Balzac et la petite tailleuse chinoise de Dai SIJIE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Durant la révolution culturelle chinoise, Luo et le narrateur sont envoyés dans un village rural en rééducation. Leur travail n'est guère attrayant, mais leurs jours sont rapidement éclairés par leur rencontre avec la fille du tailleur d'un village voisin. Luo tombe amoureux de la jeune fille et décide de lancer lui aussi son programme de rééducation mais évidemment inverse à celui du gouvernement : il veut cultiver la petite tailleuse. Ils empruntent des romans censurés au binoclard qui cache des livres rares sous son lit, des livres brulés par Mao sur la place publique.

"Souvent, après minuit, on éteignait la lampe à pétrole dans notre maison sur pilotis, et on s'allongeait chacun sur son lit pour fumer dans le noir. Des titres de livres fusaient de nos bouches, il y avait dans ces noms des mondes inconnus, quelque chose de mystérieux et d'exquis dans la résonance des mots, dans l'ordre des caractères, à la manière de l'encens tibétain, dont il suffisait de prononcer le nom, "Zang Xiang", pour sentir le parfum doux et raffiné, pour voir les bâtons aromatiques se mettre à transpirer, à se couvrir de véritables gouttes de sueur qui, sous le reflet des lampes, ressemblaient à des gouttes d'or liquide."

La lecture leur permet de s'évader loin d'une réalité aliénante à l'avenir avorté.

«Nous nous approchâmes de la valise. Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. Nous la débarrassâmes de ses liens, et l'ouvrîmes silencieusement. À l'intérieur, des piles de livres s'illuminèrent sous notre torche électrique ; les grands écrivains occidentaux nous accueillirent à bras ouverts : à leur tête, se tenait notre vieil ami Balzac, avec cinq ou six romans, suivi de Victor Hugo, Stendhal, Dumas, Flaubert, Baudelaire, Romain Rolland, Rousseau, Tolstoï, Gogol, Dostoïevski, et quelques Anglais : Dickens, Kipling, Emily Brontë... Quel éblouissement !
Il referma la valise et, posant une main dessus, comme un chrétien prêtant serment, il me déclara :
- Avec ces livres, je vais transformer la Petite Tailleuse. Elle ne sera plus jamais une simple montagnarde.»

La Petite tailleuse ne sera effectivement plus la même après cette ouverture sur le monde...

Pour la petite anecdote, en 2000, alors que l'auteur Dai Sijie était reçu dans l’émission de télévision littéraire Bouillon de culture7 sur France 2, le présentateur Bernard Pivot ne tarissait pas d'éloges pour ce roman, s'exclamant à la fin de l'émission : « Si vous ne lisez pas Balzac et la Petite Tailleuse chinoise, alors je ne sers à rien ! »

 

Présentation de l'éditeur : Folio

Prix littéraires

  • Prix Edmée-de-La Rochefoucauld 2000
  • Prix Relay du roman d'évasion 2000
  • Prix Roland-de-Jouvenel de l'Académie française 2000

 

Balzac et la petite tailleuse chinoise, Dai Sijie, 240 p., Folio, 2001, 7.70 euros

 

Le Nouvel An chinois commence aujourd'hui, pour se terminer le 15/02/2018. Voilà une année du Coq de Feu, car elle est placée sous le signe de l'animal symbolique Coq et de l'élément cosmogonique Feu.

Publié dans Littérature Asie

Commenter cet article

Laure 05/02/2017 10:46

J'ai beaucoup aimé ce livre, et Pivot n'y est pour rien ;-)

Hélène 06/02/2017 11:48

;-)

Alex-Mot-à-Mots 31/01/2017 10:42

A relire pour moi, car je dois avouer que je l'ai un peu oublié.

Hélène 01/02/2017 08:11

J'aime bien l'idée de relire des titres aimés dans notre jeunesse. Je relis "Aurélien" étudié en fac actuellement, et je me régale !

lokrou evelyne 28/01/2017 18:29

Bonjour.
Merci pour votre blog et, pour vos suggestions de livres et de lectures. Merci. À bientôt. Merci.
https://www.facebook.com/evelynepatricialokrouofficiel/
http://evelynepatricialokrou.over-blog.com/

Bernieshoot 28/01/2017 16:53

c'est un magnifique roman à lire et relire tellement il apporte du bien être

Hélène 30/01/2017 09:30

oh oui, un bel exemple d'émancipation par la culture !

gambadou 28/01/2017 16:01

J'ai beaucoup aimé ce roman

Hélène 30/01/2017 09:30

je te rejoins !

Electra 28/01/2017 14:42

ce livre avait eu du du succès à sortie mais je ne l'ai jamais croisé depuis que je passe tout ce temps en librairie ;-) Pivot serait fier de toi !

Hélène 30/01/2017 09:29

Je l'avais beaucoup aimé à sa sortie, je voulais le relire.

A_girl_from_earth 28/01/2017 13:58

Je me souviens bien de la parution de ce livre, et il fait partie de ma vieille PAL. J'avoue que je l'y ai complètement oublié mais ton billet me donne bien envie de le lire !

Hélène 30/01/2017 09:29

Oui il mérite de ressortir au dessus de ta pal !

zazy 28/01/2017 12:10

Il est temps pour moi de donner tort à ce cher Bernard Pivot

Hélène 30/01/2017 09:29

;-)

Luocine 28/01/2017 09:06

Quelle bonne idée de se souvenir de ce roman qui m'a enchantée lors de son arrivée en France.

Hélène 30/01/2017 09:29

J'essaie de relire les coups de coeur lus avant le blog... Bon ça ne marche pas toujours, je viens d'abandonner "l'insoutenable légèreté de l'être" alors que j'avais adoré à 20 ans !

manou 28/01/2017 08:15

Lire ta chronique me donne envie de le relire ! Pivot avait raison... ce livre est un incontournable et non seulement je l'ai déjà lu lors de sa sortie mais, je l'ai aussi relu quand je travaillais en lycée. Nous le donnions à lire aux adolescents dès 14-15 ans et cette lecture a donné lieu à de nombreux débats

Hélène 30/01/2017 09:28

Oui il est étudié maintenant, ça change au moins des Candide et cie...