame que la mort n'existe pas, une expérience sensorielle." p. 31

Puis arrivent les années sombres, les années de guerre, l'occupation, l'engagement, comme une évidence.

"Pour le reste je trouve un abri dans la poésie.

Elle est vraiment le cheval qui court

au-dessus des montagnes..." Desnos Lettre à Youki p. 413

La fin du roman prend en charge le point de vue de Youki après la déportation de Robert, comme un journal qui souhaite laisser une trace. Une partie moins forte, avec les témoignages de ceux qui reviennent, des atrocités commises, et toujours en filigrane la personnalité lumineuse de Robert qui distille l'espoir auprès des autres condamnés.

Sous la plume talentueuse de Gaëlle Nohant, le personnage prend vie et toute l'époque s'agite à ses côtés, créant un tableau vivant et passionnant. Un très bel hommage rendu à ce grand poète !

 

Présentation de l'éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson

Entretien avec Gaëlle Nohant Page des Libraires

D'autres avis : Cathulu

 

Légende d'un dormeur éveillé, Gaëlle Nohant, Editions Héloïse d'Ormesson, août 2017, 544 p., 23 euros

 

Merci à l'éditeur.

Partager cet article

Repost 0

Le colonel Chabert de BALZAC

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Il vaut mieux avoir du luxe dans ses sentiments que sur ses habits." p.55

Le colonel Chabert est un être fantomatique qui revient d'entre les morts. Tous pensaient qu'il était mort à la bataille d'Eylau, mais il revient avec l'idée de retrouver son nom, son titre, son rang et sa fortune et son épouse. Malheureusement ladite épouse s'est emparée de sa fortune et s'est remariée avec le Comte Ferraud qui aspire à devenir pair de France. Elle n'a donc aucun intérêt à sortir des décombres ce mari encombrant. Son identité vacille. Le colonel fait appel à Derville, un avoué pour défendre ses intérêts. Mais dans cette nouvelle société gouvernée par l'argent, l'argent agissant comme un poison qui altère les relations humaines, retrouver son statut sera un parcours semé d'embûches...

"J'ai été enterré sous des morts, mais maintenant je suis enterré sous des vivants, sous des actes, sous des faits, sous la société tout entière, qui veut me faire rentrer sous terre !" p. 18

En effet, le colonel appartient au monde de l'Empire et revient dans celui de la Restauration dans lequel il n'a plus sa place. Ayant connu la gloire durant la période historique et politique du Directoire, du Consulat et de l’Empire (1795, 1800, 1815), il a connu la bataille d’Eylau en 1807 et, lorsque le colonel revient à Paris, une dizaine d’années a passé. Dans ce monde perverti, le colonel Chabert incarne la droiture, la fidélité, l’amour de la patrie, l’honneur, l’altruisme, la générosité.

"Certains hommes ont une âme assez forte pour de tels dévouements, dont la récompense se trouve pour eux dans la certitude d'avoir fait le bonheur d'une personne aimée." p. 47

L'avoué quant à lui est le témoin des ignominies de son siècle, il peut témoigner de tout ce qu'il a vu d'ignoble dans la nature humaine : "Je ne puis vous dire tout ce que j'ai vu, car j'ai vu des crimes contre lesquels la justice est impuissante. Enfin, toutes les horreurs que les romanciers croient inventer sont toujours au-dessous de la vérité." p. 57

Le colonel Chabert offre un magnifique portrait qui permet d'incarner les revers de la "comédie humaine" chère à Balzac.

 

Présentation de l'éditeur : Folio

D'autres avis : Dominique

Du même auteur : Le père Goriot

 

Le colonel Chabert, Honoré de Balzac, Folio, 208 p.,Première parution en 1994,Édition de Patrick Berthier. Préface de Pierre Barbéris,Édition mise à jour en 1999, 2.50 euros

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>